Principal
Toux

Signes et traitement de la bronchite obstructive chronique chez l'adulte: procédures, médicaments, régime

Une nouvelle définition a été donnée récemment à la bronchite obstructive chronique - maladie pulmonaire obstructive chronique. La maladie est difficile à traiter et provoque de nombreuses complications du système respiratoire.

Obstruction bronchique - causes

La forme chronique de bronchite obstructive est une violation dangereuse de la ventilation. La maladie résulte d'une irritation prolongée des alvéoles des bronches avec diverses substances. Un processus inflammatoire diffus commence dans l’arbre bronchique, les lumières étant étroites, rendant difficile la sortie du mucus accumulé.

La bronchite obstructive va facilement de aiguë à chronique, car elle peut durer des mois sans symptômes graves. Ce type de bronchite n’est pas toujours le résultat de complications de la grippe ou des ARVI. Parmi les causes de bronchite obstructive sont:

  • tabagisme actif et passif
  • inhalation régulière d'air contaminé par l'ammoniac, le chlore, les poussières organiques et inorganiques, le silicium, les vapeurs acides
  • tranche d'âge après 40 ans
  • facteur génétique
  • infections fréquentes dans le nasopharynx
  • allergie
  • maladies respiratoires récurrentes
  • empoisonnement, blessures, brûlures

La bronchite aiguë primaire avec obstruction se développe dans la plupart des cas sur fond d’infections virales ou bactériennes. Les processus dégénératifs dans les poumons font que les bronches produisent plus de mucus que ce qui peut être éliminé.

La prévalence de la maladie est associée par les médecins à une situation défavorable dans les mégalopoles. En règle générale, on diagnostique plus souvent la bronchite obstructive chronique chez les fumeurs après 40 ans.

Si pendant deux ans le patient a présenté une bronchite avec obstruction avec une durée d’épisodes d’au moins 3 mois, il est alors diagnostiqué avec une forme chronique de la maladie.

Classification de la bronchite obstructive

Il existe plusieurs types de bronchite avec syndrome d'obstruction.

Forme aiguë. Chez l'adulte, il est rarement considéré comme une complication d'une maladie infectieuse. Si l'agent responsable de la maladie est un virus, le patient se remet rapidement car seule la couche superficielle des bronches est atteinte. Si le responsable de la bronchite est un champignon, une bactérie ou des allergènes, les parois des bronches sont affectées, ce qui conduit au développement d'une bronchite obstructive chronique récurrente. Les symptômes de la forme aiguë de la pathologie incluent:

  • température non supérieure à 37,5 °
  • toux sèche obsessionnelle avec crachats mal détachés
  • toux pire la nuit
  • bruits d'expiration
  • essoufflement
  • mucus blanc ou incolore

Forme chronique. Il se caractérise par des périodes d'exacerbation et de rémission, une pathologie progressive, la perméabilité bronchique peut être réversible ou irréversible. Les exacerbations sont possibles en hiver et au cours de la saison morte. Pour la forme chronique, les signes sont inhérents:

  • toux quotidienne épuisante habituellement le matin, parfois pendant la journée, lorsque certaines odeurs ou l'air froid deviennent un facteur déclenchant
  • dyspnée sévère avec peu d'effort
  • respiration sifflante, l'expiration est particulièrement difficile
    la quantité de crachats est faible, il peut y avoir des particules de sang (une forte toux conduit à la rupture de petits capillaires de l'arbre bronchique)
  • dans la période d'exacerbation, le mucus devient purulent, ce qui indique l'apparition d'une infection secondaire

Sur fond d’exacerbation, la température monte à 38 ° C, mais pas plus haut. Le patient se sent très faible et fatigué après un effort physique bref. Transférer la maladie "sur ses pieds" ne fonctionnera pas: bronchite obstructive met littéralement la personne au lit.

Des processus irréversibles dans la forme chronique de la maladie peuvent conduire au développement de l'asthme.

Caractéristiques pathologiques

La bronchite sous forme chronique a ses propres caractéristiques:

  1. Au début, les intervalles entre les exacerbations sont longs, la rechute ne survient que dans le contexte d'une autre maladie infectieuse, mais extrêmement rarement. Après deux ou trois ans, le patient reste presque toujours dans un état de récidive de bronchite obstructive: essoufflement en état de repos et sifflements pendant la respiration.
  2. La forme chronique de bronchite avec syndrome obstructif se forme finalement 7 à 10 ans après le premier diagnostic. La dyspnée progressive se transforme en insuffisance respiratoire.
  3. La forme des doigts change - à partir d'un manque chronique d'oxygène, les doigts des mains deviennent similaires aux baguettes de tambour, les ongles deviennent convexes.
  4. La transpiration froide et gluante sur ses mains dérange le patient. La transpiration agit à la fois sous la charge et dans un état calme.
  5. Une toux humide persistante se manifeste tout au long de la journée, s'aggrave la nuit et juste avant l'aube, les expectorations sont très difficiles.
  6. Le matin, le mucus sort plus que le jour, il a un arrière-goût amer et une odeur désagréable et putride.
  7. La position la plus confortable du patient - demi-assise. Dans cette position, la personne se sent moins essoufflée.
  8. Dans la forme chronique de bronchite obstructive, on entend des râles humides et une respiration difficile sans instruments médicaux spéciaux.

Parmi les signes extérieurs, les veines enflées dans le cou sont caractéristiques: elles sont le résultat d'essoufflement constant. En raison d'une carence en oxygène, la peau devient pâle, voire bleutée.

Chez les patients âgés de plus de 60 ans, les signes de bronchite obstructive chronique sont similaires aux manifestations d’emphysème pulmonaire.

Comment traiter la bronchite obstructive

Le succès du traitement dépend du patient lui-même et vise à réduire le taux de progression de la maladie. Tout d'abord, il est nécessaire de guérir la maladie qui a provoqué la rechute de la bronchite obstructive. Les fumeurs devraient être liés par une mauvaise habitude, les personnes qui ont contracté la maladie dans une industrie nuisible, il est souhaitable de changer de profession.

Pour éliminer les symptômes de la maladie et entrer dans la phase de rémission, tout un ensemble de médicaments est prescrit:

Méthodes de traitement de la bronchite obstructive

  • Bronchodilatateurs. L'effet le plus important des médicaments est obtenu en les injectant par inhalation. Dans les cas graves, le médicament est administré par voie intraveineuse. Pour l'élimination du bronchospasme utilisé: Eufillin, Atrovent, Salbutamol, Berotek, Teopek.
  • Médicaments mucolytiques pour liquéfier les expectorations visqueuses, réduisant ainsi la quantité de mucus produite. Pour stimuler le retrait de l'excès de mucus des poumons sont attribués: Bronhikum, ACC, Lasolvan, Gédérin, Ascoril, Gerbion.
  • Anti-inflammatoires pour éliminer l’inflammation des bronches: Diclofénac, Phénylbutazone. Les glucocorticoïdes souvent utilisés en raison de leur efficacité dans le traitement de la bronchite obstructive chronique: Prednisolone.
  • Antibiotiques. Indiqué uniquement en cas d'infection bactérienne sur fond de bronchite. La décision de prendre des antibiotiques doit être prise par un médecin. Le cours des antibiotiques varie de 7 à 14 jours, des médicaments sont utilisés Amoxicilline, Flemoklav, Augmentine, Azithromycine.

Au stade de la rémission, ils continuent à utiliser des médicaments expectorants; des exercices de respiration selon la méthode de Buteyko ou de Strelnikova sont recommandés. Pour améliorer l'immunité, il est souhaitable de boire un complexe multivitaminique.

Contre-indications de traitement

Lors de la récurrence de la bronchite doivent être évités les changements brusques de température: de tels sauts provoquent une toux. Les personnes souffrant de bronchite obstructive chronique ne sont pas autorisées dans une pièce poussiéreuse et étouffante et peu humide.

Certains médicaments pour carottes contribuent également à l’amélioration de la toux: les inhibiteurs de l’ECA doivent être remplacés par un médicament similaire, sa prise pendant la bronchite est contre-indiquée.

La méthode de grand-mère consistant à chauffer les banques avec exacerbation de bronchite chronique avec obstruction est interdite. Il est déconseillé de se rendre dans les bains et les saunas afin de ne pas aggraver le processus inflammatoire, en particulier en cas d'infection bactérienne.

Dans la plupart des cas, le traitement de la bronchite obstructive chronique chez l'adulte a lieu à domicile. Pour un traitement à l'hôpital, il y a des indications:

  • pneumonie
  • les symptômes d'obstruction bronchique ne disparaissent pas après un traitement à domicile
  • développement soudain d'insuffisance respiratoire aiguë
  • le besoin de bronchoscopie
  • probabilité d'insuffisance cardiaque

Pendant la rémission, les médicaments antibactériens ne sont pas utilisés dans le traitement de la bronchite obstructive.

Inhalation de nébuliseur avec COB - avantages

L'efficacité des inhalations avec des solutions médicamenteuses utilisant un nébuliseur a été prouvée par la médecine. Pour les bronchites obstructives, il est préférable d’utiliser des dispositifs créant un aérosol sans augmenter la température.

Avec la bronchite avec syndrome d'inhalation obstructive avec des huiles essentielles et des herbes médicinales sont interdites. Les ingrédients à base de plantes peuvent provoquer des allergies, entraînant un gonflement accru des bronches.

Pour la bronchite obstructive chronique, l'inhalation est recommandée:

  1. Eau minérale faiblement alcaline (Borjomi, Polyana Kvasova, Narzan). Pour 1 inhalation consommé 4 ml d'eau minérale. La composition alcaline hydrate les muqueuses jusqu'aux petites alvéoles bronchiques, où le médicament transforme les crachats épais en consistance liquide. Les traitements avec de l'eau minérale sont autorisés jusqu'à 4 fois par jour.
  2. Berodual. Le remède le plus efficace pour soulager les symptômes de la bronchite. Le médicament a un minimum d'effets secondaires, il est indiqué dans les cas graves pour prévenir une crise d'asthme. L'intervalle entre les inhalations avec Berodual est de 4 heures.
  3. Berotek. Utilisé pour élargir la lumière bronchique avec obstruction bronchique chronique. Berotek est bien toléré, jusqu'à 4 inhalations par jour sont autorisées.

Nébuliseur est un excellent outil pour le traitement de la bronchite chronique à la maison. En raison de sa division en microparticules, le médicament pénètre dans les couches les plus profondes des voies respiratoires.

Le dispositif vous permet de saisir de grandes doses de la solution médicamenteuse. Le nébuliseur est donc souvent utilisé pour éliminer l’étouffement lors d’un bronchospasme.

Après la procédure, le patient doit s’allonger, ne quittez pas la pièce pour éviter les chutes de température.

Exacerbation of COP: Power and Regimen

La principale condition lors de l'exacerbation de la bronchite obstructive est le repos au lit. Les patients doivent dormir au moins 8 heures. Pour accélérer le processus de récupération, il est nécessaire d'aérer la pièce dans laquelle se trouve le patient au moins 2 fois par jour.

Il est recommandé de se promener au grand air par beau temps ensoleillé. Pendant les rechutes, les travaux physiques pénibles sont interdits. Les patients ne doivent pas surchauffer ni faire de la surfusion.

Le bon régime

Le régime alimentaire pendant l’exacerbation de la maladie vise à éliminer l’œdème de l’arbre bronchique, à stimuler l’immunité et à reconstituer les réserves de protéines. Les aliments doivent être riches en calories, pas moins de 3000 calories / jour, avec une prédominance de protéines.

  • produits laitiers: fromage, lait, fromage cottage
  • fruits à la vitamine C: orange, citron, framboise, pamplemousse
  • produits contenant des acides oméga-3: huile de poisson, foie de morue
  • produits contenant du magnésium: noix, bananes, sésame, graines de courge, pain de seigle, sarrasin, olives, tomates
  • vitamines A et E: pois verts, haricots, épinards, pêches, avocats, carottes

Au moment du traitement de la rechute, il est nécessaire de réduire la consommation de sucre et de sel, afin de limiter l'ingestion d'allergènes alimentaires (thé, chocolat, café, cacao). Les produits fumés, épicés et aigus contribuent au développement du bronchospasme. Ils doivent donc également être éliminés de l'alimentation ou consommés en petites quantités.

Pour accélérer l'excrétion des expectorations, il est recommandé de boire beaucoup: thé aux framboises ou au gingembre, jus de fruits frais, boissons aux fruits, décoction de menthe, citron vert, sauge.

La forme chronique de bronchite obstructive peut facilement se transformer en asthme bronchique, de sorte que la maladie ne devrait pas pouvoir suivre son cours. Dans le traitement de la pathologie des voies respiratoires, il est important de prévenir les modifications irréversibles des bronches et de ralentir la progression de l’obstruction.

Remarqué une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée pour nous le dire.

JMedic.ru

La bronchite obstructive chronique est une maladie des bronches et des poumons caractérisée par une restriction partiellement irréversible du flux d'air dans le système broncho-pulmonaire, qui évolue constamment. Les principaux symptômes de cette pathologie dans les poumons sont l'essoufflement et la toux avec séparation des expectorations visqueuses.

La bronchite obstructive chronique est répandue dans le monde entier et touche en moyenne 250 à 330 personnes pour 100 000 habitants.

La plus faible incidence de cas signalés est inférieure à 110 pour 100 000 et couvre des pays tels que le Canada, l'Alaska, la partie sud-ouest de l'Amérique du Sud, la France, l'Allemagne, la Bulgarie, la péninsule arabique, la partie asiatique de la Russie et le Japon.

L’incidence moyenne de la maladie se situe aux États-Unis, en Argentine, en Uruguay, au Brésil, en Grande-Bretagne, en Norvège, en Pologne, en République tchèque, en Slovaquie et dans les pays africains, où l’incidence est de 110–550 pour 100 000 habitants.

L'incidence la plus élevée de bronchite obstructive chronique se trouve en Europe (Ukraine, Biélorussie, Russie), en Asie (Chine, Mongolie, Tibet, Népal, Inde, Indonésie, Iran, Irak), en Australie, en Océanie et entre 550 et 150 ou plus par 100 000 habitants. population.

Les personnes d'âge moyen et les personnes âgées sont plus souvent malades. Chez les hommes, la bronchite obstructive chronique survient 3 à 4 fois plus souvent que chez les femmes.

Le pronostic concernant l'invalidité et la vie est défavorable. Au fur et à mesure que le processus pathologique progresse dans les poumons, la capacité de travail est progressivement perdue. Un traitement adéquat, initié en temps voulu, ne suspend le cours de la maladie que pendant une courte période. La mort survient par suite de complications (cœur pulmonaire, emphysème pulmonaire, etc.).

Les causes de la maladie

La bronchite obstructive chronique chez l’adulte résulte de nombreux effets négatifs sur les poumons, tant de l’environnement que directement du corps; par conséquent, les causes de la maladie sont classiquement divisées en deux groupes:

  1. Facteurs externes:
  • Le tabagisme est la principale cause de la maladie, qui représente 80 à 90% des cas;
  • Facteurs professionnels: travaillez dans des entreprises où l'air est très poussiéreux. Le cadmium et le silicium sont les composants les plus nocifs de la poussière qui affectent négativement les poumons d'un adulte.

Professions à haut risque:

  1. industrie minière;
  2. les constructeurs;
  3. les mineurs;
  4. les métallurgistes;
  5. travailleurs des pâtes et papiers;
  6. cheminots;
  7. Travailleurs pharmaceutiques.
  • Infections virales respiratoires aiguës fréquentes (infections virales respiratoires aiguës);
  • Infection à adénovirus;
  • Carence chronique en vitamine C;
  • Mononucléose précédemment transférée.
  1. Facteurs internes:
  • La prédisposition héréditaire, qui repose sur la carence en alpha1-antitrypsine - une substance qui bloque les enzymes qui décomposent les protéines dans l'arbre bronchique et empêche ainsi la destruction du tissu pulmonaire;
  • Prématurité - les poumons ne se développent complètement que vers 38 à 39 semaines de grossesse (9 mois);
  • Infection par le VIH (virus de l'immunodéficience humaine);
  • L'asthme bronchique, qui s'accompagne d'une augmentation du niveau d'immunoglobuline E;
  • L'hyperréactivité bronchique est une augmentation persistante de la formation de mucus dans l'arbre bronchique.

Classification des maladies

Gravité en fonction des symptômes:

  • 0 degré - aucune gravité - l'essoufflement se produit lorsque la charge sur le corps est intense;
  • 1re année - sévérité légère - l'essoufflement survient lorsque vous grimpez ou marche assez rapidement;
  • Niveau 2 - gravité modérée - l'essoufflement oblige les patients à se déplacer plus lentement que les personnes en bonne santé du même groupe d'âge;
  • Grade 3 - sévère - l'essoufflement nécessite que les patients arrêtent de marcher normalement tous les 100 m;
  • 4 e année - très grave - un essoufflement survient lorsque vous mangez, changez de vêtements ou vous allongez au lit. Ces patients ne vont pas au-delà de la pièce.

Stade de la maladie, en fonction de l'étude de la fonction respiratoire par spirométrie - mesure des paramètres volumétriques et de vitesse de la respiration. (Cette méthode sera décrite en détail dans la section «Méthodes modernes d’examen», c’est-à-dire le diagnostic de la maladie)

Stade I - facile.

  • L'indice de Tiffno est inférieur à 70%;
  • FEV1 plus de 80%;
  • L'absence des principaux symptômes de la maladie - expectorations, essoufflement et toux.

Stade II - Moyenne.

  • L'indice de Tiffno est inférieur à 70%;
  • FEV1 moins de 80%;
  • La présence ou l'absence des principaux symptômes de la maladie - expectorations, essoufflement et toux.

Stage III - lourd.

  • L'indice de Tiffno est inférieur à 70%;
  • FEV1 moins de 50%;
  • La présence des principaux symptômes de la maladie - expectorations, essoufflement et toux.

Étape IV - extrêmement difficile.

  • L'indice de Tiffno est inférieur à 70%;
  • FEV1 moins de 30%;
  • Insuffisance respiratoire chronique;
  • La présence des principaux symptômes de la maladie - expectorations, essoufflement et toux.

Symptômes de la maladie

La bronchite obstructive chronique se produit avec une alternance constante de 2 phases de la maladie - l'exacerbation et la rémission, en fonction de la phase et les symptômes sont différents.

Signes en période d'exacerbation:

  • une légère augmentation de la température corporelle;
  • faiblesse générale;
  • maux de tête;
  • des vertiges;
  • des nausées;
  • maux, frissons, transpiration excessive;
  • handicap;
  • essoufflement avec un effort minimal;
  • toux avec une expectoration visqueuse de caractère purulent (jaune).

Symptômes en rémission:

  • essoufflement avec une charge accrue;
  • toux, surtout le matin, les expectorations ont un caractère séreux (transparent ou blanc).

Symptômes concomitants de lésions d'autres organes dues à la privation d'oxygène, découlant de la défaite du système broncho-pulmonaire:

  • Signes de lésions du système cardiovasculaire - augmentation de la pression artérielle, accélération du rythme cardiaque, douleurs dans la région du cœur, palpitations, cyanose du nez, des lèvres, du bout des doigts;
  • Les signes de dommages au système urinaire - douleur dans la région lombaire, gonflement des membres inférieurs;
  • Signes de lésions du système nerveux central - troubles de la conscience, respiration superficielle, perte de mémoire et d'attention, troubles de la vision, hallucinations;
  • Signes de lésions du système digestif - jaunissement de la peau, manque d'appétit, flatulences, douleurs abdominales.

Méthodes d'enquête modernes

Les patients adultes atteints d'une maladie telle que la bronchite obstructive chronique sont observés sur leur lieu de résidence ou travaillent comme médecin. Lorsque vous contactez la clinique pour un diagnostic et un traitement, vous pouvez vous rendre chez le médecin de district, le médecin de famille ou le pneumologue. Lorsque le traitement hospitalier doit être dans des unités pulmonaires spécialisées.

L'algorithme pour examiner de tels patients:

  1. Questionnaire de diagnostic et collecte des plaintes;
  2. Examen diagnostique du patient, y compris percussion (tapotement) et auscultation (écoute) du thorax.

À la percussion, on observe l’apparence d’un son en boîte, ce qui signifie une plus grande légèreté des poumons.

Lors de l'auscultation, la respiration est dure et sèche et l'on observe des râles sifflants ou bourdonnants.

  1. Examen de laboratoire de diagnostic:
  • Numération sanguine complète, caractérisée par une augmentation du nombre de leucocytes, un passage à la formule gauche des leucocytes et une augmentation de la RSE (taux de sédimentation des érythrocytes);
  • Analyse générale de l'urine, dans laquelle il y aura une augmentation des cellules de l'épithélium squameux et des leucocytes dans le champ de vision, ainsi que l'apparition possible de mucus et de traces de protéines;
  • Analyse générale des expectorations, qui sera caractérisée par la présence d’un grand nombre de neutrophiles et de leucocytes.
  1. Examen de diagnostic instrumentale:
  • La spirométrie est l’une des méthodes les plus courantes d’étude de la fonction respiratoire. Sur la base de cette méthode, une classification de la maladie en fonction de son degré de gravité a été développée.

Le patient est invité à respirer dans le tube connecté au programme de l'ordinateur sur lequel le graphique d'inhalation et d'expiration est immédiatement affiché. Lors de l'examen, le médecin donne des ordres aux patients, qui consistent à modifier la vitesse et la profondeur de la respiration.

Les principaux indicateurs pouvant être déterminés par spirométrie:

  1. VC (capacité pulmonaire) est la quantité totale d'air inhalé et expiré des poumons avec une respiration profonde et silencieuse;
  2. FVC (capacité vitale forcée des poumons) est la quantité totale d'air inhalé et expiré par les poumons avec une respiration profonde et rapide;
  3. FEV1(volume expiratoire maximal en 1 seconde) - volume d'air avec une forte expiration après une respiration profonde et silencieuse;
  4. Indice Tiffno - Rapport VEMS1 à ZHEL. Ce paramètre est un critère de diagnostic pour déterminer la gravité de la maladie;
  5. PIC (débit volumétrique maximum) - débit maximum obtenu avec une expiration nette après une respiration profonde.
  • Rayon X de la cavité thoracique, caractérisé par la présence de bronches dilatées et une aération accrue du tissu pulmonaire.

Les principaux types de traitement

Pour une maladie telle que la bronchite obstructive chronique, le traitement n'est prescrit que par des spécialistes qualifiés en hôpital ou en dispensaire. Le traitement doit être combiné, c'est-à-dire Le traitement médicamenteux devrait être obligatoire, complété par un traitement de physiothérapie, qui comprend l'aromathérapie, l'inhalation, le massage, le réchauffement et la thérapie par l'exercice (gymnastique corrective).

Traitement de la toxicomanie

Les principaux objectifs du traitement sont de prévenir les exacerbations fréquentes de bronchite obstructive chronique, d'atténuer les symptômes de la maladie, d'améliorer la tolérance à l'exercice physique et de réduire la mortalité.

Médicaments bronchodilatateurs - produits qui développent les bronches:

  • M-holinoblokatory (bromure d'ipratropium) - Atrovent, Iprovent ont un effet bronchodilatateur en bloquant les récepteurs m-cholinergiques des muscles lisses des bronches. Le médicament est prescrit aux adultes sous la forme d'un aérosol de 40 µg (2 respirations) 4 à 6 fois par jour;
  • Les bêta2-agonistes à courte durée d'action (salbutamol) - Salbuvent, Walmas, Ventolin - ont un effet bronchodilatateur en stimulant les récepteurs bêta2-adrénergiques que l'on trouve dans la paroi des bronches. Chez les adultes, le médicament est prescrit par inhalation de 2-4 mg (1-2 respirations) jusqu'à 6 fois par jour;
  • Les bêta-2 agonistes de l'action prolongée (formotérol) - Atimos, Foradil ont un effet bronchodilatateur prononcé. Adultes nommés 2 respirations 2 fois par jour (matin et soir).

Glucocorticoïdes (hormones):

  • Prednisolone (Medopred, Prednisol) - a des effets anti-inflammatoires, anti-allergiques et anti-œdèmes. Les médicaments sont prescrits aux adultes sous forme de comprimés de 5 à 10 mg une fois par jour - le matin;
  • Dexaméthasone (Dexazone, Dexamed) - a un effet anti-inflammatoire et anti-œdème prononcé. Le médicament est administré aux adultes sous forme d'injections de 4 ml à 1 ml 1 à 2 fois par jour.

Préparations combinées contenant des bêta2-agonistes à longue durée d'action et des glucocorticoïdes:

  • Seretide (salmétérol - bêta2-agoniste de longue durée et fluticasone - glucocorticostéroïde) est administré à l'adulte deux respirations 2 fois par jour. La posologie du médicament est choisie en fonction de la gravité de la bronchite chronique obstructive.

Les médicaments antibactériens agissent sur les foyers d'infection chroniques des bronches en raison de l'accumulation de quantités abondantes de crachats, qui leur servent de milieu nutritif. Ces médicaments ne sont prescrits que pendant la période d'exacerbation.

  • Céphalosporines de 2e génération (céfuroxime, céfamandol);
  • Céphalosporines de 3e génération (céfotaxime, ceftriaxone);
  • Fluoroquinolones de 2e génération (ciprofloxacine, ofloxacine);
  • Fluoroquinolones respiratoires (lévofloxacine);
  • Les aminosides (amikacine).

Médicaments mucolytiques - stimulant la libération des expectorations de l’arbre bronchique:

  • Bromhexin (Solvin, Bronkhostop) a des effets antitussifs, mucolytiques et expectorants. Nommé en comprimés de 8-16 mg 3 à 4 fois par jour;
  • Ambroxol (Abrol, Ambrothard) stimule la dilution des expectorations en diminuant la viscosité, ce qui contribue à une meilleure élimination. Nommé par 30 mg (1 comprimé) 3 fois par jour;
  • L'acétylcystéine (ACC) a une action antitussive et mucolytique. Assigné à 200-400 mg 2 à 3 fois par jour, ou 800 mg 1 fois par jour.

Traitement de physiothérapie

  • L'inhalation;
  • Massage du dos;
  • Se réchauffer avec une chaleur sèche de la poitrine;
  • Gymnastique thérapeutique avec une série d'exercices individuels;
  • L’aromathérapie est l’une des méthodes additionnelles les plus efficaces de traitement de la bronchite obstructive chronique, dont l’essence consiste en l’inhalation prolongée d’huiles essentielles chauffées au bain-marie.

Pour l'aromathérapie, utilisez des huiles essentielles telles que:

  • huile de pin;
  • l'eucalyptus;
  • genévrier;
  • bois de santal;
  • arbre à thé;
  • bergamote

Bronchite obstructive chronique: traitement, symptômes, types

La bronchite obstructive chronique est une inflammation à long terme (avec des périodes de rémission et d'exacerbations) de bronches de tailles diverses, sans implication dans le processus pathologique du tissu pulmonaire, accompagnée d'une violation de la perméabilité bronchique. La maladie est non allergique.

Les causes de la bronchite peuvent être différentes: de l'exposition à des substances agressives à l'infection par des microorganismes pathogènes. Une seule caractéristique de la maladie sera la présence d'une obstruction bronchique.

L'évolution chronique de la maladie est confirmée si le patient se plaint d'une toux accompagnée de crachats pendant au moins trois mois par an pendant plus de deux ans de suite. Dans le même temps, il y a augmentation de l'insuffisance respiratoire, essoufflement.

Mécanisme de développement de la maladie

La principale différence entre la bronchite obstructive et la bronchite non obstructive est une violation du passage adéquat de l'air à travers les bronches pendant la respiration.

Au début de la maladie, la dyspnée n’inquiète le patient que pendant les périodes d’exacerbation, puis progresse et devient presque permanente.

Ceci est expliqué classiquement par trois mécanismes principaux:

  • hyperkrinie - augmentation de la production de sécrétion bronchique par des cellules gobelet spécialisées. Le mucus dans la lumière des bronches devient excessivement;
  • Discrimination - les caractéristiques physiques et chimiques des expectorations sont perturbées: elles deviennent épaisses, visqueuses, il est difficile de se séparer des parois bronchiques, elles perdent leurs propriétés antimicrobiennes;
  • mucostase - dis- et hypercrinium mènent finalement au développement de la mucostase, stagnation des sécrétions dans la lumière des voies respiratoires. Cela crée les conditions préalables au développement de complications sous la forme de l’ajout d’une infection bactérienne.

De plus, dans l'histoire de la bronchite obstructive chronique, des mécanismes d'obstruction supplémentaires, réversibles et irréversibles, jouent un rôle supplémentaire.

Le premier groupe comprend un spasme des muscles lisses des bronches, un rétrécissement important de la lumière, un gonflement de la muqueuse enflammée et un blocage de petites branches de l'arbre bronchique avec du mucus non séparable.

Le processus devient irréversible au fur et à mesure que les parois des bronches se déforment et se sclérosent progressivement, que la production de surfactant dans les poumons diminue, que la respiration devient difficile et qu’un emphysème se développe.

Chez l'adulte, la maladie est moins courante que chez les patients plus jeunes. Cela est dû à l'étroitesse anatomique des branches de l'arbre respiratoire chez un enfant, à un grand nombre de cellules produisant du mucus, à une imperfection de l'immunité locale et à d'autres raisons.

Variétés de la maladie

Le processus chronique peut se produire sous plusieurs formes: caché (latent), avec exacerbations rares ou fréquentes, ou sous la forme d’une maladie continuellement récurrente.

Selon la nature de l'inflammation, la bronchite peut être:

Les formes spéciales, rarement rencontrées sont hémorragiques et fibrineuses.

L'évolution chronique de la maladie est confirmée si le patient se plaint d'une toux accompagnée de crachats pendant au moins trois mois par an pendant plus de deux ans de suite.

En fonction du facteur de départ de la maladie ou de son agent pathogène:

  • viral;
  • bactérien;
  • allergique;
  • toxique; et ainsi de suite

La bronchite obstructive chronique (code CIM-10 - J44) est classée dans la Classification internationale des maladies, adoptée par l'Organisation mondiale de la santé, dans une catégorie distincte.

Lors de la formulation d'un diagnostic, la forme de la maladie, le stade (exacerbations ou rémissions), la gravité du processus, la présence de complications sont indiqués.

Causes de la maladie

Les causes immédiates de la maladie sont:

  • l'échec de l'épithélium cilié des bronches, qui cesse de faire face de manière adéquate à l'élimination du mucus;
  • augmentation de la sécrétion;
  • défaillance des mécanismes locaux de défense broncho-pulmonaire.

Dans le même temps, la bronchite chronique ne se transforme pas nécessairement en aiguë: elle peut se développer principalement en tant que maladie indépendante.

Les provocateurs dans ce cas sont plusieurs facteurs:

  • vivre dans un environnement agressif pour l'environnement;
  • des conditions climatiques difficiles (forte humidité, chutes soudaines ou température ambiante généralement basse);
  • production de contact avec des substances potentiellement dangereuses ou toxiques;
  • exposition à des agents infectieux (champignons, bactéries, virus);
  • prédisposition génétique (insuffisance congénitale des mécanismes de défense, hyperréactivité bronchique ou caractéristiques anatomiques de la structure, contribuant à la stagnation du mucus);
  • longue expérience du tabagisme;
  • abus d'alcool;
  • la présence de certaines maladies chroniques concomitantes; et d'autres
Le processus chronique peut se produire sous plusieurs formes: caché (latent), avec exacerbations rares ou fréquentes, ou sous la forme d’une maladie continuellement récurrente.

Actuellement, il est extrêmement populaire de rechercher les conditions préalables au développement de maladies dans le domaine psychologique. Du point de vue de la médecine psychosomatique chez les personnes prédisposées, la formation et l’augmentation de l’obstruction bronchique s’expliquent par un inconfort psychologique. On pense que les personnes atteintes de cette pathologie sont «écrasées» par un certain conflit territorial ou par un cadre rigide dans lequel elles sont obligées d'exister. Une telle situation psychologique "suffoque", ce qui se manifeste somatiquement par la présence d'une insuffisance respiratoire.

Symptômes de bronchite obstructive chronique

Essoufflement. L'insuffisance respiratoire se manifeste par une difficulté à expirer. La dyspnée augmentera lorsqu’elle est exposée à des facteurs externes néfastes (air pollué, odeur de fumée de tabac, produits chimiques, etc.) ou à un changement radical des conditions climatiques.

Au début de la maladie, la dyspnée n’inquiète le patient que pendant les périodes d’exacerbation, puis progresse et devient presque permanente. Accompagné de respiration sifflante, respiration sifflante, diminue après la toux et les écoulements d'expectorations. La manifestation maximale atteint dans les heures du matin après le réveil.

Toux En obstruction bronchique chronique, la toux est plutôt débilitante, le piratage. Diminue après le rejet des crachats, augmente après l'exercice, par temps humide et humide. Il peut se manifester sous forme d'attaques particulières, lorsque le patient ne peut pas tousser efficacement pendant une demi-heure ou plus.

En dépit de l'opinion populaire, ni un mal de gorge ou un chatouillement dans le nasopharynx, ni un nez qui coule, ni une augmentation de la température corporelle ne sont des signes caractéristiques d'une bronchite obstructive.

La principale différence entre la bronchite obstructive et la bronchite non obstructive est une violation du passage adéquat de l'air à travers les bronches pendant la respiration.

En plus de la toux et de l’essoufflement, les patients se plaignent le plus souvent de faiblesse non motivée, de fatigue, d’intolérance à un effort physique habituel, de tachycardie au moment de l’exacerbation - augmentation de la température corporelle jusqu’à un nombre subfébrile.

Tout d'abord, le diagnostic repose sur un tableau clinique caractéristique, l'expérience d'une maladie. À partir de méthodes d’examen instrumentales et de laboratoire, on utilise la radiographie des poumons, l’examen des expectorations, la fonction respiratoire, la composition des gaz sanguins.

Si nécessaire, clarifiez le diagnostic et le diagnostic différentiel réalisé par bronchoscopie.

Traitement de la bronchite obstructive chronique

Le schéma de pharmacothérapie de la maladie implique l’utilisation de plusieurs groupes de médicaments:

  1. Bronchodilatateurs. Ceux-ci incluent des médicaments de plusieurs groupes (bêta-adrénergiques, M-anticholinergiques, méthylxanthines, etc.). Leur effet principal est l'élimination du bronchospasme, l'expansion de la lumière des bronches, permettant ainsi l'évacuation la plus précoce possible de la sécrétion muqueuse.
  2. Mucolytiques Les préparations de ce groupe liquéfient le mucus épais et visqueux, facilitant son écoulement et éliminant la stagnation. Les moyens modernes sont mieux connus non pas comme mucolytiques, mais comme mucorégulateurs. Ils diluent le flegme sans en augmenter la quantité.
  3. Expectorant signifie action réflexe ou résorptive.

Lorsque l'exacerbation de la bronchite, l'apparition d'une infection secondaire, le développement d'un processus purulent, conformément aux directives cliniques, un traitement antibiotique est prescrit. On préfère les pénicillines protégées semi-synthétiques, les céphalosporines de 2 ou 3 générations, les macrolides / azalides, les fluoroquinolones.

En dépit de l'opinion populaire, ni un mal de gorge ou un chatouillement dans le nasopharynx, ni un nez qui coule, ni une augmentation de la température corporelle ne sont des signes caractéristiques d'une bronchite obstructive.

Si l’exacerbation est accompagnée de fièvre, traitement symptomatique par des antipyrétiques, parfois en association avec des antihistaminiques.

En cas de maladie persistante grave ou d'inefficacité des médicaments utilisés, les glucocorticoïdes inhalés sont prescrits, lesquels ont des effets anti-inflammatoires locaux puissants.

Comment prévenir la transition de aiguë à chronique

Pour soigner la bronchite, ne permettant pas le développement de complications, y compris la chronicité, il est nécessaire:

  • Ne pas prendre de médicaments, contacter immédiatement un spécialiste si des symptômes de la maladie apparaissent;
  • lors de la prise d’expectorants et de médicaments mucolytiques, observez un régime alimentaire spécial, augmentant la quantité quotidienne de liquide consommée d’environ un litre et demi;
  • donner la préférence aux drogues inhalées, au traitement par nébuliseur;
  • Lors de la prescription d'un traitement antibiotique, suivez scrupuleusement les recommandations médicales sans changer la posologie, la fréquence des prises de médicaments ou le déroulement du traitement.

Vidéo

Nous proposons de visionner une vidéo sur le sujet de l'article.

Craignez-vous la bronchite obstructive? Apprenez à le traiter correctement!

La bronchite obstructive est une forme dangereuse de maladie inflammatoire des voies respiratoires inférieures. Obstruction - spasme du tissu musculaire de l’arbre bronchique, à cause duquel les expectorations accumulées ne peuvent pas sortir. Dans le même temps, il est probable que non seulement les difficultés respiratoires, la respiration sifflante, mais aussi l'essoufflement et l'étouffement. Pour prévenir le développement de conditions dangereuses, il est nécessaire de savoir soigner la bronchite obstructive à un stade précoce de la maladie.

Caractéristiques et symptômes

Il existe deux formes de bronchite obstructive - aiguë et chronique. Les enfants souffrent plus souvent de la forme aiguë et toutes les infections qui déclenchent le processus inflammatoire en deviennent la cause. Le type chronique se développe principalement chez l'adulte en raison d'une irritation prolongée des bronches.

Les symptômes incluent:

  • augmentation de la température corporelle jusqu'à 37-38 ° C; cependant, au stade chronique, la fièvre peut être absente;
  • toux, sèche au début, puis devient humide (productive);
  • la dyspnée ne peut apparaître au début qu'après une activité vigoureuse, mais commence ensuite à perturber et au repos;
  • râles humides.

Le traitement de la bronchite obstructive chronique doit commencer dès que possible, car la maladie peut évoluer en pneumonie ou en asthme bronchique. Étant donné que différentes formes de bronchite obstructive présentent des symptômes similaires, le traitement peut être presque identique. Pour que la maladie disparaisse plus rapidement, il est recommandé de combiner un traitement médicamenteux, un traitement traditionnel et un traitement homéopathique.

Médicaments

Afin de ne pas se tromper dans le choix des médicaments, il est nécessaire de s’appuyer non seulement sur les symptômes, mais également d’étudier les résultats des tests et diagnostics réalisés. Seulement dans ce cas, vous pouvez choisir un traitement efficace.

Si la bronchite obstructive est établie, le traitement doit commencer par soulager l'obstruction, c'est-à-dire le spasme.

Pour ce faire, utilisez des bronchodilatateurs, qui peuvent être utilisés via un inhalateur ou un nébuliseur. Ces médicaments soulagent les symptômes d'essoufflement et permettent aux patients de mieux respirer.

Ces médicaments comprennent:

  • Berodual en aérosol, peut être prescrit aux adultes et aux enfants de plus de 6 ans;
  • Teopek (comprimés) peut être attribué aux enfants à partir de 3 ans;
  • Le salbutamol (aérosol) peut être utilisé chez les enfants à partir de 2 ans.

Pour que les expectorations accumulées puissent sortir plus rapidement, il faut les diluer. À cette fin, des médicaments expectorants pouvant soulager la toux sont utilisés.

Pour le traitement des enfants et des adultes, vous pouvez utiliser:

  • Bromhexine (sirop, comprimés). Sa dose maximale sous forme de comprimé ne doit pas dépasser 64 mg / jour, et par inhalation - pas plus de 16 mg / jour;
  • Ambroxol (sirop, comprimés). Il n'est pas recommandé d'utiliser plus de 5 jours sans surveillance médicale. Les enfants de moins de 6 ans peuvent recevoir 15 mg de sirop 3 fois par jour et les adultes 30 mg 2 fois par jour.
  • Infusion Bronhikum (gouttes, élixir) contenant uniquement des ingrédients naturels et de l'alcool. L'outil peut être donné aux enfants de tous âges.

En tant que thérapie supplémentaire, il est recommandé d'inhaler avec du soda, de l'eau de Borjomi et des huiles essentielles. L'inhalation aidera à éliminer la toux et à atténuer les symptômes tels que les attaques d'essoufflement, la respiration sifflante.

Si une bronchite obstructive bactérienne chronique est établie, le traitement doit inclure des antimicrobiens.

Les antibiotiques efficaces et sûrs sont:

  • Amoxiclav, Augmentin (groupe aminopénicilline);
  • Lévofloxacine, moxifloxacine (groupe fluoroquinolone);

S'il n'est pas possible d'éliminer l'obstruction avec des bronchodilatateurs et des médicaments expectorants, des préparations hormonales sont prescrites, par exemple, de la prednisolone ou du prednisol sous forme de comprimé. Ces fonds aident non seulement à éliminer les symptômes de la maladie, mais également à éliminer le processus inflammatoire. Cependant, avec ces médicaments, vous devez être extrêmement prudent et ne prendre que sous la supervision du médecin traitant.

Si la cause de l'obstruction est une réaction allergique (dans ce cas, des symptômes tels que démangeaisons, congestion nasale, rhinite et larmoiement) doivent être observés, des antihistaminiques sont prescrits, par exemple le Suprastin.

Méthodes traditionnelles de traitement de la bronchite obstructive

Les recettes de la médecine traditionnelle ne peuvent être utilisées que comme thérapie supplémentaire afin de réduire les symptômes inquiétants. L'objectif principal de ce traitement est d'éliminer le mucus accumulé des bronches. Pour cela, vous pouvez appliquer:

  • Le jus de navet et le miel, qui doivent être mélangés dans un rapport 1: 1. Buvez 5 g 4 fois par jour;
  • aloès concassé (500 g), miel (500 g), vin rouge (500 ml). Mélanger tous les ingrédients et laisser infuser 10 jours. Buvez 15 g 3 fois par jour;
  • lait chaud (100 ml) avec addition de teinture de propolis (environ 15 gouttes).

Physiothérapie et Homéopathie

Les procédures de physiothérapie aident à faire face aux crises d'asthme, à saturer le corps en oxygène et à renforcer le système immunitaire. Avec leur aide, vous pouvez éliminer les symptômes inquiétants sans utiliser de fortes doses de drogues. Pour cela, appliquez:

Les remèdes homéopathiques sont à prendre uniquement pour traiter les symptômes. Si la cause de l'obstruction était une allergie, ces agents doivent être utilisés avec prudence. Dans le traitement de la bronchite prouvé son efficacité:

  • la pommade Bryonia, soulage la douleur derrière le sternum;
  • Belladonna aide à éliminer l'inflammation;
  • Antimonium Tartaricum. Il aide à éliminer rapidement le mucus accumulé, en particulier lorsqu'il s'agit d'une production excessive.

Tous les médicaments homéopathiques ne peuvent être prescrits que par un homéopathe professionnel. Les médicaments de ce groupe doivent être utilisés avec beaucoup de prudence chez les enfants, car avec la plus petite violation de l’accueil, ils peuvent provoquer le développement de complications graves. En aucun cas, les remèdes homéopathiques ne peuvent être prescrits seuls!

Nourriture santé

Pour que le traitement soit productif et que la maladie ait reculé sans complications, le régime correct de la journée et une alimentation équilibrée sont nécessaires. Tout d'abord, vous devez boire beaucoup. Tisanes appropriées, jus de fruits, eau minérale non gazeuse, lait au miel.

Cela aidera à éliminer rapidement les principaux symptômes et les principales causes de la maladie. Veillez à exclure du menu les aliments gênants: salés, fumés, frits.

Il est impératif d'abandonner toutes les habitudes néfastes, de marcher davantage dans l'air frais, de se détendre régulièrement sur la côte.

Dans le régime alimentaire humain avec bronchite obstructive devrait inclure des légumes et des fruits frais en grande quantité, des grains entiers, de la viande maigre bouillie ou cuite au four et du poisson, des produits laitiers.

Auteur: médecin spécialiste des maladies infectieuses, Memeshev Shaban Yusufovich

Bronchite obstructive chronique

Selon la CIM, ce terme est caractérisé par des processus inflammatoires diffus qui se produisent dans les bronches. La bronchite obstructive chronique peut provoquer de graves changements dans la structure et le fonctionnement des poumons. Il est donc extrêmement important de détecter la maladie à temps et de commencer son traitement.

Causes de l'obstruction bronchique

Une bronchite obstructive chronique peut survenir à la suite d'une exposition aux facteurs suivants:

  • Exposition professionnelle à des conditions dangereuses pour les voies respiratoires. Il s’agit notamment de travailler avec des vernis et des peintures, des mélanges de construction, des produits chimiques et d’autres matières toxiques. Les mineurs, les employés de bureau, les constructeurs, les employés des aciéries et les habitants des grandes villes sont à risque.
  • Le tabagisme Cette mauvaise habitude provoque la sédimentation dans les bronches d'une grande quantité de nicotine, de goudron et d'autres produits de combustion.
  • Infections des voies respiratoires supérieures. La résistance des poumons et des bronches diminue sous l'action du virus.
  • Prédisposition inhérente au code génétique. Cette raison est caractérisée par un déficit héréditaire en protéine alpha1-antitrypsine, qui exerce des fonctions protectrices dans les poumons.

Symptômes de bronchite obstructive

Les principaux symptômes de la bronchite obstructive chronique:

  • Toux Aux premiers stades de la maladie, il est sec et accompagné d'un sifflement. Au fur et à mesure que la maladie se développe, des expectorations se produisent. Il peut y avoir des traces de sang.
  • Essoufflement. Au début, ce symptôme n'apparaît que lors d'un effort physique, puis une difficulté à respirer est également constatée dans un état calme.
  • Fatigue Le patient ressent très vite la fatigue, même si sa charge de travail est minimale.
  • La température Il ne se lève pas, car la réaction du système immunitaire ne fonctionne pas.

Type emphysémateux

Le type emphysémateux de la maladie se rencontre chez les personnes âgées. Elle se caractérise par l'apparition et la progression de la dyspnée, qui ne provoque pas de peau bleue. Il se produit lorsque la charge Les manifestations du développement de ce type de bronchite chronique sont une petite toux humide non allergique, il y a une diminution du poids corporel. Aux stades tardifs, une hypertension pulmonaire, une hypoxémie et une défaillance du ventricule cardiaque gauche peuvent survenir. Lors du diagnostic, les experts détectent des signes d'emphysème dans les poumons.

Type de bronchite

Un faible essoufflement suggère une bronchite. Dans le même temps, les patients ont un œdème et une cyanose. Ce type de maladie se caractérise par une toux productive, une respiration sifflante ou des sifflements respiratoires sont détectés lors de l'examen. La maladie pulmonaire obstructive chronique de ce type survient à un âge précoce, contribuant au développement de l'hypoxie. Sur les radiographies de patients, on peut trouver des signes de fibrose et une augmentation du contour du schéma pulmonaire.

Comment diagnostiquer une bronchite

Aux stades initiaux, le tableau clinique du type obstructif de la maladie ne présente pas de signes spécifiques; par conséquent, les recherches viseront à exclure d'autres maladies. Les procédures suivantes sont utilisées pour établir le diagnostic:

  • test d'expectoration pour les bactéries;
  • procédures d'inhalation avec un agoniste bêta2-adrénergique pour éliminer le syndrome d'asthme;
  • radiographie;
  • étude de la fonction respiratoire des poumons;
  • calcul de l'indice du fumeur;
  • tests sanguins;
  • bronchoscopie.

Conduite de FER

L'étude de la fonction respiratoire est utilisée pour établir des pathologies dans les poumons et les bronches avec suspicion de bronchite obstructive. Consommez-le à jeun et, après le dernier repas, prenez au moins 2 heures. Il est conseillé aux patients fumeurs de ne pas avoir recours à une mauvaise habitude la veille de leur fonction respiratoire. En outre, vous ne pouvez pas boire du café et du thé fort, boire des boissons alcoolisées. 30 minutes avant le début de l'étude est nécessaire pour se calmer, éliminer les efforts physiques. Les règles de la fonction respiratoire obligent le patient à porter quelque chose de léger.

Pendant la procédure, la personne doit s’asseoir sur une chaise, les mains sur les accoudoirs. Un clip spécial est placé sur son nez, le patient respire avec sa bouche dans un appareil spécial - un spiromètre. Cet appareil mesure le volume d’air libéré lors des inspirations et des expirations. Tout d'abord, vous devez prendre une profonde respiration. Ensuite, expirez progressivement tout l'air dans l'appareil. L'action suivante est similaire, mais elle est exécutée non pas calmement, mais brusquement. À la dernière étape, vous devez inhaler le plus possible et expirer rapidement. Diminution des indicateurs signifie la présence de bronchite obstructive.

Radiographie thoracique et fluorographie

Aucune modification des poumons sur la radiographie avec une maladie obstructive au stade initial ne sera détectée. La fluorographie permet de déterminer la progression de la maladie, qui se traduit par des complications. Dans ce cas, les indicateurs suivants peuvent être reflétés sur les images:

  • schéma pulmonaire plus prononcé;
  • changements de la racine du poumon;
  • signes d'emphysème;
  • compactage et épaississement des muscles lisses.

Bronchite obstructive

Bronchite obstructive - Inflammation diffuse des bronches de petit et moyen calibre, accompagnée d'un spasme bronchique aigu et d'une violation progressive de la ventilation pulmonaire. La bronchite obstructive se manifeste par une toux avec expectorations, une dyspnée expiratoire, une respiration sifflante, une insuffisance respiratoire. Le diagnostic de la bronchite obstructive est basé sur les données radiologiques auscultatoires et sur les résultats de l'étude de la fonction respiratoire. Le traitement de la bronchite obstructive comprend la nomination d'antispasmodiques, de bronchodilatateurs, de mucolytiques, d'antibiotiques, de corticostéroïdes inhalés, d'exercices de respiration et de massage.

Bronchite obstructive

La bronchite (aiguë simple, récurrente, chronique, obstructive) constitue un groupe important de maladies inflammatoires des bronches, d'étiologie, de mécanismes d'apparition et d'évolution clinique différents. La bronchite obstructive en pneumologie inclut les cas d'inflammation aiguë et chronique des bronches avec le syndrome d'obstruction bronchique qui se produit sur le fond de l'oedème de la membrane muqueuse, l'hypersécrétion de mucus et le bronchospasme. La bronchite obstructive aiguë se développe souvent chez les jeunes enfants et la bronchite obstructive chronique chez les adultes.

La bronchite obstructive chronique, ainsi que d'autres maladies associées à une obstruction progressive des voies respiratoires (emphysème, asthme bronchique), est couramment appelée maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). Au Royaume-Uni et aux États-Unis, la fibrose kystique, la bronchiolite oblitérante et la bronchiectasie font également partie du groupe des MPOC.

Raisons

La bronchite obstructive aiguë est associée étiologiquement aux virus respiratoires syncytiaux, virus de la grippe, virus parainfluenza de type 3, adénovirus et rhinovirus, associations virales et bactériennes. Dans l'étude des bouffées vasomotrices des bronches chez des patients atteints de bronchite obstructive récurrente, l'ADN d'agents pathogènes infectieux persistants - virus de l'herpès, mycoplasmes, chlamydia est souvent isolé. La bronchite obstructive aiguë survient principalement chez les jeunes enfants. Le développement de la bronchite obstructive aiguë est le plus susceptible chez les enfants, souffrant souvent d'infections virales respiratoires aiguës, ayant un système immunitaire affaibli et un fond allergique accru, une prédisposition génétique.

Les principaux facteurs contribuant au développement de la bronchite obstructive chronique sont le tabagisme (passif et actif), les risques professionnels (contact avec le silicium, le cadmium), la pollution atmosphérique (principalement le dioxyde de soufre), le manque d'antiprotéases (alpha1-antitrypsine), etc. Dans le groupe le risque de développement de bronchite obstructive chronique inclut les mineurs, les ouvriers du bâtiment, les industries métallurgique et agricole, les cheminots, les employés de bureau associés à l'impression laser La bronchite obstructive chronique est plus fréquente chez les hommes.

Pathogenèse

La somme des prédispositions génétiques et des facteurs environnementaux conduit au développement d’un processus inflammatoire impliquant les bronches de petit et moyen calibre et de tissu péri-bronchique. Cela provoque une perturbation du mouvement des cils de l'épithélium cilié, puis de sa métaplasie, de la perte de cellules ciliées et d'une augmentation du nombre de cellules caliciformes. Suite à la transformation morphologique de la membrane muqueuse, la composition de la sécrétion bronchique se modifie avec le développement de la mucostase et le blocage des petites bronches, ce qui perturbe l'équilibre entre ventilation et perfusion.

Dans le secret des bronches, la teneur en facteurs d'immunité locale non spécifiques, offrant une protection antivirale et antimicrobienne: lactoférine, interféron et lysozyme, est réduite. La sécrétion bronchique dense et visqueuse aux propriétés bactéricides réduites est un bon milieu nutritif pour divers agents pathogènes (virus, bactéries, champignons). Dans la pathogenèse de l'obstruction bronchique, l'activation des facteurs cholinergiques du système nerveux autonome, qui provoque l'apparition de réactions bronchospastiques, joue un rôle important.

La complexité de ces mécanismes entraîne un œdème de la muqueuse bronchique, une hypersécrétion de mucus et un spasme des muscles lisses, c'est-à-dire le développement d'une bronchite obstructive. Dans le cas de l'irréversibilité du composant de l'obstruction bronchique, il convient de penser à la MPOC - adhérence de l'emphysème et de la fibrose péribronchique.

Symptômes de bronchite obstructive aiguë

En règle générale, la bronchite obstructive aiguë se développe chez les enfants des trois premières années de la vie. La maladie se manifeste de façon aiguë et se manifeste par des symptômes de toxicose infectieuse et d’obstruction bronchique.

Les manifestations infectieuses toxiques sont caractérisées par une température corporelle sous-fébrile, des maux de tête, des troubles dyspeptiques, une faiblesse. Les troubles respiratoires dominent la clinique de bronchite obstructive. Les enfants sont gênés par une toux sèche ou mouillée, obsessionnelle, qui n'apporte pas de soulagement et qui s'aggrave la nuit, essoufflement. Il attire l'attention sur le gonflement des ailes du nez lors de l'inspiration, la participation à l'acte de respiration des muscles auxiliaires (muscles du cou, ceinture scapulaire, pression abdominale), la contraction des zones conciliées de la poitrine pendant la respiration (espaces intercostaux, fosse jugulaire, régions supra et infraclaviculaire). Pour la bronchite obstructive, une respiration sifflante prolongée et une respiration sifflante sèche («musicale»), entendue de loin, sont typiques.

La bronchite obstructive aiguë dure de 7 à 10 jours à 2 à 3 semaines. En cas de récurrence d'épisodes de bronchite obstructive aiguë trois fois ou plus par an, ils parlent de bronchite obstructive récurrente; si les symptômes persistent pendant deux ans, le diagnostic de bronchite obstructive chronique est établi.

Symptômes de bronchite obstructive chronique

La base du tableau clinique de la bronchite obstructive chronique est la toux et l’essoufflement. En cas de toux, une petite quantité de crachats muqueux est généralement séparée; pendant les périodes d'exacerbation, les expectorations augmentent et son caractère devient mucopurulent ou purulent. La toux est permanente et est accompagnée d'une respiration sifflante. Dans le contexte de l'hypertension artérielle, des épisodes d'hémoptysie peuvent survenir.

La dyspnée expiratoire dans la bronchite obstructive chronique se joint généralement plus tard, mais dans certains cas, la maladie peut faire ses débuts immédiatement avec un essoufflement. La gravité de la dyspnée varie considérablement: des sensations de manque d'air lors d'effort à une insuffisance respiratoire grave. Le degré de dyspnée dépend de la gravité de la bronchite obstructive, de la présence d'une exacerbation, de comorbidités.

L'exacerbation d'une bronchite obstructive chronique peut être provoquée par une infection respiratoire, des facteurs de dommage exogènes, une activité physique, un pneumothorax spontané, une arythmie, l'utilisation de certains médicaments, la décompensation du diabète et d'autres facteurs. Dans le même temps, les signes d’insuffisance respiratoire s’accroissent, l’état subfébrile apparaît, la transpiration, la fatigue, la myalgie.

Le statut objectif dans la bronchite obstructive chronique est caractérisé par une expiration prolongée, la participation de muscles supplémentaires à la respiration, une respiration sifflante distante, un gonflement des veines du cou et une modification de la forme des ongles ("lunettes de montre"). Avec une augmentation de l'hypoxie, une cyanose apparaît.

La sévérité de la bronchite obstructive chronique, selon les recommandations méthodologiques de la Société russe de pneumologie, est évaluée par l'indicateur VEMS (volume expiratoire maximal en 1 seconde).

  • Le stade I de la bronchite obstructive chronique est caractérisé par une valeur du VEMS supérieure à 50% de la valeur standard. A ce stade, la maladie n'affecte pas significativement la qualité de la vie. Les patients n’ont pas besoin du contrôle constant du pneumologue par le dispensaire.
  • La bronchite obstructive chronique de stade II est diagnostiquée avec une diminution du VEMS de 35 à 49% de la valeur standard. Dans ce cas, la maladie affecte considérablement la qualité de la vie; Les patients nécessitent une surveillance systématique par un pneumologue.
  • La bronchite obstructive chronique de stade III correspond à une valeur de VEMS inférieure à 34% de sa valeur normale. Dans le même temps, on note une nette diminution de la tolérance au stress: un traitement hospitalier et ambulatoire est nécessaire dans les conditions des services et des cabinets de pneumologie.

L'emphysème, le coeur pulmonaire, l'amylose, l'insuffisance respiratoire sont les complications les plus fréquentes de la bronchite obstructive chronique. Afin de poser un diagnostic de bronchite obstructive chronique, il convient d’exclure les autres causes de dyspnée et de toux, en particulier la tuberculose et le cancer du poumon.

Diagnostics

Le programme d'examen des personnes atteintes de bronchite obstructive comprend des études physiques, de laboratoire, radiographiques, fonctionnelles et endoscopiques. La nature des données physiques dépend de la forme et du stade de la bronchite obstructive. Au fur et à mesure que la maladie progresse, la voix tremblante s'affaiblit, un son de percussion encadré apparaît au-dessus des poumons, la mobilité des marges pulmonaires diminue; L'auscultation révèle une respiration dure, une respiration sifflante lors d'une expiration forcée, lors d'une exacerbation - une respiration sifflante mouillée. La tonalité ou la quantité de respiration sifflante change après la toux.

La radiographie des poumons permet d’exclure les lésions pulmonaires locales et disséminées, afin de détecter les maladies associées. Habituellement, après 2-3 ans de bronchite obstructive, on observe une augmentation du schéma bronchique, une déformation des racines des poumons et un emphysème. La bronchoscopie thérapeutique et diagnostique de la bronchite obstructive permet d’inspecter la muqueuse bronchique, la collecte de crachats et le lavage bronchoalvéolaire. Afin d'exclure la bronchectasie, il peut être nécessaire d'effectuer une bronchographie.

L'étude de la fonction respiratoire est un critère nécessaire au diagnostic de la bronchite obstructive. Les plus importants sont les données de spirométrie (y compris avec les tests d'inhalation), les mesures du débit de pointe, la pneumotachométrie. Sur la base des données obtenues, la présence, le degré et la réversibilité de l’obstruction bronchique, une insuffisance de ventilation pulmonaire et le stade de la bronchite obstructive chronique sont déterminés.

Dans le complexe des diagnostics de laboratoire, des tests sanguins et urinaires généraux, les paramètres biochimiques sanguins (protéines totales et fractions protéiques, fibrinogène, acides sialiques, bilirubine, aminotransférase, glucose, créatinine, etc.) sont étudiés. Dans les échantillons immunologiques, la capacité fonctionnelle des sous-populations de lymphocytes T, d'immunoglobulines et de CIC est déterminée. La détermination de la composition en CBS et en gaz du sang permet une évaluation objective du degré d'insuffisance respiratoire dans la bronchite obstructive.

Un examen microscopique et bactériologique des expectorations et du liquide de lavage est effectué et, afin d’exclure la tuberculose pulmonaire, une analyse des expectorations par PCR et KUB. L'exacerbation de la bronchite obstructive chronique doit être différenciée de la bronchiectasie, de l'asthme bronchique, de la pneumonie, de la tuberculose et du cancer du poumon, de l'embolie pulmonaire.

Traitement de la bronchite obstructive

Dans la bronchite aiguë obstructive, le repos est prescrit, la consommation excessive d'alcool, l'humidification de l'air, les inhalations alcalines et médicinales. Un traitement antiviral étiotrope (interféron, ribavirine, etc.) est prescrit. En cas d'obstruction bronchique grave, on utilise des agents antispasmodiques (papavérine, drotavérine) et mucolytiques (acétylcystéine, ambroxol), des inhalateurs bronchodilatateurs (salbutamol, ortsiprénaline, hydrobromure de fénotérol). Pour faciliter le déchargement des expectorations, un massage thoracique par percussion, un massage vibrant, un massage des muscles du dos, des exercices de respiration sont effectués. Le traitement antibactérien n’est prescrit que lors de l’apparition d’une infection microbienne secondaire.

Le traitement de la bronchite obstructive chronique a pour objectif de ralentir la progression de la maladie, de réduire la fréquence et la durée des exacerbations, d’améliorer la qualité de la vie. La pharmacothérapie de la bronchite obstructive chronique repose sur une thérapie de base et symptomatique. Une exigence obligatoire est la cessation du tabagisme.

La thérapie de base comprend l'utilisation de médicaments bronchodilatateurs: anticholinergiques (bromure d'ipratropium), agonistes des récepteurs b2 (fénotérol, salbutamol), xanthines (théophylline). En l'absence d'effet du traitement de la bronchite obstructive chronique, des médicaments à base de corticostéroïdes sont utilisés. Les médicaments mucolytiques (ambroxol, acétylcystéine, bromhexine) sont utilisés pour améliorer la perméabilité bronchique. Les médicaments peuvent être administrés par voie orale, sous forme d'inhalations par aérosol, de nébulisation ou par voie parentérale.

Lorsque la composante bactérienne est stratifiée pendant les périodes d'exacerbation de bronchite obstructive chronique, de macrolides, de fluoroquinolones, de tétracyclines, de b-lactames, les céphalosporines sont prescrites pour une période de 7 à 14 jours. Avec l’hypercapnie et l’hypoxémie, l’oxygénothérapie est un élément indispensable du traitement de la bronchite obstructive.

Pronostic et prévention de la bronchite obstructive

La bronchite obstructive aiguë répond bien au traitement. Chez les enfants ayant une prédisposition allergique, une bronchite obstructive peut se reproduire, entraînant le développement d'une bronchite asthmatique ou d'un asthme bronchique. La transition de la bronchite obstructive à la forme chronique est moins favorable sur le plan pronostique.

Un traitement adéquat aide à retarder la progression du syndrome obstructif et de l'insuffisance respiratoire. Les facteurs défavorables aggravant le pronostic sont l’âge du patient, la comorbidité, des exacerbations fréquentes, la poursuite du tabagisme, une réponse médiocre au traitement et la formation de cœur pulmonaire.

Les mesures de prévention primaire de la bronchite obstructive incluent le maintien d'un mode de vie sain, l'augmentation de la résistance globale aux infections et l'amélioration des conditions de travail et de l'environnement. Les principes de prévention secondaire de la bronchite obstructive impliquent la prévention et le traitement adéquat des exacerbations, permettant de ralentir la progression de la maladie.