Principal
Les symptômes

Mononucléose - quelle est cette maladie. Symptômes et traitement de la mononucléose infectieuse chez les enfants et les adultes

En cas d'exacerbation d'une maladie infectieuse, afin de réussir le traitement, il est nécessaire d'identifier correctement l'agent pathogène, afin d'identifier les causes de l'infection du patient. Par exemple, la mononucléose survient lorsque le dangereux virus Epstein-Barr pénètre dans l'organisme, ce qui affecte l'oropharynx, le foie, la rate et les ganglions lymphatiques voisins.

Mononucléose infectieuse

Cette maladie est aussi appelée maladie de Filatov, considérée comme incurable. Un virus dangereux, pénétrant dans la circulation systémique, reste pour toujours dans la vie du patient. Une personne ne vit pas constamment au stade de la récurrence, mais chaque affaiblissement de l’immunité provoque une nouvelle attaque de mononucléose. Les foyers de pathologie sont le larynx, les voies respiratoires supérieures, les ganglions lymphatiques régionaux proches. La lymphadénite est une complication pour le patient. La mononucléose virale est associée au sida, car le dangereux agent pathogène entre en contact avec les lymphocytes, ce qui entraîne une déformation de ces derniers.

Mononucléose chronique

La période d'incubation du virus de l'herpès d'Epstein-Barr n'entraîne aucune gêne pour le patient; elle exclut l'aggravation du bien-être général. Si, dans la forme aiguë de la maladie, la température augmente, si un mal de gorge apparaît et une panne, la mononucléose chronique est plus souvent asymptomatique et est la conséquence d'une immunité affaiblie. Plus souvent, un tel problème de santé chez un patient survient après une longue phase de mononucléose aiguë. Le traitement était inefficace. Le patient va mieux, mais pendant la période d’avitaminose, il court un risque, une deuxième attaque n’est pas exclue.

Mononucléose chez l'adulte

À l'âge adulte, le diagnostic prévaut extrêmement rarement, plus souvent il est attribué aux enfants d'âge préscolaire et scolaire. Si la mononucléose progresse chez l'adulte, il s'agit d'une rechute d'une maladie chronique. L'infection est survenue dans l'enfance. Après 35 ans, il n’ya plus que quelques cas de pathologie, mais s’il en existe, les symptômes sont identiques à ceux des patients de petite taille.

Mononucléose pendant la grossesse

Des signes atypiques de maladie peuvent se développer dans la "position intéressante" d'une femme lorsque son immunité est affaiblie par une grossesse progressive. Il s'agit d'une condition dangereuse, car l'infection du fœtus menace d'interrompre, de faire une fausse couche, des mutations au niveau intra-utérin. Après le diagnostic, la future maman peut proposer un avortement mécanique. Si cette maladie est légère, le traitement intensif repose sur des antihistaminiques, antiseptiques à usage topique.

Afin de ne pas répéter la mononucléose pendant la grossesse, les patientes doivent accorder une attention particulière à la planification de leur «situation intéressante», se soumettre à un examen médical complet et passer tous les tests nécessaires. Il n'est pas recommandé de penser à une conception réussie si six mois se sont écoulés depuis la maladie. Sinon, les conséquences pour le patient mort-né peuvent être fatales. La menace cachée pour les patients est la suivante:

  • lymphadénopathie;
  • hypotrophie fœtale;
  • chroniosepsie récurrente;
  • hépatopathie;
  • fièvre légère;
  • dommages au système nerveux, organes de la vision;
  • hépatosplénomégalie.

Mononucléose chez les enfants

La maladie se développe le plus souvent pendant l'enfance et le traitement à domicile n'est pas toujours efficace. Les patients à risque étaient des patients âgés de moins de 10 ans, principalement des garçons. L'infection se produisant lors du contact avec une personne infectée, le deuxième nom de la mononucléose est donc «maladie du baiser». En l'absence de mesures préventives, les parents devraient surveiller l'environnement des enfants et exclure tout contact avec les porteurs du virus. La mononucléose chez un enfant est accompagnée de signes d'intoxication, progresse spontanément, devient la cause principale de l'hospitalisation urgente du patient.

Mononucléose - symptômes

Le virus peut être transmis par contact, de sorte que le patient peut être infecté par un passant dans la rue. Les premiers signes de mononucléose ne se manifestent pas immédiatement, car la flore pathogène a besoin de 2 à 3 semaines pour mûrir et acquérir la phase active. Après cela, les symptômes de l’intoxication générale sont évidents et se présentent sous les modifications suivantes de l’aspect et du bien-être général du patient:

  • l'apparition d'une petite éruption cutanée sur le corps du patient avec des démangeaisons, en tant que signe d'activité allergène;
  • température corporelle élevée;
  • dommages au système nerveux, en option - violation de la phase de sommeil et de l'état de veille, émotivité accrue du patient;
  • élargissement pathologique des ganglions lymphatiques;
  • la croissance du foie et de la rate, ce qui est évident à l'échographie des organes péritonéaux;
  • décoloration de l'anneau pharyngé du patient.

Les parents savent ce qui peut causer la mononucléose - ce qui est également connu. Mais prédire les symptômes est très difficile. Tout dépend de l'état de l'immunité, de l'âge, des conditions de vie externes et des maladies internes d'un petit patient. Si la fièvre dure plusieurs jours, l'enfant malade est hospitalisé d'urgence.

Diagnostic de la mononucléose

Une série de tests est nécessaire pour déterminer le virus Epstein Barr. Le patient doit subir une numération globulaire complète, car l'apparition de cellules mononucléées atypiques dans une quantité de 10-12% est observée dans ce fluide biologique. Ceci est le résultat de l'interaction d'un virus dangereux avec des structures cellulaires, les leucocytes. En outre, la formule leucocytaire montre un décalage vers la gauche, une leucocytose modérée se produisant.

Un test sanguin pour la mononucléose est la méthode de diagnostic la plus informative. Au stade initial de la formation de la flore pathogène, les cellules mononucléées ne sont pas détectées, car elles prédominent au stade de la formation. Après guérison complète, ils restent pour toujours dans la composition chimique du sang et le patient devient porteur d'une infection pathogène jusqu'à la fin de sa vie.

En détail sur la mononucléose infectieuse chez l'adulte

Le développement de la mononucléose chez l'adulte est un problème grave qui peut entraîner de graves complications. De plus, la mononucléose est facilement infectée et il est important de comprendre comment le virus d'Epstein-Barr, qui est le plus souvent l'agent responsable de la mononucléose infectieuse, est transmis. Et aussi comment il est traité. Aujourd'hui, nous examinerons la mononucléose chez l'adulte, ses symptômes et son traitement, ainsi que les causes, le diagnostic et les complications possibles de la maladie.

Raisons

La mononucléose infectieuse chez l'adulte se développe en raison de l'agent responsable, le virus d'Epstein-Barr. Le virus infecte l'épithélium de surface des muqueuses de la bouche et de la gorge et pénètre dans le corps humain par le système respiratoire. En contact étroit avec une membrane muqueuse infectée, les lymphocytes B sont également facilement sujets à une infection virale qui s'installe et commence à se multiplier activement. Le résultat est la formation de mononucléaires atypiques. Avec le flux sanguin, ils atteignent avec succès les amygdales du nasopharynx et du palais, ainsi que le foie, la rate et les ganglions lymphatiques.

Absolument tous les organes énumérés sont composés de tissu immunitaire, c'est-à-dire lymphoïde. Basé sur eux, le virus commence également à se multiplier activement et à provoquer constamment leur croissance significative.

Le patient a soudainement de la fièvre, une douleur aiguë à la gorge commence. Ramassez le dangereux virus Epshet-Barr peut être exclusivement d'une personne infectée. Même en apparence, une personne en parfaite santé peut facilement devenir une source de maladie virale s’il existe une infection de la salive. Cette personne est porteuse de virus.

Pour qu'un adulte soit infecté par le virus d'Epstein-Barr, il existe plusieurs raisons, telles que:

  • un virus qui se trouve dans la salive a une voie de transmission par voie aérienne lorsqu'il tousse ou éternue;
  • un baiser est une méthode essentielle d'infection par contact;
  • un signe de contamination domestique - l'utilisation générale de divers articles ménagers (vaisselle, serviettes, brosse à dents, femmes - rouge à lèvres et autres articles);
  • la mononucléose chez l'adulte peut être disponible à la fois dans la salive et le sperme, de sorte que le virus peut être transmis par contact sexuel;
  • lors de la transfusion de sang infecté, la mononucléose peut masquer le risque d’infection et se transmet facilement par le sang à une personne en bonne santé;
  • procéder à la transplantation d'organes internes du porteur du virus.

Parfois, la mononucléose chez les adultes et les enfants est diagnostiquée comme un SRAS. Dans de tels cas, le virus pourrait être en mode veille ou la maladie aurait été transmise sous la forme la plus faible possible. Pour cette raison, 90% de la population peut ne pas montrer de signes évidents de maladie.

La mononucléose peut survenir sous la forme de cas systématiques réguliers. Le groupe à risque comprend tous les membres de la famille, ainsi que tous les membres de l'équipe où un foyer d'infection par la mononucléose s'est effectivement produit. Personnes infectées par le VIH. La maladie est enregistrée tout au long de l'année. Mais une incidence significative est enregistrée au printemps et en automne. La mononucléose affecte principalement les personnes âgées de vingt à trente ans. Les symptômes et le traitement de la mononucléose chez l'adulte sont différents des autres maladies. Les manifestations de cette maladie et la procédure de traitement présentent des caractéristiques distinctives.

Les symptômes

Dès que le virus est activement introduit dans le corps humain par les muqueuses de la gorge ou du nasopharynx, ainsi que par le système digestif, au cours de la phase d'incubation (de 4 à 14 jours - en moyenne par semaine), le virus passe dans les ganglions sanguins et lymphatiques. Premièrement, une personne qui en souffre souffre d'une maladie somatique grave, d'une faiblesse générale, de douleurs musculaires incommensurables et d'un mal de tête infernal, ainsi que d'un fort mal de gorge en avalant.

L'un après l'autre, les symptômes de la maladie apparaissent pendant la période la plus difficile de la hauteur de la mononucléose infectieuse:

  • en règle générale, tous ces symptômes apparaissent presque immédiatement, avec une élévation de la température corporelle de 38,5 à 39,5 degrés, atteignant parfois 40 degrés;
  • De plus, dans la gorge d'un malade, commence la rougeur des amygdales hyperémiques et friables, recouvertes d'une patine grise. Ces symptômes de la mononucléose chez l’adulte sont très similaires aux symptômes de l’angor;
  • sur le cou, les ganglions lymphatiques avant et arrière sont élargis;
  • chez un patient, on peut noter une augmentation des ganglions lymphatiques, trachéo-bronchiques, axillaires et inguinaux, atteignant une valeur allant de la taille d'un haricot à la taille d'une noix. En règle générale, la taille des ganglions lymphatiques devient normale après quelques semaines, moins souvent après quelques mois, dans des cas exceptionnels, après un an;
  • la mononucléose est également caractérisée par une augmentation de la rate - observée des jours 7 à 9 et du foie - fixée aux jours 9 à 10;
  • une modification de la configuration du sang périphérique (leucocytose - augmentation du nombre de leucocytes).

La survenue de la mononucléose chez l'adulte survient dans les 2-4 semaines. Le temps de récupération survient en 3-4 semaines, accompagné d’une fatigue et d’une somnolence graves.

Diagnostics

Dans le syndrome de l'amygdalite aiguë et le flux sanguin d'un mononucléaire atypique, une mononucléose infectieuse est diagnostiquée. Infection suspectée dans le tableau clinique global. Les méthodes suivantes sont utilisées pour valider le diagnostic:

  1. Examen sérologique du sang pour la recherche d'anticorps dirigés contre la mononucléose; au cours de l'infection, un titre accru d'immunoglobulines de classe M est enregistré, lorsque la détection des seules IgG anti-EBV est un indicateur de la maladie et non un processus aigu caractéristique.
  2. Le laboratoire procède à une détermination précise des antigènes de la membrane et du virus de la capside Epstein-Barr dans le sang.
  3. Raclage buccal des muqueuses à l'intérieur des joues et examen du sang par PCR;
  4. Pour éclaircir la gravité de la maladie, il est nécessaire de faire un don de sang pour des analyses biochimiques.
  5. Une radiographie pulmonaire est effectuée.
  6. Echographie de la cavité abdominale.
  7. Dans la phase aiguë de la maladie, le dépistage du VIH est nécessaire.

Si l'on soupçonne une mononucléose, il est également nécessaire de consulter un spécialiste, tel qu'un chirurgien (pour douleurs abdominales). hématologue; un neurologue.

Traitement

Avec le diagnostic différentiel correct de la mononucléose infectieuse chez l’adulte, il sera facile de déterminer - comment traiter cette maladie. Il convient de noter qu’il est impératif de contacter rapidement la clinique, où seul un spécialiste qualifié vous prescrira le traitement approprié.

Ainsi, pour traiter la mononucléose chez l’adulte, on peut utiliser les médicaments décrits dans le tableau.

Symptômes de la mononucléose chez l'adulte

En 1885, le pédiatre russe I. F. Filatov identifia pour la première fois une maladie infectieuse, décrite comme une inflammation idiopathique des glandes cervicales. Pendant longtemps, les spécialistes ont refusé de considérer cette pathologie comme une forme nosologique distincte, considérant les modifications de la caractéristique sanguine de la maladie comme une réaction leucémoïde. Et ce n'est qu'en 1964 que les scientifiques canadiens, M.E. Epstein et I.Barr, ont découvert l'agent responsable de la mononucléose infectieuse, qui a donné son nom à cette mononucléose. Autres noms de la maladie: angor monocytaire, fièvre glandulaire, maladie de Pfeifer.

La mononucléose infectieuse est une infection anthroponotique aiguë causée par le virus d'Epstein-Barr. Elle se caractérise par des lésions du tissu lymphoïde du roto-nasopharynx, le développement d'un état fébrile, une adénopathie et une hépatosplénomégalie, ainsi que par l'apparition de cellules mononucléées atypiques et d'anticorps hétérophiles dans le sang périphérique.

Raisons

L'agent causal de l'infection est le virus Epstein-Barr (EBV), légèrement contagieux et lymphotrope, appartenant à la famille des virus herpétiques. Il possède des propriétés opportunistes et oncogènes, contient 2 molécules d'ADN et est capable, comme les autres agents pathogènes de ce groupe, de persister pour la vie dans le corps humain et d'être libéré de l'oropharynx dans l'environnement extérieur pendant 18 mois après l'infection initiale. Dans la grande majorité des adultes, des anticorps hétérophiles au EBV sont détectés, ce qui confirme une infection chronique par ce pathogène.

Le virus pénètre dans le corps avec la salive (c'est pourquoi, dans certaines sources, la mononucléose infectieuse est appelée «maladie du baiser»). L'oropharynx est le lieu principal d'auto-reproduction des particules virales chez l'hôte. Après atteinte du tissu lymphoïde, l'agent pathogène envahit les lymphocytes B (la fonction principale de ces cellules sanguines est la production d'anticorps). Les antigènes viraux ayant un effet direct et indirect sur les réactions immunitaires, environ un jour après l’introduction, sont détectés directement dans le noyau d’une cellule infectée. Dans la forme aiguë de la maladie, des antigènes viraux spécifiques se trouvent dans environ 20% des lymphocytes B circulant dans le sang périphérique. Possédant un effet prolifératif, le virus Epstein-Barr favorise la reproduction active des lymphocytes B, ce qui stimule une réponse immunitaire intense des lymphocytes T CD8 + et CD3 +.

Modes de transmission

Le virus d'Epstein-Barr est un membre omniprésent de la famille des herpevirus. Par conséquent, la mononucléose infectieuse est présente dans presque tous les pays du monde, généralement sous forme de cas sporadiques. Souvent, des foyers d'infection sont enregistrés durant la période automne-printemps. La maladie peut toucher des patients de tout âge, mais le plus souvent, les enfants, les adolescentes et les garçons sont atteints de mononucléose infectieuse. Les bébés tombent malades assez rarement. Après la maladie, presque tous les groupes de patients développent une forte immunité. Le tableau clinique de la maladie dépend de l'âge, du sexe et de l'état du système immunitaire.

Les sources d’infection sont les porteurs de virus, ainsi que les patients présentant des formes typiques (manifestes) et effacées (asymptomatiques). Le virus est transmis par des gouttelettes en suspension dans l'air ou par la salive infectée. Dans de rares cas, il est possible qu'une infection verticale (de la mère au fœtus), une infection pendant la transfusion et lors d'un rapport sexuel. Il existe également une hypothèse selon laquelle le VEB peut être transmis par des articles ménagers et alimentaire (eau-nourriture) par.

Symptômes de la mononucléose infectieuse aiguë

En moyenne, la durée de la période d'incubation est de 7 à 10 jours (de 5 à 50 jours selon les auteurs).

Au cours de la période prodromique, les patients se plaignent de faiblesse, de nausée, de fatigue et de mal de gorge. Progressivement, les symptômes négatifs augmentent, la température corporelle augmente, des signes d'angine de poitrine apparaissent, la respiration nasale devient difficile et les ganglions lymphatiques du cou gonflent. En règle générale, à la fin de la première semaine de la période aiguë de la maladie, on observe une augmentation du foie, de la rate et des ganglions lymphatiques à l'arrière du cou, ainsi que l'apparition de cellules mononucléées atypiques dans le sang périphérique.

Chez 3-15% des patients atteints de mononucléose infectieuse, il existe une pastosité (gonflement) des paupières, un gonflement du tissu cervical et des éruptions cutanées (éruption maculo-papuleuse).

L'un des symptômes les plus caractéristiques de la maladie est une lésion de l'oropharynx. Le développement du processus inflammatoire s'accompagne d'une augmentation et d'un gonflement des amygdales palatines et nasopharyngées. En conséquence, la respiration nasale devient difficile, un changement de timbre (contraction) de la voix est noté, le patient respire avec la bouche ouverte, émettant des sons caractéristiques de «ronflement». Il convient de noter que dans la mononucléose infectieuse, malgré la congestion nasale prononcée, il n’ya aucun signe de rhinorrhée (décharge persistante de mucus nasal) dans la période aiguë de la maladie. Cette affection s’explique par le fait que, durant l’évolution de la maladie, la membrane muqueuse de la conque nasale inférieure est atteinte (rhinite postérieure). Cependant, l’état pathologique est caractérisé par un gonflement et une rougeur de la paroi postérieure du pharynx et par la présence de mucus épais.

La majorité des enfants infectés (environ 85%) des amygdales palatines et nasopharyngées sont couvertes de raids. Dans les premiers jours de la maladie, ils sont solides et se présentent sous forme de bandes ou d'îlots. La survenue de raids s'accompagne d'une détérioration de l'état général et d'une élévation de la température corporelle jusqu'à 39-40 ° C.

Une hypertrophie du foie et de la rate (hépatosplénomégalie) est un autre symptôme caractéristique observé dans 97 à 98% des cas de mononucléose infectieuse. La taille du foie commence à changer dès les premiers jours de la maladie, atteignant des valeurs maximales pendant 4 à 10 jours. Il est également possible que la peau jaunisse et jaunisse de la sclérotique se développe. En règle générale, la jaunisse se développe au plus fort de la maladie et disparaît progressivement avec d'autres manifestations cliniques. À la fin du premier mois, au début du deuxième mois, la taille du foie est complètement normalisée, moins souvent l'organe reste agrandi pendant trois mois.

La rate, ainsi que le foie, atteint sa taille maximale après 4 à 10 jours de maladie. À la fin de la troisième semaine chez la moitié des patients, cela n’est plus palpable.

Une éruption cutanée qui survient au plus fort de la maladie peut être urtikarnoy, hémorragique, en forme de cœur et écarlate. Parfois, à la limite des palais durs et mous, apparaissent des exanthèmes de type petihial (hémorragies ponctuelles). Photo éruption cutanée avec mononucléose infectieuse que vous voyez à droite.

Il n'y a pas de changements majeurs dans le système cardiovasculaire. Un souffle systolique peut survenir, des bruits cardiaques étouffés et une tachycardie. À mesure que le processus inflammatoire s'atténue, les symptômes négatifs tendent à disparaître.

Le plus souvent, tous les signes de la maladie disparaissent en 2 à 4 semaines (parfois en 1,5 semaine). Dans le même temps, la normalisation de la taille des organes agrandis peut être retardée de 1,5 à 2 mois. De plus, il est également possible de détecter des mononucléés atypiques dans le test sanguin général.

Chez les enfants, la mononucléose chronique ou récurrente ne se produit pas. Le pronostic est favorable.

Symptômes de la mononucléose chronique

Cette forme de maladie n’est caractéristique que chez les patients adultes dont le système immunitaire est affaibli. Certaines maladies, l’utilisation à long terme de certains médicaments, le stress intense ou persistant en sont la raison.

Les manifestations cliniques de la mononucléose chronique peuvent être très diverses. Certains patients présentent une augmentation de la rate (moins prononcée que pendant la phase aiguë de la maladie), une augmentation des ganglions lymphatiques, une hépatite (inflammation du foie). La température corporelle est généralement normale ou sous-fébrile.

Les patients se plaignent d'une fatigue accrue, d'une faiblesse, d'une somnolence ou de troubles du sommeil (insomnie), de maux de muscles et de maux de tête. Il y a parfois des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements occasionnels. Le virus d'Epstein-Barr est souvent activé chez les personnes infectées par l'herpevirus de type 1-2. Dans de telles situations, la maladie se manifeste par une éruption cutanée douloureuse périodique sur les lèvres et les organes génitaux externes. Dans certains cas, l'éruption peut se propager à d'autres zones du corps. On suppose que l'agent responsable de la mononucléose infectieuse est l'une des causes du syndrome de fatigue chronique.

Des complications

  • Gonflement de la membrane muqueuse du pharynx et des amygdales, entraînant un blocage des voies respiratoires supérieures;
  • Rupture de la rate;
  • Méningite avec prédominance de cellules mononucléées dans le liquide céphalo-rachidien;
  • La paralysie;
  • Myélite transversale;
  • Paralysie flasque aiguë avec dissociation protéines-cellules dans le liquide céphalo-rachidien (syndrome de Guillain-Barre);
  • Troubles psychosensoriels;
  • Pneumonie interstitielle;
  • L'hépatite;
  • Myocardite;
  • Anémie hémolytique et aplastique;
  • Purpura thrombocytopénique.

Diagnostic de la mononucléose infectieuse chez l'adulte

Lors du diagnostic, les analyses de sang en laboratoire jouent un rôle majeur. En analyse clinique générale, on détecte une leucocytose modérée dans les lymphocytes plasmatiques de la formule leucocytaire (cellules mononucléées atypiques). Le plus souvent, ils se trouvent au milieu de la maladie. Chez les enfants, ces cellules peuvent être présentes dans le sang pendant 2-3 semaines. Le nombre de cellules mononucléées atypiques, dépendant de la sévérité du processus inflammatoire, varie de 5 à 50% (et plus).

Au cours des diagnostics sérologiques, des anticorps hétérophiles appartenant à des immunoglobulines de classe M sont détectés dans le sérum sanguin.

Quelles maladies peuvent être confondues?

La mononucléose infectieuse doit être différenciée de:

  • ARVI d'étiologie adénovirale avec syndrome mononucléaire prononcé;
  • diphtérie oropharyngée;
  • hépatite virale (forme ictérique);
  • leucémie aiguë.

Il convient de noter que les plus grandes difficultés se posent dans le diagnostic différentiel de la mononucléose infectieuse et de l’infection virale respiratoire aiguë de l’étiologie adénovirale, caractérisée par la présence d’un syndrome mononucléaire prononcé. Dans cette situation, les signes distinctifs incluent une conjonctivite, un nez qui coule, une toux et une respiration sifflante dans les poumons, qui ne sont pas caractéristiques de la fièvre glandulaire. Le foie et la rate atteints d'IVRI augmentent également très rarement et les cellules mononucléées atypiques peuvent être détectées en petites quantités (jusqu'à 5 à 10%) une fois.

Dans cette situation, le diagnostic final n’est établi qu’après les réactions sérologiques.

Note: Le tableau clinique de la mononucléose infectieuse qui se développe chez les enfants de moins d'un an est caractérisé par certaines particularités. À un stade précoce du processus pathologique, on observe souvent une toux et un nez qui coule, des pastos pour paupières, des poches du visage, une respiration sifflante, un polyadenia (inflammation des ganglions lymphatiques). Les trois premiers jours sont caractérisés par la survenue d'angor avec un contact des amygdales, des éruptions cutanées et une augmentation de la formule leucocytaire des neutrophiles segmentés et en couteau. Lors du paramétrage des réactions sérologiques, les résultats positifs sont beaucoup moins fréquents et les titres plus faibles.

Traitement de la mononucléose infectieuse

Le traitement des patients atteints de formes légères et modérées de la maladie peut être effectué à domicile (le patient doit être isolé). Dans les cas plus graves, une hospitalisation est nécessaire. Lors de l'attribution du repos au lit, le degré d'intoxication est pris en compte. Au cas où une mononucléose infectieuse se produirait dans le contexte d'une inflammation du foie, un régime thérapeutique est recommandé (tableau n ° 5).

A ce jour, le traitement spécifique de la maladie n'existe pas. La thérapie symptomatique est donnée aux patients, un traitement de désensibilisation, de désintoxication et de restauration est prescrit. En l'absence de complications bactériennes, la prise d'antibiotiques est contre-indiquée. Il est impératif de rincer l'oropharynx avec des solutions antiseptiques. En cas d'évolution hypertoxique et en présence de signes d'asphyxie, apparus du fait d'une augmentation prononcée des amygdales et d'un gonflement de l'oropharynx, un traitement de courte durée par des glucocorticoïdes est indiqué.

Dans le traitement des formes prolongées et chroniques de mononucléose infectieuse, on utilise des immunocorrecteurs (médicaments qui restaurent la fonction du système immunitaire).

La prévention spécifique de la maladie aujourd'hui n'est pas développée.

Symptômes de la mononucléose infectieuse chez l'adulte - signes communs et signes externes

Dans la mononucléose infectieuse, un adulte ne remarque pas toujours la gamme complète des symptômes cliniques. Souvent, l’apparition de la maladie est subaiguë, la période d’incubation dure de 5 à 10 jours. La mononucléose a différents symptômes, les organes internes peuvent également réagir au virus présent dans le corps. Le virus d'Epstein-Barr est le principal agent responsable de la mononucléose. Lisez à propos des symptômes de cette maladie, voir ci-dessous.

Les premiers symptômes de la mononucléose

Pour chaque personne, la maladie commence différemment, en fonction du virus. Les symptômes n'apparaissent pas tous en même temps, mais progressivement et individuellement chez chaque patient.

Début aigu

L’apparition aiguë de la mononucléose jette souvent le doute sur le bon diagnostic, même chez les spécialistes, les symptômes ressemblant au rhume:

  • température corporelle jusqu'à 39 degrés;
  • le patient se sent malade, faible;
  • symptômes catarrhal légers se produisent;
  • maux de gorge;
  • les ganglions lymphatiques sont élargis;
  • Parfois, l'état subfébrile dure plusieurs semaines.

Au début de la maladie, tous les symptômes cliniques apparaissent déjà à la fin de la première semaine. Ensuite, avec confiance, nous pouvons parler de la présence du virus dans le corps humain. Les données de diagnostic ne confirment que le diagnostic.

Début progressif

L'apparition progressive est caractérisée par un tableau clinique flou dans les premiers jours:

  1. Les 2e et 5e jours, la personne ne se sent pas bien.
  2. L'augmentation de la température persiste pendant un jour et plus, elle augmente de plusieurs degrés, en dessous des chiffres de 39-40 degrés.
  3. Léger gonflement observé des amygdales, symptômes catarrhal modérés.
  4. Progressivement, les symptômes restants sont caractéristiques de la maladie virale.

Mononucléose infectieuse: période d’incubation, symptômes (éruption cutanée, ganglions lymphatiques, mal de gorge)

Modifications des organes et des systèmes dans la mononucléose infectieuse

Un spécialiste sans mesures de diagnostic identifie la maladie par les symptômes importants de la mononucléose chez l'adulte, qui permettent de poser un diagnostic. La maladie affecte non seulement la gorge, mais également les organes et systèmes internes.

Ganglions lymphatiques

Modifications de la taille des ganglions lymphatiques cervicaux. Ils peuvent être vus, ils sont palpables. Les ganglions lymphatiques sont serrés, mais élastiques, le patient ne ressent presque aucune douleur. Sur le cou, seule leur taille est visible, la peau ne change pas de couleur. Ce sont souvent les ganglions lymphatiques qui indiquent la présence d’une mononucléose virale. Des ganglions lymphatiques élargis apparaissent progressivement dans tout le corps.

Le médecin sonde les ganglions lymphatiques antérieurs cervicaux, axillaires, sous-maxillaires, fémoro-inguinaux. Une augmentation de jusqu'à 5 cm se produit, leur douleur modérée est possible. Parfois, les tissus mous se gonflent. Ces tailles restent jusqu'à 3 mois après la phase aiguë de la maladie.

Ganglions lymphatiques élargis avec mononucléose

Inflammation du nasopharynx

L'infection est souvent asymptomatique, effacée. Mais l'inflammation du nasopharynx à divers degrés se manifeste presque toujours. Le patient ressent de la douleur, il y a une augmentation des amygdales. Une personne est tourmentée par la congestion nasale, allant jusqu’au manque de circulation d’air dans la cavité nasale, enrouement. Un film séreux apparaît sur les amygdales, l'amygdalite lacunaire s'accompagne de symptômes similaires, ce qui entraîne la confusion avec la mononucléose.

Le film peut être localisé dans l’amygdale, s’étendre aux "îles". Beaucoup ont un mal de gorge mineur, c'est la principale différence entre la mononucléose et l'amygdalite. Il n'y a pas non plus d'écoulement nasal. Avec une augmentation du film séreux, de la fièvre est observée et l'état du patient s'aggrave considérablement.

Du foie

Une augmentation du foie est également un signe de mononucléose. Cela varie en fonction de la forme de mononucléose infectieuse. De forme viscérale atypique, il atteint une taille considérable. À la palpation, le bord de ses sensations denses, parfois douloureuses, au niveau du foie.

Il atteint sa taille maximale dans la deuxième semaine. Le patient constate une perte d’appétit, des nausées apparaissent, une jaunisse est possible. Dans les tests de laboratoire, la quantité de bilirubine liée augmentera, l’activité transférase augmentera. L'orgue est restauré après 5 semaines maximum.

La rate

Le virus affecte également cet organe dès les premiers jours de l'apparition de la maladie. La récupération de la rate et du foie ne se produit pas simultanément - la rate se contracte après 21 à 28 jours. Un mois après le début de la maladie, la rate n'est pas palpable. Pendant toute la durée du virus, seules quelques personnes sont décédées des suites d'une rupture de la rate. Dans d'autres cas, le pronostic de la récupération d'organe est favorable.

Un autre symptôme de la mononucléose infectieuse est un changement de l'état de la peau sur le visage et sur tout le corps. Des éruptions cutanées apparaissent sur la peau, en particulier lorsqu'elles sont traitées aux antibiotiques. Ils sont de nature différente: écarlate, urticulaire, boutonneuse, hémorragique. Par leur emplacement et leur nombre, ils diffèrent également. Les paupières et le visage gonflés, œdémateux, provoquent une stagnation de la lymphe. En savoir plus sur l'éruption cutanée avec la mononucléose, lisez ici.

Eruption cutanée avec mononucléose

Du sang

Dans le sang, un nombre accru de leucocytes à des anomalies significatives. Très rarement, le nombre de globules blancs n'augmente pas. ESR augmenté à 30 mm / h. Trouvé des cellules mononucléaires atypiques - des lymphocytes contenant le virus.

Les poumons

Cet organe n'affecte pas le virus. Mais les poumons souffrent d'une infection bactérienne, qui se joint ensuite. Les poumons commencent à être affectés par la mononucléose chronique. Une pneumonie soudaine en présence de ce virus dans l'organisme est une manifestation grave de l'inflammation.

Système cardiovasculaire

Les manifestations de l'infection incluent certains changements dans le système cardiovasculaire. Des modifications de la fréquence cardiaque, des sons cardiaques en sourdine sont possibles, parfois un souffle systolique est entendu. Des changements drastiques sur l'ECG ne sont pas détectés.

La maladie est différente chez chaque patient. Il est parfois difficile de distinguer les symptômes de la mononucléose infectieuse des symptômes d’autres maladies. Pour ce faire, le médecin procède à un diagnostic différentiel. Par symptômes, il est difficile de déterminer la différence entre la mononucléose et l’infection à adénovirus. Dans cette maladie, le syndrome de type mononucléose se manifeste souvent. Différences dans les phénomènes catarrhaux prononcés qui n'apparaissent pas dans la mononucléose et absence d'augmentation de la taille de la rate et du foie chez l'adulte. La conjonctivite n'apparaît pas, l'uvéite est parfois diagnostiquée comme un symptôme de la mononucléose chez l'adulte.

Virus d'Epstein-Barr (EBV): modes de transmission, infection, pronostic (conséquences et complications)

Mononucléose: symptômes et traitement, effets chez l'adulte

Pour la plupart des gens, seuls les cas de maladies infectieuses virales sont connus de la grippe, des maux de gorge et de la pharyngite, alors qu'ils sont beaucoup plus nombreux - même ceux que tout le monde peut rencontrer. Par exemple, la mononucléose infectieuse, qui affecte le système lymphatique et affecte principalement les adolescents et les personnes âgées de 18 à 25 ans. Pourquoi la maladie survient-elle, quelle dangerosité, comment la traiter?

Mononucléose: caractéristique générale de la maladie

Cette maladie virale aiguë en médecine officielle peut également être appelée maladie de Filatov ou angine monocytaire, car elle a beaucoup en commun avec cette dernière. La mononucléose infectieuse se caractérise par des lésions du pharynx et du système lymphatique, mais elle peut affecter la rate, le foie et va certainement affecter la composition chimique du sang. Il a été découvert au 19ème siècle, bien qu’à cette époque il s’appelait "inflammation idiopathique des ganglions lymphatiques". Le nom moderne de mononucléose infectieuse trouvé uniquement après des études hématologiques.

L'agent causal de la maladie est une forme du virus d'Epstein-Barr, qui est un virus de l'herpès humain de type 4 et capable de se répliquer. Une caractéristique unique de ce virus est la stimulation de la prolifération (reproduction) des cellules avec lesquelles il est connecté.

L'infection est transmise de personne à personne par des gouttelettes en suspension dans l'air. La source de l'infection peut être soit un vecteur du virus qui ignore son statut, soit une personne dont les symptômes ont été effacés. La mononucléose infectieuse chez l’adulte se transmet principalement par la salive. On parle alors de «maladie du baiser» ou lorsqu’on utilise des articles d’hygiène courants, la vaisselle. Les épidémies de mononucléose les plus fréquentes sont enregistrées dans les dortoirs, les camps et autres lieux à forte concentration de personnes.

Symptômes de la mononucléose chez l'adulte

La durée de la période d'incubation pour une maladie donnée varie de 7 à 21 jours. La maladie elle-même, même si des mesures thérapeutiques sont prises, ne survient pas avant 1,5 mois. La symptomatologie dépend des organes touchés et de l'état initial du corps. Dans ce cas, tous les signes de la maladie peuvent se manifester comme immédiatement dans un complexe, et sélectivement à différents moments pour se remplacer. Principalement avec la mononucléose infectieuse chez les adultes, on se plaint de:

  • des vertiges;
  • la migraine;
  • faiblesse, léthargie;
  • augmentation de la température (jusqu'à des conditions fébriles);
  • maux de gorge, aggravés au moment de la déglutition (la mononucléose est liée à l'angine de poitrine);
  • myalgie, arthralgie;
  • la trachéite;
  • une bronchite;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques due à une inflammation, sensibilité au toucher;
  • une augmentation progressive du nombre de ganglions lymphatiques élargis, si la maladie est chronique;
  • une augmentation de la taille de la rate ou du foie;
  • rhumes fréquents, grippe (sensibilité du corps aux maladies respiratoires due à une immunité réduite).

En outre, le virus Epstein-Barr étant un sous-type du virus de l'herpès, une personne infectée par la mononucléose peut souvent présenter des éruptions cutanées herpétiques sur les lèvres. En même temps, les symptômes ne se manifestent souvent pas complètement. Il est donc difficile d’établir directement la mononucléose sans tests de laboratoire. Lors du diagnostic, le médecin doit différencier cette maladie de la diphtérie, de l'hépatite virale, de la leucémie, de l'amygdalite, de l'infection à VIH et de la maladie de Hodgkin.

Quelles conséquences attendre?

Si vous n'assistez pas au traitement à temps, ou si vous faites un schéma thérapeutique sans l'aide d'un médecin, la maladie se développera en une forme chronique qui accompagnera une personne pendant plusieurs mois, voire des années. Dans ce contexte, le patient a constamment des ganglions lymphatiques élargis, dont le nombre augmente constamment, ils forment progressivement de grandes chaînes saillantes. Si nous parlons des conséquences plus complexes de la mononucléose chez l’adulte, c’est:

Dans de rares cas, la rate ou le foie est gravement endommagé, ce qui entraîne une rupture de la rate ou une insuffisance hépatique. L'anémie hémolytique due à des modifications de la composition sanguine, une amygdalite folliculaire, une névrite, une paralysie du nerf facial ne sont pas non plus exclues. Seul le médecin doit traiter les complications, car le traitement antibactérien ne peut pas être abandonné ici.

Traitement de la mononucléose chez l'adulte

Bien que la maladie ne soit déjà «pas jeune», la médecine n’a pas encore mis au point de traitement spécifique. L’impact sur le corps avec les médicaments et les remèdes populaires est principalement symptomatique (dépend donc de la zone spécifique des dommages), ainsi que du renforcement général. Un rôle important est joué en augmentant les défenses de l'organisme responsables de la lutte contre l'infection et:

  • épargne maximale du foie (en ce qui concerne le choix des médicaments);
  • exclusion de l'activité physique pendant un mois ou plus (pour prévenir la rupture de la rate).

Pour cette raison, les médecins ne recommandent pas de prendre de l'aspirine ou du paracétamol (charge sur le foie) en raison de la température élevée, ainsi que de l'utilisation d'antibiotiques. Le traitement symptomatique avec de faibles manifestations de la maladie peut même être effectué par la médecine traditionnelle:

  • Préparez une décoction de feuilles de chou broyées et buvez une demi-tasse avant les repas.
  • Faites une collection de baies d'églantier, de feuilles de cassis et de framboises (1 cuillère à soupe pour 300 ml d'eau bouillante), buvez 1/4 tasse de café 3-4 p / jour.
  • Préparez du thé avec des fleurs ou des racines d’échinacée (2 c. À thé. De matières premières pour 500 ml d’eau bouillante) et buvez 3 tasses par jour.

Voir aussi:

En ce qui concerne la mononucléose pendant la grossesse, la mort du fœtus en est souvent la principale conséquence. Les médecins disent qu'après la mononucléose transférée, il n'est pas utile que les deux parents planifient l'enfant pendant un an et, dans le cas où la maladie s'est déjà produite pendant le portage du bébé, une interruption artificielle de la grossesse peut être nécessaire. Très rarement, la situation est sans conséquences et vous pouvez simplement faire face à des symptômes désagréables avec des antihistaminiques et des gargarismes.

Mononucléose chez l'adulte - causes, symptômes, diagnostic et traitement

La maladie virale causée par le virus d'Epstein-Barr s'appelle la mononucléose. Les enfants en bas âge sont enclins à cette pathologie. Entre 5 et 7 ans, des anticorps anti-mononucléose sont détectés chez 45 à 50% des patients. Cela suggère que l'infection était, mais l'immunité a fait face à l'infection. Les adultes tombent moins souvent malades, extrêmement rarement - à partir de 35 ans.

Raisons

Le virus d'Epstein-Barr est transmis par des gouttelettes en suspension dans l'air. Il pénètre dans le corps d'un adulte par les voies respiratoires et affecte les muqueuses du pharynx.

Les symptômes

La période d'incubation de l'infection dure 7 à 10 jours. Les premiers signes de mononucléose chez l’adulte apparaissent dans la période prodromique. C'est le temps qui s'écoule entre l'incubation et l'apparition immédiate de la maladie. Les symptômes prodromiques incluent la faiblesse, la nausée, le mal de gorge. Mononucléose aiguë et chronique chez les adultes ont un tableau clinique différent:

La nature de la maladie

  • augmentation de la température à 38,5-39,5 degrés;
  • rougeur et gonflement des amygdales, floraison grise sur celles-ci;
  • ganglions lymphatiques hypertrophiés cervical antérieur et postérieur, sous-mandibulaire, axillaire, inguinal;
  • transpiration accrue;
  • fièvre
  • couleur jaune de la sclérotique, de la peau;
  • des frissons;
  • douleurs musculaires;
  • myalgie;
  • la migraine;
  • rate hypertrophiée (jours 7 à 9 de la maladie);
  • foie hypertrophié (9-10 jours).
  • adénopathie légère;
  • hyperplasie légère des amygdales;
  • jaunisse;
  • la léthargie;
  • dyspepsie;
  • fièvre ne dépassant pas 2 semaines.

Diagnostics

Au cours des antécédents médicaux, le médecin spécifie la gravité de la maladie, l'ordre dans lequel les symptômes apparaissent. Après un examen physique, on prescrit au patient les procédures suivantes:

Que montre avec la mononucléose

Test sanguin général

  • leucocytose modérée;
  • la prévalence des lymphocytes et des monocytes;
  • neutropénie relative;
  • décalage des leucocytes vers la gauche;
  • la présence de cellules mononucléaires atypiques.

Test sanguin biochimique

  • augmentation modérée de l'activité de l'AST et de l'ALT;
  • augmentation de la quantité de bilirubine liée.

Détermination des antigènes membranaires et du virus de la capside Epstein-Barr dans le sang

  • anticorps anti-antigènes VCA d'Epstein-Barr;
  • immunoglobulines sériques détectées pendant la période d'incubation;
  • immunoglobulines G, détectées après infection.

Examen sérologique du sang pour l'infection par le VIH

La présence de cellules mononucléées dans le sang peut également être observée avec le VIH. Pour cette raison, un patient atteint de mononucléose est soumis à une triple analyse du virus de l'immunodéficience: dans la période aiguë, après 3 et 6 mois.

Réaction en chaîne de la polymérase (PCR)

Dans le lavage de l'oropharynx, l'ADN du virus d'Epstein-Barr est détecté.

Raclage buccal des muqueuses à l'intérieur des joues

Détecte l'ADN d'Epstein-Barr.

Échographie abdominale

  • hépatosplénomégalie;
  • augmentation des ganglions lymphatiques mésentériques.

Traitement de la mononucléose chez l'adulte

Objectifs du traitement de la mononucléose: soulager les symptômes de la maladie et prévenir le développement de complications bactériennes.

En cas de forte fièvre, le repos au lit est indiqué. En cas de dysfonctionnement hépatique, le régime n ° 5 est prescrit à Pevsner. La mononucléose légère et modérée est traitée en ambulatoire. Indications d'hospitalisation de patients adultes:

  • ajout de complications;
  • intoxication grave;
  • la menace d'asphyxie due à l'élargissement des amygdales;
  • température élevée de 39,5 à 40 degrés et plus.

Médicaments pour le traitement

Le traitement par la mononucléose comprend des agents topiques, des médicaments par voie orale, une administration intramusculaire ou intraveineuse. Tout dépend de la gravité de la maladie. Les principaux groupes de médicaments pour cette infection:

Nom du groupe de drogue

Ce qui est prescrit

Enlèvement des poches et autres manifestations allergiques de l'infection.

  • Clemastine;
  • Chloropyramine;
  • Zodak;
  • La loratadine;
  • Mebhydroline.
  • Arbidol;
  • Imudon;
  • Anaferon;
  • Viferon.

Des antibiotiques pour la mononucléose chez l'adulte sont prescrits pour les processus de nécrose dans la gorge, afin de supprimer le développement de la microflore bactérienne.

  • L'amoxicilline;
  • L'oxacilline;
  • Érythromycine.

Enlèvement du gonflement des amygdales.

  • Prednisolone (pas Prednisone);
  • Dexaméthasone

Baisser la température si elle est supérieure à 38,5 degrés.

  • L'ibuprofène;
  • La nimésulide;
  • Paracétamol.

Maintien du foie.

  • Essentiale Forte;
  • Antral

Gouttes nasales vasoconstricteurs

  • Sanorin;
  • Naphthyzinum.
  • Le miramistin;
  • La furaciline;
  • Chlorophyllipt.

Régime alimentaire

Produits et plats recommandés

  • yogourt faible en gras;
  • fromage cottage aigre frais;
  • pudding à la vapeur;
  • lait faible en gras;
  • riz muqueux, flocons d'avoine, soupes végétariennes;
  • galetny cookies;
  • craquelins de blé;
  • pain séché;
  • des bouillies sur l'eau;
  • poisson maigre bouilli;
  • veau haché.

Aliments et plats interdits

  • viande fumée;
  • graisses animales;
  • les légumineuses;
  • œufs au plat;
  • les cornichons;
  • aliments marinés;
  • cuisson cuisson.

Médecine populaire

Les méthodes de médecine alternative ne sont qu'un ajout à la thérapie de base. Ne comptez pas entièrement sur de telles recettes. Avant de les appliquer, vous devez consulter un médecin. Les agents suivants peuvent être considérés comme efficaces pour la mononucléose:

  • Versez 250 ml d'eau bouillante 1 c. l feuilles de mélisse, laisser reposer 10 minutes, égoutter. Boire 0.5 st. 3 fois par jour à petites gorgées. Prendre avant amélioration.
  • Moudre de l'échinacée séchée pour obtenir 1 c. matières premières. Versez dessus 250 ml d’eau bouillante, laissez infuser une demi-heure. Buvez une troisième tasse de perfusion trois fois par jour. Prenez tout au long du traitement formel.
  • Préparez un verre d’eau bouillante 1 c. l fleurs de calendula, laisser reposer environ une heure. Avant de prendre la souche, boire 0,5 cuillère à soupe. jusqu'à 3 fois par jour. Consommez pour améliorer.

Mononucléose infectieuse chez l'adulte, symptômes, traitement, causes

La mononucléose infectieuse (maladie de Filatov) est une maladie infectieuse aiguë caractérisée par une fièvre, une amygdalite, une lymphadénopathie, une hypertrophie du foie et de la rate et une réaction sanguine mononucléée.

La mononucléose infectieuse est caractérisée par une modification du nombre de leucocytes dans le sang et par l'apparition d'une lymphadénite réactive accompagnée d'une augmentation du nombre de ganglions lymphatiques et de la rate.

Cette maladie est causée par plusieurs virus, notamment l'herpès. La source d'infection est une personne malade, l'infection se produisant par des voies aériennes ou ménagères (avec la salive lors de l'embrassement, à travers la vaisselle). Cas signalés de transmission de cette infection et de transfusion sanguine. Fondamentalement, le pic d'incidence de la mononucléose infectieuse se produit pendant la période froide de l'année. Selon les statistiques, ils sont plus susceptibles d’avoir des enfants et des adolescents malades; Souvent, cette maladie survient chez des enfants et des groupes de jeunes, devenant un groupe.

La mononucléose infectieuse porte de nombreux autres noms: fièvre glandulaire, maladie de Filatov, maladie de Pfeifer, amygdalite monocytaire.
Comme toutes les maladies infectieuses, la mononucléose infectieuse commence par une période d'incubation, qui dure généralement de 4 à 12 jours, mais s'étend parfois jusqu'à 40 jours.

Classification
Selon l’évolution clinique, on distingue les formes suivantes de mononucléose infectieuse: typique, atypique (effacée, asymptomatique).

Épidémiologie

La maladie se présente dans tous les pays sous forme de cas sporadiques ou de petites épidémies (généralement au printemps et à l'automne). Affecte plus souvent les adolescents et les jeunes. La transmission est effectuée par des gouttelettes aéroportées.

Causes de la mononucléose chez l'adulte

Étiologie, pathogenèse. L'agent causal est considéré comme un virus, mais ses propriétés ne sont pas bien comprises. Il a la capacité d’affecter sélectivement le système réticulo-endothélial, en particulier les ganglions lymphatiques, ce qui se traduit par une hyperplasie. Irritation observée et activité mitotique accrue du tissu lymphoréticulaire. Un grand nombre de cellules mononucléées atypiques passent dans le sang périphérique. L'infiltration mononucléaire peut être observée dans le foie, ainsi que dans la rate et d'autres organes. La stratification de la flore bactérienne secondaire est importante.

Symptômes, évolution de la mononucléose infectieuse

En règle générale, la température corporelle atteint 38,5–39,5 ° C; suivi d'un mal de gorge en avalant. Dans le pharynx du patient, on peut voir des amygdales hyperémiques et relâchées, rougies, recouvertes d'une patine grise; Des ganglions lymphatiques cervicaux antérieur et postérieur élargis peuvent être trouvés sur le cou. Ainsi, les signes de mononucléose infectieuse ressemblent à un mal de gorge. Avec un examen plus minutieux du patient, on peut observer une augmentation des ganglions inguinaux et axillaires. En outre, cette maladie se caractérise par une augmentation du foie et de la rate, ainsi que par des modifications de la configuration du sang périphérique - leucocytose (augmentation du nombre de leucocytes). La patiente se plaint d’indisposition, de maux de tête, de gorge irritée, de douleurs aux muscles et aux articulations.

L'incubation dure environ une semaine (de 4 à 13 jours). La maladie commence souvent de manière aiguë. La fièvre et les symptômes d'intoxication augmentent rapidement et atteignent une gravité maximale dans les 2-4 jours. Les patients se plaignent de maux de tête, de faiblesse, de fatigue, de douleurs en avalant, de douleurs dans les muscles et les articulations. La température atteint 38-40 °. La courbe de température est du mauvais type, parfois en forme de vague (deux vagues), la durée de la fièvre est de 1 à 3 semaines. Chez certains patients, il existe une longue maladie sous-fébrile avec des symptômes d'intoxication modérés.

L'amygdalite dans la mononucléose infectieuse peut être catarrhale, folliculaire, ulcérative-nécrotique, pseudo-membraneuse, ressemblant parfois à des modifications du pharynx pendant la diphtérie. Parfois, l'amygdalite n'apparaît que 4 à 7 jours après le début de la maladie. Une adénopathie et une sensibilité sont des signes constants (chez 90 à 95% des patients). Les ganglions lymphatiques mandibulaires et dorsaux, rarement les ganglions axillaires, coudés, inguinaux et fémoraux sont constamment affectés. La défaite des ganglions lymphatiques mésentériques pose parfois de grandes difficultés. Un exanthème est observé chez 25% des patients (maculo-papuleux, roséole, rubéoleux, moins souvent écarlate). Une hypertrophie du foie et de la rate est observée chez presque tous les patients (généralement du 3 au 5ème jour de la maladie) et dure 3 à 4 semaines. Les lésions hépatiques sont particulièrement prononcées dans les formes dites ictériques de la mononucléose infectieuse. Les modifications du sang périphérique se manifestent par une leucocytose modérée (9 000 à 12 000 en 1 mm 3) et une réaction sanguine mononucléée. Le nombre d'éléments mononucléés (lymphocytes, monocytes, cellules mononucléées atypiques) atteint 70 à 85%. Réaction mononucléaire, peut persister pendant 3-6 mois.

Reconnaissance de la mononucléose chez l'adulte

La reconnaissance repose sur des données cliniques caractéristiques (fièvre accompagnée de symptômes d'intoxication, d'adénopathies, de modifications de la gorge, de hypertrophies du foie et de la rate, de réactions sanguines mononucléées). Pour la confirmation sérologique du diagnostic, on utilise un test d'agglutination des érythrocytes de mouton (réaction de Paul-Bunnel), dont le titre diagnostique est considéré égal à 1: 32 ou plus. Cependant, cette réaction n'est pas spécifique. La formulation de la réaction de Henghenuciu-Daykher-Paul-Bunnel-Davidson (HD / PBB) revêt une plus grande importance. Elle est considérée comme positive lorsque l'adsorption d'anticorps anti-agneau par un extrait d'un érythrocyte de taureau est observée et que l'adsorption est absente lors de l'utilisation d'un extrait de rein de cobaye.

Traitement de la mononucléose infectieuse chez l'adulte

Tout d’abord, on prescrit au patient un repos au lit, une boisson abondante, des vitamines, des antipyrétiques et des antibactériens. Les antibiotiques sont utilisés.
groupes de pénicilline (céfazoline, céfalexine); antiseptiques, tels que l'iodinol - un médicament à base d'iode à action prolongée. Dans ce cas, il sert à laver les amygdales (4 à 5 lavages en 2 à 3 jours). Des précautions doivent être prises), comme un effet secondaire de ce médicament est l'iodisme. En tant qu'agent antiseptique et antibactérien pour le rinçage de l'oropharynx, la furatsiline, qui possède une activité antimicrobienne contre un certain nombre de bactéries pathogènes, peut être utilisée. Fondamentalement, il est utilisé pour les processus purulents-inflammatoires. Dans le réseau des pharmacies, une solution de furatsiline prête pour le gargarisme peut être proposée à votre attention. Une contre-indication à son utilisation est une hypersensibilité aux dérivés du nitrofurane.

Attribuer un complexe de vitamines, agents symptomatiques. En cas de modifications marquées de la gorge, des antibiotiques (pénicilline, tétracyclines) peuvent être utilisés pour supprimer les infections microbiennes stratifiées. Dans les formes sévères (forte fièvre, toxicose, modification importante de la gorge, jaunisse), les hormones stéroïdes (cortisone, prednisone, prednisolone) peuvent être recommandées à des doses moyennes (20 à 25 mg de prednisone par jour) pendant 5 à 10 jours.