Principal
Bronchite

Odeur perdue lors d'un rhume

Contenu de l'article

Causes de la maladie

Si le nez ne sent pas, alors c'est un symptôme alarmant qui ne doit pas être ignoré.

Le fait est que, si la cause de ce symptôme était un nez qui coule banalement, alors après la récupération, l’odorat va certainement se rétablir.

Cependant, si la perte de la capacité à ressentir les arômes est une conséquence d'anomalies congénitales ou acquises des organes du nasopharynx, dans ce cas, on ne peut pas se passer d'un traitement spécial.

Rhinite chronique ou aiguë

Si le nez ne sent pas bon, un écoulement nasal causé par des infections virales, bactériennes ou des allergies peut en être la cause. L'odorat revient après l'élimination de l'excès de sécrétion muqueuse dont une grande partie, en cas de rhinite, bloque complètement ou partiellement les voies de pénétration des odeurs jusqu'aux terminaisons nerveuses. La congestion nasale constante conduit au fait que les centres olfactifs situés dans le cerveau ne reçoivent pas un signal complet, ce qui ne permet pas de ressentir pleinement l'odeur inhalée. Dans ce cas, il est nécessaire de s'assurer que le nez commence à respirer. Pour ce faire, utilisez des médicaments vasoconstricteurs et nettoyez les voies nasales avec du sel et des solutions désinfectantes.

Rhinite atrophique

À l'apparition d'une rhinite atrophique (ozen), le patient cesse soudainement de sentir. La disparition de l'odorat s'accompagne le plus souvent d'une odeur fétide du nez. La cause de cette maladie est un processus inflammatoire qui se développe sur la membrane muqueuse de la cavité nasale, provoquant l’apparition d’un secret épais et offensant. À mesure que la maladie progresse, le mucus se dessèche dans le nez et des croûtes se forment qui empêchent la perception normale des odeurs.

C'est important! Si le traitement en temps voulu n'a pas été commencé, le développement d'ozène est dangereux avec une atrophie épithéliale.

Maladies congénitales

Si une personne ne sent pas complètement l'odeur de la naissance, il s'agit alors d'anomalies congénitales du développement. Dans ce cas, les causes de la pathologie peuvent être nombreuses, mais elles sont le plus souvent associées à un développement anormal des organes nasopharyngés et de la structure de la section faciale, ce qui perturbe la pénétration de l'air dans la fente olfactive, ce qui entraîne des problèmes de perception des odeurs. Parfois, l’incapacité à distinguer les odeurs est causée par des troubles hormonaux déterminés génétiquement (syndrome de Kallmann). Malgré la complexité, l'anosmie est le plus souvent traitable, généralement après la puberté.

Corps étrangers dans le nasopharynx

Le plus souvent, un corps étranger (une perle, un petit détail de designer, une pierre ou un pois) coincé dans le passage nasal provoque une perte de l'odorat chez les enfants de moins de six ans. En outre, des objets étrangers peuvent interférer avec le processus de perception des odeurs au cours de la période postopératoire, lorsque des morceaux de coton-tige ou de gaze restent dans les voies nasales.

Les experts notent également des cas où l'utilisation de médicaments en poudre par le nez peut causer la formation de grumeaux au fil du temps.

Dans la cavité nasale (dans la région inférieure ou moyenne) peut pousser une dent (cutter, canine). Bien que cela se produise très rarement, cela peut également devenir un obstacle à la pénétration des odeurs dans le centre olfactif.

Autres raisons

  • L'utilisation prolongée (plus de dix jours) de médicaments vasoconstricteurs pour le traitement de la rhinite peut entraîner une perte temporaire de l'odorat.
  • Des maladies telles que la syphilis et la tuberculose, localisées dans la cavité nasale, peuvent provoquer le développement d'une anosmie, qui ne se prête pas au traitement. Cependant, de tels cas sont assez rares.
  • La perte de la capacité à sentir peut disparaître lorsque le corps est empoisonné par certains poisons, avec des brûlures thermiques de la cavité nasale. Par exemple, après avoir inhalé de la vapeur chaude, le patient a affirmé avoir inhalé les odeurs de diverses substances odorantes, mais ne les a pas senties.
  • Les cancers du nasopharynx sont souvent accompagnés d'hyposmie. Dans ce cas, les odeurs ne sont pas senties et la capacité de distinguer les arômes ne revient que lorsque la cause du symptôme déplaisant est éliminée.

Maladie de divers organes et systèmes

Si un patient ne ressent pas le goût et l'odeur en même temps, il est probable que la cause de ces symptômes était une maladie d'organes non liés au nasopharynx. Dans ce cas, un diagnostic complet doit être effectué pour déterminer la raison pour laquelle il n'y a pas d'odeur, et le goût n'est pas ressenti. Le diabète, une tumeur dans le lobe temporal du cerveau, une pression accrue et des troubles neurologiques sont distingués parmi les maladies les plus courantes présentant des symptômes similaires.

C'est important! La capacité à percevoir les odeurs peut diminuer considérablement pendant la grossesse, la ménopause et la puberté. Dans de telles situations, il n'est pas nécessaire de traiter le symptôme avec des méthodes médicales ou chirurgicales.

Diagnostics

Pour que le médecin traitant puisse déterminer la cause de la maladie, il est nécessaire de procéder à un certain nombre de procédures de diagnostic. Le plus souvent, plusieurs procédures standard sont nécessaires, telles que l'analyse d'anamnèse, l'examen visuel et les analyses générales de sang et d'urine. En plus des méthodes de diagnostic standard, le degré de réduction olfactive peut être établi comme suit:

  • Étudiez la sensibilité des récepteurs olfactifs en inhalant la solution odorante.
  • Détermination de la netteté de la perception des odeurs à l'aide de la méthode de l'olfactométrie. Dans le cadre de cette procédure de diagnostic, un appareil spécial contenant une certaine quantité de substances odorantes est introduit dans la cavité nasale du patient.
  • Une étude détaillée de la cavité nasale peut être réalisée à l'aide de procédures telles que la rhinoscopie. L'étude de la cavité est réalisée à l'aide de miroirs spéciaux et vous permet de déterminer l'état des tissus et du nasopharynx muqueux.
  • De plus, avant de commencer le traitement, le médecin doit obligatoirement prélever un secret liquide de la cavité nasale pour analyse. Le fait est que des problèmes d’odorat peuvent souvent être associés à une exposition à des microorganismes pathogènes, par exemple lors d’une rhinite atrophique. Cette analyse aidera à déterminer le type d’infection et à prescrire le traitement approprié.

Traitement

Le choix des méthodes thérapeutiques correctes en cas de trouble de l’odorat devrait reposer sur la lutte contre la cause du symptôme déplaisant. Le but ultime du traitement devrait être la restauration complète de la capacité olfactive. Cependant, comme le montre la pratique, il n’est pas toujours possible de restituer complètement l’odorat. Surtout dans les situations où le traumatisme ou l'anomalie congénitale affecte les voies nerveuses, dont la fonction est de transmettre un signal au centre olfactif du cerveau.

Thérapie antibiotique

Ce traitement est généralement utilisé lorsque la perte d'odeur est causée par une infection bactérienne. L’utilisation d’antibiotiques systémiques (Sumamed, Azithromycin, Augmentin) permet d’éliminer l’inflammation et d’arrêter le développement de la maladie. En outre, l'utilisation d'agents antibactériens locaux sous forme de sprays nasaux (Fusafungin, Polydex avec phénylophrine) a également un effet positif.

Dans le traitement complexe des infections bactériennes du nasopharynx, des préparations à base de plantes peuvent également être utilisées pour réduire la gravité du processus inflammatoire (Pinosol).

Le lavage et l'hydratation de la cavité nasale avec des solutions salines (Aquamaris, Nosol) ont un effet anti-inflammatoire en éliminant les micro-organismes pathogènes.

Thérapie Allergique

Si la rhinite allergique est la cause du rhume et de la perte d’odorat, alors dans ce cas devrait être:

  • éliminer la cause du symptôme désagréable;
  • utiliser un traitement topique avec des sprays nasaux antiallergiques (Nasobek, Ifiral);
  • prenez un antihistaminique sous forme de gouttes ou de comprimés (Suprastin, Zodak, Loratadin);
  • dans les cas graves, faites une injection de glucocorticoïdes (prednisolone).

La cause la plus fréquente d'allergies est l'inhalation d'odeurs nauséabondes, d'air poussiéreux, de pollen de plantes ou de poils d'animaux.

Avec des réactions allergiques fréquentes, le traitement le plus efficace est la sensibilisation corporelle. Dans ce cas, le système immunitaire s'habitue progressivement (en l'espace de quelques mois) à l'allergène.

Traitements chirurgicaux

On a recours à l'intervention chirurgicale dans les cas extrêmes, lorsqu'il n'y a pas d'accès aérien aux voies nasales et que les méthodes conservatrices n'apportent pas l'effet souhaité.

  • La thérapie au laser est aujourd'hui la méthode de traitement chirurgicale la plus populaire. La polypotomie nasale est utilisée pour restaurer la fonction olfactive du nez. Cette procédure supprime les polypes.
  • Aussi, assez souvent avec une hypertrophie mineure de la membrane muqueuse des cavités nasales, on procède à une brûlure de la membrane muqueuse avec divers produits chimiques (acide trichloroacétique, lapis) et un courant électrique.
  • Dans les cas plus graves, une méthode de vasectomie est utilisée pour restaurer la capacité olfactive. Cette opération est réalisée sous anesthésie locale.

La capacité de distinguer les odeurs est une fonction importante du corps humain. Afin de préserver l'odeur et la capacité de distinguer les odeurs des goûts, il est nécessaire de prendre soin de l'état du corps, en évitant l'apparition de complications graves et de maladies chroniques.

Et si le nez ne sent pas?

Quand le nez ne sent pas, comment le traiter? Contactez immédiatement un spécialiste ou est-ce une bagatelle et qu'est-ce qui se passera tout seul? Pourquoi est-ce arrivé? Ces questions et d’autres se posent dans la tête, au cas où une personne perdrait l’un de ces organes sensoriels importants.

Ne vous inquiétez pas d'avance. Vous devez d’abord comprendre le principe de fonctionnement de cet organe respiratoire et les raisons qui pourraient expliquer son refus de fonctionner plus avant de la manière habituelle.

Le travail de l'organe olfactif

Le travail stable de cet organe des sens est simplement nécessaire. Faute de capacité à reconnaître les odeurs, une personne peut être exposée à un grand danger, même au niveau du ménage, par exemple en cas de fuite de gaz. De plus, les problèmes d'odeur peuvent parler d'une tumeur au cerveau.

L'anosmie (perte d'odeur) peut être absolue ou partielle. En fait, cet organe olfactif a une structure très complexe, raison pour laquelle, même à ce moment, il n’est pas encore totalement compris.

Des récepteurs spéciaux travaillent sur la reconnaissance des arômes, auxquels les plus petites molécules de substances odorantes pénètrent par les voies nasales. Les informations obtenues deviennent un signal électrique et pénètrent dans la section du cerveau, où se trouve la conclusion finale, que nous identifions comme une "odeur".

Types de déficience olfactive

Si le nez a cessé de sentir, il peut y avoir beaucoup de raisons. En raison de la structure complexe, son fonctionnement stable dépend directement de détails même mineurs, et la perte de l'odorat est provoquée par toute perturbation de la pénétration de l'air dans le passage nasal.

En outre, l'odorat se dégrade avec l'âge et la faim et sa gravité dépend même de l'heure du jour. Par exemple, la nuit, le cerveau reconnaît à peine les odeurs. Dans des situations individuelles, l'incapacité à reconnaître l'arôme est une pathologie congénitale.

Plusieurs concepts de base décrivent la perte d’odorat:

  • complète;
  • partielle (capacité à identifier certaines odeurs);
  • spécifique (sans possibilité de déterminer une odeur particulière);
  • hyposmie absolue (diminution de la netteté de l'odorat);
  • hyposmie partielle (diminution de la gravité de l'odeur de certaines odeurs spécifiques);
  • dysosmie (mauvaise perception des odeurs).

Causes de perte d'odeur

La cause la plus fréquente de perte d’odeur est le blocage de l’accès des particules d’odeur microscopiques directement à la muqueuse. Cela peut se produire pour diverses raisons:

  1. Processus inflammatoires.
  2. Les polypes
  3. La courbure du septum du nez.
  4. Blessure physique.
  5. Néoplasme.
  6. Immersion de poils olfactifs dans un secret.

La rhinite est la raison principale et la plus fréquente de l'incapacité des molécules odorantes à accéder à la membrane muqueuse. L'organisme de lutte contre les microbes libère une quantité supplémentaire de mucus, ce qui provoque des poches dans la région où se trouvent les récepteurs.

En outre, la perte de l'odorat peut subsister après la guérison d'un nez qui coule. Cela est souvent dû à l'utilisation à long terme de gouttes spéciales, qui devraient éliminer le gonflement, mais finalement, si elles sont maltraitées, elles le provoquent elles-mêmes.

Normalement, le nez doit retrouver la capacité de percevoir les odeurs pendant 7 jours. Que faire si la semaine est passée et que les odeurs ne sont pas ressenties? Il est nécessaire de consulter un médecin le plus tôt possible car le risque de lésion nerveuse olfactive est élevé.

En plus de la rhinite, la membrane muqueuse peut également gonfler avec:

Il est catégoriquement impossible de s'automédiquer, car cela peut avoir des conséquences négatives irréversibles sur la santé, pouvant aller jusqu'à une perte totale de l'odorat.

Dans les cas où le nez respire mais ne sent pas, le problème réside souvent dans la perturbation du travail, voire dans la détérioration des cellules qui sentent. La raison en est peut-être les facteurs suivants:

  • les néoplasmes;
  • infection virale;
  • intoxication chimique;
  • radiothérapie dans le traitement du cancer;
  • une tumeur au cerveau;
  • émanations chimiques nocives.

Il existe des cas où la perte de la capacité à sentir est irréversible. Cela est souvent dû à une blessure physique au crâne et à la reconnaissance du centre de l'odorat. Le plus souvent, de telles blessures surviennent lors d'un accident.

La perte absolue de l'odorat peut être dans d'autres cas:

  • Syndrome de Kallmann;
  • le cancer;
  • maladies congénitales;
  • neurochirurgie et thérapie;
  • utilisation de médicaments neurotoxiques.

Comment renvoyer l'odeur?

Si pendant une longue période, sans raison apparente, il n'y a pas d'odeur, vous devez contacter un oto-rhino-laryngologiste (LOR) dès que possible. Seul un spécialiste qualifié peut maintenir un corps stable.

Un oto-rhino-laryngologiste, à l'aide de techniques spéciales, sera en mesure de déterminer la véritable cause du dysfonctionnement de l'organe olfactif, après quoi il prescrira un traitement spécial. L'approche doit être complète: chirurgie, physiothérapie, médicaments spéciaux.

En outre, le spécialiste doit développer un système de nutrition individuel pour restaurer le sens de l'odorat. Particulièrement utile pour utiliser des aliments contenant de la vitamine A et du zinc:

  • légumes orange et jaunes;
  • produits laitiers;
  • boeuf
  • graines de tournesol ou de citrouille;
  • le foie;
  • œufs de poule;
  • les légumineuses.

Si l'oto-rhino-laryngologiste ne peut détecter aucune violation pouvant directement ou indirectement affecter la perte de l'odorat, vous devez consulter un neurologue. Le problème peut être un échec dans la transmission du signal au cortex cérébral. Le problème réside souvent dans les lésions nerveuses, le cancer, la maladie de Parkinson ou la sclérose en plaques.

Le diabète sucré peut également être à l'origine d'un dysfonctionnement de l'organe de l'organe olfactif. Si vous ne commencez pas le traitement à temps, les cellules nerveuses qui traitent les données relatives aux odeurs entrantes sont endommagées.

Si vous soupçonnez un diabète, vous devez vous adresser à un endocrinologue, qui établira le diagnostic approprié et désignera la procédure appropriée. Maintenant que vous savez ce que le nez ne sent pas, vous pouvez commencer le traitement à temps et éviter des complications plus graves.

Perte de l'odorat, sensibilité réduite aux odeurs: causes, traitement

La perte de l'odorat, total ou partiel, peut être causée par un certain nombre de raisons, allant d'une rhinite banale à une dégénérescence maligne des tissus. Une légère perte de l'odorat n'est pas un symptôme alarmant, mais avec les complications et la détérioration qui l'accompagnent, un diagnostic détaillé est nécessaire. Si un patient n’a pas d’odeur, sans raison apparente, la meilleure solution serait de consulter un médecin.

Causes et mécanismes de la maladie

Dans les rhinites aiguës ou chroniques, la perte d’odeur est temporaire et est causée par l’accumulation de mucus, ce qui complique l’accès de la substance aromatique aux terminaisons nerveuses. En conséquence, un signal incomplet ou flou atteint les centres de perception des odeurs dans le cerveau.

Ozena ou le nez qui coule fétide provoque une forte perte d'odeur. L'épithélium de la muqueuse nasale s'épaissit en même temps, soulignant le secret épais et nauséabond. Il se dessèche sous forme de croûtes, ce qui nuit à la fonction olfactive du nez. La perte complète de la fonction muqueuse se traduit par une atrophie de l'épithélium, possible avec une maladie avancée et difficile à corriger.

Dans la rhinite allergique, il y a aussi souvent une diminution de la capacité à percevoir les odeurs (hyposmie). La raison en est aussi dans le dépistage des terminaisons nerveuses de la muqueuse nasale avec des sécrétions permanentes. L'hyposmie dans les allergies n'est pas prononcée, mais peut causer une préoccupation importante pour le patient.

Les anomalies congénitales ou acquises chez les enfants et les adultes résultent d'une anosmie (perte totale de l'odorat) ou d'une hyposmie. Professeur V. Palchun "Otolaryngology" écrit dans son ouvrage: "Pratiquement toute violation mécanique de la pénétration de l'air dans l'espace olfactif devient la cause de la violation de l'odorat." Si le patient n'a pas d'odeur dès la naissance, le traitement est généralement prescrit après la puberté, mais il est préférable de ne pas retarder la consultation ORL.

La syphilis ou la tuberculose, localisée dans le nez, peut entraîner un trouble essentiel (irréversible). Ces cas sont assez rares, mais vous devez les garder à l'esprit dans les zones où l'incidence de ces maladies est élevée.

L'utilisation à long terme de certains médicaments intranasaux (par exemple, des gouttes vasoconstricteurs), ainsi que l'intoxication par certains poisons peuvent entraîner une perte de l'odorat. On peut en dire autant des brûlures thermiques, en particulier de la vapeur. Après avoir été exposés à de tels facteurs, les patients constatent que leur odorat a immédiatement disparu ou diminué.

Les processus oncologiques des parties supérieures du nez conduisent souvent à une violation de ce type. C'est l'un des principaux symptômes du diagnostic préliminaire de ces maladies.

Chez les enfants, la perte d’odeurs peut être causée par la présence de corps étrangers dans les voies nasales. En cas d'opération négligente, il est possible de laisser des restes de cotons-tiges, de la gaze dans la cavité. Toujours dans la pratique médicale, il existe des cas où, lors de l’usage excessif de médicaments en poudre par voie intranasale, une bosse se forme à partir de ceux-ci, qui durcit avec le temps (la rhinolite est une pierre nasale).

Dans de rares cas, une dent peut pénétrer dans la cavité nasale, ce qui fait également obstacle à une odeur normale. Cela peut être un cutter ou une canine, qui sont situés dans la partie inférieure ou centrale des mouvements.

Les modifications de la muqueuse polypeuse peuvent être dues à un certain nombre de maladies ou se développer indépendamment. Cela conduit presque toujours à un changement d'odeur. Les patients remarquent qu’ils commencent progressivement à mal sentir. La croissance des symptômes indique la croissance des polypes.

Si le patient a en même temps cessé de sentir les odeurs et le goût, alors il s’agit peut-être de maladies qui ne sont pas directement liées aux organes ORL. Les identifier nécessite un diagnostic complet du corps. Ce symptôme donne des raisons de suspecter un diabète sucré, une tumeur au cerveau dans le lobe temporal, une hypertension et des troubles neurologiques.

L'odorat peut se détériorer pendant la période de changements physiologiques: grossesse, ménopause, vieillissement du corps. Dans de tels cas, aucun traitement médical ou chirurgical n'est généralement prescrit.

Diagnostic de l'anosmie et l'hyposmie

L’établissement du degré de réduction de l’odeur repose sur le schéma suivant:

  1. Étude de sensibilité utilisant différents arômes.
  2. Mesure de l'acuité olfactive à l'aide de l'olfactométrie. Le dispositif utilisé contient des cylindres contenant la quantité exacte de substances odorantes introduites dans la cavité nasale du patient.
  3. Rhinoscopie Examen attentif de la cavité nasale, du septum et de l'état des muqueuses - condition préalable à une inspection en violation de l'odeur.
  4. Analyse de la sécrétion de liquide par l'épithélium des voies nasales. Dans certains cas, une violation de l'odorat peut entraîner une infection qui provoque l'écoulement nasal (par exemple avec de l'oxygène), de sorte qu'une définition précise de l'agent pathogène peut être nécessaire.

Traitement de déficience olfactive évidente

Le traitement de la maladie repose sur l’élimination de sa cause principale ainsi que sur ses conséquences pathologiques (hypertrophie et atrophie de la membrane muqueuse, etc.). Il n’est pas toujours possible de retrouver l’odorat, mais avec un diagnostic précoce, une intervention chirurgicale est généralement très efficace. Les principales difficultés de traitement se rencontrent lorsque, par suite d’un traumatisme ou d’une pathologie congénitale, les voies nerveuses sont transmises, transmettant un signal des bulbes olfactifs au cerveau.

Antibiothérapie et anti-inflammatoires

Ce type de traitement doit accompagner d’autres mesures lorsqu’il détecte le caractère infectieux de la maladie. Cela arrêtera le processus inflammatoire et empêchera une nouvelle violation du sens de l'odorat et, dans certains cas, le restaurera. Des médicaments particulièrement efficaces peuvent être des médicaments sous forme de sprays pour utilisation nasale. Ceux-ci incluent le polydex avec la phényléphrine, la fusafungine. L'administration topique est la plus sûre et permet une récupération plus rapide.

On peut également montrer que la réception de médicaments d'origine végétale soulage l'inflammation. Le pinosol fait partie de ces médicaments. L'eau de mer et les préparations en contenant (aquamaris, etc.) ont un bon effet anti-inflammatoire, hydratent les muqueuses et éliminent l'agent pathogène.

Thérapie Antiallergique

Lorsque la rhinite allergique est la cause d'un rhume, un effet complexe sur la cause de la maladie est nécessaire. Le moyen le plus efficace de se débarrasser complètement d'une maladie désagréable est la sensibilisation du corps. C'est une sorte de "formation" du système immunitaire à un antigène spécifique (une substance à laquelle une réaction allergique a lieu).

La première étape consiste à déterminer la source de la maladie. Pour ce faire, le patient doit faire très attention lorsque et dans quelle situation les symptômes allergiques deviennent plus aigus. Peut-être la raison de la floraison de certaines plantes, de poils d'animaux ou d'aliments secs pour poissons.

L’antigène trouvé au laboratoire a été dilué plusieurs fois, atteignant une concentration à laquelle il ne provoque aucune réaction indésirable. Augmentez progressivement le dosage. En conséquence, l'allergie passe et le sens de l'odorat revient. Le seul inconvénient de cette méthode est sa durée, la dépendance pouvant durer plusieurs mois.

Parfois, la possibilité d'attendre si longtemps n'est tout simplement pas disponible. Ensuite, le traitement est basé sur la prise de certains médicaments. Ceux-ci peuvent être:

  • Sprays nasaux antiallergiques (par exemple, ifiral, etc.);
  • Comprimés et solutions contenant des inhibiteurs de l’histamine (préviennent le développement d’une réaction allergique) - zyrtec, phénicyle, cétirizine;
  • Glucocorticoïdes, les fonds sont administrés par voie orale ou sous forme d'injections.

Intervention chirurgicale

En règle générale, l’opération permet d’assurer un accès total de l’air aux voies nasales. L'un des types les plus courants d'une telle intervention est la polypotomie nasale. Dans la pratique chirurgicale moderne, on utilise généralement un laser, car l'ablation classique de la boucle entraîne souvent des rechutes.

Parfois, avec une légère hypertrophie de la membrane muqueuse, elle peut être brûlée avec des produits chimiques tels que le lapis, l’acide trichloroacétique ou l’acide chromique. Aussi, dans certains cas, l'utilisation de courant électrique. Des outils spéciaux galvaniques kauter introduits dans la cavité nasale et mènent le long de sa paroi pour la destruction en profondeur de la muqueuse.

La vasectomie est une méthode plus radicale. Il est réalisé sous anesthésie locale. Le médecin fait une incision sur la surface de la muqueuse et sépare sa surface supérieure, détruisant le tissu sous-muqueux.

Avec l'inefficacité de toutes ces méthodes, la résection de tissu hypertrophié est utilisée. En utilisant des ciseaux ou une boucle, le médecin enlève les zones muqueuses qui ont été changées. Après l'opération, une période de récupération assez longue s'ensuit, au cours de laquelle l'épithélium nasal normal devrait se développer progressivement sur la zone endommagée.

Hygiène de la muqueuse nasale pour restaurer l'odeur pendant la maladie

Au cours des phénomènes atrophiques et hypertrophiques de la membrane muqueuse, accompagnant souvent une inflammation et des allergies, son fonctionnement est altéré de manière significative. Cela peut être aggravé par l'utilisation de certains médicaments intranasaux. Voici ce que écrit N. E. Boikova, Ph.D. en sciences médicales, chercheur principal: «Les médicaments pris comme effet secondaire dans le cadre de diverses maladies donnent souvent une subatrophie à la muqueuse nasale en raison d'effets systémiques, ce qui est particulièrement important pour les représentants des professions de en raison des changements à venir dans le chemin du résonateur ".

Pour normaliser l'état de l'épithélium de la cavité nasale dans la plupart des cas, nous pouvons recommander les mesures suivantes:

  1. Hydrater les muqueuses avec de l'eau de mer, ramollir les croûtes des sécrétions glacées à l'aide d'huiles d'origine végétale (amande, pêche).
  2. Aération fréquente des locaux.
  3. Maintenir une humidité de l'air suffisante.
  4. Inhalations salines.
  5. Effectuer un nettoyage périodique par voie humide. Cette mesure éliminera le contact inutile du patient avec des antigènes, principalement de la poussière, susceptibles de provoquer une irritation supplémentaire des muqueuses.
  6. Acceptation des sprays nasaux contenant des oligo-éléments bénéfiques (magnésium, potassium, cuivre, fer). Ces médicaments comprennent les aigues-marines, aqualor, otrivin de mer.
  7. Boire beaucoup d'eau aidera à reconstituer l'humidité qui est utilisée pour la rhinite et à prévenir la sécheresse du nez.

Prévention

Afin de prévenir l'anosmie ou l'hyposmie, il est important d'exclure le rhume ou les allergies, si possible. Les pathologies mécaniques et congénitales sont difficiles à prévenir, mais elles sont généralement éliminées par voie chirurgicale. Les maladies directement associées à la muqueuse peuvent avoir une nature longue et lente. Par conséquent, même après la chirurgie, une rechute est possible (retour des symptômes précédents).

L’état stable du système immunitaire et du système nerveux est l’un des préalables essentiels à l’odorat normal et à l’exclusion des maladies de la muqueuse. Pour ce faire, il est important d'éviter les nerfs, les surtensions et les changements fréquents de régimes de jour. Il est nécessaire de manger correctement et complètement, au printemps, il est possible de prendre des complexes de vitamines en consultation avec le médecin.

Même en bonne santé, il est important de veiller à l'hygiène de la muqueuse nasale, afin de maintenir une humidité suffisante à la maison et sur le lieu de travail. Lors de la visite de lieux rassemblant un grand nombre de personnes (transports en commun, réunions, expositions), il est judicieux d’utiliser une pommade à l’oxoline qui protège contre les infections transmises par des gouttelettes en suspension dans l’air.

L'odeur est une partie importante de la vie humaine. En l'absence de celui-ci, de nombreux patients notent que la nourriture devient insipide, camper dans la nature sans arômes de fleurs et d'aiguilles semble être incomplet. Afin de préserver cette capacité importante, il est nécessaire de prendre soin de votre corps, de ne pas permettre la chronicité des maladies infectieuses.

Le nez ne sent pas: temporaire ou permanent

À l'intérieur du nez se trouvent les terminaisons nerveuses (neuroépithélium olfactif), à travers lesquelles les molécules de la substance qui émane de l'odeur, après un soupir.

Ensuite, les terminaisons créent une impulsion qui va au cerveau, la percevant et la transformant en sentiment «Je perçois l'odeur». Il est déjà conscient de l'homme lui-même.

Mais il arrive que le nez, nous ne sentons aucune odeur.

En médecine, la perte d'odeur s'appelle l'anosmie, alors que sa préservation partielle s'appelle l'hyposmie.

Variétés pour un éclairage symptomatique

Voyons sous quelle forme nous pourrions avoir une perte de capacité olfactive:

  • l'anosmie, c'est-à-dire l'incapacité totale de détecter les odeurs;
  • anosmie partielle, c’est-à-dire l’incapacité de distinguer certaines odeurs (tout en maintenant cette possibilité pour un certain nombre d’autres arômes);
  • anosmie spécifique, dans laquelle une seule odeur spécifique n'est pas disponible pour le patient;
  • L’hyposmie complète signifie que le nez du patient a également perdu sa sensibilité à tous les parfums;
  • hyposmie partielle - condition dans laquelle la capacité de sentir certaines odeurs est réduite;
  • La dysosmie, également appelée paraosmie ou kakosmie, est une distorsion de la sensibilité dans laquelle les odeurs manquantes sont perçues ou les arômes agréables existants sont perçus comme désagréables.
  • hyperosmie générale - augmentation des sensations à partir des odeurs existantes;
  • hyperosmie partielle - amélioration de la perception des odeurs individuelles.

Anosmia est également divisée en centre et périphérique.

Dans le premier cas, le nez respire, il n'est pas bouché, mais ça ne sent pas. Dans la forme périphérique, les particules de la substance odorante ne peuvent pas atteindre les extrémités des nerfs, qui sont destinés à transmettre des informations à leur sujet au cerveau. Cela signifie que le nez est bouché.

Les principales causes de décès olfactif

Groupes de violations

Pour comprendre pourquoi une personne cesse de sentir différentes odeurs, trois groupes de raisons aident:

  • les violations du type de transport, dans lesquelles il est difficile pour les molécules de composés odorants d'entrer dans les zones où elles sont perçues par des terminaisons nerveuses;
  • déficiences sensorielles qui nuisent à la capacité du neuroépithélium olfactif à sentir;
  • troubles du type neuronal causés par des dommages au crâne.

Facteurs communs

Les causes particulières qui entraînent une baisse de la sensibilité nasale sont les suivantes:

  • froid
  • consommation de cocaïne;
  • anomalies congénitales;
  • troubles hormonaux;
  • allergique à la poussière, aux squames animales, etc.
  • infection des sinus paranasaux;
  • polypes dans le nez, néoplasmes bénins;
  • inhalation de produits chimiques nocifs, y compris des solvants ou des pesticides;
  • dommages au nez lui-même, ou les fins qui sentent, en raison d'un traumatisme;
  • perturbation du fonctionnement du nez à la suite d'une intervention chirurgicale;
  • un certain nombre de maladies, y compris la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer, la sclérose en plaques;
  • médicaments, en particulier médicaments pour les maladies cardiaques, l'action anti-inflammatoire, les antidépresseurs et les antibiotiques;
  • radiothérapie associée à des tumeurs malignes au cou ou à la tête;
  • vieillissement, avec un sens de l’odorat le plus aigu entre 30 et 60 ans, et après 60 ans, il commence à tomber.

Rhume

L'un des cas les plus courants d'anosmie est un homme qui a attrapé un rhume avec un rhume. Les raisons en sont:

  • infections virales graves;
  • la formation de polypes à l'intérieur du nez;
  • rhinite allergique chronique;
  • rhinite aiguë subie par le patient lors d'un rhume;
  • pathologie de nature chronique, affectant la membrane muqueuse de la cavité nasale ou des sinus paranasaux.

Ajout déplaisant: perte de goût

Dans certains cas, une personne cesse de sentir non seulement les odeurs, mais aussi les goûts. La combinaison de ces deux troubles se retrouve souvent après un rhume avec un rhume. Cela peut être le résultat de nombreuses violations ci-dessus.

De plus, la contribution du nez à la reconnaissance des nuances aromatiques est particulièrement importante. Avec l'anosmie, souvent la langue peut encore distinguer les odeurs principales. Cependant, il a besoin d'un soutien nasal pour reconnaître les nuances. En son absence, le patient ne peut pas distinguer les différentes nuances de fruits ou les différents goûts de viande.

Traitement sérieux pour l'élimination du problème

Si le sens de l'odorat est absent pendant un certain temps, vous devriez consulter un médecin. Après l'examen, l'entretien et l'examen, il explique ce qu'il faut faire si le nez ne sent pas tout ou partie des odeurs et des goûts plutôt que de traiter la cause fondamentale.

Avec un traitement rapide, vous pouvez restaurer la fonction de la muqueuse nasale et protéger son odorat de la détérioration.

Le spécialiste que vous devriez contacter est un oto-rhino-laryngologiste (ORL). Pour étudier l'état des organes de l'odorat d'un patient, il utilise l'olfactométrie. Pour l'inhalation sont plusieurs compositions:

  • la valériane;
  • l'ammoniac;
  • esprit de vin non dilué;
  • solution d'acide acétique à moitié.

En utilisant ce kit, il est possible d'estimer le degré de perte olfactive. En outre, l'ENT traite les patients avec une référence à l'étude des sinus nasaux par radiographie ou rhinoscopie. Dans de nombreux cas, on a eu recours à la tomodensitométrie de la cavité nasale, des sinus paranasaux et du cerveau.

En outre, le patient peut avoir besoin de l'aide d'un neurologue ou d'un neurochirurgien. Ces spécialistes effectuent, si nécessaire, un examen neurologique.

Il existe un large éventail de remèdes pour traiter les problèmes olfactifs. Il s'agit à la fois de décisions nationales et de moyens de la médecine officielle. Il n'est pas recommandé de prescrire des remèdes traditionnels sans l'aide d'un médecin.

Le traitement vise à éliminer la cause. Dans le cas des allergies, des antihistaminiques de nouvelle génération sont utilisés. Les polypes sont éliminés par chirurgie.

Les prévisions sont dans la plupart des cas favorables, l’essentiel est de ne pas commencer le problème.

Une décision radicale, parfois efficace, mais aussi dangereuse: sentir quelque chose qui sent très fort, en particulier l’ail, le raifort, la moutarde et le tabac. Auparavant, cet outil était recommandé par les médecins. Cependant, malgré le fait que cela puisse aider, souvent l'odeur piquante renforce l'œdème.

Quelques recettes plus sûres:

  1. Les fleurs séchées de muguet et de camomille pharmaceutique, les graines de cumin, les feuilles de menthe poivrée et de marjolaine sont réduites en poudre et mélangées dans des proportions égales. Inhaler la poudre résultante ou faire une solution de ce mélange et produire une inhalation.
  2. Versez un verre d'eau chaude dans une casserole, versez deux gouttes d'huile essentielle de menthe, de lavande, de romarin, d'eucalyptus ou de sapin et 10-12 gouttes de jus de citron. Nous faisons l'inhalation avec une solution de trois à cinq minutes en respirant alternativement chaque moitié du nez, même si une seule narine ne sent pas l'arôme.
  3. Nous brûlons les enveloppes d'oignon ou d'ail ou d'absinthe séchée et respirons la fumée qui en résulte pendant cinq à sept minutes deux à trois fois par jour.
  4. Un morceau de momie, dont la taille ne dépasse pas le volume de grain de riz, se dissolvent dans une cuillerée à thé de graisse de mouton. Nous tamponnons le coton avec ce composé que nous mettons au nez deux fois par jour, matin et soir, pendant une demi-heure. L'utilisation de la momie pour les allergies a fait ses preuves.
  5. La sensibilité du nez est améliorée avec du menthol et de l'huile de camphre. Ces substances peuvent couler dans le nez, à la fois individuellement et en mélange, à raison de trois à cinq gouttes par jour.
  6. Le baume Gold Star est chauffé au soleil pendant plusieurs heures. Ensuite, frottez la composition chauffée au milieu du front et de l’arrière du nez. Cette procédure prend sept à dix jours.
  7. Dans 50 millilitres de lait, porté à ébullition, ajoutez une petite cuillerée de gingembre en poudre. Refroidissez la solution à la température ambiante, filtrez et nettoyez la cavité nasale trois fois par jour jusqu'à obtenir l'effet souhaité.
  8. Dans un verre d'eau, ajoutez une demi-cuillère à thé de sel, cuit et à la mer, et une ou deux gouttes d'iode. Rincer la cavité nasale avec cette solution.
  9. Cent grammes de goudron de bouleau versent un demi-litre d'eau bouillie et insistent toute la nuit pour obtenir de l'eau de goudron. Au matin, ajoutez une petite cuillerée d’huile de ricin et cent millilitres de jus de betterave. Ensuite, secouez la composition, chauffez-la à une température de 36–37 degrés Celsius et humidifiez-y deux morceaux de gaze pliés. Serrez-le et posez-lui sur le front. Il est nécessaire de veiller à ce que la composition ne pénètre pas dans les yeux. Sur le dessus de la gaze, imposer du papier de compression.
  10. Les mains tiennent dans le bain, dont la température augmente tout le temps. La procédure dure 10 minutes, tandis que dans le bain, nous ajoutons de l'eau plus chaude en augmentant sa température de 35 à 42 degrés.
  11. Nous faisons infusion de sauge en versant une cuillère à soupe d'herbe avec deux tasses d'eau bouillante et en infusant pendant une heure. Filtre de composition et boire trois fois par jour pendant une demi-tasse.
  12. Les clous de girofle épicés sont mâchés pendant cinq minutes cinq ou six fois par jour. Vous ne pouvez pas avaler un girofle!

Si le nez a cessé de se sentir aimé ou s'il sent une odeur, inutile de vous inquiéter - le stress n'améliorera pas la situation, contrairement aux visites chez le médecin et au traitement en temps opportun.

Que faire en cas d'odeur et de goût perdus? Causes et traitement

Que faire si les odeurs et les goûts ont disparu et que le nez ne sent pas?

Dans les cas où cette maladie, même considérée comme peu fréquente, s'accompagne d'une détérioration de la perception des arômes ou même du goût, les gens commencent à tirer la sonnette d'alarme et à chercher des moyens de les restaurer.

Les causes et le traitement de ce trouble seront abordés dans cet article.

Les raisons ou pourquoi l'odeur et le goût ont disparu?

Il peut sembler que l’incapacité à distinguer les odeurs soit une bagatelle, sans laquelle il est facile de vivre.

Mais lorsqu'une personne perd l'un de ses sentiments principaux, elle réalise sa véritable valeur.

Après tout, privé de la possibilité de faire l'expérience du parfum et des "chouchous désagréables", il perd partiellement le plaisir de manger et peut également se mettre en danger de manger un produit gâté.

En même temps, le monde qui nous entoure ne semble plus aussi coloré qu'auparavant. Par conséquent, il est extrêmement important de réfléchir à la manière de restituer l’odeur et le goût par temps froid.

L'incapacité à distinguer les odeurs est le plus souvent observée dans le contexte du rhume, accompagné d'un écoulement nasal (rhinite). Selon le degré de détérioration de la fonction olfactive, il existe:

  • hyposmie (diminution partielle de la gravité de l'odeur);
  • anosmie (absence totale de sensibilité aux substances aromatiques).

La rhinite aiguë est la cause la plus fréquente d'hyposmie, voire d'anosmie. Il se développe en raison de la chute de l'immunité locale et générale et de l'activation de micro-organismes, vivant toujours sur les membranes muqueuses de personnes en parfaite santé.

Puisque le corps perd sa capacité d'interférer avec sa reproduction, les microorganismes infectent les tissus et provoquent l'apparition du processus inflammatoire.

Cela s'accompagne de l'apparition de poches et d'un assèchement de la membrane muqueuse. Ensuite, il est humidifié en raison d'un épanchement séreux (un fluide spécial qui se produit lors d'une inflammation tissulaire).

La quantité de mucus augmente progressivement, l'épanchement s'accumule partiellement sous la couche de membrane muqueuse supérieure, formant des bulles, ce qui permet à celui-ci de s'écailler et de provoquer la formation d'une érosion.

Au cours de tous ces processus, les récepteurs sensibles aux composés aromatiques situés dans la partie supérieure de la cavité nasale peuvent être bloqués par le mucus ou être endommagés.

Par conséquent, ils sont incapables de répondre aux stimuli et, par conséquent, transmettent un signal au cerveau. Cela explique le fait qu'après le froid, l'odorat a été perdu.

Mais la détérioration de la capacité de sentir l'odeur de diverses substances n'est pas la seule conséquence possible de la rhinite. Il y a souvent une perte simultanée de goût et d'odeur.

La raison en est que très souvent une personne confond involontairement goût et goût. Les vraies sensations gustatives apparaissent en réponse à la pénétration de substances salées, acides ou sucrées sur la langue, car des récepteurs spéciaux situés dans différentes parties de la langue sont responsables de leur perception.

Pour leur pleine perception, la participation simultanée d'analyseurs de goût et de récepteurs olfactifs est requise. Par conséquent, le fait qu'une personne ait l'habitude de considérer le goût d'un plat peut facilement être son arôme.

Attention! Si le patient a cessé de sentir et qu'aucun écoulement nasal n'a été observé, il est impératif de contacter un neurologue pour éliminer les pathologies cérébrales et autres maladies graves.

Si l'odorat est parti: que faire dans ce cas?

Et l'odeur et le goût ont-ils vraiment disparu? Il arrive souvent que le patient dise: «Je ne sens pas les odeurs…», «Je ne sens pas le goût des aliments et les odeurs», mais il s’avère que ce n’est pas le cas.

Pour vérifier avec précision la présence d'hyposmie, il existe même un test spécial en médecine - l'olfactométrie.

Son essence consiste à alterner l'inhalation de vapeurs de 4 à 6 substances odorantes contenues dans des flacons étiquetés.

Pour le patient, l'une des narines est serrée avec un doigt et un vaisseau contenant une substance est placé à une distance d'un centimètre de l'autre. Le patient devrait prendre une respiration et répondre à ce qu'il ressent. Traditionnellement utilisé:

  • Solution d'acide acétique à 0,5%;
  • pur esprit de vin;
  • teinture de valériane;
  • l'ammoniac.

Ces substances sont classées par ordre d'amélioration de la saveur. Par conséquent, il est possible de déterminer le degré de dysfonctionnement olfactif provoqué par l'odeur de la personne capable de la sentir.

Un test similaire peut être effectué à la maison, même sans disposer de solutions spéciales, d’articles et de produits ménagers ordinaires appropriés.

Le test comporte plusieurs étapes, le passage de l’une à l’autre n’est effectué qu’après la réussite de la précédente. On propose au patient de sentir:

  1. Alcool (vodka), valériane et savon.
  2. Sel et sucre.
  3. Parfum, oignon, chocolat, solvant (dissolvant pour vernis à ongles), café instantané, allumette éteinte.

Si l’un d’eux ne peut être reconnu, c’est un signe clair de diminution de la fonction olfactive et une raison de se tourner vers l’ENT afin de déterminer comment restituer l’odeur et le goût lorsqu’il fait froid.

Si le sens de l'odorat a disparu pendant un rhume ou après un rhume.

Les patients se plaignent souvent que leur goût et leur odeur ont disparu à cause du rhume. De tels symptômes peuvent survenir lorsque:

rhinite:

  • aigu;
  • chronique;
  • allergique.
inflammation aiguë et chronique des sinus paranasaux:
  • une antrite;
  • l'ethmoïdite;
  • avant;
  • sphénoïdite.
Beaucoup moins souvent, les causes d'un instinct aggravé sont les suivantes:
  • l'ozène;
  • sclérome;
  • polypose.

Ainsi, le plus souvent, la perception des parfums est altérée par le rhume, la grippe et d'autres infections respiratoires aiguës.

Néanmoins, de telles maladies courantes, accompagnées de rhinites, telles que les sinusites, les frontites et autres, peuvent également le précéder.

Et comme ils se développent souvent sur le fond de la courbure de la cloison nasale, on leur prescrit souvent une septoplastie.

Cette opération, qui a pour but de niveler le septum et de normaliser la respiration, est nécessaire pour éliminer les conditions préalables au maintien des processus inflammatoires dans les sinus paranasaux et, par conséquent, pour perturber le parfum.

Mais, malheureusement, les septoplatiques ne constituent pas une garantie pour rétablir la capacité de distinguer normalement les odeurs, car il est possible de provoquer ensuite des modifications dégénératives de la membrane muqueuse et le développement d'une hyposmie, voire d'une anosmie.

Bien que la courbure du septum lui-même n'affecte en rien la capacité d'une personne à percevoir toutes sortes de saveurs. Source: nasmorkam.net

En outre, des modifications dégénératives de la membrane muqueuse peuvent survenir non seulement à la suite d'une septoplastie, mais également à la suite de dommages accidentels causés par des corps étrangers.

Dans de telles situations, parlez du développement de la rhinite traumatique. La cause de son apparition peut être non seulement des macro-objets, mais également de petites particules solides, telles que le charbon, les poussières, les métaux, contenues dans:

  • de la fumée;
  • les aérosols;
  • diverses émissions industrielles, etc.

Il a également été observé que la netteté de l'odeur et la perception du goût se détérioraient avec l'âge. Ces changements peuvent être qualifiés de physiologiques, car ils sont causés par "l'affaiblissement" des récepteurs correspondants.

Mais généralement, les personnes âgées remarquent que le parfum s’est détérioré après un rhume. Cela peut être dû à des dommages aux récepteurs dus au déroulement actif du processus inflammatoire, qui ne sont alors pas complètement restaurés. Par conséquent, après le rétablissement, les personnes âgées peuvent se plaindre d'hyposmie.

Comment restaurer le sens de l'odorat?

Bien sûr, la réponse exacte à cette question ne peut être donnée qu’à un spécialiste.

Un médecin qualifié sera en mesure de trouver les véritables causes des violations et de les éliminer rapidement.

Toute auto-médication ne peut qu'aggraver le problème et retarder le retour à la normale.

Par conséquent, même s'il existe divers remèdes populaires permettant de résoudre le problème, avant de commencer à les utiliser, vous devez demander à l'oto-rhino-laryngologiste s'ils peuvent être utilisés.

Selon les raisons de la détérioration de la fonction olfactive, le médecin peut vous prescrire un certain nombre de médicaments pour aider à la restaurer, notamment:

  • Naphazoline (Naphthyzinum);
  • La xylométazoline (galazoline);
  • Oxymétazoline (nazol);
  • Tramazoline (Lasolvan Reno), etc.

Ces médicaments font partie des vasoconstricteurs. Des mécanismes qui éliminent le gonflement de la membrane muqueuse sont au cœur de leurs actions. Mais leur utilisation pendant plus de 5 à 7 jours n’est pas recommandée, car ils créent une dépendance et perdent leur efficacité.

Dans le pire des cas, une rhinite médicamenteuse se développe, accompagnée d'une rhinite constante, beaucoup plus difficile à traiter que, par exemple, aiguë.

Si l'hyposmie est le résultat d'une rhinite allergique, on prescrit aux patients des antihistaminiques et, dans les cas plus graves, des corticostéroïdes locaux:

  • Chloropyramine (Suprastin);
  • Loratadine (claritine);
  • Erius (Eden);
  • Telfast;
  • Le kétotifène;
  • Nasonex;
  • Fliksonaze;
  • Béclométhasone, etc.

Lorsque la sinusite est devenue la cause de l'hyposmie, le traitement est exclusivement sous contrôle ORL. Toute auto-traitement dans de tels cas peut avoir des conséquences tragiques, car une inflammation des sinus peut provoquer le développement d'une septicémie, d'une méningite et d'autres pathologies mettant la vie en danger.

Par conséquent, dans de tels cas, toute mesure permettant de retrouver l’odorat et le goût en cas de rhume doit être approuvée par l’otolaryngologue.