Principal
Toux

Rhinite allergique selon la CIM 10

La rhinite allergique n’affecte pas l’espérance de vie, ne modifie pas les taux de mortalité, mais est chronique et perturbe considérablement l’activité humaine.

Facteurs prédisposants

Les facteurs suivants contribuent au développement de la rhinite aiguë:

  • Fatigue chronique;
  • Surtension constante au travail;
  • Manque de sommeil;
  • Hypovitaminose et caractéristiques constitutionnelles du corps;
  • Air pollué;
  • Prédisposition héréditaire

Prévalence

La pollinose est une maladie très commune. Le nombre de patients en Russie varie de 18 à 38%, tandis qu'aux États-Unis, 40% des enfants en souffrent, le plus souvent des garçons. Les enfants de moins de 5 ans tombent rarement malades. L'augmentation de l'incidence est notée à l'âge de 7 à 10 ans et l'incidence atteint son maximum à l'âge de 18 à 24 ans.

La prévalence de la pollinose au cours des 10 dernières années a plus que quintuplé.

Classification

La rhinite allergique peut être annuelle (flux persistant) et saisonnière (flux intermittent).

  • Rhinite à longueur d’année (persistante). L'attaque acquiert un cours chronique. Le nez qui coule s'inquiète au moins 2 heures par jour et plus de 9 mois par an. On l'observe au contact d'allergènes ménagers (laine, salive, squames et plumes d'animaux domestiques, blattes, champignons et plantes d'intérieur). Cette rhinite chronique est caractérisée par une évolution légère sans perturber le sommeil et la capacité de travail.
  • Rhinite saisonnière. Une crise de rhinite survient après plusieurs heures de contact avec l'allergène au cours de la période de floraison des plantes. La rhinite aiguë dure moins de 4 jours par semaine et moins d'un mois par an. Il survient sous des formes plus sévères, perturbant le sommeil nocturne et les performances humaines.
  • Épisodique. Apparaît rarement, uniquement après un contact avec des allergènes (salive du chat, tiques, urine de rat). Les symptômes d'allergie sont prononcés.
  • Depuis 2000, une autre forme a été distinguée - la rhinite professionnelle, qui touche les pâtissiers, les zootechniciens, les meuniers, les pharmaciens (pharmaciens), les employés d’institutions médicales et les entreprises de menuiserie.

Degrés de gravité

Le cours de la maladie est léger, modéré et grave.

  1. En cas de léger mal de tête, le sommeil n’est pas perturbé, les activités professionnelles et quotidiennes normales sont préservées et il n’ya pas de symptômes douloureux.
  2. Dans la rhinite grave et modérée, on observe au moins l’un des symptômes suivants:
    • troubles du sommeil;
    • symptômes agonisants;
    • violation de l'activité quotidienne / professionnelle;
    • une personne ne peut pas faire de sport.

Avec une évolution progressive de la maladie depuis plus de 3 ans, l’asthme bronchique apparaît.

CIM 10

La CIM 10 est une classification unique des maladies pour tous les pays et tous les continents, dans laquelle chaque maladie a reçu son propre code, composé d’une lettre et d’un numéro.

Conformément à la CIM 10, le rhume des foins est une maladie du système respiratoire et fait partie d'autres maladies des voies respiratoires supérieures. Le code J30 est attribué aux rhinites vasomotrices, allergiques et spasmodiques, mais il ne s'applique pas aux rhinites allergiques accompagnées d'asthme (J45.0)

Classification CIM 10:

  • J30.0 - rhinite vasomotrice (rhinite chronique neurovégétative vasomotrice).
  • J30.1 - rhinite allergique provoquée par le pollen de plantes à fleurs. Autrement appelé pollinose ou rhume des foins.
  • J30.2 - autres rhinites allergiques saisonnières.
  • J30.3 - autres rhinites allergiques, par exemple rhinite allergique à longueur d’année.
  • J30.4 - Nez baveux allergique d’étiologie non précisée.

Clinique et diagnostic

La rhinite allergique aiguë se manifeste par une perturbation intermittente de la respiration normale par le nez, un écoulement liquide limpide, une démangeaison et une rougeur du nez, des éternuements répétés. Tous les symptômes sont basés sur le contact avec l’allergène, c’est-à-dire un malade se sent beaucoup mieux en l'absence d'une substance provoquant l'attaque d'une maladie allergique.

Une particularité de la pollinose aiguë issue de la rhinite infectieuse (froide) courante est de garder les symptômes de la maladie inchangés pendant toute sa période. En l'absence d'allergène, le nez qui coule se laisse aller sans l'utilisation de médicaments.

Le diagnostic est établi sur la base des symptômes de la maladie, de l'anamnèse et des tests de laboratoire. Pour confirmer le diagnostic, des tests cutanés sont effectués, contactez la recherche à l'aide de capteurs modernes. Le test sanguin pour les anticorps spécifiques de la classe des immunoglobulines E (IgE) est reconnu comme étant la méthode la plus fiable.

Traitement

L'élément principal du traitement est l'élimination des allergènes. Par conséquent, dans la maison où il y a une allergie, ne devriez pas être des animaux domestiques ni des objets qui ramassent de la poussière (peluches, tapis, literie moelleuse, vieux livres et meubles). Pendant la période de floraison, il est préférable que l'enfant se trouve en ville, loin des champs, des parcs et des parterres de fleurs. À ce stade, il est préférable de suspendre les couches mouillées et la gaze aux fenêtres afin d'éviter qu'un allergène ne pénètre dans l'appartement.

Une attaque aiguë est supprimée à l'aide d'antihistaminiques (Allergodil, Azélastine), de Cromonov (Cromoglycate, de Nekromil), de corticostéroïdes (Fluticasone, Nazarel CT, de solutions salines isotoniques (Quix, Aquamaris), de vasoconstricteurs (Oximétazoline, Xylométhazes, insalubres) et de produits de synthèse. L'immunothérapie spécifique aux allergènes a fait ses preuves.

Un traitement opportun, correctement effectué, peut complètement arrêter l'attaque aiguë existante, empêcher le développement d'une nouvelle exacerbation, de complications, d'une transition vers un processus chronique.

Prévention

Tout d’abord, des mesures préventives doivent être prises à l’égard des enfants dont l’hérédité est lourde, c’est-à-dire chez qui les maladies allergiques souffrent les plus proches parents, les parents. La probabilité de morbidité chez les enfants est augmentée jusqu'à 50% si l'un des parents est allergique et jusqu'à 80% avec une allergie dans les deux cas.

  1. Restriction dans le régime alimentaire d'une femme enceinte de produits très réputés pour l'allergie.
  2. Élimination des dommages chez les femmes enceintes.
  3. Cesser de fumer.
  4. Préservation de l'allaitement pendant au moins 6 mois, introduction d'aliments de complément ne datant pas de moins de cinq mois.
  5. Si vous avez déjà des allergies doivent être traités avec des antihistaminiques, évitez le contact avec les allergènes.

La rhinite allergique, qu'elle soit aiguë ou chronique, a un impact négatif sur la vie sociale du patient, sur ses études et sur son travail, réduit ses performances. L'examen et le traitement ne sont pas une tâche facile. Par conséquent, seul le contact étroit entre le patient et le médecin et le respect de toutes les prescriptions médicales contribueront au succès.

Rhinite vasomotrice et allergique (J30)

Inclus: rhinite spasmodique

Exclus: rhinite allergique avec asthme (J45.0) rhinite EDR (J31.0)

En Russie, la Classification internationale des maladies de la 10e révision (CIM-10) a été adoptée en tant que document réglementaire unique pour rendre compte de l'incidence des maladies, des causes des appels publics aux établissements médicaux de tous les départements et des causes de décès.

La CIM-10 a été introduite dans la pratique des soins de santé sur tout le territoire de la Fédération de Russie en 1999 par arrêté du Ministère de la santé de la Russie du 27 mai 1997. №170

L'OMS prévoit de publier une nouvelle révision (CIM-11) en 2022.

Rhinite allergique chez un enfant: symptômes et traitement

Les symptômes de la rhinite allergique chez les enfants peuvent se manifester avec une gravité variable. Un traitement adéquat doit être prescrit par un allergologue. Le point important est le respect des recommandations cliniques du médecin.

La rhinite allergique se réfère à une inflammation de la muqueuse nasale, qui se développe à la suite de son contact avec divers allergènes.

La maladie peut être intermittente ou persistante. Dans le premier cas, il dure 4 jours ou moins par semaine ou 4 semaines ou moins par an, dans le second cas, les symptômes apparaissent plus souvent ou durent plus longtemps que la période spécifiée.

Types de rhinite allergique

Il existe deux types de rhinite:

  • La forme saisonnière (rhume des foins) est la forme la plus courante dans le contexte d’une augmentation saisonnière de la teneur en allergènes dans l’environnement. En règle générale, il est noté chez les enfants de plus de 6 ans;
  • toute l’année - les causes de son développement sont des allergènes constamment présents dans l’environnement. Souvent diagnostiqué chez les jeunes enfants.

La base de la pathologie sont des réactions allergiques de type immédiat qui se produisent lors du contact avec un allergène. Les odeurs fortes, l'air froid et d'autres facteurs peuvent entraîner l'apparition d'exacerbations.

Rhinite allergique chez les enfants: code CIM-10

La Dixième révision de la Classification internationale des maladies (CIM-10) a été mise au point par l'Organisation mondiale de la santé pour coder les diagnostics médicaux.

Le plus souvent, le rhume des foins se développe à cause du pollen d'arbres et de graminées de la famille des plantes à fleurs dures, de brumes ou de graminées. Il peut aussi être causé par des spores de champignons.

Conformément à la CIM-10, la rhinite allergique appartient à la classe X - maladies respiratoires, à la rubrique autres maladies et tumeurs des voies respiratoires supérieures, codes J30 à J30.4, à savoir:

  • rhinite vasomotrice et allergique - J30;
  • rhinite allergique provoquée par du pollen de plante (rhume des foins, pollinose) - J30.1;
  • autres rhinites allergiques saisonnières - J30.2;
  • autres rhinites allergiques - J30.3;
  • rhinite allergique, sans précision - J30.4.

Causes de la rhinite allergique chez les enfants

L'apparition de la maladie chez un bébé peut être due à une prédisposition héréditaire aux maladies allergiques. Les antécédents familiaux comprennent souvent l’asthme bronchique, l’urticaire allergique, la dermatite atopique diffuse et d’autres pathologies atopiques diagnostiquées chez un ou plusieurs membres de la famille.

Le plus souvent, le rhume des foins se développe à cause du pollen d'arbres et de graminées de la famille des plantes à fleurs dures, de brumes ou de graminées. Il peut aussi être causé par des spores de champignons. L'apparition de peluches de peuplier coïncide avec la floraison de plantes dont le pollen provoque la rhinite. Winnie l’Ourson collecte activement le pollen sur lui-même et le diffuse dans des endroits où il n’aurait pas volé.

La saisonnalité du développement annuel de manifestations cliniques prononcées de la rhinite allergique après son évolution asymptomatique ou effacée dépend des caractéristiques climatiques de la région dans laquelle vit l’enfant et ne change pratiquement pas d’une année à l’autre.

La forme se présente toute l'année chez les enfants qui sont fréquemment en contact avec des allergènes à la maison ou dans leur environnement. Ceux-ci incluent: la laine et les particules de l'épiderme des animaux domestiques, divers composés chimiques, les moisissures, les acariens contenant de la poussière domestique. Les symptômes se manifestent tout au long de l'année et peuvent s'aggraver quelle que soit la saison.

Symptômes de la rhinite allergique chez un enfant

Les manifestations caractéristiques de la maladie comprennent:

  • attaques d'éternuement prolongées, apparaissant le matin au contact d'un allergène;
  • congestion nasale constante;
  • écoulement aqueux de la cavité nasale;
  • larmoiement et inconfort dans les yeux;
  • démangeaisons persistantes dans le nez, la gorge, les yeux et / ou les oreilles;
  • diminution du sens de l'odorat et perte des sensations gustatives (avec évolution chronique de la maladie).

La muqueuse du nez souffrant de rhinite allergique devient pâle et lâche. Dans certains cas, il y a un rougissement de la conjonctive, une hyperémie légère ou modérée.

L'occlusion des sinus paranasaux dans la forme de la maladie toute l'année entraîne un gonflement de la muqueuse nasale, qui s'accompagne de l'ajout d'une infection secondaire. La longue évolution de la pathologie conduit souvent à la formation de polypes dans la cavité nasale, au développement d'une otite moyenne et à une sinusite. Les polypes bouchent encore plus les trous dans les sinus paranasaux, ce qui rend la respiration difficile et alourdit les symptômes de la sinusite concomitante.

Dans le contexte de la maladie, les enfants peuvent souffrir d'insomnie, d'irritabilité, de diminution de la concentration et d'autres troubles neurologiques. Des rechutes d’otites, des saignements du nez et des oreilles dus à des démangeaisons régulières, une conjonctivite, une desquamation de la peau dans la région paranasale, la formation de cernes et de plis sous les yeux sont également possibles.

La congestion nasale constante conduit au fait que l'enfant respire principalement par la bouche. Pour cette raison, les fonctions de la cavité nasale - le nettoyage et le chauffage de l'air, ne sont pas effectuées et un flux d'air sale pénètre dans le corps. En l'absence de traitement en temps opportun, l'écoulement nasal persistant peut entraîner l'asthme.

Traitement de la rhinite allergique chez les enfants

Après confirmation du diagnostic, l’allergologue détermine quoi et comment traiter la rhinite allergique, en tenant compte des antécédents médicaux, de l’âge et de la santé générale de l’enfant. Les mesures préventives visant à réduire le contact du patient avec des agents pathogènes pour l’allergie sont d’une importance primordiale. Afin de déterminer quel type d'allergène provoque une inflammation, il est nécessaire de réaliser des tests d'allergie.

Le plus difficile d'éviter le contact avec des sources naturelles de la maladie. Pendant la période de floraison des plantes, il est important de limiter les impacts directs de l'enfant: évitez de marcher par temps venteux, après un orage, dans les endroits où il y a de l'herbe fraîchement coupée, portez des lunettes de soleil et fermez les fenêtres lorsque vous êtes en voiture. Le Dr Komarovsky recommande un nettoyage quotidien à l'eau dans la maison où il y a une allergie.

La muqueuse du nez souffrant de rhinite allergique devient pâle et lâche. Dans certains cas, il y a un rougissement de la conjonctive, une hyperémie légère ou modérée.

La pharmacothérapie est l’un des moyens les plus efficaces à la fois de bloquer la réaction allergique et de réduire l’inflammation et d’améliorer la qualité de vie des enfants. L'automédication ou l'utilisation de remèdes populaires sans consultation préalable avec un spécialiste peuvent entraîner une détérioration.

Antihistaminiques

Le plus souvent, les antihistaminiques sont prescrits aux patients souffrant de rhinite allergique. Leur action consiste en un blocage compétitif des récepteurs de l'histamine dans le corps, grâce auquel les effets véhiculés par ceux-ci sont inhibés. L'histamine est un neurotransmetteur qui affecte les voies respiratoires - elle provoque un bronchospasme et un gonflement de la muqueuse nasale. Les réactions allergiques augmentent son effet, c'est pourquoi les antihistaminiques du groupe H sont utilisés pour les éliminer.1-les bloqueurs. La fexofénadine, la loratadine, la cétirizine, l’hydroxysine et le dimédrol font partie de ces médicaments.

Prendre des antihistaminiques soulage les démangeaisons, élimine l'écoulement nasal, la toux et les éternuements. Selon les examens, l’effet indésirable le plus fréquent de ces médicaments est la somnolence, qui nécessite une correction du schéma posologique. Les antihistaminiques pour jeunes enfants sont prescrits sous forme de sirop, de comprimés plus âgés. Vous pouvez utiliser les fonds sous forme de sprays nasaux et de gouttes oculaires.

Glucocorticoïdes à usage topique

En plus des antihistaminiques locaux, des stéroïdes sous forme de sprays ou de gouttes sont prescrits aux enfants atteints du rhume des foins afin de contrôler le processus inflammatoire dans la cavité nasale et de soulager les symptômes oculaires. Leur effet thérapeutique apparaît au bout de quelques jours. Le début de l’utilisation de ces médicaments devrait donc commencer quelque temps avant la saison de floraison.

Parfois, par pulvérisation signifie saignements de nez marqués. Son développement n’est pas lié à la méthode d’application du spray, mais résulte du processus inflammatoire. Il est nécessaire de consulter un médecin pour le choix d’une autre forme posologique de glucocorticoïdes uniquement en cas de saignement abondant ou prolongé.

Montelukast peut être le médicament de choix pour la rhinite allergique légère. Il contribue à améliorer la qualité de vie des enfants présentant des signes de rhinoconjonctivite.

Lorsque des complications oculaires apparaissent au fond de la rhinite allergique, l'utilisation de gouttes oculaires est la plus efficace. Comme les sprays nasaux, il est préférable de commencer à les utiliser quelque temps avant la floraison. La composition de nombreuses gouttelettes comprend du cromoglycate, dont l'action est de bloquer les cellules qui libèrent de l'histamine.

Gouttes utilisées conjonctivales - instillées dans le sac conjonctival inférieur de l'œil. Il est préférable que les enfants plus jeunes effectuent la procédure en position ventrale, en tenant la tête, la plus âgée, en position assise, la tête tournée en arrière.

Les glucocorticostéroïdes locaux prescrits aux enfants comprennent:

  • Fliksonaze ​​- spray nasal dosé, appliqué à partir de 4 ans;
  • Sofradex est un glucocorticostéroïde associé à un antibiotique sous forme de collyre. Utilisé chez les enfants plus âgés;
  • Nasonex - vaporisateur nasal administré aux enfants à partir de 2 ans.

Anti-leucotriènes

La rhinite allergique est souvent une maladie d'asthme bronchique concomitante et, si elle est isolée, augmente le risque de développement. Les anti-leucotriènes sont utilisés pour contrôler les manifestations de l'asthme, aider à rétrécir les poumons et à réduire le risque d'accumulation de liquide dans ceux-ci. Des études cliniques de ces médicaments ont montré leur efficacité en monothérapie contre le rhume des foins, comparable à celle obtenue avec des antihistaminiques de nouvelle génération.

Montelukast peut être le médicament de choix pour la rhinite allergique légère. Il contribue à améliorer la qualité de vie des enfants présentant des signes de rhinoconjonctivite. Son utilisation est également justifiée dans les cas d'asthme bronchique, accompagné de rhinite allergique.

Le médicament est disponible sous deux formes - les comprimés pelliculés et les comprimés à croquer. Montelukast peut être utilisé chez les enfants à partir de 6 ans, en suivant les recommandations cliniques du médecin.

Immunothérapie

L'immunothérapie est utilisée pour améliorer l'effet des médicaments prescrits pour le traitement de la rhinite allergique et renforcer le corps de l'enfant lors de l'apparition des symptômes de la maladie. Son action vise à modifier l'immunité afin qu'elle ne réagisse pas aux allergènes en tant que menace. La méthode la plus courante consiste à injecter un allergène par voie sous-cutanée. Ils permettent de réduire progressivement la sensibilité du corps à leurs effets et, au fil du temps, de réduire l'apparition des symptômes de la maladie.

L'immunothérapie est efficace contre les moisissures, les squames animales, les acariens et les blattes, le pollen des arbres, l'herbe et l'herbe à poux. Ce type de traitement est effectué sous la surveillance d'un médecin et uniquement chez les adolescents.

Vidéo

Nous proposons de visionner une vidéo sur le sujet de l'article.

Code de rhinite allergique sur CIM 10

La Classification internationale des maladies est un document médical fondamental dans lequel toutes les maladies connues de l’humanité sont répertoriées et classées, des infections les plus dangereuses aux syndromes rares. Même les réactions allergiques et leurs différents types sont divisés en un groupe séparé constitué de plusieurs catégories et de nombreux sous-éléments. Dans le même temps, la rhinite allergique selon la CIM 10 a son numéro spécifique et son nom spécial, qui caractérise le plus précisément toute la spécificité de cette maladie et de ses symptômes.

Facteurs prédisposants

L’allergie est une maladie spécifique résultant de la réponse immunitaire de l’organisme à certains facteurs et stimuli. Contrairement à la plupart des maladies causées par la croissance de la microflore bactérienne ou d’agents viraux, les réactions allergiques sont de nature exclusivement interne. Le catalyseur de leur développement peut servir à une variété de substances, de facteurs et de leurs combinaisons. Ces stimuli ont un nom spécifique et sont appelés allergènes. Dans leur état naturel, les substances analogues sont absolument inoffensives et ne causent aucun préjudice à l'homme. Seule une combinaison de certaines circonstances et de la sensibilité individuelle de l'organisme à certains composants conduit à l'activation de processus protecteurs. Le système immunitaire perçoit une telle invasion comme un danger, provoquant la production d'anticorps, ce qui conduit au développement de processus inflammatoires de propriétés diverses.

La pénétration de substances étrangères dans le corps est la principale cause de la formation de la rhinite allergique, qui porte un nom différent: la pollinose. Cependant, cela ne conduit pas toujours au développement du processus inflammatoire et à la manifestation de symptômes négatifs. Seule une inhibition systématique des propriétés protectrices de l'organisme conduit à une exacerbation de la situation et à la formation de toute une gamme de signes négatifs. La liste des principaux facteurs est la suivante:

  • stress systématique;
  • surmenage;
  • prédisposition génétique;
  • la présence de mauvaises habitudes;
  • maladies infectieuses et bactériennes;
  • usage prolongé de drogues;
  • caractéristiques environnementales.

Tous ces facteurs conduisent à un déséquilibre du système immunitaire, affectant sa fonctionnalité et conduisant à des perturbations du travail. C’est la réduction des propriétés protectrices associée à l’impact du catalyseur qui provoque la formation de réactions allergiques.

Classification de la rhinite par la CIM 10

Selon la révision de la classification internationale des maladies 10 (CIM 10), les réactions allergiques ont une gradation claire et sont divisées en plusieurs catégories. Tous appartiennent à la section des maladies du système respiratoire et sont inclus dans les maladies de la tête des voies respiratoires supérieures. Dans ce cas, la rhinite, résultant de l’exacerbation de manifestations asthmatiques, appartient à une catégorie de maladies fondamentalement différente et porte le code J45.0. À son tour, la CIN 10 de rhinite allergique a la classification suivante:

  • vasomoteur (J30.0);
  • allergique, déclenchée par le pollen de fleurs et de plantes (J30.1);
  • autres rhinites allergiques saisonnières (J30.2);
  • autres rhinites allergiques (J30.3);
  • allergique, sans précision (J30.4).

Une telle classification de la rhinite par la CIM 10 couvre complètement toutes les manifestations possibles de l'allergie et caractérise les principales causes de sa formation. En même temps, les manifestations négatives apparaissant avec chaque type de rhinite ne présentent pas de caractéristiques ni de manifestations spécifiques. Par conséquent, lors de la préparation de ce document médical, les symptômes n'ont pas été pris en compte.

Types de rhinite allergique

La classification internationale des maladies ne couvre que les principales causes du développement de la pollinose. Mais elle ne prend absolument pas en compte d’autres critères tels que la durée ou l’intensité des manifestations. Sur cette base, en plus de la CIM 10, il existe une autre gradation de la rhinite allergique, qui couvre les paramètres manquants. En fonction de la période d'écoulement, la rhinite peut être:

  1. Toute l'année ou hypertrophique. L'exacerbation des manifestations ne dure pas plus de 1-2 heures par jour. Cependant, cet état se rappelle plus de 9 mois par an, sans entraîner de diminution notable de l'efficacité. Le plus souvent, les catalyseurs du développement sont des allergènes domestiques.
  2. Saisonnier L’aggravation se produit pendant la période de concentration croissante dans l’air de pollen de fleurs et de plantes. La durée des manifestations dépend entièrement de la concentration de l'allergène. En règle générale, dans la phase aiguë, un nez qui coule est pas plus de 3-4 jours. Cependant, toute la période d’exacerbation est caractérisée par une augmentation des symptômes négatifs, ce qui peut affecter l’activité vitale d’une personne.
  3. Intermittent ou épisodique. Les manifestations se produisent uniquement par contact direct avec l'allergène. Ils sont prononcés, affectant la vie humaine.
  4. Professionnel. Son apparition est due au contact systématique avec les mêmes irritants (poussières, farine, réactifs chimiques ou pharmaceutiques). Au fil du temps, le système immunitaire commence à percevoir ces substances comme une menace pour l'organisme, ce qui entraîne la formation de réactions allergiques. La symptomatologie n'est pas particulièrement prononcée et disparaît d'elle-même en l'absence de contact avec un irritant.

Cette classification décrit parfaitement la maladie par sa durée. Cependant, pratiquement n'affecte pas l'intensité des manifestations, ce qui rend impossible de brosser un tableau complet de l'évolution de la rhinite et de la neutraliser efficacement.

Degrés de gravité

Pour obtenir une évaluation complète de l'allergie, il existe une autre échelle supplémentaire qui caractérise la maladie en termes d'intensité des manifestations. Selon elle, il existe les catégories suivantes d'évaluation de la pollinose:

  1. Facile Il n'a pas de symptômes clairement exprimés et se manifeste sous la forme d'un léger inconfort. Les manifestations de la maladie sont palpables, mais elles n’ont aucun effet sur la capacité de travail d’une personne et son activité dans la vie en général.
  2. Moyenne Les signes de rhinite deviennent plus prononcés. Un gonflement évident des paupières, des poches et des rougeurs est ajouté à la tête froide. Les symptômes sont plus agressifs et nuisent à la qualité de la vie.
  3. Lourd La rhinite aiguë est caractérisée par la plénitude des symptômes allant de la congestion nasale à l'enflure complète des tissus du visage. De plus, ils ont tous un caractère brillant. Leur combinaison conduit à l'incapacité d'effectuer des actions simples et même de se détendre complètement.

Les catégories susmentionnées d’évaluation de la rhinite allergique sont les plus complètes et permettent d’obtenir une vue d’ensemble de son évolution. Cela permet non seulement de décrire complètement la maladie, mais également de sélectionner un traitement efficace permettant de neutraliser ses manifestations et de permettre à la personne de vivre pleinement.

Clinique et diagnostic

Le tableau clinique de l'évolution de la pollinose peut varier en raison de l'individualité de chaque corps humain séparément. Les principaux symptômes de la rhinite vasomotrice sont les suivants:

  • congestion nasale;
  • Rhinorrhea (décharge de grandes quantités d'écoulement nasal aqueux);
  • éternuement paroxystique;
  • changement de voix;
  • détérioration des qualités olfactives;
  • sensation de démangeaisons dans le nez;
  • gonflement accru du visage;
  • hyperémie de la peau;
  • malaise général;
  • rougeur des yeux;
  • troubles du sommeil;
  • maux de tête;
  • déficience auditive.

La liste ci-dessus est loin d'être complète. Parce que les chaînes de réactions individuelles de différentes personnes peuvent être complètement différentes. Pour certains, le symptôme principal de l'allergie est l'écoulement nasal et les éternuements, tandis que chez d'autres, l'apparition de la maladie est caractérisée par un rougissement de la peau et un gonflement du visage.

Attention! La pollinose se caractérise principalement par le caractère cumulatif de ses manifestations. Le début et l'évolution ultérieure de la maladie se traduisent par la formation non pas d'un symptôme spécifique, mais de tout un éventail de symptômes divers. Cela permet de le diagnostiquer à temps et de prendre les mesures appropriées.

Le diagnostic de la pollinose comprend plusieurs directions et repose sur les caractéristiques des principales manifestations, ainsi que sur leur diversité et leur intensité. Dans ce cas, la classification de la rhinite allergique chez les enfants et les adultes est effectuée sur la base de méthodes identiques. Cela permet de parler de l'absence de limite d'âge pour diagnostiquer ce problème. Les moyens les plus efficaces pour déterminer la forme et le type d'allergie sont les suivants:

  • examen physique;
  • tests de laboratoire;
  • diagnostics instrumentaux;
  • étude différentielle.

L'enquête est basée sur les caractéristiques des symptômes existants, la détermination de son intensité et l'examen initial du patient. Ce type de diagnostic est déterminant car il vous permet d’obtenir une première image de l’évolution de la maladie et de définir le vecteur pour un examen ultérieur.

Les études de laboratoire constituent la prochaine étape du diagnostic, car elles permettent de brosser un tableau plus complet de la maladie. La principale méthode de recherche en laboratoire est la collecte de matériel biologique (sang ou expectorations), sa recherche et son analyse.

Le diagnostic instrumental comprend plusieurs techniques et est utilisé dans le cas où les deux premières méthodes n'indiquent pas les causes exactes des symptômes apparus. Il consiste à réaliser une rhinoscopie, un examen radiologique et endoscopique de la cavité nasale.

L'étude différentielle est la dernière étape de la recherche et est réalisée dans des cas particuliers liés à des maladies chroniques de nature différente. Des anomalies anatomiques de la cavité nasale, des maladies infectieuses ou des lésions bactériennes des muqueuses peuvent jouer leur rôle.

Traitement et ses caractéristiques

La tâche principale du traitement de la rhinite vasomotrice et de toutes ses formes est de restaurer un contrôle total sur les manifestations existantes de la maladie. En règle générale, tous les traitements sont effectués en ambulatoire et ne nécessitent pas d'hospitalisation. Ce n'est que dans les cas les plus extrêmes, associés à une évolution aiguë de la maladie, que le médecin traitant peut décider du placement du patient à l'hôpital. En général, le traitement de la pollinose repose sur l’application de méthodes d’exposition complexes, conçues non seulement pour réduire l’intensité des manifestations, mais également pour permettre à la personne de reprendre une vie normale. Ils ressemblent à ceci:

  • limiter les effets d'un allergène sur le corps;
  • exposition aux médicaments;
  • immunothérapie.

Pour le traitement complet de la rhinite hypertrophique et de toutes ses variétés, il est nécessaire d’éliminer le catalyseur responsable de l’exacerbation des symptômes allergiques. La présence d'une source d'irritation réduit considérablement l'efficacité de tout traitement, le rendant plus difficile et plus long. Ce n’est qu’après sa neutralisation que nous pourrons parler de l’utilisation d’autres techniques thérapeutiques et obtenir un résultat positif.

L'élimination des symptômes de la pollinose à l'aide de médicaments est une étape importante du traitement qui, associée à l'élimination des catalyseurs, peut permettre le rétablissement complet de la personne.

Attention! La liste des médicaments utilisés pour neutraliser les réactions allergiques est assez longue. Dans ce cas, prescrire des moyens spécifiques et leur posologie ne peuvent être que des médecins. La base de leur utilisation est un examen complet du patient et des résultats des tests prélevés sur lui. Sans un diagnostic complet de la nomination de tout médicament, ainsi que de la direction générale du traitement, il ne peut y avoir de doute.

Les moyens les plus populaires pour éliminer les effets des allergies sont les antihistaminiques (Astemizol, Clemastine, Loratadine, Cétirizine), les anticongestifs (chlorure de sodium, Naphazoline, eau de mer), les glucocorticoïdes (Betamethasone, Prednisolone, Fluticasone).

Prévention

La rhinite chronique nécessite non seulement un traitement rapide, mais également un contrôle accru de la part de la personne elle-même. Afin de prévenir la récurrence de la maladie, un ensemble complet de méthodes et de procédures est utilisé. Ils sont choisis à nouveau en fonction de la sensibilité individuelle d'une personne à l'un ou l'autre type d'irritant. Cependant, en général, leur utilisation a un certain vecteur et est conçue pour protéger une personne des effets des allergènes. Les agents prophylactiques courants incluent:

  • élimination de l'impact sur le corps des irritants non spécifiques, tels que la fumée de tabac, les gaz d'échappement, etc.
  • adhésion à un régime alimentaire spécial excluant tout type d'allergènes alimentaires;
  • examen allergologique systématique;
  • activités médicales et diagnostiques annuelles;
  • élimination complète du contact direct et indirect avec des irritants importants.

Toutes ces techniques, associées à un traitement professionnel, permettent non seulement de neutraliser complètement les manifestations de la pollinose, mais également d’empêcher leur re-développement. C’est pourquoi la prévention joue un rôle aussi important dans la structure générale du traitement de ces maladies et est la clé d’une vie humaine à part entière.

Conclusion

Rhinite allergique Le code 10 de la CIM est un problème assez grave qui peut engendrer de nombreux problèmes et compliquer considérablement la vie humaine. Pour obtenir un aperçu de l'évolution de la maladie, plusieurs types de classifications sont utilisés, qui caractérisent la gravité, la durée et l'impact de types spécifiques de stimuli. La suppression des symptômes et le rétablissement complet d'une personne sont possibles uniquement lors d'un diagnostic complet, suivi du choix d'un traitement étroit.

Rhinite allergique selon la CIM 10

La rhinite allergique est un processus inflammatoire de la muqueuse nasale. Elle s'accompagne d'un flux abondant de masses muqueuses des voies nasales, d'éternuements, de poches et d'une sensation de congestion nasale.

Malgré la présence de symptômes désagréables qui apportent un inconfort tangible et nuisent à la qualité de la vie, de nombreux patients ne considèrent pas cette affection comme une maladie, aussi ne vont-ils pas chez le médecin, mais s’auto-guérissent: regarder des publicités à la télévision, acheter des gouttes «magiques» et les arrêter de façon incontrôlable accepter Des amis! C'est fondamentalement faux!

La pollinose est une maladie indépendante, confirmée par la classification internationale des maladies (CIM 10). Dans notre pays, la proportion de personnes sujettes à la rhinite allergique atteint près de quarante pour cent.

Rhinite allergique selon la CIM 10

La CIM est une liste de toutes les maladies connues. Chaque diagnostic se voit attribuer un code alphanumérique unique. Pour un homme simple dans la rue, ces codes n'ont aucune signification.

Cependant, cette classification est utilisée dans les soins de santé de tous les pays du monde et structure clairement tous les diagnostics existants. Il est revu et mis à jour tous les dix ans. À en juger par le chiffre 10 dans le titre, il n’est pas difficile de deviner que la CID a déjà été examinée dix fois.

La rhinite allergique appartient à la catégorie "Autres maladies des voies respiratoires supérieures". La valeur de code pour la CIM 10 de cette maladie est J30.

À son tour, la pollinose est divisée en variétés plus étroites de la maladie, chacune ayant son propre code. Ci-dessous un extrait de ce document - en face de chaque diagnostic - son code CIM 10:

  • J30.0 - rhinite vasomotrice;
  • J30.1 - rhinite allergique, déclenchée par le pollen de plantes à fleurs;
  • J30.2 - autres rhinites allergiques saisonnières;
  • J30.3 - autres rhinites allergiques;
  • J30.4 - pollinose, origine inexpliquée (c'est-à-dire qu'après tous les résultats de l'étude, la cause de la maladie n'a pu être trouvée).

Types de maladie

La pollinose a plusieurs variétés, se différenciant par différentes périodes d'écoulement. Allouer une pollinose à l'année, saisonnière, épisodique et professionnelle.

La rhinite à longueur d’année est considérée comme chronique. Il n’inquiète pas plus de deux heures par jour le patient, mais cette affection dure environ neuf mois par an. En règle générale, les allergènes domestiques en sont la cause. Un inconfort tangible et une performance réduite qu'il n'apporte pas.

Le nez qui coule de façon saisonnière apparaît pendant la période de floraison active des plantes et dure plusieurs jours, mais les symptômes qui apparaissent apportent des sensations désagréables au patient et interfèrent avec l'activité de la vie à part entière.

Épisodique ne se manifeste qu'au contact d'un allergène, par exemple avec le pelage ou la salive d'un animal. Dans ce cas, les symptômes de la maladie sont très prononcés.

La rhinite professionnelle est un sous-type relativement nouveau de la maladie. Cela est dû au contact constant d'une personne avec un certain allergène en raison de sa profession (par exemple, pâtissiers, pharmaciens, travailleurs du bois).

Causes de la maladie

Bien entendu, la cause fondamentale de l'apparition de la maladie est le contact avec l'allergène. Mais tout le monde n'est pas malade !? Les raisons suivantes contribuent au développement de la pollinose:

  • manque de sommeil, fatigue chronique;
  • air pollué;
  • l'hérédité;
  • le stress;
  • caractéristiques anatomiques de la structure de la cavité nasale et du nasopharynx;
  • contact prolongé avec l'allergène;
  • problèmes de coagulation du sang;
  • rhumes fréquents;
  • maladies du tractus gastro-intestinal;
  • prendre des antibiotiques.

Diagnostic et traitement

Pour poser un diagnostic correct, vous devez contacter votre médecin ORL. Il effectuera une rhinoscopie (examen de la cavité nasale), prescrira les tests nécessaires (numération sanguine complète, test sanguin pour la présence d'anticorps, échantillons d'allergènes et autres).

Le traitement de la rhinite devrait commencer par l'élimination de l'exposition aux allergènes. Si vous êtes allergique - dans la maison ne devrait pas être des animaux, de la poussière, des peluches et des tapis. Dans la pièce où vous dormez, il devrait y avoir un humidificateur et un système de lavage à l’air, puis l’air deviendra beaucoup plus propre et plus humidifié. Nous vous recommandons également d'acheter un bon aspirateur doté d'une aspiration puissante, de filtres antibactériens et d'un filtrage de la poussière et de l'air sale à travers l'eau! Après avoir utilisé un tel aspirateur au moins une fois, vous verrez ce que vous respirez dans une eau sale!

Si vous êtes allergique à la floraison, vous devez exclure les voyages à la campagne pour la nature ou rester à l'écart des parcs ou des parterres de fleurs.

Pour supprimer l'aggravation, on prescrit des antihistaminiques («Suprastin», «Tavegil», etc.), des vasoconstricteurs («Otrivin», «Xylométazoline»), des solutions salines («Aquamaris»), des gouttes antiallergiques («Vibrocil»). Il est préférable de ne pas acquérir de corticostéroïdes (hormonaux) dans le nez!

D'une manière ou d'une autre, le traitement devrait être prescrit et effectué exclusivement sous la supervision d'un oto-rhino-laryngologiste. Seul un médecin ORL expérimenté et compétent pourra vous prescrire un traitement médicamenteux efficace et soulager la maladie.

S'il vous plaît prendre rendez-vous et venez!

Nous vous aiderons à faire face aux manifestations de la rhinite allergique!

Nous serons heureux de vous voir dans notre clinique et serons heureux de vous aider!

J30 Rhinite allergique et vasomotrice

Rhinite (nez qui coule) allergique (r. Allergica) - rhinite (nez qui coule), se manifestant par une réaction allergique (plus souvent par la pollinose), se manifestant par un gonflement de la membrane muqueuse et la libération d'une sécrétion abondante de mucus. (Pokrovsky, 2001)

Rhinite allergique (nez qui coule) - une maladie inflammatoire, se manifestant par un complexe de symptômes sous la forme d'un nez qui coule avec congestion nasale, démangeaisons, rhinorrhée, gonflement de la muqueuse nasale. (Denisov, 2003)

  • Trousse de secours
  • Boutique en ligne
  • A propos de l'entreprise
  • Nous contacter
  • Contacts de l'éditeur:
  • +7 (495) 258-97-03
  • +7 (495) 258-97-06
  • E-mail: [email protected]
  • Adresse: Russie, 123007, Moscou, st. 5ème ligne principale, 12.

Le site officiel du groupe de sociétés RLS ®. L'encyclopédie principale des médicaments et assortiment de pharmacie de l'Internet russe. Ouvrage de référence sur les médicaments Rlsnet.ru fournit aux utilisateurs un accès aux instructions, aux prix et aux descriptions des médicaments, compléments alimentaires, dispositifs médicaux, dispositifs médicaux et autres produits. Le livre de référence pharmacologique comprend des informations sur la composition et la forme de la libération, l'action pharmacologique, les indications d'utilisation, les contre-indications, les effets indésirables, les interactions médicamenteuses, la méthode d'utilisation des médicaments, les entreprises pharmaceutiques. Le livre de référence sur les médicaments contient les prix des médicaments et des produits du marché pharmaceutique à Moscou et dans d'autres villes de Russie.

Le transfert, la copie et la distribution d'informations sont interdits sans l'autorisation de RLS-Patent LLC.
Lorsqu’on cite des informations publiées sur le site www.rlsnet.ru, il est nécessaire de faire référence à la source d’information.

Beaucoup plus intéressant

© 2000-2019. ENREGISTREMENT DES MÉDIAS RUSSIE ® RLS ®

Tous droits réservés.

L'utilisation commerciale des matériaux n'est pas autorisée.

Les informations sont destinées aux professionnels de la santé.

Rhinite allergique

Rhinite allergique

  • Association russe d'allergologues et d'immunologistes cliniques (RAACI)

Table des matières

Mots-clés

Rhinite allergique persistante

Rhinite allergique intermittente

Rhinite allergique saisonnière

Rhinite allergique toute l'année

Les abréviations

AG - antihistaminiques

Dermatite atopique

AZ - maladies allergiques

AK - conjonctivite allergique

AKR - urticaire allergique

AIC - cellule présentatrice d'antigène

ASIT - immunothérapie allergénique

BA - asthme bronchique.

INGX - glucocorticostéroïde intranasal

RCA - rhinite allergique toute l'année

CR - directives cliniques

CIM 10 - Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes, 10ème révision, adoptée par la 43ème Assemblée mondiale de la santé

LS - Médicaments

SLA - Syndrome allergique oral

SNPs - Sinus Paranasal

ECR - essais cliniques randomisés

ATS - Rhinite allergique saisonnière

PAF - facteur d'activation plaquettaire

SNC - système nerveux central

ARIA - Rhinite allergique et son impact sur l'asthme - Rhinite allergique et son effet sur l'asthme, document d'accord international

CD - grappes de différenciation

Fc? RI - récepteur de haute affinité pour IgE

Fc? RII - récepteur à faible affinité pour les IgE

H1 - récepteurs d'histamine - récepteurs d'histamine du premier type

IgE - immunoglobuline de classe E

Th1 - lymphocytes T auxiliaires de type 1

Th2 - lymphocytes T auxiliaires de type 2

Termes et définitions

La rhinite allergique (RA) est une maladie caractérisée par la présence d'une inflammation immunitaire (le plus souvent dépendante des IgE) de la muqueuse nasale causée par un allergène ayant une cause significative, et manifestée cliniquement quotidiennement pendant au moins une heure avec deux symptômes ou plus: rhinorrhée abondante, difficulté à respirer le nez, démangeaisons dans la cavité nasale, éternuements répétés et souvent anosmie.

1. Brève information

1.1 Définition

La rhinite allergique (RA) est une maladie caractérisée par la présence d'une inflammation immunitaire (le plus souvent dépendante des IgE) de la muqueuse nasale causée par un allergène ayant une cause significative, et manifestée cliniquement quotidiennement pendant au moins une heure avec deux symptômes ou plus: rhinorrhée abondante, difficulté à respirer le nez, démangeaisons dans la cavité nasale, éternuements répétés et souvent anosmie.

1.2 Étiologie et pathogenèse

Les principaux facteurs étiologiques de la RA sont:

- Usines de pollen. La RA, causée par une sensibilisation (hypersensibilité) aux allergènes de plantes pollinisées par le vent, est appelée pollinose ou rhume des foins. Pour chaque région, il existe un calendrier de dépoussiérage (floraison) des plantes, qui dépend des caractéristiques climatiques et géographiques. Pour la Russie centrale, il existe trois grandes périodes de floraison des plantes allergisantes: le printemps (avril-mai) - associé à l'époussetage des arbres (bouleau, aulne, noisetier, chêne, etc.), le début de l'été (juin à la mi-juillet) - associé à la floraison des céréales ou Graminées des prés (fléole, fétuque, hérisson, ray-grass, feu de joie, seigle, pâturin, etc.), fin de l’été - automne (mi-juillet à septembre) - avec floraison de mauvaises herbes: Compositae (tournesol, absinthe, ambrosia) et cannabis (Quinoa) [ 1-3].

- Les allergènes des acariens (Dermatophagoides pteronyssinus et Dermatophagoides farinae), les allergènes épidermiques (chats, chiens, chevaux, etc.), moins souvent - poussière de bibliothèque, champignons de moisissure, cafards. Bien que les spores de champignons et les allergènes d'acariens sont des allergènes toute l'année, leur quantité dans l'air ambiant dépend également de la saison. Ainsi, une RA persistante peut avoir une trajectoire en forme de vague et être accompagnée de flambées saisonnières [1-3].

En RA, l'inflammation allergique est causée par le développement d'une réaction allergique de type immédiat (médiée par les IgE). Une fois dans l'organisme, l'allergène est fragmenté dans des cellules présentatrices d'antigène (APC) en peptides simplifiés, qui sont ensuite présentés par ces cellules à des cellules T auxiliaires (cellules Th2). Les cellules Th2, à leur tour, en activant, produisent un certain nombre de lymphokines, en particulier l'interleukine-4 (IL-4) (et / ou une autre molécule - IL-13), IL-5, 6, 10; et exprimer également à sa surface un ligand pour CD40 (CD40L ou CD154), qui fournit le signal nécessaire à un lymphocyte B pour le différencier en un plasmocyte produisant une IgE. La molécule d’IgE spécifique de l’allergène est fixée sur les récepteurs spécialisés de FcyRI qui sont situés sur des cellules cibles de premier ordre (mastocytes des membranes muqueuses et du tissu conjonctif et des basophiles), ainsi que sur FcyRII de faible affinité, exprimée à la surface B, qui ont une très grande affinité pour eux. lymphocytes, monocytes, éosinophiles et éventuellement lymphocytes T. Lors de la rentrée, l'allergène se lie à des anticorps IgE fixés à la surface des cellules cibles, ce qui provoque une chaîne de transformations biochimiques des lipides membranaires (phase pathochimique), entraînant la sécrétion de médiateurs préformés, tels que l'histamine, et la formation de nouveaux (métabolites de l'acide arachidonique (prostaglandine D2) peptide sulfuré leucotriènes C4, D4, E4), facteur d'activation des plaquettes (PAF), activation des kinines plasmatiques [4].

Les médiateurs libérés dans les tissus, agissant sur les récepteurs cibles, induisent la phase physiopathologique de la réaction atopique: augmentation de la perméabilité vasculaire et de l'œdème tissulaire, contraction du muscle lisse, hypersécrétion des glandes muqueuses, irritation des terminaisons nerveuses périphériques. Ces modifications constituent la base de la phase rapide (précoce) de la réaction allergique qui se développe au cours des premières minutes après l'action de l'allergène (symptômes de la muqueuse nasale: démangeaisons, éternuements, écoulements nasaux aqueux, de la muqueuse bronchique: bronchospasme, œdème muqueux, augmentation de la sécrétion de crachats).. Parallèlement à l'action directe, les médiateurs d'une réaction allergique stimulent les terminaisons nerveuses des nerfs parasympathiques porteurs d'impulsions dans le SNC et stimulent la libération d'acétylcholine dans les tissus (poumons, aggravant les spasmes bronchiques des muscles lisses causés par des allergies, la conjonctive oculaire (réflexe naso-oculaire) [5].

La préparation de la migration cellulaire des vaisseaux au tissu est assurée par une modification du débit sanguin dans les microvaisseaux et par l'expression de molécules d'adhésion cellulaire sur l'endothélium et les leucocytes. La participation successive de molécules d’adhésion et de chimiokines au processus conduit à l’infiltration de tissus basophiles, éosinophiles, lymphocytes T, mastocytes, cellules de Langerhans. Après activation, ils sécrètent également des médiateurs pro-allergiques (pro-inflammatoires) qui forment la phase tardive (ou retardée) d'une réaction allergique (après 4-6 heures, symptômes de la muqueuse nasale: congestion nasale, hyperréactivité nasale, anosmie, de la muqueuse bronchique: hyperréactivité bronchique, obstruction) [4].

L'accumulation de lymphocytes dans les tissus prenant un temps assez long, les cytokines des lymphocytes T (profil Th2) ne sont impliquées que dans le processus de maintien de l'inflammation allergique aux stades finaux. On pense que les modifications de la composition cellulaire dues à la consommation d’éosinophiles, de basophiles, de cellules Th2 et au maintien de l’activité des mastocytes au cours de la dernière phase de la réaction allergique sont liées à un changement de la réactivité globale de la muqueuse nasale et des bronches. Dans ce contexte modifié, une exposition ultérieure à l’allergène provoque des symptômes cliniques plus prononcés. L'hyperréactivité non spécifique de la membrane muqueuse du nez et des bronches chez les patients atteints de RA se traduit par une sensibilité accrue à divers effets irritants non spécifiques (odeurs nettes, modification de la température ambiante, etc.). Des caractéristiques constitutionnelles, des modifications de la sensibilité des récepteurs aux médiateurs et aux irritants, des perturbations des réactions réflexes ainsi que des modifications vasculaires et microcirculatoires peuvent également être à la base d'une hyperréactivité des tissus non spécifique [4].

1.3 Epidémiologie

La prévalence de la RA dans différents pays du monde est de 4 à 32%, contre 10 à 24% en Russie. Il convient de noter le faible potentiel d’appel des patients atteints de RA aux premiers stades de la maladie et au diagnostic tardif. Le plus souvent, la maladie fait ses débuts dans la première moitié de la vie. Des études épidémiologiques à long terme montrent une augmentation progressive du nombre de personnes souffrant de RA [1-3].

Chez 50 à 90% des patients atteints de RA associés à une conjonctivite allergique, cela est particulièrement vrai pour les patients présentant des manifestations saisonnières de la RA. La RA est un facteur de risque pour le développement de l'asthme bronchique (BA). Selon différents auteurs, 30 à 50% des patients atteints de RA souffraient de BA atopique, alors que, dans le même temps, 55 à 85% des patients avec BA signalaient des symptômes de RA. Dans certains cas, le développement de l'AR précède les débuts de BA, dans d'autres, les deux maladies commencent simultanément [1-3, 6-7].

1.4 Codage sur CIM-10

J30 - rhinite vasomotrice et allergique

J30.1 - Rhinite allergique causée par du pollen de plante

J30.2 - Autres rhinites allergiques saisonnières

J30.3 - autres rhinites allergiques

J30.4 - Rhinite allergique, sans précision.

1.5 Classification

La classification moderne des AR est présentée en deux variantes.

En Russie, une classification est souvent utilisée, selon laquelle le RA est divisé en saisonnier, annuel et professionnel. Cette classification est présentée dans le document de l'accord de révision européenne [6-8].

A) La rhinite allergique saisonnière (Académie d'allergologie et d'immunologie clinique (2000) et conforme à la CIM-10-SAR) est provoquée par le pollen de plante.

Commentaires: Les périodes d'exacerbation des STA dépendent des conditions climatiques et géographiques qui déterminent la durée et l'intensité de la floraison des plantes allergènes et de la teneur en pollen de l'air atmosphérique. La durée de l'exacerbation saisonnière peut varier de 2 semaines à 6 mois (en présence d'une sensibilisation combinée aux allergènes du pollen).

B) La rhinite allergique à longueur d’année (CAR) est provoquée par la présence d’une hypersensibilité aux allergènes domestiques et / ou épidermiques.

Commentaires: Bien que les spores des champignons et les allergènes d’acariens sont des allergènes toute l’année, leur quantité dans l’air ambiant dépend également de la saison. Il diminue généralement en hiver et augmente en été et en automne. Ainsi, la RCA peut avoir un parcours ondulant et s'accompagner d'exacerbations saisonnières.

En 2001, un groupe d’experts de l’OMS dans le domaine ARIA (La rhinite allergique et son impact sur l’asthme - La rhinite allergique et ses effets sur l’asthme) 2001, révisé en 2008, 2010. La classification de AR a été proposée, dans laquelle on distingue [6-8]:

  1. AR intermittent (épisodique) - les symptômes perturbent moins de 4 jours par semaine ou moins de 4 semaines par an;
  2. AR persistant (fréquent, persistant) - les symptômes gênent plus de 4 jours par semaine et plus de 4 semaines par an.

Par gravité:

  • gravité légère - le patient présente de légers symptômes de rhinite qui ne perturbent pas l'activité quotidienne et le sommeil;
  • gravité modérée - les symptômes de la rhinite interfèrent avec le travail, les études, le sport, perturbent le sommeil du patient;
  • degré sévère - les symptômes aggravent considérablement la qualité de vie du patient qui, en l’absence de thérapie, ne peut pas travailler normalement, étudie, fait du sport, le sommeil est perturbé de manière significative.

Selon le stade de la maladie: aggravation, rémission.

Commentaires: Cette classification ne prend pas en compte le facteur étiologique du développement de la RA. Dans le même temps, il est nécessaire de connaître la sensibilisation disponible pour un patient atteint de RA afin de sélectionner le traitement spécifique, qui comprend l’élimination des allergènes et l’immunothérapie spécifique de l’allergène. Par conséquent, parallèlement à l'indication de la durée et de la gravité des symptômes de la RA, il est nécessaire d'indiquer les allergènes auxquels une sensibilisation a été identifiée et qui sont responsables du développement des manifestations cliniques de la maladie.

2. Diagnostic

2.1 Plaintes et anamnèse

AR montre les principaux symptômes suivants:

  • Rhinorrhée (écoulement aqueux du nez);
  • éternuements - souvent paroxystiques, souvent le matin, ils peuvent se produire spontanément;
  • démangeaisons, rarement, sensation de brûlure au nez (parfois accompagnées de démangeaisons du palais et de la gorge); les démangeaisons du nez peuvent se manifester par un symptôme caractéristique - «salut allergique» (griffures constantes du bout du nez avec la paume de la main de bas en haut), ce qui entraîne chez certains patients un pli nasal transversal, des égratignures, des égratignures au nez;
  • congestion nasale, respiration caractéristique de la bouche, respiration sifflante, ronflement, changement de voix;
  • diminution du sens de l'odorat (dans les derniers stades de la rhinite).

Des symptômes supplémentaires de RA se développent à la suite de sécrétions abondantes du nez, d'un drainage déficient des sinus paranasaux et du passage de l'auditif (trompes d'Eustache):

  • irritation, gonflement, rougeur de la peau sur la lèvre supérieure et près des ailes du nez;
  • saignements nasaux dus au soufflage forcé du nez et à la cueillette;
  • maux de gorge, toux (manifestations de pharyngite allergique concomitante, laryngite);
  • douleur et fissures dans les oreilles, surtout lors de la déglutition; déficience auditive (manifestations de tubite allergique).

Symptômes non spécifiques fréquents observés dans la rhinite allergique:

  • faiblesse, malaise, irritabilité;
  • mal de tête, fatigue, trouble de la concentration;
  • troubles du sommeil, humeur dépressive;
  • rarement, fièvre.

Commentaires: En règle générale, les manifestations cliniques de la RA s'accompagnent de symptômes oculaires, dont l'apparition est également due à une réaction allergique. Une réaction inflammatoire allergique de la conjonctive est caractérisée par une hyperhémie et un œdème de la membrane muqueuse des paupières, des larmoiements, des démangeaisons intenses, une sensation de "sable dans les yeux", la formation de follicules ou de papilles, moins compliquées par des lésions de la cornée et une déficience visuelle. La base pathogénique du développement de la conjonctivite allergique est une réaction médiée par les IgE. Le stade physiopathologique d'une réaction allergique de type immédiat provoquée par un contact direct avec un allergène est caractérisé par les symptômes décrits ci-dessus. De plus, les connexions neuronales existantes entre la membrane muqueuse du nez et la conjonctive provoquent l'interaction réflexe de ces organes entre eux. Par conséquent, une inflammation initiée sur la muqueuse nasale d'un patient sensibilisé aux allergènes déclenche de manière réflexe le développement de symptômes oculaires [3].

L'anamnèse est essentielle au diagnostic de cette maladie. Lors des entretiens avec un patient, une attention particulière est accordée aux caractéristiques du développement des premiers symptômes de la maladie, à leur intensité, à leur dynamique de développement, à leur durée et à leur sensibilité aux agents pharmacothérapeutiques prescrits. Il est nécessaire d'identifier la présence ou l'absence de caractère saisonnier de la maladie, l'apparition ou l'intensification de symptômes de RA par contact direct avec l'un ou l'autre des allergènes (contact avec le pollen, les animaux domestiques, l'exacerbation lors du nettoyage d'un appartement, etc.); la présence ou l'absence de l'effet d'élimination, l'influence des facteurs météorologiques, de l'alimentation, des zones de changement climatique.

Lors de l'identification des plaintes, il est nécessaire de prendre en compte des indicateurs quantitatifs (durée des symptômes au cours de la journée, nombre de mouchoirs utilisés par jour, dose de médicaments vasoconstricteurs utilisée, etc.). Il faut porter une attention particulière aux plaintes concomitantes du patient telles que sensation de douleur et douleurs dans les sinus paranasaux, maux de tête, douleur à l'oreille moyenne, perte auditive, changements de la voix, saignements de nez, manifestations de dermatite autour du nez, pharyngolaryngites fréquentes, diminution de l'attention et de la performance.

L'apparition de symptômes saisonniers au même moment de l'année est un indicateur possible du rôle des pollens ou des spores de moisissures; détérioration de l'habitat - un indicateur de sensibilisation aux allergènes de l'épiderme ou aux acariens de la poussière; en cas de détérioration au travail, le rôle des allergènes professionnels ne peut être exclu.

Caractéristiques rhinorrhée - la rhinorrhée postérieure - conduit au syndrome de ce qu'on appelle le "ruissellement postnasal". Si la décharge est claire, l'infection est peu probable, si la décharge est jaune ou verte, l'infection est hautement probable. Des impuretés sanguines dans les sécrétions nasales des deux côtés peuvent indiquer une utilisation incorrecte du spray nasal ou la présence d'un processus granulomateux, ainsi qu'une possible violation de la coagulation du sang et d'une pathologie vasculaire dans la muqueuse nasale. Les symptômes unilatéraux de la RA indiquent soit un «cycle nasal» prolongé chez un patient, soit nécessitent la violation de la structure anatomique de la cavité nasale ou d'un corps étranger, des tumeurs, un polype du sinus maxillaire (polypes antrochoanal), généralement, après une blessure à la tête, une lésion cérébrospinale. liquides (liquorrhea). Les symptômes bilatéraux indiquent soit une courbure sigmoïde du septum, soit la présence d'une polypose nasale obturant les deux voies nasales. Alternance de congestion - sur rhinite généralisée avec un cycle nasal changeant.

La granulomatose de Wegener, la sarcoïdose, d'autres vascularites, l'ozène et la rhinosinusite chronique peuvent entraîner la formation de croûtes nasales. Le syndrome allergique oral (SAOS) se développe chez certains patients atteints de STA lorsqu’ils sont ingérés avec des antigènes à réaction croisée contenus dans certains fruits, légumes et noix (les symptômes de l’OSA se développent dans les premières minutes après la consommation de fruits ou de légumes frais, moins souvent après une ou deux heures) Caractérisé par l'apparition de poches, de picotements, de démangeaisons et de brûlures au niveau de la langue, des gencives, du palais, des lèvres et d'éléments érythémateux dans la région périorale, sur le cou. Il y a souvent une augmentation de la congestion nasale, du nez qui coule, des éternuements, de la conjonctivite. Dans la plupart des cas, les symptômes sont de courte durée et s’arrêtent d'eux-mêmes, mais dans certains cas, ils peuvent être associés à un syndrome broncho-obstructif (réactions systémiques).

2.2 Examen physique

Faites attention à:

- difficulté à respirer par le nez;

- séparation abondante permanente des sécrétions aqueuses de la cavité nasale;

Commentaires: En cas d’infection secondaire, la sécrétion sécrétée peut être mucopurulente.

2.3 Diagnostic de laboratoire

  • Un examen cytologique de la sécrétion de la cavité nasale (frottis) pour la présence d'éosinophilie a été recommandé.

Le niveau de crédibilité des recommandations B, le niveau de fiabilité des preuves 2 ++.

Commentaires: L’augmentation de la quantité relative d’éosinophiles à 10% ou plus est caractéristique.

  • Recommandé d'effectuer un test sanguin général pour détecter l'éosinophilie.

Niveau de crédibilité des recommandations C, niveau de fiabilité des preuves 3.

Commentaires: Plus souvent dans la période d'exacerbation de la maladie.

2.4 Diagnostic instrumental

  • Rhinoscopie recommandée.

Le niveau de crédibilité des recommandations B, le niveau de fiabilité des preuves 2 ++.

Commentaires: Lorsque la rhinoscopie a recommandé de faire attention à l'état du septum nasal, la couleur de la muqueuse: résultats typiques sont la couleur grise ou bleuâtre typique de la membrane muqueuse, "taches Voyacheka" et écoulement abondant mousseux. Lorsque la rhinoscopie postérieure est souvent retrouvée épaissie comme un rouleau de la membrane muqueuse du vomer postérieur, gonflement des extrémités arrière du cornet inférieur.

Examen complémentaire:

  • Examen par rayons X recommandé de la cavité nasale et des SNP.

Le niveau de crédibilité des recommandations A, le niveau de fiabilité des preuves est de 1+.

  • Recommandé pour la tomodensitométrie de la cavité nasale et des SNP.

Le niveau de crédibilité des recommandations B, le niveau de fiabilité des preuves 2 ++.

  • Recommandé pour effectuer la rhinomanométrie antérieure.

Le niveau de crédibilité des recommandations C, le niveau de fiabilité des preuves 2+.

  • Examen endoscopique recommandé de la cavité nasale.

Niveau de crédibilité des recommandations C, niveau de fiabilité des preuves 3.

  • Il est recommandé d'effectuer un test d'application avec une solution d'hydrochlorure d'épinéphrine à 0,1% pour démontrer la réversibilité de l'obstruction nasale.

Le niveau de crédibilité des recommandations C, le niveau de fiabilité des preuves 2+.

2.5 Autres diagnostics

  • Pour clarifier la genèse de la maladie et identifier un allergène de cause importante, un examen allergologique est recommandé:

en établissant des tests cutanés avec des allergènes atopiques ou en déterminant le taux d'IgE spécifiques de l'allergène dans le sérum sanguin.

Le niveau de crédibilité des recommandations A, le niveau de fiabilité des preuves 1 ++.

  • Recommandé pour effectuer des tests nasaux provocateurs avec des allergènes atopiques.

Le niveau de crédibilité des recommandations B, le niveau de fiabilité des preuves est de 1+.

Commentaires: Le diagnostic final n'est posé qu'après comparaison des résultats de l'examen avec les données de l'historique de la maladie.

2.6 Diagnostic différentiel

Les AR différencient certaines maladies chroniques de la cavité nasale. Le plus souvent avec une rhinite causée par des anomalies anatomiques de la structure de la cavité nasale ou une rhinite infectieuse [8].

Commentaires: Une rhinite à éosinophiles non allergique se caractérise par une teneur élevée en éosinophiles (jusqu'à 80-90%) au cours de l'examen cytologique, alors qu'aucune méthode de sensibilisation ne peut être détectée par aucune des méthodes de diagnostic allergique, tandis que la rhinoscopie est caractérisée par une membrane muqueuse du nez oedémateuse et pâle, éventuellement par un développement ultérieur de la polypose.

En cas de rhinite vasomotrice (idiopathique), la membrane muqueuse de la cavité nasale est pâle, œdémateuse; l'écoulement nasal est liquide ou visqueux, il n'y a aucun signe d'atopie.

La rhinite de nature non allergique peut être provoquée par une pathologie du système endocrinien, la prise de médicaments, des facteurs psychogènes, une grossesse, etc.

Tenir compte des données de l'anamnèse et des résultats des examens cliniques et allergologiques, de la présence d'une pathologie concomitante et de médicaments pouvant entraîner l'apparition de symptômes de rhinite. Les patients soupçonnés d'avoir une RA ont un journal dans lequel ils enregistrent chaque jour la gravité des symptômes, l'influence des conditions environnementales sur l'évolution de la maladie, ainsi que les médicaments utilisés ce jour-là. L'analyse des informations tirées du journal suggère la nature allergique de la maladie et l'allergène responsable, l'effet de l'utilisation de médicaments. Au cours du flux saisonnier, il est nécessaire de comparer le calendrier des plantes à fleurs dans cette zone climatique avec les moments d'apparition et de disparition des symptômes chez un patient.

3. traitement

L’objectif du traitement est un contrôle complet des symptômes de la RA. Dans la plupart des cas, le traitement est effectué en ambulatoire. L'hospitalisation à l'hôpital est indiquée en cas d'évolution sévère et / ou compliquée de la maladie, ainsi que pour la nécessité de mener ASIT par la méthode accélérée.

Le traitement de la rhinite allergique devrait inclure les mesures suivantes:

  • élimination du contact avec l'allergène (si possible);
  • pharmacothérapie;
  • immunothérapie spécifique aux allergènes;
  • éducation du patient.

Il est également nécessaire de chercher à optimiser les facteurs environnementaux et sociaux afin que le patient puisse mener une vie normale.

3.1 Traitement conservateur

Le traitement médicamenteux de la RA comprend un traitement symptomatique (soulagement de l'exacerbation aiguë et traitement de base) [6-8].

Préparations pour une utilisation locale.

  • Dans le cas d'un blocage complet de la respiration nasale quelques minutes avant l'administration intranasale de médicaments antiallergiques, il est recommandé d'utiliser des stimulants adrénergiques:

- la naphazoline; - oxymétazoline; - Xylométazoline.

Le niveau de crédibilité des recommandations C, le niveau de fiabilité des preuves 2+.

Commentaires: Appliquez 2 à 3 instillations 2 à 4 fois par jour. Leur durée d'utilisation est en moyenne de 3 à 5 jours, mais ne dépasse pas 10 jours.

  • Avec une sécrétion nasale abondante, les préparations anticholinergiques contenant du bromure d'ipratropium ** sont fortement recommandées, en prenant 2 à 3 doses par passage nasal 3 fois par jour.

Le niveau de crédibilité des recommandations B, le niveau de fiabilité des preuves est de 1+.

Commentaires: Il ne faut pas oublier qu'en cas de surdosage et constant (pendant plusieurs mois et parfois plusieurs années) de stimulants des adrénorécepteurs, une tachyphylaxie se produit et que de nombreux effets secondaires et complications se développent (hypertrophie des fosses nasales, modifications irréversibles de la muqueuse nasale, éventuellement développement). nombre de réactions systémiques du système cardiovasculaire).

  • En présence de manifestations cliniques légères et modérées de la rhinite, il est recommandé d'appliquer l'acide cromoglycique ** (B, 1+) ​​en pulvérisation intranasale à une dose de 2,8 mg dans chaque passage nasal 4 à 6 fois par jour.

Le niveau de crédibilité des recommandations B, le niveau de fiabilité des preuves est de 1+.

  • Une alternative consiste à utiliser l'hypertension sous forme d'agents intranasaux: lévocabastine, deux insufflations dans chaque passage nasal, 2 à 4 fois par jour, azélastine, une insufflation dans chaque passage nasal, 2 fois par jour.

Le niveau de crédibilité des recommandations C, le niveau de fiabilité des preuves 2+.

Glucocorticoïdes intranasaux (INGX).

  • Utilisation recommandée dipropionate de béclométhasone à une dose de 400 mg / jour, furoate de mométasone à une dose de 200 µg 2 fois par jour ou budésonide à une dose de 100 à 200 µg 2 fois par jour ou propionate de fluticasone à la dose de 100 µg 2 fois par jour.

Le niveau de crédibilité des recommandations A, le niveau de fiabilité des preuves 1 ++.

Commentaires: Il convient de rappeler que l'AR et l'AB sont des maladies interdépendantes. Par conséquent, un traitement adéquat et opportun, l'administration précoce d'INGX réduit l'intensité de l'inflammation allergique à la fois dans la muqueuse nasale et dans les bronches et réduit leur hyperréactivité.

Antihistaminiques

  • Il est recommandé d’utiliser uniquement l’hypertension de deuxième génération sans danger, caractérisée par un rapport efficacité / sécurité favorable. Tels que, AG (bloqueurs H1-récepteurs à l'histamine) de deuxième génération: loratadine ** ou cétirizine ** à la dose de 10 mg / jour ou la desloratadine à la dose de 5 mg / jour. Peut-être que l'utilisation d'ébastine à une dose de 10 à 20 mg / jour, de fexofénadine à une dose de 120 à 180 mg / jour ou de lévocétirizine à une dose de 5 mg / jour,

Le niveau de crédibilité des recommandations A, le niveau de fiabilité des preuves est de 1+.

ou rupatadina fumorata à une dose de 10 mg / jour.

Le niveau de crédibilité des recommandations B, le niveau de fiabilité des preuves 2 ++.

  • L'utilisation de bloqueurs H est recommandée comme traitement alternatif.1-Récepteurs d'histamine de la première génération: Clemensin, à la dose de 1 mg 2 à 3 fois par jour, ou chloropyramine à la dose de 25 mg 2 à 3 fois par jour pendant 10 jours.

Niveau de crédibilité des recommandations B, degré de fiabilité des preuves 2+.

Commentaires: L'hypertension artérielle domestique est représentée par les médicaments: mebhydroline nasisizilat 0,1-0,3 g par jour; chlorhydrate de sévifénadine, 0,05-0,1 g, 2 à 3 fois par jour, chlorhydrate de hifénadine, 25 à 50 mg, 2 à 4 fois par jour.

  • En cas de symptômes sévères, les premiers jours ont recommandé l’utilisation de médicaments par voie parentérale (IM ou IV): clémensine à une dose de 2 mg 1 à 2 fois par jour, chloropyramine ** à une dose de 40 mg 1 à 2 fois par jour.

Niveau de crédibilité des recommandations C, niveau de fiabilité des preuves 3.

  • En tant que médicament systémique ayant un effet stabilisant sur les membranes des mastocytes, il est recommandé d'utiliser du kétotifène à une dose de 1 mg 2 fois par jour pendant 3 mois au plus.

Le niveau de crédibilité des recommandations C, le niveau de fiabilité des preuves 2+.

Commentaires: Malgré l'efficacité de l'hypertension orale de première génération, son utilisation n'est pas recommandée si des médicaments de seconde génération sont disponibles, étant donné les propriétés sédatives et anticholinergiques de la première. La faible efficacité de l'hypertension de la première génération a été établie en fonction de l'analyse coût-efficacité, le coût du traitement augmente en raison de la sédation qu'il provoque.

Bloqueurs des récepteurs de leucotriènes

  • En termes d’efficacité, il est recommandé de prendre du montélukast sodique à raison de 10 mg par jour et du zafirlukast ** à raison de 40 mg par jour, supérieurs au placebo mais inférieurs à l’hypertension et à INGX.

Niveau de crédibilité des recommandations B, degré de fiabilité des preuves 2+.

Glucocorticoïdes systémiques

Dans de rares cas, les patients présentant des symptômes graves qui ne répondent pas au traitement par d'autres médicaments ou qui ne tolèrent pas les médicaments intranasaux peuvent nécessiter un recours systémique à la GCS (par exemple, la prednisone ** à la dose initiale de 5-10 mg / jour par voie orale) pendant une courte période.

Commentaires: Le traitement à long terme par les corticostéroïdes oraux ou leur administration intramusculaire est accompagné d'effets secondaires systémiques bien connus.

Thérapie de base AR

Commentaires: En cas de saisonnalité, un traitement antiallergique préventif doit être prescrit après analyse des données relatives à l'évolution de la maladie au cours de la saison précédente (gravité des manifestations cliniques, efficacité des médicaments prescrits et résultats des examens) 1 à 2 semaines avant l'exacerbation saisonnière prévue.

  • L'utilisation des médicaments suivants est recommandée en tant que traitement de base pour les patients atteints de RA léger:

Niveau de crédibilité des recommandations C, niveau de fiabilité des preuves 3.

Commentaires: La liste des médicaments et des dosages énumérés ci-dessus. La sélection et la combinaison des médicaments de traitement de base sont effectuées individuellement, en tenant compte de la gravité de la maladie, de la tolérabilité des médicaments et des conditions de vie du patient.

3.2 Traitement chirurgical

L'intervention chirurgicale dans la RA n'est réalisée que si le patient présente une pathologie concomitante. Les indications chirurgicales chez les patients atteints de RA sont une obstruction nasale due à des modifications des structures intranasales, ainsi qu'une rhinosinusite compliquée, des kystes des sinus paranasaux, etc.

3.3 Autre traitement

  • L'immunothérapie spécifique aux allergènes (ASIT) est recommandée. (voir les directives cliniques pour ASIT) [9].

Le niveau de crédibilité des recommandations A, le niveau de fiabilité des preuves 1 ++.

4. Réhabilitation

5. Prévention et suivi

Le patient ou les parents d’enfants doivent être informés de la nature de la maladie, des causes et des mécanismes de la rhinite, des symptômes et des traitements disponibles. Il est nécessaire de fournir des informations sur les moyens d'éliminer ou de limiter le contact avec l'allergène, la pharmacothérapie. L’efficacité du traitement dépend de la technique correcte d’utilisation des préparations topiques, qui doit être enseignée au patient. Les patients doivent être informés des complications possibles de la RA, notamment une sinusite, une otite moyenne et des maladies apparentées telles que l'asthme. Les patients doivent avoir une idée de la manière de reconnaître les signes de complications, de les orienter rapidement vers des médecins spécialistes et de recevoir des informations sur les éventuels effets négatifs de la rhinite sur la qualité de la vie et sur les avantages du respect des recommandations médicales. Il est nécessaire d'orienter le patient vers des attentes réalistes et de comprendre que les maladies chroniques ne sont pas guéries. Par conséquent, une surveillance médicale à long terme et un traitement rationnel sont nécessaires [6-8].

Les mesures préventives sont:

  • exclusion du contact avec des irritants non spécifiques (fumée de tabac, gaz d'échappement, etc.), des risques professionnels;
  • respect du régime hypoallergénique, en tenant compte du spectre de la sensibilisation;
  • exclusion du diagnostic de RA chez les patients asthmatiques;
  • examen allergologique obligatoire des patients atteints de rhinite vasomotrice
  • effectuer des mesures thérapeutiques et diagnostiques (tests cutanés et de provocation, ASIT) uniquement dans des hôpitaux et des bureaux spécialisés sous la surveillance d'un médecin allergologue-immunologiste.
  • pour les patients avec un diagnostic de RA: surveillance constante par un allergologue-immunologue, plan de traitement écrit du patient, éducation et formation du patient, incl. dans les allergies;
  • élimination du contact avec des allergènes causalement significatifs (mesures d'élimination)
  • en tant que mesure de prophylaxie secondaire chez les personnes atteintes d'atopie, l'exclusion du contact avec des allergènes et des facteurs potentiellement susceptibles de sensibiliser (animaux domestiques, plantes, phytothérapie, conditions de vie et de travail défavorables, etc.).

Critères d'évaluation de la qualité des soins

Critères de qualité

Niveau de confiance des preuves

Recommandations de niveau de crédibilité

Indications anamnestiques identifiées de l'association des symptômes de la rhinite avec le contact avec un allergène.

Un examen allergique a été réalisé (tests cutanés avec des allergènes atopiques ou détermination des IgE spécifiques).

Un antihistaminique de deuxième génération a été administré à une dose adaptée à l’âge.

Complété le traitement avec glucocorticoïde intranasal dans le mode d'utilisation régulière.

Une évaluation de la pathologie concomitante

Atteint la réduction (disparition) des symptômes de la rhinite

Sensibilisation identifiée aux allergènes de cause importante

Références

  1. Ilina N.I. Allergologie dans différentes régions de Russie selon les résultats d'études cliniques et épidémiologiques. Diss. pour le degré de Dr. med. M., 1996, 225c.
  2. Khaitov RM, Bogova A.V., Ilina N.I. Épidémiologie des maladies allergiques de la Russie. Immunology, 1998, N ° 3, pp.4-9.
  3. Van Cauwenberge P.B., Ciprandi G., Vermeiren J.S.J. Épidémiologie de la rhinite allergique. UCB Institute of Allergy, 2001, 27p.
  4. Gushchin I.S. Inflammation allergique et son contrôle pharmacologique. M., impression de Farmarus, 1998, 252 p.
  1. Naclerio RM, Pinto J, de Tineo M, Baroody FM. Élucider le mécanisme des symptômes associés à la rhinite allergique. Allergie Asthma Proc, 2008, v.29, p. 24–28.
  1. Rhinite allergique et impact sur l’asthme (ARIA) 2008: mise à jour. Allergie (Suppl.86). 2008, v.63, p.1-160
  2. Brozek J, J Bousquet, CE Baena-Cagnani, S Bonini, GT Canonica, Casale TD, al. Directives concernant la rhinite allergique et l'impact sur l'asthme (ARIA): révision de 2010. J Allergy Clin Immunol 2010; 126: 466-76.
  1. Allergologie et immunologie: leadership national. Ed. Khaitova R.M., Ilina N.I. M.: GEOTAR-Media. 2009, 656s /
  2. Gushchin I.S., Kurbacheva OM Allergie et immunothérapie spécifique aux allergènes. M: Farmarus Print Media, 2010, 228c.

Annexe A1. La composition du groupe de travail

Composition du groupe de travail

  1. Khaitov Rakhim Musaevich - Académicien de l'Académie des sciences de Russie, président de la Commission de profil sur l'allergologie et l'immunologie, président de l'Association russe des allergologues et des immunologistes cliniques (RAAKI), directeur scientifique de l'institution médicale budgétaire de l'État fédéral. Établissement d'enseignement budgétaire de l'État fédéral. Téléphone: 8 (499) 617-78-44.
  2. Elena Alexandrovna Vishneva - Directrice adjointe à la recherche de l'Institut de recherche scientifique sur la pédiatrie, Chef du département de normalisation et de pharmacologie clinique du FSAU "Centre scientifique pour la santé des enfants" du ministère de la Santé de la Fédération de Russie, Ph.D. Téléphone: 8 (499) 783-27-93.
  3. Danilycheva Inna Vladimirovna - Chercheuse principale, Département d'allergologie et d'immunothérapie, Institution budgétaire de l'État fédéral «Institut du Centre de recherche pour l'immunologie», Agence fédérale de biologie médicale et de médecine, Institut de doctorat. Téléphone: 8 (499) 618-28-75.
  4. Demko Irina Vladimirovna - Chef des allergologues et immunologistes indépendants du territoire de Krasnoyarsk, Districts fédéraux de Sibérie et d'Extrême-Orient, MD, professeur, chef du département des maladies internes de l'Université de médecine de Krasnoyarsk. Téléphone: 8 (913) 507-84-08.
  5. Olga Guryevna Elisyutina - Chercheuse principale en allergologie et immunopathologie de la peau, Institution budgétaire de l'État fédéral «Institut du Centre de recherche pour l'immunologie», FMBA de Russie, allergologue-immunologiste, Ph.D. Téléphone: 9 (499) 618-26-58.
  6. Natalia Ivanovna Ilina - Vice-présidente de l'Association russe d'allergologues et d'immunologues cliniques (RAAKI), MD, professeure, directrice adjointe du Centre fédéral de recherche sur l'immunologie de l'Agence fédérale de médecine et de biologie de Russie - médecin chef. Téléphone: 8 (499) 617-08-00.
  7. Oksana Kurbacheva - Chef Allergologue-Immunologue freelance du District fédéral central, MD, Professeur, Chef du département de l'asthme bronchique, Institut d'immunologie FSBI SSC, FMBA Russie. Téléphone: 8 (499) 618-24-60.
  8. Elena Latysheva - Chercheuse principale au Département d’immunopathologie des adultes de l’institution budgétaire de l’État fédéral «Institut d’immunologie du Centre de recherche de l’État» de l’Agence fédérale de biologie médicale, Ph.D., professeure associée du département d’immunologie clinique de la faculté de l’ICF GOU VPO RNMU. Pirogov. Téléphone: 8 (499) 612-77-73.
  9. Tatyana V. Latysheva - Docteur en sciences médicales, professeure au département d'allergologie clinique et d'immunologie, FPDO MGMSU, chef du département d'immunologie de l'adulte de l'institution budgétaire de l'État fédéral «Institut du centre de recherche en immunologie» de l'Agence fédérale médicale et biologique de Russie. Téléphone: 8 (499) 617-80-85.
  10. Luss Lyudmila Vasilyevna - Chef du Département des avis scientifiques de l’Institution budgétaire de l’État fédéral «Institut d’immunologie du Centre de recherche de l’État» de l’Agence fédérale de la médecine et de la biologie de Russie, docteur en sciences médicales, professeur au département d’allergie clinique et immunologie de la faculté de médecine de la faculté de médecine de la A.I. Evdokimova. Téléphone: 8 (499) 617-36-18.
  11. Myasnikova Tatyana Nikolaevna - Chercheuse principale au département d'immunopathologie adulte, FSBI “Institut d'immunologie SSC” de l'Agence fédérale médicale et biologique de Russie. Allergologue-immunologiste, MD. Téléphone: 8 (499) 612-88-29.
  12. Leyma Seymurovna Namazova - Directrice adjointe à la recherche, FSAU "Centre scientifique de la santé des enfants" du ministère de la Santé de la Fédération de Russie, directrice de l'Institut scientifique et de recherche sur la pédiatrie, membre correspondante de l'Académie des sciences de Russie, titulaire d'un doctorat et professeure. Téléphone 8 (495) 935-64-00.
  13. Ksenia S. Pavlova - Chercheur principal du département de l'asthme bronchique, Institut d'immunologie du FSBI SSC, FMBA de Russie, Ph.D. Téléphone: 8 (499) 618-24-60
  14. Pampura Alexander Nikolaevich - Chef du département d'allergologie et d'immunologie clinique de la PAC "NIKI Pediatrics", d'après le nom de l'académicien Yu. E. Veltischeva N.I. Pirogov, ministère de la Santé de la Fédération de Russie, MD, professeur. Téléphone: 8 (926) 227-68-10.
  15. Setdikova Nailya Kharisovna - Chercheuse principale du département d'immunopathologie de la clinique de l'institution budgétaire de l'État fédéral «Institut d'État d'immunologie du Centre de recherche» de l'Agence fédérale médicale et biologique de Russie, allergologue-immunologiste de la plus haute catégorie, titulaire d'un doctorat Téléphone: 8 (499) 612-88-29.
  16. Lyudmila Petrovna Sizyakina - Chef Allergologue-Immunologue indépendante de la région de Rostov et du district fédéral du Sud, Chef du Département d'allergologie-immunologie de l'Université de médecine de l'État de Rostov, Ph.D., Professeure.

Téléphone: 8 (861) 268-49-56.

  1. Fassakhov Rustem Salakhovich - Chef allergologue-immunologiste indépendant de la République du Tatarstan et du district fédéral de Volga, professeur, chef du département d'allergologie-immunologie de l'Académie de médecine de Kazan. Téléphone: 8 (843) 521-48-26.
  2. Elena S. Fedenko - Chef du département d'allergologie et d'immunopathologie de la peau, FSBI SSC Institute of Immunology, FMBA de Russie, MD, professeur du département d'immunologie clinique et d'allergologie de FMBA de Russie. Téléphone: 8 (499) 618-24-41.
  3. Shulzhenko Andrei Evgenievich - Docteur en sciences médicales, professeur au département d'allergologie clinique et d'immunologie de la faculté de médecine de l'université médicale et dentaire de Moscou, du nom de A.I. Evdokimova, chef du département d'allergologie et d'immunothérapie, institution budgétaire de l'État fédéral «Institut d'État d'immunologie du Centre de recherche» de l'Agence fédérale médicale et biologique de Russie. Téléphone: 8 (499) 617-81-44.

Pour la révision finale et les recommandations de contrôle de la qualité ont été ré-analysées par les membres du groupe de travail qui ont conclu que tous les commentaires et les commentaires des experts étaient pris en compte, le risque d'erreur systématique lors de l'élaboration des recommandations était minimisé.

Consultation et expertise:

Les dernières modifications apportées à ces recommandations ont été présentées pour discussion dans une version préliminaire lors d’une réunion du groupe de travail, du bureau de RAACI et des membres de la commission des profils. La version préliminaire a été soumise à une large discussion sur le site Web de RAAKI afin que les non-participants à la réunion puissent avoir l'occasion de participer à la discussion et à l'amélioration des recommandations.

Les projets de recommandations ont également été examinés par des experts indépendants, à qui il a été demandé de commenter la clarté et l'exactitude de l'interprétation des bases factuelles sous-jacentes aux recommandations.

Annexe A2. Méthodologie d'élaboration de lignes directrices cliniques

Méthodologie d'élaboration de lignes directrices cliniques

Les principes qui sont la clé de directives cliniques de haute qualité et fiables ont été suivis lors du développement du CD.

Méthodes utilisées pour collecter / sélectionner les preuves:

Recherche dans les bases de données électroniques.

Description des méthodes utilisées pour collecter / sélectionner les preuves:

Les bases factuelles des recommandations ont été fournies par les publications de la bibliothèque Kokhrayn, des bases de données EMBASE et PubMed / MEDLINE, ainsi que par des données issues de documents d’accord internationaux sur la rhinite allergique (EAACI // WAO, ARIA 2010). La profondeur de recherche était de 10 ans.

Les méthodes utilisées pour évaluer la qualité et la solidité des preuves:

- Évaluation de l'importance conformément au système de notation (tableau 1).

Méthodes utilisées pour évaluer la qualité et la solidité des preuves

Ces RC reposent sur des preuves, classées par niveau de confiance (tableau 1). Il y avait 4 niveaux de fiabilité des données - A, B, C et D.:

Tableau P1. - Recommandations sur les niveaux de crédibilité

Niveau de confiance des preuves

Description des niveaux de confiance

Un

Sur la base des résultats d’examens systématiques d’essais contrôlés randomisés. Une revue systématique est obtenue par une recherche systématique des données de tous les essais cliniques publiés, une évaluation critique de leur qualité et une généralisation des résultats au moyen d'une méta-analyse.

Dans

Basé sur les résultats d'au moins un essai clinique contrôlé randomisé indépendant.

Avec

Basé sur les résultats d'au moins un essai clinique ne répondant pas aux critères de qualité, par exemple, sans randomisation.

D

La déclaration est basée sur l'opinion d'experts; pas d'études cliniques.

En outre, ils ont pris en compte le niveau de preuve en fonction du nombre et de la qualité des recherches sur ce sujet (tableau 2)

Tableau A2. - Niveaux de crédibilité des preuves

Niveaux

des preuves

Description

Méta-analyses de haute qualité, revues systématiques d'essais contrôlés randomisés (ECR) ou ECR présentant un très faible risque d'erreurs systématiques

Méta-analyses qualitatives, systématiques ou ECR à faible risque d'erreur systématique.

Méta-analyses, systématiques ou ECR avec un risque élevé d'erreurs systématiques

Revues systématiques de haute qualité d’études cas-témoins ou de cohortes. Examens de grande qualité d'études cas-témoins ou d'études de cohortes présentant un risque très faible d'effets de mélange ou d'erreurs systématiques et une probabilité moyenne de lien de causalité

Etudes cas-témoins ou de cohorte bien conduites avec un risque modéré d'effets de mélange ou d'erreurs systématiques et une probabilité moyenne de lien de causalité

Études cas-témoins ou de cohortes présentant un risque élevé d'effets de mélange ou d'erreurs systématiques et une probabilité modérée de lien de causalité

Études non analytiques (par exemple: descriptions de cas, séries de cas)

Méthodes utilisées pour analyser les preuves:

- Des revues de méta-analyses publiées;

- Revues systématiques avec tables de preuves.

Afin d'éliminer l'influence du facteur subjectif et de minimiser les erreurs potentielles, chaque étude a été évaluée indépendamment par au moins deux membres indépendants du groupe de travail. Toute différence de notation a été discutée par l'ensemble du groupe. Lorsqu'il était impossible de parvenir à un consensus, un expert indépendant était impliqué.

Tables de preuves:

Les tableaux de preuves ont été complétés par les membres du groupe de travail.

Méthodes utilisées pour formuler les recommandations:

La validité de la source d’information a été indiquée sur la base d’autres recommandations cliniques, consensus de sociétés, etc.).

Méthode de validation des recommandations:

- Expertise externe

- Expertise interne

Description de la méthode de validation des recommandations:

Les recommandations présentées dans la version préliminaire ont été examinées par des experts indépendants, qui ont établi que les preuves sous-jacentes à ces recommandations étaient compréhensibles.

Les médecins de soins primaires et les médecins généralistes ont été familiarisés avec ces recommandations, qui ont indiqué la clarté de la présentation et leur importance en tant qu'outil de travail pour la pratique quotidienne.

Tous les commentaires reçus des experts ont été soigneusement systématisés et discutés par le président et les membres du groupe de travail et, si nécessaire, des recommandations cliniques modifiées.

Analyse économique:

L'analyse des coûts n'a pas été réalisée et les publications sur la pharmacoéconomie n'ont pas été analysées.

Annexe A3. Documents connexes

Documents connexes

  1. Ordonnance du Ministère de la Santé et du Développement social de Russie n ° 60n du 4 février 2010 sur l'approbation de la procédure d'assistance médicale aux patients souffrant de maladies allergiques et de maladies associées à des déficits immunitaires. Enregistré au ministère de la Justice le 3 mars 2010, № 16543.
  2. Exigences pour la formulation de directives cliniques pour le placement dans le rubricator. Ministère de la santé de la Fédération de Russie 2016
  3. Recommandations pour le développement d'algorithmes d'actions du docteur Ministère de la santé de la Fédération de Russie 2016

Annexe B. Algorithmes de gestion des patients

Algorithmes de gestion des patients

Annexe B. Informations sur le patient

Informations pour le patient

MÉMOIRE POUR UN PATIENT, SOUFFRANT D'ALLERGIE AVEC SENSIBILISATION DOMESTIQUE, ÉPIDERMIQUE ET FONGIQUE

Les allergènes domestiques, principalement la poussière domestique, sont les principaux facteurs de réactions allergiques. La composition de la poussière domestique comprend:

- fibres diverses (vêtements, literie, meubles);

- poussière de bibliothèque (particules de poussière de livres, de magazines);

- particules de l'épiderme (particules desquamées des couches superficielles de la peau) d'êtres humains et d'animaux (chats, chiens, rongeurs), phanères d'animaux, plumes d'oiseaux;

- spores de moisissures microscopiques et de levures;

- allergènes de cafards et d'acariens (particules de coquille chitineuses et leurs produits métaboliques).

En termes d’allergie, la poussière domestique en suspension dans l’air revêt une grande importance. La poussière s'accumule également à l'intérieur d'objets divers - oreillers, matelas, tapis - d'où elle pénètre facilement dans les airs. Les poussières de livres et les moisissures microscopiques sur les pages de livres et de journaux sont également à l'origine des allergènes. Une humidité accrue peut entraîner une augmentation du nombre de moisissures.

Pour toutes les maladies allergiques (asthme bronchique, rhinite allergique, pollinose, dermatite atopique), la première mesure préventive obligatoire consiste à éliminer le contact avec les allergènes. La purification de l'air, le contrôle de l'humidité et l'utilisation d'une literie hypoallergénique peuvent être recommandés pour tous les patients souffrant d'allergies, mais en cas d'allergie aux acariens, l'élimination du contact avec l'allergène au lit est d'une importance primordiale; et l'utilisation d'un purificateur d'air à filtre domestique.

Acariens L'acarien est le principal composant de la poussière domestique. Dans la plupart des cas, c'est lui qui est à l'origine de l'allergie à la poussière domestique. De nombreuses espèces de tiques ont été identifiées, mais 2 espèces sont prédominantes: Dermatophagoides pteronyssinus et Dermatophagoides farina. Les acariens vivent dans chaque maison. Cet arachnide microscopique, impossible à distinguer à l'œil nu. Il vit dans la poussière et se nourrit d'épiderme épidermique - des particules mortes de peau d'hommes et d'animaux. Il ne mord pas une personne et ne propage aucune infection, mais certaines parties de sa coquille et ses sécrétions - des boules de selles - peuvent provoquer des réactions allergiques chez les personnes prédisposées. Au cours de la journée, la tique libère jusqu'à 20 pellets de matières fécales. Ils ne sont pas aussi volatils que les allergènes d'origine animale, mais ils montent facilement dans l'air et parviennent dans les voies respiratoires. Au cours de sa vie, l’acarien produit des pellets fécaux 2000 fois plus qu’il ne pèse. La tique préfère la chaleur, l’humidité, l’abondance de nourriture, son habitat principal est donc le lit: oreillers, matelas et couvertures. L'ancien oreiller peut être composé d'acariens et de leurs excrétions de 10 à 40%.

Mesures visant à éliminer les allergènes d'acariens de la poussière de maison:

  1. Réduire l'accumulation de poussière (portez une attention particulière à la chambre à coucher - vous passez plus du tiers de votre vie):
  • Enlevez les peaux, les tapis, les auvents, les boîtes; les rideaux doivent être remplacés par des stores à enrouleur ou des rideaux en tissu facilement lavable (dans ce cas, ils doivent être lavés une fois par semaine à l'eau chaude). Il est recommandé de remplacer la moquette par un sol en bois ou en carrelage.
  • Les meubles recouverts de tissu doivent être remplacés par du cuir, du bois, etc.
  • Répartissez toutes les choses éparpillées: livres, boîtes, magazines, papier, vêtements, jouets, etc. L'ordre parfait devrait être votre règle.
  • Souvenirs, figurines, vaisselle doivent être rangés dans des placards fermés, des livres - sur des étagères en verre.
  • Il est souhaitable de placer des choses dans des armoires dans des couvertures pour les vêtements.
  • Les enfants ne doivent pas emmener des jouets mous au lit, il est souhaitable de disposer de jouets facilement lavables. Les jouets en fourrure doivent être lavés régulièrement (une fois par mois) ou conservés en hiver à une température ne dépassant pas (-18 ° C) pendant au moins 2 heures, en été - au soleil (au moins 4 heures).
  • Ne gardez pas les animaux domestiques, les oiseaux, les poissons d'aquarium: ne laissez pas les animaux domestiques dans la chambre et au lit.
  1. Literie et housses de protection anti-allergiques:
  • Remplacez la literie ordinaire par un tissu hypoallergénique spécial, par exemple en polyester creux siliconé.
  • Au fil du temps, la tique peut s'installer dans des oreillers et des couvertures hypoallergéniques. Pour éviter cela, la literie doit souvent (au moins 1 à 2 fois par mois) être lavée à l'eau chaude (60 degrés et plus). Lors de l'utilisation d'agents acaricides spéciaux pour la destruction des tiques, il est possible de se laver moins souvent (1 fois sur 3 mois) et à une température plus basse.
  • Les literies qui ne peuvent pas être lavées (par exemple, un matelas) doivent être traitées avec des agents acaricides spéciaux ou placées dans des couvertures. Les couvertures, en matériaux imperméables aux acariens, doivent recouvrir la literie de tous les côtés et se fixer avec une petite fermeture à glissière munie d'une large bande protectrice. Couvre laver comme pollution, généralement 2 fois par an.
  • Les draps (taies d'oreiller, draps, housses de couette) sont lavés chaque semaine à l'eau chaude (au moins 80 degrés). Lors du lavage du linge coloré, utilisez des agents acaricides (vous permet de laver à basse température).
  • Les tapis, les meubles rembourrés et les peluches doivent être traités avec des agents acaricides spéciaux.
  1. Nettoyage:
  • Le nettoyage humide doit être effectué quotidiennement, à l’aide d’un aspirateur - au moins 2 fois par semaine en l’absence du patient (si cela n’est pas possible - utiliser un appareil respiratoire).
  • L'aspiration doit être effectuée avec le plus grand soin: pendant 1,5 à 2 minutes pour 0,5 m² de surface, en particulier les lignes décoratives, les plis, les boutons, etc., qui peuvent servir de couverture pour les tiques.
  • Utilisez des aspirateurs spéciaux avec filtres HEPA pour éviter les particules de poussière répétées dans l'air. Filtre HEPA - Filtre à air particulaire à haute efficacité - Filtre de purification d’air hautement efficace à partir de particules. L'aspirateur pour allergies doit avoir un filtre HEPA de classe HEPA12, un filtre après le moteur, un filtre aqua est souhaitable.
  1. Purification de l'air:
  • Il est possible de réduire la formation de poussière dans l'air et le nombre d'allergènes dans l'air en utilisant des purificateurs d'air avec filtres HEPA ou des purificateurs à plusieurs étages photocatalytiques. La première étape consiste à installer un nettoyant dans la chambre à coucher et dans la pépinière.
  • Le nettoyeur doit correspondre au volume de la pièce (le volume recommandé est indiqué sur l'appareil).
  • Les filtres doivent être changés régulièrement (la durée de vie et les recommandations de remplacement sont indiquées par le fabricant).
  • Un nettoyant efficace doit contenir au moins 99% des particules aussi petites que 0,3 micron; la plupart des nettoyants modernes répondent à ces exigences.
  • Il est nécessaire de garantir un flux d'air libre vers les panneaux d'admission d'air de l'épurateur. En mode continu, le nettoyeur ne doit pas émettre de substances nocives.
  • Les ioniseurs et les filtres électrostatiques doivent être installés à au moins 2 mètres de tout équipement ménager et du lieu de résidence permanente d'une personne.
  1. Contrôle de l'humidité:

Une humidité excessive contribue à la reproduction des tiques et des moisissures. Dans l'air sec, plus de poussière est difficile à respirer. Le niveau d'humidité optimal est compris entre 35 et 50%. Un nettoyage humide et une humidification contrôlée sont nécessaires, en particulier pendant la saison de chauffage.

Allergènes animaux. L'allergie peut causer tous les animaux à sang chaud. Les sources d’allergènes sont les pellicules, la salive, l’urine, les sécrétions des glandes. Ainsi, les animaux lisses, à poil court et «chauve» peuvent également provoquer des allergies. La particularité des allergènes épidermiques est que leur taille leur permet de rester dans l'air pendant longtemps et de pénétrer facilement dans les voies respiratoires, y compris les petites bronches. Par conséquent, les allergènes d'origine animale sont particulièrement dangereux pour les patients souffrant d'asthme bronchique. Les allergènes d'animaux se retrouvent même dans les maisons où il n'y a jamais eu d'animaux domestiques et restent longtemps à l'intérieur (de plusieurs mois à 2 ans), même si l'animal n'y habite pas encore.

Mesures pour éliminer les allergènes d'animaux de compagnie:

  1. Donnez l'animal entre de bonnes mains.
  2. Effectuer le traitement de l'appartement et des vêtements avec des moyens spéciaux pour éliminer les allergènes des animaux.
  3. Ne faites pas de nouveaux animaux. Il n’existe pas d’animaux absolument non allergènes.
  4. Évitez les visites dans les zoos, les cirques, les angles de zoo et les maisons où se trouvent des animaux.

Allergènes moisissures. Parmi les allergènes de la pièce, les moisissures occupent la deuxième place après les acariens. Une personne est en contact avec plus de 100 espèces de champignons. Les spores des champignons et les particules de mycélium sont la source des allergènes. Les allergènes fongiques peuvent être à l'origine d'asthme, de rhinite allergique, de dermatite atopique. Les moisissures aiment les endroits chauds et humides, les murs des salles de bain, les douches, les poubelles, les réfrigérateurs. Les moisissures peuvent provenir de produits moisis, de vieux papiers peints, de linoléum. Les champignons peuvent coloniser les humidificateurs d'air, les climatiseurs. Les sources de Cladosporium et Alternaria vivant sur des parties de plantes en décomposition servent souvent de pots de fleurs.

Mesures pour éliminer les allergènes fongiques:

  1. Évitez les pièces humides (salles de bain, sous-sols) mal ventilées, les vieilles maisons en bois. Air régulièrement. Veillez à une ventilation adéquate, en particulier dans la salle de bain et dans la cuisine. Il est recommandé d'installer des filtres HEPA ou des filtres en microfibre dans les ouvertures des grilles de ventilation.
  2. Surveiller l'humidité de l'air. Si vous êtes allergique aux moisissures, l'humidité des moisissures ne doit pas dépasser 50%. Un taux d'humidité supérieur à 65% nécessite l'utilisation d'un déshumidificateur ou d'un climatiseur. Lorsque vous utilisez un humidificateur ou un climatiseur, nettoyez-le régulièrement.
  3. Ne permettez pas les fuites, surveillez l'état du papier peint. En cas de fuite, une réparation professionnelle à l'aide de préparations fongicides spéciales (borax, acide borique, etc.) est nécessaire. Une faible humidité de l'air ne peut empêcher la croissance de moisissures si elles se développent sur un substrat humide.
  4. Ne séchez pas les vêtements et les chaussures dans les salons.
  5. Utilisez un purificateur d'air avec un filtre HEPA ou une purification à plusieurs étages basée sur la photocatalyse appropriée au volume de la pièce.
  6. Nettoyez régulièrement avec des désinfectants.
  7. Ne plantez pas de plantes d'intérieur.
  8. Utilisez des sacs poubelles jetables, sortez souvent les poubelles.
  9. Les carreaux de la salle de bain, de la salle de bain elle-même et des murs de la douche doivent être essuyés immédiatement après leur utilisation. Régulièrement, au moins 1 fois en une à deux semaines, passez le traitement dans la salle de bain et dans les toilettes avec des agents fongicides.
  10. Si vous devez visiter des caves, des caves, des magasins de légumes, etc., utilisez un respirateur.
  11. Évitez tout contact avec du foin cru et pourri, de la paille, des feuilles mortes, des plantes d’intérieur et des cages à volaille. Évitez de faire du jardinage à l’automne et au printemps.
  12. Régime alimentaire: ne pas manger de produits d’origine fongique: lait fermenté (crème sure, yaourt), kvas, bière, champagne, vins secs, fromages avec moisissure, produits à base de pâte levure, choucroute, autres produits ayant subi une fermentation, fruits secs.
  13. Ne prenez pas de vitamines du groupe B (y compris la levure de bière) ni d'antibiotiques à la pénicilline.

RECOMMANDATIONS À UN PATIENT DEMI-ROSE

  1. Pendant la saison de floraison, il est déconseillé aux plantes causales de sortir de la ville.
  2. Installez un filtre à air / purificateur d'air dans l'appartement.
  3. Si possible, allez dans les régions où les plantes causales fleurissent à un autre moment ou ne poussent pas là-bas.
  4. Effectuer régulièrement des "douches nasales".
  5. Ne consommez pas d'aliments susceptibles de provoquer des réactions croisées entre les aliments, surtout en saison (si vous êtes allergique au pollen d'arbre - noix, pommes, poires, cerises, cerises, pêches, abricots, prunes, carottes, céleri, persil, tomates, kiwi, olives, cognac, miel; si vous êtes allergique au pollen de céréales - pain, muesli, flocons d'avoine, semoule, bière, vodka, kvass; si vous êtes allergique au pollen de Composita - graines de tournesol et huile végétale, halva, mayonnaise, moutarde, melon d'eau, pastèque, melon dauphinois, pastèque citrouille, concombre, chou, vermouth, miel et en cas d'allergie au pollen de la brume - betteraves, vrilles at).
  6. N'utilisez pas de produits médicinaux et cosmétiques d'origine végétale.
  1. En période de floraison des plantes en cause, les interventions chirurgicales programmées et la vaccination préventive sont interdites.

RÉACTIONS ALLERGIQUES ENTRE ALIMENTS ET MÉDICAMENTS

plantes allergiques au pollen