Principal
Bronchite

Thérapie

13 février 2012

La thérapie est un processus qui vise à soulager, éliminer ou soulager les symptômes et les manifestations de toute pathologie, maladie ou altération de la vie, rétablir la santé et normaliser les processus de la vie violés.

Il existe plusieurs approches thérapeutiques:

  • La thérapie symptomatique est utilisée pour éliminer certains des symptômes de la maladie en plus du traitement pathogénique et causal. L’utilisation d’analgésiques en cas de douleur, d’antipyrétiques à une température corporelle élevée, etc., en est un exemple. En outre, le traitement symptomatique est utilisé lorsqu'il est impossible d'effectuer un traitement radical, par exemple un cancer en phase terminale. Elle se déroule également dans le cadre des soins palliatifs - une gamme d’assistance médicale et sociale à ceux qui en ont besoin. Cette thérapie s'appelle également palliative.
  • La thérapie pathogénique est utilisée pour influencer les mécanismes de développement de la maladie, lorsqu'il est impossible d'utiliser la thérapie étiotropique. Son exemple est l'insulinothérapie de remplacement en raison d'une production insuffisante de cette hormone par le pancréas dans le diabète sucré.
  • La thérapie étiotropique est l’une des méthodes de traitement les plus efficaces, elle élimine la cause même de la maladie, par exemple, dans les maladies infectieuses, des agents antibactériens sont utilisés.

Le traitement conservateur est un traitement non chirurgical, qui est effectué par des méthodes biologiques, physiques et chimiques.

  • Les méthodes physiques comprennent l’hydrothérapie, la physiothérapie, les massages et divers types de physiothérapie. La plupart de ces domaines de traitement s'ajoutent au traitement principal. Les méthodes physiothérapeutiques sont des effets sur le corps à l'aide de radiations sonores et électromagnétiques: réthénothérapie, thérapie au laser, électrophorèse, thérapie magnétique, thérapie UHF, etc.
  • Les méthodes biologiques et chimiques comprennent la phagothérapie, l’immunothérapie, la phytothérapie, la chimiothérapie, la pharmacothérapie, etc. Ce sont les principales méthodes d’influence conservatrices sur le corps humain.

Le traitement chirurgical est utilisé dans les cas où le traitement conservateur est inefficace ou impossible. Un tel traitement n'est pas une thérapie, car il dépasse formellement les limites de la médecine interne. Mais il est impossible de contrer la thérapie chirurgicale, ce type d’intervention étant un cas particulier, il convient de l’utiliser comme une nécessité dans le cadre d’un programme thérapeutique.

Formation: Diplômé en chirurgie de l’Université de médecine de l’État de Vitebsk. À l'université, il dirigea le conseil de la société scientifique étudiante. Formation avancée en 2010 - dans la spécialité "Oncologie" et en 2011 - dans la spécialité "Mammologie, formes visuelles de l'oncologie".

Expérience: a travaillé pendant trois ans dans le réseau général des soins de santé en tant que chirurgien (hôpital médical d'urgence de Vitebsk, hôpital de district central de Liozno) et oncologue et traumatologue de district à temps partiel. Travail à la ferme en tant que représentant toute l'année dans l'entreprise "Rubicon".

A présenté 3 propositions de rationalisation sur le thème "Optimisation de l'antibiothérapie en fonction de la composition en espèces de la microflore", 2 travaux ont été primés lors de la revue du concours républicain des travaux de recherche des étudiants (catégories 1 et 3).

Quel est le traitement conservateur de la hernie?

Le traitement conservateur est un traitement de diverses pathologies pour lesquelles des méthodes physiques, chimiques et biologiques sont utilisées.

Principes de classification

Les méthodes biologiques et chimiques constituent la base d'un effet conservateur sur un organisme malade. Ces méthodes d’experts en traitement comprennent:

  • pharmacothérapie;
  • phytothérapie;
  • immunothérapie.

La pharmacothérapie traite diverses pathologies avec des préparations médicales. La chimiothérapie est une définition similaire de la pharmacothérapie appliquée à l'oncologie. Les experts identifient les types de pharmacothérapie suivants:

  1. 1 Etiotropic - vise à éliminer la cause de la pathologie. Cette méthode de traitement comprend des agents antimicrobiens et des antidotes.
  2. 2 Pathogénétique - élimine et supprime les mécanismes de la maladie. Cette méthode thérapeutique implique la prise d’antihypertenseurs, de glucosides cardiaques, d’antiarythmiques et d’anti-inflammatoires.
  3. 3 Symptomatique - élimine et limite les symptômes individuels de la maladie (en prenant des analgésiques et des agents symptomatiques).
  4. 4 Substitution - cette méthode consiste à prendre des préparations enzymatiques (pancréatine), des médicaments hormonaux (thyroïdine), des vitamines. Les produits médicaux de ce groupe n'éliminent pas la cause de la pathologie.
  5. 5 Préventif - montré pour prévenir la pathologie. Cette méthode de traitement consiste à prendre des médicaments antiviraux (rimantadine), des désinfectants, l’introduction de vaccins.

Lorsqu'il prescrit une pharmacothérapie, le médecin prend en compte la composition des médicaments, l'évolution de la maladie, le type d'agent pathogène. Un tel traitement peut entraîner des effets indésirables chez le patient (allergies, troubles métaboliques, nausées, vomissements, vertiges).

La phytothérapie est un traitement conservateur dans lequel des plantes médicinales sont utilisées. La technologie de fabrication de Phytopreparations vise à préserver les substances actives des plantes. Le traitement en question fait partie de la médecine alternative. Pour la production de médicaments naturels, on a utilisé des herbes telles que l’aubépine, la menthe, la chélidoine, la camomille, la racine d’althée.

Le traitement par immunothérapie consiste à prendre des médicaments qui ont un effet direct sur le système immunitaire (sérums, anticorps, agents microbiens). L'immunothérapie en tant que méthode de traitement supplémentaire est indiquée pour le cancer et les maladies infectieuses.

Techniques physiques

Sous les méthodes physiques du traitement conservateur, les experts comprennent la physique et l'hydrothérapie, le massage, la thérapie physique. Plus souvent, ces méthodes de traitement sont complémentaires. La thérapie physique comprend la radiothérapie, la magnéto et le traitement au laser.

La radiothérapie est comprise comme le traitement de maladies par rayonnements ionisants. Les particules et les particules d'onde sont impliquées dans ce processus. Cette technique est montrée dans une tumeur maligne et pour effectuer certaines procédures esthétiques.

Les médecins distinguent 3 méthodes de radiothérapie:

  • contact - contact direct de la source de rayonnement avec les tissus;
  • recherche à distance - source de la source du patient;
  • radionucléide - l'introduction du radiopharmaceutique dans le sang du patient.

La technique de contact est rarement utilisée. Il consiste à insérer une aiguille dans la tumeur. La thérapie à distance est un traitement conservateur universel et abordable. Pendant le traitement par radionucléides, la solution est injectée dans le corps du patient par la bouche, dans un vaisseau ou une tumeur. Les méthodes d'exposition ci-dessus affectent négativement les tissus sains entourant la tumeur. Sous l'action des ions, les cellules malignes meurent et les produits de désintégration entrent dans le sang. Dans cette optique, les médecins distinguent 2 groupes d’effets secondaires:

  • locale - apparition de brûlures de radiation, fragilité accrue des vaisseaux sanguins, petites hémorragies focales;
  • systémique - faiblesse, fatigue, vomissements, perte de cheveux, ongles cassants.

Sous la thérapie UHF, les médecins comprennent l’effet d’un champ électromagnétique à haute fréquence sur le corps du patient. Dans ce cas, la fréquence d'oscillation des électroaimants est égale à 27,12, soit 40, 68 MHz. L'énergie absorbée par le corps est libérée sous forme de chaleur. Indications de la thérapie UHF:

  • inflammation de la peau;
  • processus inflammatoires dans le système locomoteur;
  • ARVI;
  • Maladies de l'Assemblée nationale et du GIT.

La thérapie UHF est contre-indiquée dans les tumeurs malignes, les pathologies sanguines, la grossesse. La procédure dure 5-15 minutes. Le traitement comprend 10-15 séances. La magnétothérapie affecte le corps du patient avec des impulsions variables ou constantes. Pour cette méthode de traitement conservateur est caractérisé par l'utilisation d'un champ magnétique alternatif en mode intermittent et continu. Les impulsions de fréquence rapides sont utilisées en orthopédie. Le champ magnétique statique affecte le patient par le biais des processus immunitaires, nerveux et métaboliques se produisant dans les tissus.

Application d'électrophorèse

L'électrophorèse est une autre méthode de traitement conservateur. Cette thérapie consiste en des particules en mouvement sous l'influence d'un champ électrique externe.

En médecine, 2 types d'électrophorèse sont utilisés:

  1. 1 Cataphorèse (cathode connectée à la source de courant).
  2. 2 Anaphorèse (charge positive de la surface traitée).

Le médicament est appliqué sur la bande d'électrodes et pénètre dans le corps sous l'influence d'un champ électrique. L'effet est sur le processus pathologique et physiologique sur le site d'administration. Les avantages de cette méthode de traitement incluent:

  • l'utilisation d'une petite dose de la substance active;
  • l'introduction du médicament sous forme d'ions;
  • l'ingrédient actif ne sature pas la lymphe et le sang;
  • le médicament est injecté dans le foyer de l'inflammation.

L'électrophorèse est contre-indiquée dans les cas d'inflammation purulente aiguë, de fièvre, de dermatite et de tumeurs malignes. La galvanophorèse est appliquée pour désinfecter les canaux radiculaires des dents. Cette méthode de traitement conservateur des maladies de l'art dentaire consiste à introduire des ions de substances dans le milieu électriquement conducteur par le biais des champs électromagnétiques.

La galvanophorèse, contrairement à la méthode de traitement précédente, crée une FEM à l'aide d'un appareil mobile. Il est installé dans la dent du patient pendant 3-14 jours. De tels dispositifs se présentent sous la forme d'une épingle ou d'une autre structure métallique. La galvanophorèse, contrairement à la dépophorèse, ne provoque pas de douleur dans son application.

Thérapie au laser

La thérapie au laser est une méthode de physiothérapie utilisant un flux lumineux de 1 à 100 mW. Pour faciliter l'état du patient, il est nécessaire de définir de manière cohérente et stricte les paramètres du traitement au laser (longueur d'onde, fréquence de répétition du pouls). L'absence de tout paramètre ou le mauvais choix du mode peut conduire à un résultat négatif. Par conséquent, le traitement au laser doit être effectué par un spécialiste qualifié.

Les avantages de ce traitement conservateur, les médecins attribuent le manque de contre-indications absolues. Lorsque vous conduisez une thérapie à la maison, vous devez:

  • être sous stricte surveillance médicale;
  • utiliser du matériel médical spécial.

Avec l'aide de la thérapie au laser, il est possible d'augmenter rapidement la concentration de calcium libre, de normaliser le travail des vaisseaux sanguins et de l'immunité, d'activer les processus métaboliques et prolifératifs. Une méthode courante de traitement au laser est l'effet non invasif de la peau, pour lequel le radiateur est utilisé. Il impose au corps ayant besoin d'une exposition au laser. Les experts utilisent des radiateurs fonctionnant dans les régions infrarouge et rouge du spectre pour mener à bien la méthode de traitement envisagée. Avec l'expérience et les qualifications appropriées, le médecin peut utiliser des sources lumineuses d'autres longueurs d'onde. La thérapie au laser peut être utilisée comme méthode auxiliaire ou indépendante de traitement et de réadaptation des patients.

Le choix d'une méthode spécifique de traitement conservateur est effectué individuellement par le médecin.

Le spécialiste prend en compte la cause du développement et de l'évolution de la pathologie, les symptômes, l'état du patient et les maladies concomitantes.

CONSERVATEUR DE TRAITEMENT

Dictionnaire explicatif de la médecine. 2013

Découvrez ce que "TRAITEMENT CONSERVATIVE" se trouve dans d'autres dictionnaires:

Traitement conservateur (traitement conservateur) - traitement visant à prévenir la détérioration de la santé humaine en cas de maladie; dans le même temps, on pense que le patient aura soit un rétablissement naturel, soit que la progression de la maladie sera en mesure de ralentir autant... Conditions médicales

Traitement radical (traitement radical) - traitement intensif dont le but est d’assurer le rétablissement complet du patient et non pas simplement de soulager les symptômes de sa maladie. A titre de comparaison: le traitement est conservateur. Source: Dictionnaire médical... Termes médicaux

TRAITEMENT RADICAL - Traitement (traitement radical) intensif dont le but est d’assurer le rétablissement complet du patient et non pas simplement de soulager les symptômes de sa maladie. A titre de comparaison: le traitement est conservateur... Dictionnaire médical

TRAITEMENT - (therapia), un ensemble de mesures visant à éliminer Pat. processus se développant dans le corps malade, ainsi que l’élimination ou le soulagement de la souffrance et des plaintes d’un malade. L'histoire de l'évolution L. Déjà profondément ancré dans les nations culturelles...... Grande encyclopédie médicale

Traitement - I Le traitement (latin, curatio; grec. Therapeia) est un système de mesures visant à rétablir la santé, à prévenir les complications de la maladie et à en éliminer les manifestations. Parmi celles-ci figurent des activités visant à...... Encyclopédie médicale

traitement - ▲ activité ↑ actions de traitement thérapeutique visant à rétablir la santé. types de traitement: thérapie. chimiothérapie. physiothérapie. climatothérapie. l'hypnothérapie. la chirurgie hospitalisation. hospitaliser traitement conservateur. ↓ visage du patient,...... Dictionnaire idéographique de la langue russe

Thérapie (traitement) - Il est proposé de renommer cette page en Thérapie. Explication des raisons et discussion sur la page Wikipedia: Renommé / 24 octobre 2012. Son nom actuel ne correspond peut-être pas aux normes de la langue et / ou des règles russes modernes...... Wikipedia

Pied - I Arrêt (pès) distal du membre inférieur dont la limite est la ligne tracée au sommet des chevilles. La base de S. est son squelette composé de 26 os (Fig. 1 3). Il existe des divisions postérieure, moyenne et antérieure de S., ainsi que...... Encyclopédie médicale

Membre supérieur distal de la main-I (manuscrit), qui possède des fonctions sensorielles et motrices complexes. La limite entre l'avant-bras et K. est la ligne de l'articulation du poignet (poignet), située à 1 cm au-dessus de la ligne...... Encyclopédie médicale

Ostéochondrodysplasie - (os ostéon grec + cartilage de chondros + Dysplasie est un groupe de maladies squelettiques héréditaires congénitales caractérisées par une altération du développement embryonnaire du système cartilagineux et accompagnées de lésions squelettiques systémiques. Dans certains cas,...... Encyclopédie médicale

Traitement conservateur

L'objectif principal du traitement conservateur, qui devrait commencer dès que l'on soupçonne un trouble circulatoire aigu, est d'éliminer la vasoconstriction réflexe, ce qui améliore le flux sanguin périphérique et circulatoire. À cette fin, divers antispasmodiques (no-spa, papaverine, baralgin), administrés par voie intraveineuse. Afin de prévenir la thrombose artérielle persistante et le développement de la TVP (chez 33 à 40% des patients présentant une obstruction artérielle aiguë), 10 000 UI d'héparine sont administrées par voie intraveineuse. La durée admissible du traitement conservateur ne doit pas dépasser 2 à 3 heures. Pour les signes évidents et une source d'embolisme avérée, cette durée doit être limitée à une à deux heures au maximum.

En tant que méthode de traitement indépendante, le traitement conservateur est indiqué en présence de contre-indications absolues ou relatives à la chirurgie (le plus souvent avec un stade de thrombose compensé).

Thérapie antithrombotique. Selon les schémas acceptés de traitement antithrombotique, il comprend deux options possibles. Le premier est la monothérapie à l'héparine (au cours des dernières années, de faible poids moléculaire) avec un passage à 2-5 jours pour les anticoagulants oraux. Le second est un traitement antithrombotique polyvalent: utiliser pendant 5 à 10 jours. médicaments agissant sur différentes parties du système hémostatique (héparine, trental, reopolyglukine, aspirine, acide nicotinique); des anticoagulants indirects ultérieurs sont prescrits.

Traitement thrombolytique. En tant que méthode de traitement indépendante, les médicaments thrombolytiques sont utilisés chez les patients atteints de thrombose aiguë, pour lesquels la chirurgie est contre-indiquée et pour lesquels le risque de complications hémorragiques est faible.

Traitement chirurgical

La chirurgie de l'obstruction artérielle aiguë est dans la plupart des cas réalisée en urgence. À la veille de l'intervention chirurgicale, il est nécessaire de prendre toute une gamme de mesures conservatrices, notamment l'introduction d'antispasmodiques. En cas d'urgence, 30 000 à 10 000 UI d'héparine, d'analgésiques et d'analgésiques sont injectés par voie intraveineuse 30 minutes avant l'opération.

Soulagement de la douleur Une embolectomie est généralement réalisée sous anesthésie locale. L'anesthésie générale avec anesthésie endotrachéale est montrée avec les patients de la thrombose, l'occlusion embolique concomitante des artères des piscines différentes, ainsi que la nécessité d'une chirurgie reconstructrice (trombintimektomii, chirurgie de pontage, prothèses) ou à haute occlusion (bifurcation aortique, l'artère sous-clavière, les deux artères iliaques).

Accès en ligne. Les principales conditions d’accès opérationnel sont les suivantes: exposition suffisante, qui n’empêche pas la mobilisation et la mise en œuvre de diverses manipulations sur le navire. La distance entre les bords de l'ouverture de l'artériotomie prévue et les tourniquets vasculaires doit être d'au moins 1,5 à 2 cm.

À l'artère sous-clavière. Le patient est allongé sur le dos avec un rouleau planté sous les omoplates. La tête est tournée dans le sens opposé au champ opératoire, le membre supérieur est amené au corps. Une incision cutanée d'une longueur de 10 cm est réalisée en parallèle et à 1 cm au dessus de la clavicule, à partir du niveau de l'articulation sternoclaviculaire. Couper à travers la peau, tissu adipeux hypodermique, fascia superficiel. La veine jugulaire externe est croisée et ligotée. Le pédicule claviculaire du muscle sternocléidomastoïdien est coupé à une distance de 1 cm au-dessus de la clavicule. Traversez ensuite les muscles scalène-hyoïde et scalène antérieur. En même temps, veillez à ne pas endommager le nerf phrénique, qui longe la surface antérieure de haut en bas et médialement.

À l'artère axillaire. Les embolies étant généralement localisées dans la région d'origine de l'artère sous-scapulaire, l'accès sous-sectoriel à l'artère est le plus souvent utilisé. Une incision cutanée couche par couche, un tissu adipeux sous-cutané et un fascia de 10 cm de long produisent sur le bord inférieur du muscle grand pectoral. Ensuite, le muscle pectoral majeur est remonté et médial, exposant l'artère axillaire, les veines, les nerfs médian et ulnaire.

À l'artère brachiale dans le tiers supérieur. Une incision de la peau et des tissus adipeux sous-cutanés de 6 à 7 cm de long est pratiquée le long du muscle biceps de l'épaule, dans la projection du sulcus interne. Après dissection, le fascia expose le faisceau neurovasculaire - l'artère brachiale et les veines, le nerf médian.

À l'artère brachiale dans le tiers inférieur. Une incision cutanée de 6–7 cm de long va du condyle interne de l'humérus au bord latéral du muscle brachio-urétéral.. Couper à travers le tissu adipeux sous-cutané en couches, puis exposer l'aponévrose du biceps de l'épaule, cette dernière est croisée longitudinalement et exposer le faisceau vasculaire, situé à l'intérieur du tendon du biceps de l'épaule. L'aponévrose du muscle biceps de l'épaule sert de référence pour la recherche de l'artère pendant la chirurgie, car le tendon peut être palpé et, lors de l'obstruction des artères sous-clavières, axillaires et brachiales dans le tiers supérieur de l'épaule, la pulsation de la fosse ulnaire n'est pas déterminée et la recherche de l'artère est donc difficile.

L'accès à la fosse ulnaire est considéré comme universel pour la grande majorité des interventions pour les troubles emboliques dans le bassin artériel du membre supérieur. Il permet, sous contrôle visuel, d'éliminer les masses thrombotiques des artères situées à proximité (artères sous-clavière et axillaire) et des deux artères principales de l'avant-bras.

Aux artères radiales et cubitales. L'accès à ces branches de l'artère brachiale se fait par des incisions séparées de 2 à 3 cm dans la région du poignet, dans la projection des rainures radiales et ulnaires. Les couches dissèquent la peau, le tissu sous-cutané, le dispositif de retenue en flexion.

À la bifurcation aortique. L'accès principal à la bifurcation aortique et aux artères iliaques est une laparotomie longitudinale médiane complète. Le plus grand omentum avec le côlon transverse est déplacé vers l'angle supérieur de la plaie, l'intestin grêle vers le côté droit. Le côlon sigmoïde est rétracté à gauche. Les sections indiquées de l'intestin sont délimitées par des couches humides, qui sont comprimées par trois larges rétracteurs (droit, gauche et au-dessus). La palpation trouve l'aorte et au-dessus dans le sens longitudinal, ouvre le péritoine pariétal. Si nécessaire, l'incision est poursuivie jusqu'à l'entrée du petit bassin.

Les indications permettant d’exposer ces autoroutes lors d’opérations pour obstruction artérielle aiguë des extrémités sont les suivantes: impossibilité de retirer de manière rétrograde un embole fixé; la nécessité d'éliminer simultanément la cause d'une embolie ou d'une thrombose (par exemple, un anévrisme de l'artère aortique ou iliaque), ou de la reconstruction du segment aorto-iliaque.

À l'artère fémorale. L’accès à cette autoroute se fait dans le triangle de Skarpov par les approches médiale (le long de la ligne Ken) ou latérale (à 2-3 cm de cette ligne), cette dernière réduisant les risques de blessures par le VGS, de lésions des ganglions et des vaisseaux et des complications postopératoires liées, telles que: lymphorrhée et lymphostase.

Une incision de la peau, des tissus adipeux sous-cutanés et un large fascia de la cuisse de 10–12 cm de long sont pratiqués dans le tiers supérieur du membre (le point d'incision supérieur est situé à 2–3 cm au-dessus du pli inguinal). Après dissection du fascia large de la cuisse avec une incision longitudinale, le vagin fascial du faisceau vasculaire est ouvert et les artères fémorales communes et superficielles sont exposées. Sur la surface postérolatérale de la ligne principale de la cuisse, retrouvez sa branche profonde. Après avoir sélectionné les trois artères fémorales, elles sont prises en tourniquet.

À l'artère poplitée. Le membre est plié à un angle de 30 ° et tourné légèrement vers l'extérieur. Une incision de la peau du tissu sous-cutané et de l'aponévrose du tibia d'une longueur de 10–12 cm est réalisée à partir du condyle interne du fémur parallèle et de 1–2 cm en arrière du bord interne du tibia. BPV, situé dans cette zone est dévié vers l'avant et vers le haut. Pour exposer le tronc tibio-péronier, l'arc tendineux du muscle soléaire est incisé au site de son origine à partir du tibia.

La tête médiale du muscle gastrocnémien est rétractée par un rétracteur de Farabef postérieur, après quoi un faisceau vasculaire est exposé au bas de la plaie dans le tissu. L'artère poplitée est située sous le nerf tibial et la veine poplitée et, par conséquent, pour l'isoler, ces dernières sont prises sur les poignées et reculées.

Cet accès est utilisé pour retirer les embolies et les caillots de sang des artères poplitées et tibiales. Artériotomie réalisée dans les directions transversale ou longitudinale au-dessus de la bouche de l'artère tibiale antérieure. Le sondage des branches (artères postérieure, antérieure et fibulaire) est effectué (en raison de la variabilité du niveau de division) sous contrôle visuel et compression des doigts de l'une d'entre elles. Pour isoler l'artère tibiale antérieure, ils traversent et ligaturent la veine co-nommée.

À l'artère tibiale postérieure. Une incision de 3 à 4 cm est pratiquée derrière la cheville médiane au milieu entre la cheville et le tubercule calcanéen. Après cela, la peau, le tissu adipeux sous-cutané, le rétenteur du tendon fléchisseur (rétinaculum, mm. Flexorum) est disséqué, sous lequel se trouve l'artère, accompagnée de deux veines du même nom.

À l'artère tibiale antérieure. Une incision de 3 à 4 mm de long est pratiquée le long de la surface antérieure du pied. La ligne de coupe de la projection va du milieu de la distance entre les deux chevilles jusqu'au premier espace interdigité. Un audit de l'artère est effectué par détection rétrograde à l'aide d'un cathéter à ballonnet.

Opérations pour embolie. Jusqu'en 1963, les embolies du lit artériel des extrémités étaient retirées en exposant le vaisseau directement au site d'occlusion, en réalisant une artériotomie et une extrusion mécanique de l'embole ou en le retirant à l'aide d'instruments durs blessant la paroi vasculaire. Avec l'introduction d'un cathéter à ballonnet en pratique clinique, l'intervention chirurgicale pour embolies artérielles est devenue beaucoup plus simple: il n'est pas nécessaire d'isoler les segments difficiles à atteindre du vaisseau, une embolectomie est réalisée à l'aide d'un cathéter à ballonnet gonflant, qui est inséré par une incision de l'artère superficielle dans les directions proximale et distale. Des cathéters de différents diamètres sont utilisés: pour l'embolectomie des artères axillaires, sous-clavières, fémorales et iliaques n ° 4–5 F, fémur profond, poplité, épaule 3 F.

L'artère est ouverte dans la région de la bifurcation: lors d'une emboliectomie des artères iliaques et fémorales, cette dernière est disséquée à l'endroit de la décharge de l'artère profonde de la cuisse, avec une embolectomie de l'aisselle axillaire - au-dessus de l'ostium sous-scapulaire. Si la paroi du vaisseau (déterminée par la palpation) n'est pas modifiée, l'artériotomie est réalisée dans le sens transversal. En cas d'artère modifiée et de thrombose, une artériotomie longitudinale est préférable (en cas de rétrécissement possible, d'endartériectomie, de plastie ou de pontage pour l'éviter).

Avant d'ouvrir l'artère, 5 000 UI d'héparine sont pré-administrés par voie intraveineuse. Tous les troncs et les petites branches situés dans la zone chirurgicale sont isolés et introduits dans les tourniquets (un saignement absolu du champ opératoire est la condition principale d'une suture de haute qualité du trou; le saignement empêche les points de suture à la blessure).

Un cathéter est introduit dans la lumière d’un vaisseau à une profondeur maximale de 25 cm, puis le ballon est gonflé lentement par l’introduction de solution saline. Le degré de dilatation est contrôlé par la traction du cathéter (éviter un gonflement excessif). Au moment de retirer le cathéter du vaisseau, le ballon gonflé pousse des masses thrombotiques devant lui qui sortent par le trou de l’artère. Lorsque la pointe du cathéter se rapproche de la sortie du vaisseau (à en juger par les marques sur la paroi du cathéter), le taux de dilatation du ballonnet est réduit (pour ne pas déchirer les bords du vaisseau).

Par la facilité avec laquelle le cathéter passe, la zone d'occlusion prévue peut être jugée sur sa cause. En cas d'embolie, l'introduction d'un cathéter et sa traction inverse ne présentent généralement pas de difficultés (à l'exception d'un embole organisé). Au contraire, dans le cas de thrombose, le chirurgien a du mal à sonder le vaisseau, ce dernier étant le plus souvent associé à une lésion athéroscléreuse de la paroi de l’artère et à une sténose développée.

Avant de suturer une plaie d'artère, il est nécessaire de vérifier l'adéquation de la restauration du flux sanguin dans les parties proximale et distale du lit vasculaire du membre. Ceci est réalisé en desserrant successivement les tourniquets ou en enlevant les pinces. La perméabilité de la partie proximale du vaisseau est confirmée par la présence d'un bon flux sanguin pulsant, le flux distal - par un flux sanguin rétrograde suffisant.

Etant donné la difficulté d'évaluer l'adéquation du flux sanguin rétrograde, pour avoir une confiance totale dans la radicalité de l'opération, ils ont recours à une artériographie peropératoire ou à un contrôle Doppler (de préférence, DS). L'utilisation de l'artériographie révèle la présence de caillots non digérés chez environ 30% des patients. Dans de tels cas, effectuez une seconde révision du service concerné avec un cathéter de Fogarty, passez à un accès plus distal ou introduisez des médicaments thrombolytiques.

La plaie de l'artère est suturée avec du matériel de suture atraumatique (Prolen 5 / 0–6 / 0). La principale exigence d'une technique de suture vasculaire est l'absence de rétrécissement, car si elle se développe à cet endroit, une thrombose est possible. Sur la plaie transversale, imposer une suture séparée et interrompue. Une incision longitudinale est suturée avec un point de blanchet continu; avec la possibilité de se rétrécir, un patch est suturé à partir de la grande veine saphène de la cuisse (peut provenir de la veine superficielle du membre supérieur) ou en matériau synthétique.

Avant la fin de l'opération, il est nécessaire de s'assurer qu'il y a une pulsation dans les parties périphériques de l'extrémité (artères du pied ou du poignet). Lors de la détermination du pouls dans les départements sous-jacents et de l'absence de pouls dans la partie distale (embolie «en étages», embole gauche ou thrombose continue), effectuez un audit des artères périphériques par le biais d'approches supplémentaires. Dans les cas douteux produisent une artériographie.

La fermeture des tissus mous de la plaie dans la zone d'accès est réalisée étroitement (ou une incertitude dans l'hémostase, un léger saignement capillaire), drainer la plaie avec un tube en silicone avec aspiration active ou passive de la décharge, qui est éliminée à travers une section d'ouverture.

Opérations pour thrombose. L’intervention chirurgicale dans la thrombose aiguë est plus compliquée que dans l’embolie, car dans de telles situations, parallèlement à la thrombectomie (réalisée, ainsi qu’à l’embolie avec un cathéter de Fogarty), de nombreux patients ont présenté une intervention de reconstruction (endartériectomie, pontage de pontage, prothèses).

Les options les plus fréquentes de restauration du flux sanguin périphérique dans la thrombose du segment fémoro-poplité sont les suivantes: profundoplastie, shunt fémoro-poplité et fémoro-tibial (voir section suivante).

En cas d’occlusion thrombotique aiguë de l’aorte et / ou des artères iliaques, en fonction de la gravité de l’état du patient, de la nature et de l’ampleur de la lésion occlusive-sténotique, divers types de manœuvres sont effectués (aorte-fémorale, hanche iléo, hanche croisée-iliaque, fémoro-axio-croisée, fémoro-axillaire croisée).

Fasciotomie. Un des effets les plus fréquents de la période de reperfusion, en particulier en cas d'ischémie prolongée, est le gonflement des muscles du membre affecté. Les groupes musculaires étant enfermés dans des coquilles fasciales, une augmentation de la pression dans cette dernière entraîne une détérioration du flux sanguin capillaire et, par conséquent, une augmentation de la résistance veineuse et la progression de l'ischémie.

On sait que la pression intra-gouttière normale est nulle. Dans le cas de l’augmenter à 20-30 mm Hg. Art. la perfusion tissulaire est significativement réduite et lorsque la pression est supérieure à 30 mm Hg. Art. cesse complètement, malgré une restauration adéquate du flux sanguin principal.

L'opération de fasciotomie (décompression de l'espace sous-fascial) est réalisée avec une ischémie de grade II B, parfois à titre prophylactique: avec des violations moins graves de la circulation artérielle. Pour ce faire, dans le tiers médian du fascia de la jambe ou de l’avant-bras, 2 à 3 coupes longitudinales mesurent de 5 à 6 cm à 10-15 cm de long (selon la gravité de l’œdème). Disséquer la peau, le tissu sous-cutané et un fascia d'incision plus large (utiliser des ciseaux longs). Après avoir ouvert le boîtier, les muscles saillants de la plaie sont bêtement divisés jusqu'au septum interosseux, ce qui crée une meilleure décompression. En cas de gonflement marqué des muscles, des lingettes stériles humidifiées avec un antiseptique ou avec du Levomycol sont appliquées sur les plaies. En cas de léger gonflement des muscles, la peau est suturée avec des sutures occasionnelles.

La période postopératoire. Afin de prévenir les réembolies et de réduire le risque de rétrombose, l'héparine est administrée par voie intraveineuse pendant 7 à 10 jours. Ces dernières années, on a privilégié l'héparine de bas poids moléculaire (Clexane, Fraxiparine, etc.), administrée par voie sous-cutanée. Par la suite, l'hypocoagulation est provoquée par l'utilisation d'anticoagulants oraux (feniline, warfarine).

Les résultats du traitement. La mortalité chez les patients opérés, selon la cause (embolie ou thrombose), la localisation de la zone d’occlusion, le degré d’ischémie, l’âge du patient et la gravité de la pathologie concomitante varie de 15,7 à 38,5%. Des amputations du membre inférieur dues à une ischémie irréversible sont réalisées chez 5 à 24% des patients souffrant d'embolies et chez 28,3 à 41,9% des patients atteints de thrombose aiguë.

Thérapie

Thérapie (grecque θεραπεία [therapeia] - traitement, réadaptation) est un processus qui vise à soulager, soulager ou éliminer les symptômes et les manifestations d’une maladie, d’un état pathologique ou d’un autre trouble de l’activité vitale, à la normalisation des processus vitaux altérés et au rétablissement, au rétablissement de la santé, au rétablissement de la santé.

Approches thérapeutiques

  • La thérapie étiotropique vise à éliminer la cause de la maladie (par exemple, la thérapie antibactérienne pour les maladies infectieuses).
  • La thérapie pathogénétique vise les mécanismes du développement de la maladie. Il est utilisé lorsqu'il est impossible de recourir à une thérapie étiotropique (par exemple, une thérapie de substitution de l'insuline dans le diabète en raison d'une production insuffisante de cette hormone pancréatique et de l'incapacité, au stade actuel du développement de la médecine, de restaurer cette fonction).
  • La thérapie symptomatique (palliative) est utilisée pour éliminer les symptômes individuels de la maladie (par exemple, l'utilisation d'analgésiques pour la douleur, les médicaments antipyrétiques à "température élevée", etc.). Elle peut être utilisée en complément de la thérapie étiotropique et pathogénique. Le traitement symptomatique en cas d’impossibilité de guérison radicale (cancer en phase terminale, etc.) est réalisé dans le cadre d’un ensemble de mesures médicales et sociales appelées soins palliatifs.

Traitement conservateur

Le traitement conservateur (non chirurgical) (en fait, la thérapie) est effectué par des méthodes chimiques, physiques et biologiques.

Méthodes chimiques et biologiques

Les méthodes chimiques et biologiques sont les principales méthodes d’influence conservatrices sur un organisme malade. Ceux-ci incluent:

et d'autres méthodes plus rares.

Méthodes physiques

Les méthodes de traitement conservatrices comprennent la thérapie physique, le massage et la thérapie physique, l'hydrothérapie. Dans la plupart des cas, ces méthodes sont auxiliaires. Les méthodes physiothérapeutiques comprennent les effets sur le corps des rayonnements électromagnétiques et sonores:

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical dépasse formellement le cadre de la médecine interne (thérapie). Il est utilisé en cas d'impossibilité ou de faible efficacité du traitement conservateur.

Cependant, la thérapie ne peut pas être logiquement opposée à la chirurgie, car la chirurgie est un cas particulier de traitement (thérapie) qui doit être utilisé lorsque cela est nécessaire du point de vue d'un programme thérapeutique.

Traitement conservateur

À ce jour, il existe deux points de vue sur la gestion des patients atteints de diabète et de lésions des membres inférieurs. L'un d'entre eux provient de l'inévitabilité de l'amputation d'un membre chez un patient diabétique. Le principal argument en sa faveur est la présence d'une neuropathie diabétique, qui réduit considérablement les chances de guérison et, par conséquent, la possibilité d'une prise en charge conservatrice du patient et d'opérations de reconstruction des vaisseaux.

Un autre point de vue est la prévention maximale possible des amputations des membres inférieurs ou, au moins, une diminution de sa fréquence et du volume de l'opération. Vous trouverez ci-dessous les principaux arguments en faveur du second point de vue. La mortalité post-amputation chez les patients diabétiques est très élevée: dans les 3 semaines suivant l'amputation, 22% des patients décèdent, jusqu'à 40% au cours de la première année. Haute fréquence d’opérations répétées, y compris la fréquence de réamputation. D'énormes coûts directs et indirects associés au traitement et à la rééducation ultérieurs des patients.

Idéalement, l'approche thérapeutique devrait être complète. Le traitement doit être réalisé avec la participation d'un endocrinologue, d'un podiatre (spécialiste des soins des pieds), d'un chirurgien et d'un personnel paramédical qualifié. Une thérapie opportune et adéquate vous permet d’éviter une intervention chirurgicale dans 95% des cas. Lors de la prescription d'un traitement aux patients atteints du syndrome du pied diabétique, il est tout d'abord nécessaire de déterminer quel est le lien pathogénique qui joue un rôle décisif dans le développement et a progressé »! les maladies.

Il est nécessaire d’établir une formulation spécifique du diagnostic, par exemple: diabète sucré, polyneuropathie diabétique symétrique distale, syndrome du pied diabétique, forme neuropathique. Dans ce cas, la stupéfaction absolue de prescrire des médicaments vasculaires et vasoactifs tels que la pentoxifylline (trentala) ou le vazprostan devient immédiatement claire. Dans ce cas, le traitement doit être axé sur le traitement de la neuropathie et des effets locaux directement sur l'ulcère.

Dans la thérapie complexe de toute forme de syndrome du pied diabétique, le rôle déterminant est l'optimisation du contrôle métabolique, le traitement des plaies, l'antibiothérapie, le déchargement de la zone touchée, l'élimination des sites giperkératosiques, la sélection et le port appropriés de chaussures spéciales, le traitement médicamenteux systémique différencié des macroangiopathies (médicaments vasoactifs, amélioration de la rhéologie) microangiopathies (préparations de vitamines complexes, préparations d'acide tnoktovoy (a-lipoïque), inhibiteurs aldose réductase).

L'hyperglycémie chronique, qui modifie le métabolisme normal des nerfs périphériques, est la principale cause de la polyeuropathie diabétique, à la base du développement et de la progression du syndrome du pied diabétique. Par conséquent, dans son traitement, l'optimisation des paramètres glycémiques est d'une importance primordiale.

Dans le traitement d'un ulcère infecté, le drainage radical et l'antibiothérapie jouent un rôle crucial. Une nécrectomie est réalisée et une sortie de masses purulentes nécrotiques est fournie. L'utilisation de pommades n'est pas autorisée. Seuls des pansements humides avec une solution à 1% de dioxidine, 0,5% de chlorhexidine et de furatsiline sont appliqués. L'un des préparateurs les plus efficaces pour une utilisation topique dans le traitement d'un ulcère est la solution cyteal, qui consiste en un mélange d'antiseptiques actifs: dinzéthionate d'hexamidine, digluconate de chlorhexidine et chlorocrésol.

Avec des applications quotidiennes d'une surface para-paradigale à une dilution de 1:10, le médicament est efficace contre les micro-organismes Gram positifs et Gram négatifs, et a également un effet bactéricide sur le trhomonad et un effet mycostatique sur le Candida albicans. Toutes les solutions antiseptiques ne doivent pas avoir de propriétés colorantes, car cela rend difficile le suivi de l’évolution du processus de la plaie.

Il existe des pansements anti-gel spéciaux (hydrocol, gelevin, hydrosorb) qui fournissent suffisamment d'humidité à l'intérieur de la plaie et ne gênent pas la sortie du contenu purulente-nécrotique. Ces pansements permettent un échange de gaz sans entrave, imperméable aux bactéries. Les pansements d'hydrogel sont contre-indiqués en présence de formes ischémiques.

Le traitement antibiotique des patients atteints de diverses formes de syndrome du pied diabétique est l’un des éléments importants du traitement conservateur. Les indications du traitement antibiotique sont la présence d'ulcères pénétrant dans toute la profondeur de la peau, une inflammation périfocale, la présence de fièvre associée à la formation d'un ulcère, ainsi que de foyers purulants-nécrotiques profonds et étendus.

Le choix des antibiotiques, les méthodes d'introduction et la durée d'utilisation respectent les principes suivants: en raison de la présence d'anomalies du système immunitaire chez les patients diabétiques, l'utilisation de préparations bactéricides est démontrée; le long processus de cicatrisation des plaies nécessite un traitement antibiotique à long terme avec changements de médicaments répétés en raison de la fréquence élevée de violations du flux sanguin principal périphérique et de la microcirculation chez cette catégorie de patients, il a été mis en évidence la nomination de fortes doses d'antibiotiques administrés par voie parentérale; La détection fréquente d'infection polymicrobienne nécessite l'utilisation d'antibiotiques à large spectre, y compris des médicaments hautement actifs contre les anaérobies; la présence d'une néphropathie diabétique concomitante chez la plupart des patients atteints du syndrome du pied diabétique nécessite l'exclusion des médicaments néphrotoxiques.

Les agents d’infection les plus fréquents dans le syndrome du pied diabétique sont les g-frames, les cocci positifs et gram négatifs, les associations microbiennes de E. coli n. Par conséquent, avant d'obtenir les résultats de l'ensemencement de la plaie détachable sur la microflore et sa sensibilité aux antibiotiques, il est conseillé de prescrire des pénicillines, des céphalosporines. La fluoroquinolone peut être utilisée. En raison de la forte probabilité d'association d'infections purulentes et anaérobies, il est conseillé, lors de la prescription d'antibiotiques à large spectre, d'utiliser des médicaments actifs contre les anaérobies: clindomycine, imipénème, céfoxitine.

Avec une flore anaérobie prouvée, le métronidazole devrait être prescrit. Il n'est pas souhaitable de prescrire des aminosides en présence de signes cliniques et biologiques de lésions rénales d'origine diabétique ou autre. La durée d'utilisation et la posologie des antibiotiques sont déterminées par la nature et la prévalence du processus inflammatoire et peuvent aller de 4 semaines à plusieurs mois. Lors d’une antibiothérapie empirique, pour obtenir les résultats de l’étude de la sensibilité de la microflore, il est nécessaire de surveiller attentivement la dynamique du foyer purulent.

La connaissance de la nature de la microflore et l'étude de sa sensibilité aux antibiotiques sont importantes pour le traitement. Il est préférable de ramasser le matériau à semer en utilisant une méthode de grattage de la surface de l'ulcère avec une cuillère stérile après avoir traité à plusieurs reprises la surface de la plaie avec un chiffon stérile sec (curetage d'un ulcère). En raison de la forte diminution de sensibilité due à la neuropathie diabétique, cette procédure est assez facilement tolérée par les patients. Il est également recommandé de collecter le matériau à l'aide d'une seringue et d'une aiguille stériles avec une large ouverture de la profondeur de la plaie, mais cela ne présente aucun avantage par rapport à la méthode de prélèvement du matériau par curetage de la surface de la plaie.

L'un des facteurs les plus importants pour la guérison des ulcères de la forme neuropathique du pied diabétique est son déchargement. En liaison avec le développement d'une anesthésie complète, le patient peut continuer à marcher, en avançant même sur le défaut ulcératif à la surface plantaire. Cela doit être strictement interdit. Le déchargement est court (plusieurs jours) et long. Le déchargement à court terme est réalisé par la mise au repos du lit, l'utilisation de béquilles et de fauteuils roulants. Le déchargement prolongé est obtenu en portant des chaussures de déchargement spéciales. Il est possible d'utiliser des semelles intérieures spéciales de déchargement sur le cou-de-pied, dont l'efficacité est beaucoup plus faible, mais qui sont plus accessibles au patient en raison de leur faible coût.

Les patients atteints de la forme ischémique du pied diabétique, contrairement aux patients atteints de la forme neuropathique, montrent une marche progressive avec une augmentation progressive de la distance jusqu’à l’apparition d’une douleur ischémique des membres inférieurs. L'activité physique et les changements métaboliques qui se développent avec eux contribuent au développement des collatéraux. Il est généralement recommandé de ne pas marcher rapidement sur un terrain plat tous les jours, mais sur une distance égale à environ 70% de la distance à laquelle le patient est contraint de s’arrêter en raison de l’apparition d’une douleur. La position élevée des membres contribue à la réduction des poches.

L'élimination des zones d'hyperkératose doit être effectuée par un podologue ou un travailleur paramédical bien formé. Le retrait est effectué avec un scalpel stérile ou à l'aide d'un équipement cosmétique spécial. Il est strictement interdit d'effectuer cette procédure à un personnel non formé ou au patient lui-même après avoir chauffé le membre à la vapeur d'eau chaude et utilisé les outils à portée de main, le plus souvent des lames de rasoir pour rasoirs de sûreté ou des ciseaux de papeterie ordinaires. Le risque de développer un ulcère après une telle "procédure" est très élevé.

Le choix de chaussures à porter de manière permanente chez les patients diabétiques en présence de signes de neuropathie diabétique n’est pas une tâche facile et très importante.

Il est recommandé de recommander au patient de porter des chaussures légères et souples en cuir véritable. Essayez-le dans l'après-midi. comme le soir, la taille du pied peut augmenter. Le port de chaussures inadaptées à la taille ou à la forme du pied est strictement interdit.

Un traitement médicamenteux systémique différencié de la macroangiopathie (médicaments vasoactifs, améliorant les propriétés rhéologiques du sang) et de la microangiopathie (préparations vitaminiques complexes, acide thioctique (acide a-lipoïque), inhibiteurs de l’aldose réductase) est pris en compte dans la prévalence du lien pathogénique principal dans le développement du syndrome du pied diabétique.

Avec une réduction significative du flux sanguin artériel (forme ischémique et mixte), le traitement complexe consiste à améliorer les propriétés hémorhéologiques du sang (reopolyglukine, pentoxifylline), ainsi qu’un traitement par perfusion à l’alprostadil (vaprostan). Le but de la pentoxifylline, le sulodexide est montré. Avec l'inefficacité du traitement conservateur, une angioplastie chirurgicale est réalisée. Malheureusement, les possibilités d'angioplastie sont limitées en raison des caractéristiques des lésions athéroscléreuses des artères dans le diabète sucré.

Le traitement de la forme neuropathique est réduit principalement au traitement de la neuropathie diabétique. À l'heure actuelle, les groupes de médicaments suivants ont montré un effet positif sur ce processus. L'acide thioctique (a-lipoïque) (thioctacide, espalipon, thiogame) est un coenzyme du complexe enzymatique mitochondrial et un biocatalyseur du métabolisme énergétique. Il active les enzymes mitochondriales et neutralise ainsi la perte d'énergie associée au diabète sucré: inhibe l'oxydation du glucose, la gluconéogenèse et la cétogenèse.

Grâce aux propriétés d'un oxydant naturel, l'acide thioctique protège les tissus contre les effets des radicaux libres, réduit l'intensité de la douleur et des paresthésies. En réduisant la formation de cholestérol, c'est un moyen de prévenir l'hypercholestérolémie. Le traitement est administré par cure de 8 à 12 semaines, par perfusion intraveineuse de 300 à 600 mg par jour (10 à 20 perfusions), puis par un passage à l’administration orale de un (200 mg) à 3 comprimés par jour.

Milgamma 100. Préparation de vitamines du groupe B - vitamine B1 liposoluble (benfotiamine) et chlorhydrate de pyridoxine - Milgamma 100, complexe de benfotiamine, chlorhydrate de Pinnoksina et cyanocobalamine (B1 + B6 + B12, ou mlgamma 100). En cas de douleur neuropathique, il est recommandé de prescrire de la carbamazépine ou des antidépresseurs tricycliques. Il est possible d’utiliser des anti-inflammatoires non stéroïdiens, dont l’efficacité est cependant faible.

Les préparations à action "vasculaire" (netoxifollnn, trental, agapurine) et les médicaments "vasoactifs" (vazprostan) ne peuvent être utilisées qu'en présence d'une lésion oblitérante des vaisseaux des membres inférieurs, en raison de leur inefficacité absolue dans la forme neuropathique du syndrome du pied diabétique. Les mesures thérapeutiques sont les plus efficaces dans les premiers stades de la neuropathie diabétique.

Lors du traitement de l'ostéoarthropathie diabétique dans le cas du développement d'une articulation de Charcot sans défauts ulcératifs, il est recommandé de décharger complètement le membre affecté et de le fixer à l'aide d'une attelle en plâtre jusqu'à la guérison complète des os. En présence d'un ulcère, l'utilisation de pansements de fixation est extrêmement dangereuse en raison de la menace de son expansion et de l'aggravation du processus infectieux. Le traitement de l'ulcère est effectué avec le maximum de déchargement possible du membre jusqu'à la disparition du défaut ulcéreux et ce n'est qu'alors qu'il est possible d'imposer une attelle. Après la guérison de la fracture, il est nécessaire de porter des chaussures orthopédiques individuelles. Malheureusement, même si toutes les mesures préventives sont observées, une grave déformation du pied entraîne la récurrence de l'ulcère.

Ainsi, les principales mesures destinées à prévenir les amputations des membres inférieurs chez les patients diabétiques sont la prévention et le traitement de la neuropathie périphérique et de la micro-macroangiopathie, ainsi que des mesures visant à prévenir, la détection précoce et le traitement adéquat des lésions des membres inférieurs pouvant précéder le développement de la gangrène diabétique. Parmi les mesures préventives, il convient de mettre l'accent sur la nécessité de former des groupes à risque, l'observation dynamique de patients appartenant à des groupes à risque dans des centres spécialisés et des salles pour pieds pour diabétiques, une sélection appropriée et le port de chaussures orthopédiques, l'éducation des patients dans les écoles.

Lors de l’enseignement aux patients, il est très important d’utiliser diverses brochures, aides visuelles brillantes. Les principes de base de la formation doivent être simples et accessibles aux instructions du patient relatives au soin des pieds. Vous trouverez ci-dessous un contenu approximatif de brèves recommandations à l'intention d'un patient présentant un risque de pied diabétique.

La plus petite inflammation dans les jambes atteintes de diabète peut devenir une complication grave. Même avec une légère inflammation, il est nécessaire de consulter un médecin. Les maladies fongiques des pieds souvent découvertes doivent être traitées de manière agressive. N'attendez pas les problèmes de jambes! Prendre des mesures préventives. La prévention est la meilleure protection des pieds.

Les patients diabétiques doivent se laver les pieds tous les jours. Seule de l'eau tiède est utilisée (température maximale 37 ° С). Il est recommandé de vérifier en permanence la température de l'eau dans la salle de bain avec votre main ou avec un thermomètre pour vous assurer qu'il ne fait pas très chaud. Vous pouvez vous brûler les pieds avec de l'eau très chaude et ces plaies guérissent très lentement. Les bains de pieds ne devraient pas durer plus de 5 minutes, avec un lavage prolongé des pieds, une peau saine devient douce et elle trempe beaucoup entre les doigts.

N'utilisez pas de brosse ni de gant de massage, vous devriez éviter tout ce qui pourrait irriter la peau - cela pourrait endommager les tissus. Il est recommandé d’utiliser un gant de toilette et du savon neutre (sans additifs chimiques) et d’essuyer soigneusement les pieds avec un mouvement pro-lingette sans frotter. Après la douche ou la baignade, vos pieds doivent être soigneusement séchés à l'aide d'une serviette ou d'un sèche-cheveux à l'air frais.

Les pieds sont inspectés quotidiennement pour détecter les ampoules, les coupures, les égratignures et autres dommages qu'une infection peut pénétrer. Il est nécessaire d'examiner soigneusement les espaces entre les doigts. La plante des pieds peut être facilement inspectée à l'aide d'un miroir. Si le patient ne peut pas le faire lui-même, il doit alors demander à un membre de la famille de le faire. Si vos pieds sont froids la nuit, il est recommandé de porter des chaussettes chaudes, y compris la nuit. N'utilisez jamais de bouteilles d'eau chaude ni d'autres objets chauds pour réchauffer les pieds. Pendant les vacances ne peut pas être autorisé à bronzer les jambes.

Les peaux et les peaux kératiniques ont toujours une cause: forme irrégulière des jambes, chaussures mal choisies. Il est très important de changer des chaussettes ou des bas tous les jours. Ne portez pas de chaussettes tristes ni de chaussettes avec un élastique serré. Il n'est pas recommandé de ne jamais marcher pieds nus, même à la maison. Au travail, il est recommandé d'utiliser des chaussures de travail spéciales. Si possible, il est préférable de ne pas porter de bottes en caoutchouc.

En présence de peau sèche, il est nécessaire de faire pénétrer une fine couche de crème neutre (sur une base de lanoline ou de vaseline) dans la peau. Ne pas appliquer la crème entre les doigts. N'utilisez pas de talc ni d'autres poudres, elles adouciraient la peau. Si les pieds transpirent, il est très important de ne pas adoucir la peau. Plusieurs fois par jour, il est nécessaire de laver les pieds et de bien sécher la peau.

Les ongles longs, très courts ou mal coupés peuvent endommager la peau ou provoquer une infection. Les JAMBES aux extrémités arrondies sont utilisées pour couper les ongles. Vous pouvez seulement couper vos ongles droits; coins soigneusement rangés. N'utilisez jamais de ciseaux tranchants, une lame, un couteau, des objets tranchants. Ces objets peuvent être blessés. Si le patient a une mauvaise vue, vous devez demander à quelqu'un de l'aider.

Il est conseillé aux patients diabétiques d'inspecter leurs chaussures tous les jours, que des objets étrangers s'y soient introduits ou que la doublure ait été déchirée. Tout ce qui peut blesser ou frotter la peau des jambes. Il est nécessaire d’acheter uniquement les chaussures qui s’installent confortablement sur le pied dès le début. Lors de l'achat, l'ajustement des chaussures devrait avoir lieu dans la seconde moitié de la journée (les jambes gonflent à ce moment-là et la taille du pied augmente). Les bonnes chaussures sont en cuir léger et souple.

La semelle ne doit pas être glissante et en cuir. Les talons ne doivent pas être trop bas ou trop hauts (2-2,5 cm pour les hommes, 3 - 3,5 cm pour les femmes). Il n'est pas souhaitable que les chaussures soient trop étroites ou trop larges. Vous ne pouvez pas porter des chaussures qui se frottent le pied. Les talons sont régulièrement vérifiés, s’ils sont usés, ils doivent être réparés. Ne portez pas de nabok en métal, cela pourrait casser la démarche.

Si une plaie apparaît sur vos pieds, vous devez la désinfecter avec une substance antiseptique incolore, ne contenant pas d’alcool (le peroxyde d’hydrogène ne doit pas être utilisé). Un pansement stérile sec est appliqué. Il élimine l'utilisation de pommades, d'antibiotiques topiques ou de colorants, car il peut augmenter la plaie.