Principal
Scarlatine

Tumeurs bénignes de la cavité nasale: symptômes et traitement

Les tumeurs de la cavité nasale dans les pays européens sont rarement diagnostiquées, touchant principalement les personnes âgées et séniles. Cependant, les jeunes hommes et femmes souffrent également de maladies de ce groupe, souvent sans même savoir de quoi ils sont malades. Le dernier point est dû au fait que les tumeurs de la cavité nasale, tant bénignes que malignes, ne se manifestent pas aux premiers stades de la maladie ou que leurs symptômes sont similaires à ceux de maladies beaucoup moins dangereuses. Et seulement lorsque la tumeur atteint une taille considérable, serre les organes voisins et se développe dans les tissus voisins, des symptômes apparaissent qui incitent le patient à consulter un médecin, ce dernier - à un examen approfondi de la cavité nasale du patient. Mais une tumeur diagnostiquée au cours des stades avancés est souvent mal traitable ou pas curable du tout. Par conséquent, médecins et patients, il est important de disposer d'informations sur les manifestations des tumeurs nasales, afin de ne pas perdre un temps précieux.

Cet article porte sur un groupe de tumeurs au pronostic relativement favorable pour la vie et la santé du patient, à savoir les tumeurs bénignes. Commençons.

Les tumeurs bénignes de la cavité nasale sont un groupe de néoplasmes d'origine tissulaire variée, localisés dans la cavité nasale, pour lesquels les métastases ne sont pas caractéristiques.

Les principales différences entre les néoplasmes bénins et malins sont les suivantes:

    • emplacement localisé;
    • une croissance plutôt lente s'est accélérée sous l'influence de facteurs défavorables;
    • pronostic relativement favorable - dans la plupart des cas, une tumeur bénigne est guérie par une intervention chirurgicale et ne constitue pas une menace pour la vie du patient;
    • incapacité de métastaser dans les ganglions lymphatiques et les tissus environnants;
    • capacité sous l'influence de facteurs indésirables à se transformer en une tumeur maligne.

Les causes des tumeurs bénignes de la cavité nasale

Les tumeurs bénignes congénitales de la cavité nasale se forment même pendant la période prénatale sous l'influence de facteurs tératogènes (nicotine, alcool, médicaments, etc.) chez une femme enceinte.

Les tumeurs acquises se développent lors de contacts prolongés de la muqueuse nasale avec des facteurs indésirables, notamment:

  • maladies chroniques fréquentes et aiguës du rhinopharynx (rhinite, rhinopharyngite, adénoïdite, frontite, sinusite et autres sinusites);
  • maladies allergiques de la cavité nasale (pollinose, rhinite allergique);
  • produits chimiques irritants (typiques pour les personnes qui travaillent avec des produits chimiques, pour les pharmaciens);
  • air pollué par des gaz industriels et des produits chimiques (typique des habitants des villes industrielles);
  • blessures multiples au nez;
  • long tabagisme, consommation régulière d'alcool.

Classification des tumeurs bénignes de la cavité nasale

Selon la période au cours de laquelle la maladie se développe, les tumeurs sont divisées en:

  • congénitale (tératomes, angiomes, hernies cérébrales);
  • acquis.

Les tumeurs acquises selon la classification histologique sont divisées en:

  • épithélial (papillome, polype):
  • tissu conjonctif (lymphangiome, hémangiome, neurofibrome, myxome, schwannome, etc.);
  • se développer hors du tissu musculaire;
  • se développant à partir de tissu osseux (ostéome, fibrome) et cartilagineux (chondrome);
  • provenant du tissu lymphoïde;
  • genèse mixte (craniopharyngiome, gliome, méningiome).

Symptômes cliniques des tumeurs bénignes de la cavité nasale

Comme mentionné au début de l'article, les tumeurs bénignes de la cavité nasale dans les premiers stades de leur développement sont asymptomatiques, ne causant aucun inconvénient au patient. Malgré le bien-être du patient, la tumeur grossit progressivement et commence tôt ou tard à gêner la circulation de l'air dans le nasopharynx - une personne se plaint de difficultés respiratoires nasales, de détérioration de l'odorat, de saignements de nez, de sensation de corps étranger dans le nez. Les troubles de la ventilation résultent en l'apparition d'agents infectieux (généralement des bactéries) dans la cavité nasale, entraînant notamment l'apparition de rhinites aiguës, rhinopharyngites, rhinosinusites et leurs manifestations typiques (maux de tête, fièvre, écoulement nasal muqueux, purulent ou purulent). douleur dans la région sinusale touchée).

Si, à ce stade, le patient s’adresse à un médecin qui, en plus d’une maladie infectieuse, détecte une tumeur, une opération et un traitement antibiotique sont effectués et le patient oublie l’existence de la tumeur. Si la tumeur reste non détectée, elle s'agrandit et d'autres se joignent aux symptômes décrits ci-dessus.

En cas de germination de la tumeur dans le pharynx, le patient se plaint de difficultés à avaler et à respirer.

Lorsque la tumeur se développe dans les sinus paranasaux, le patient est dérangé par la douleur dans la région des sinus touchés, par des maux de tête et par des infections fréquentes du nasopharynx.

La propagation d'un néoplasme à la région orbitale de l'œil se manifeste par l'exophtalmie («gonflement» de l'œil affecté), divers troubles de la vue du côté affecté - diminution de son acuité, restriction de la mobilité du globe oculaire, vision double, strabisme, rétrécissement des champs visuels.

Si la tumeur se développe dans la structure du cerveau, cela se manifeste par de graves maux de tête, des vertiges, une violation des nerfs crâniens (troubles de la vision et de l'audition, la souplesse du sillon nasogénien, etc.), l'apparition d'épiphriscus.

Il convient de noter que toutes les tumeurs n'ont pas la capacité de pénétrer dans les structures décrites ci-dessus, mais seulement certains de leurs types, en particulier les tumeurs provenant de tissus conjonctifs et de cartilage osseux.

Certaines tumeurs, qui se développent dans les structures osseuses du visage, provoquent leur destruction, qui se manifeste par la déformation du visage.

Examinons plus en détail les types de tumeurs individuels les plus fréquemment diagnostiqués.

Papillome

Il existe 2 types de papillomes - avec une structure cellulaire typique et de transition.

Le papillome de structure typique est une formation de petite taille et bosselée, de couleur grise ou gris-rose, de consistance dense, qui saigne facilement sous l'action mécanique, située dans le septum nasal ou le cornet inférieur, reliée à l'épithélium par une jambe mince. L'étalement peut être unique ou multiple.

Un papillome à structure cellulaire transitionnelle diffère d'un papillome typique par sa croissance endophytique (c'est-à-dire qu'il se développe dans les tissus sous-jacents) en une couleur plus rouge et une base large. Extérieurement, il ressemble à un chou-fleur. Situé dans la région du sinus maxillaire, du septum nasal, des parties supérieure et moyenne de la cavité nasale ou sur sa paroi latérale. Au fil du temps, la tumeur se développe dans la région des sinus paranasaux, de l’orbite et de la cavité crânienne.

Si non traité, il peut dégénérer en une tumeur maligne.

Après le retrait de la tumeur, il se reproduit souvent.

Hémangiome

Il existe 3 types de cette tumeur:

  • capillaire;
  • caverneux;
  • hémangiomes mixtes.

L'hémangiome est diagnostiqué chez les personnes des deux sexes de tous les âges. Il ressemble à un polype de couleur rouge ou rouge-violet, situé sur la paroi latérale ou dans la région du septum nasal, à la limite de ses parties cartilagineuses et osseuses. Elle se manifeste cliniquement par des sécrétions ressemblant à du sang ou par des saignements des voies nasales, d’abord après la lésion, ensuite, sans l’influence de l’agent traumatique, ainsi qu’avec une congestion nasale.

Angiome

Cette tumeur est à bien des égards similaire à l'hémangiome. C'est une formation vasculaire de couleur rouge-bleuâtre avec une surface bosselée. Il se caractérise par une croissance lente. Il se manifeste par des saignements nasaux occasionnels. Peut germer en orbite ou dans les sinus paranasaux.

Pour déterminer les limites dans lesquelles la tumeur vasculaire s'est développée, il est recommandé d'effectuer une angiographie des artères carotides.

Adénome

Un type de tumeur plutôt rare. C'est un nœud situé sous la membrane muqueuse non altérée du vomer, de la concha et des sections postérieures de la cavité nasale. Il pousse lentement, mais peut atteindre des tailles impressionnantes. Manifesté par la sensation d'un corps étranger dans la cavité nasale, difficulté à respirer par le nez.

Fibrome

Ainsi que l'adénome, se rencontre rarement. Il s’agit d’une formation tumorale reposant sur une tige étroite ou une large base, située dans la région du nez externe ou de son vestibule. Cela peut se faire de manière bénigne - simplement augmenter progressivement en taille, ne pas germer dans les tissus adjacents, et peut avoir un comportement agressif: grandir rapidement et atteindre une taille considérable, germer dans les orbites et les sinus paranasaux. Aux premiers stades de la maladie, le patient se plaint de congestion nasale, de sensation de corps étranger et de saignements de nez. Les larmoiements émergents et les troubles visuels sont des signes d’invasion tumorale en orbite.

Chondrome

La tumeur dont la source est le cartilage hyalin. Plus souvent diagnostiqué chez les jeunes. On le trouve dans le sinus paranasal ethmoïde, dans la région du septum nasal ou des ailes du nez. Il se développe lentement en comprimant progressivement les tissus environnants. Dans certains cas, germe dans la fosse crânienne antérieure ou en orbite.

Ostéome

Se développe dans la zone des sinus frontaux et maxillaires. Dans la zone du nez est rare. Le produit est généralement bénin et augmente lentement. Manifestée par la difficulté de la respiration nasale, douleur dans la zone de projection sur le visage des sinus affectés, sécrétions de la nature mucopurulante du nez, maladies récurrentes purulentes-inflammatoires des sinus, larmoiement. Parfois, il peut se développer dans l'orbite et la région du crâne.

Diagnostic des tumeurs bénignes de la cavité nasale

Le diagnostic est établi par un oto-rhino-laryngologiste. Sur la base des plaintes du patient et des antécédents de la maladie, il soupçonnera la présence d'une maladie de la cavité nasale, après quoi il procédera à un examen visuel de celle-ci - une rhinoscopie. Au cours de cette étude, une formation nasale ayant l'apparence d'un type de tumeur particulier sera détectée. Parfois, les tumeurs sont diagnostiquées au hasard - lorsque le patient se retourne pour une autre, par exemple une maladie infectieuse, des maladies de la cavité nasale et une rhinoscopie à des fins d'examen. Si l'origine de la tumeur est douteuse, une biopsie de la formation est indiquée.

S'il existe des preuves, le spécialiste désignera une ou plusieurs méthodes d'examen supplémentaires:

  • pharyngoscopie;
  • olfactométrie (définition du handicap olfactif);
  • examen microscopique et culturel des frottis prélevés dans le pharynx et la cavité nasale;
  • Radiographie des sinus et du crâne paranasaux;
  • tomodensitométrie du crâne et du cerveau;
  • consultation de l'oculiste.

Traitement des tumeurs bénignes de la cavité nasale

La principale méthode de traitement des tumeurs dans ce groupe est la chirurgie.

La méthode d'élimination de la tumeur dépend directement du type, de la nature de la croissance et de sa taille.

La méthode endoscopique utilisant une boucle électrocoagulante est utilisée pour éliminer les adénomes, les fibromes et les papillomes de petite taille.

Les polypes nasaux sont sujets à l'excision et à la zone du septum à laquelle ils sont attachés, puis à la cautérisation de la base de la tumeur par électrocoagulation ou cryotraitement.

Si le papillome transitoire est petit, il est retiré par le nez (endonasal). Dans le cas où la tumeur s'est développée dans les tissus voisins, elle est retirée à l'aide des accès de Denver, Caldwell - Luc, Moore. Si le papillome a atteint une taille substantielle et s'est développé dans les tissus environnants, une résection (excision) des structures osseuses affectées est réalisée.

Les tumeurs de grande taille sont excisées avec un scalpel ou un faisceau laser. Il est important d'exciser la tumeur jusqu'aux tissus sains, en ne laissant pas une seule cellule malade (les frontières sont définies au microscope), sans quoi des récidives de croissance de la tumeur sont possibles.

Les petites tumeurs vasculaires sont éliminées par électrocoagulation ou au laser. Les angiomes de grande taille sont enlevés après la ligature des artères carotides, car il existe un risque de saignement massif au cours de cette opération. Si l'angiome se développe profondément dans les tissus adjacents, une occlusion (occlusion) des vaisseaux qui l'alimentent en sang est réalisée.

Les fibromes, les chondromes et les ostéomes de petite taille sont enlevés par voie endonasale, tandis que les plus gros sont souvent enlevés en utilisant une approche chirurgicale externe. En plus de la tumeur elle-même, les structures osseuses et les tissus de la face affectés sont excisés, puis ils recourent à la chirurgie plastique.

Les contre-indications à la majorité des opérations sont l'âge et l'âge sénile du patient et ses maladies chroniques au stade de décompensation (asthme bronchique, insuffisance cardiaque et / ou rénale, diabète, cirrhose du foie, etc.).

Prévisions

Dans la plupart des cas, le diagnostic opportun des tumeurs bénignes est favorable au pronostic pour le rétablissement du patient. Les chondromes et les ostéomes font exception, car ils détruisent souvent les tissus environnants et peuvent dégénérer en chondro et ostéosarcomes malins.

Tumeurs nasales bénignes

Tumeurs bénignes de la cavité nasale - groupe de tumeurs de la cavité nasale, ayant une origine tissulaire différente, caractérisé par l’absence d’ulcération de la tumeur et de ses métastases. Les tumeurs bénignes de la cavité nasale se manifestent par des difficultés respiratoires nasales, une perception altérée des odeurs, une sensation de corps étranger dans le nez, des maux de tête et des écoulements nasaux mucopuruleux. Les principaux résultats dans le diagnostic des tumeurs bénignes de la cavité nasale sont les données de la rhinoscopie et de l'examen histologique. La prévalence du processus tumoral est évaluée par radiographie des sinus nasaux, pharyngoscopie, scanner du crâne, scanner et IRM du cerveau, par un examen ophtalmologique. Le traitement des tumeurs bénignes de la cavité nasale consiste en leur excision, électrocoagulation, destruction par laser, durcissement.

Tumeurs nasales bénignes

Parmi les tumeurs bénignes de la cavité nasale, on retrouve le papillome, l'angiome, le saignement des polypes, le chondrome, l'ostéome, le fibrome, l'adénome, le chordome, le myxome et le lipome. Les tumeurs bénignes de la cavité nasale en oto-rhino-laryngologie sont observées chez des patients de tout âge. Chez les enfants, les tumeurs congénitales prédominent, associées à une altération de la différenciation des rudiments embryonnaires et à la survenue d'anomalies dans le processus de développement intra-utérin. Ceux-ci incluent des angiomes, des kystes dermoïdes, un ganglioneurome, un chordome.

Les causes

En ce qui concerne les tumeurs bénignes congénitales de la cavité nasale, divers effets tératogènes exogènes et endogènes sur une femme pendant la grossesse sont des facteurs de causalité. Les facteurs déclencheurs de l'apparition de tumeurs bénignes de la cavité nasale chez l'adulte sont des effets indésirables prolongés sur la muqueuse nasale. Ils peuvent être associés à la présence d'une maladie infectieuse nasopharyngée chronique (rhinite chronique, sinusite, sinusite, rhinopharyngite, adénoïdes) ou à une genèse allergique (rhinite allergique, pollinose); poussière ou fumée de la salle de travail; inhalation de divers irritants (par exemple, dans l'industrie chimique ou pharmaceutique); blessures fréquentes au nez et à ses muqueuses.

Symptômes de tumeurs bénignes de la cavité nasale

Les tumeurs bénignes de la cavité nasale au début de leur développement se manifestent sans aucune manifestation clinique. La symptomatologie survient lorsque la tumeur atteint une taille importante et commence à entraver le flux normal d'air dans le nasopharynx. Dans ce cas, le patient a des difficultés à respirer par le nez, ce qui justifie généralement son traitement par l'oto-rhino-laryngologiste. Il existe également une diminution de la sensibilité aux odeurs (hyposmie), une sensation de corps étranger dans la cavité nasale et des saignements de nez, particulièrement intense avec la nature vasculaire de la tumeur.

À la suite d'une violation de la ventilation de la cavité nasale, une infection secondaire se produit souvent avec le développement d'une rhinite ou d'une rhinosinusite. Dans de tels cas, les patients atteints de tumeurs bénignes de la cavité nasale se plaignent de pertes nasales muqueuses ou mucopuruleuses, de maux de tête et de douleurs dans la région du sinus enflammé.

Certaines tumeurs bénignes de la cavité nasale (angiome, chondrome, ostéome) ont une croissance infiltrante et peuvent se propager aux sinus paranasaux, au pharynx, à la cavité orbitale et au cerveau. La prolifération de telles tumeurs avec une lésion du pharynx présente un tableau clinique similaire à celui des tumeurs bénignes du pharynx et se manifeste par une violation de la déglutition (dysphagie) et de la respiration. La germination d'une tumeur dans une orbite est caractérisée par une exophtalmie, une diplopie, un rétrécissement des champs visuels, une restriction de la mobilité du globe oculaire, une diminution de l'acuité visuelle. La propagation d'une tumeur bénigne de la cavité nasale sur la structure du cerveau peut se manifester par une augmentation des maux de tête, une régularité unilatérale du sillon naso-génien, des convulsions épileptiques, des troubles des nerfs crâniens et d'autres symptômes.

Les ostéomes et les chondromes se développent souvent en structures osseuses qui forment la cavité nasale et les parois des sinus paranasaux, entraînant leur destruction. En conséquence, dans le tableau clinique de ces tumeurs bénignes de la cavité nasale, une courbure de la cloison nasale et diverses déformations faciales sont observées.

Diagnostic des tumeurs bénignes de la cavité nasale

Les tumeurs bénignes de la cavité nasale sont diagnostiquées par un otolaryngologiste. La rhinoscopie est effectuée, ce qui permet au médecin d’examiner la formation, de la différencier du sclérome et du corps étranger, de déterminer en apparence le type de tumeur à laquelle elle appartient. Des tumeurs bénignes asymptomatiques de la cavité nasale du stade initial peuvent être détectées aléatoirement au cours de la rhinoscopie pour une autre maladie. Difficile dans le plan de diagnostic, la formation de la cavité nasale est une indication pour la consultation d'un oncologue et une biopsie endoscopique.

La violation de l'odorat dans les tumeurs bénignes de la cavité nasale est détectée pendant l'olfactométrie. Afin d'étudier le degré de germination de la tumeur dans les structures adjacentes à la cavité nasale, on effectue une radiographie des sinus paranasaux, une radiographie et une tomodensitométrie du crâne, une pharyngoscopie, une tomodensitométrie et une IRM du cerveau; consultation d'un oculiste avec contrôle de l'acuité visuelle, exophtalmométrie, détermination des champs visuels et ophtalmoscopie (examen du fond d'œil). Pour identifier la microflore pathogène en présence d'un processus infectieux, un frottis du pharynx et de la cavité nasale est prélevé.

Traitement des tumeurs bénignes de la cavité nasale

En relation avec la violation de la fonction respiratoire normale, le risque de malignité et la croissance de tumeurs bénignes de la cavité nasale sont des indications pour un traitement chirurgical. La limitation à la chirurgie peut être la vieillesse du patient et la présence de maladies décompensées chroniques (insuffisance cardiaque, coronaropathie, hypertension artérielle sévère, insuffisance respiratoire, asthme bronchique, diabète, insuffisance rénale, cirrhose du foie, etc.).

La manière de retirer une tumeur de la cavité nasale dépend de son type, de sa taille et de la nature de sa croissance. Les petits fibromes, adénomes et papillomes sont éliminés par une méthode endoscopique sous anesthésie locale à l'aide d'une boucle électrocoagulante. Polype hémorragique du nez excisé avec une section du septum nasal à la place de sa fixation. Pour prévenir les récidives, la base de la tumeur est cautérisée par cryotraitement ou électrocoagulation. Les grosses tumeurs bénignes de la cavité nasale sont excisées à l'aide d'un scalpel, d'un couteau à ondes radioélectriques ou d'un laser. Un microscope chirurgical est utilisé pour différencier clairement les cellules tumorales des tissus environnants pendant la chirurgie.

Les tumeurs bénignes vasculaires de la cavité nasale de petite taille sont éliminées au laser, par électrocoagulation ou par cryodestruction. Le retrait des angiomes de grande taille présente un risque de saignement important, ils sont donc éliminés après une ligature préliminaire des artères carotides. Avec la propagation des angiomes profondément dans les tissus environnants, on utilise l'occlusion des vaisseaux qui l'alimentent ou le durcissement de la tumeur.

Les ostéomes et les chondromes, qui poussent dans les parois osseuses et les structures adjacentes au nez, doivent souvent être éliminés par parties, en utilisant non seulement des approches endonasales, mais également des approches opératoires externes. L'opération peut être accompagnée d'une résection des structures osseuses et d'une quantité importante de tissu facial avec la formation de défauts nécessitant une reconstruction à l'aide de méthodes de chirurgie plastique.

Prévision des tumeurs bénignes du nez

La plupart des tumeurs bénignes de la cavité nasale sont caractérisées par une croissance lente et non invasive et ne sont pas sujettes aux tumeurs malignes, ce qui les rend favorables au pronostic pour le rétablissement complet du patient, en particulier avec un traitement rapide. Les papillomes et les polypes du nez qui saignent sont souvent compliqués par des rechutes postopératoires. Les plus défavorables des tumeurs bénignes de la cavité nasale sont les ostéomes et les chondromes, qui, en se développant, provoquent la destruction des tissus environnants et sont prédisposés aux affections malignes lors du développement des ostéosarcomes et des chondrosarcomes. Après le retrait de l'ostéome et du chondrome, il reste souvent des défauts tissulaires étendus, des synéchies peuvent se former dans la cavité nasale et une atrésie du choan peut se développer. Ces facteurs entraînent une violation persistante de la respiration nasale et une perte totale de l'odorat.

Les premiers symptômes de la formation d'un cancer dans le nez

Le cancer nasal est une tumeur de la couche épithéliale d'un organe respiratoire donné, qui détruit la structure cellulaire saine au cours de son développement et se métastase aux régions circonférentielles de la tête. En oncologie moderne, les néoplasmes malins à la surface du nez sont extrêmement rares. Le diagnostic de la maladie prend donc toujours un certain temps. Le danger de ce type de cancer est que la maladie est facilement confondue avec un rhinite allergique ou un rhinite. Au premier stade du développement de la maladie, le principal symptôme d'un processus oncologique peut être exclusivement une inflammation de la membrane muqueuse des canaux nasaux, qui est souvent observée avec les ARVI.

Les premiers signes de cancer de la muqueuse nasale et des sinus paranasaux au stade initial

Les néoplasmes malins qui se développent dans la couche épithéliale du nez et des sinus paranasaux ont des symptômes très vagues, ainsi les premiers signes de la maladie sont confondus avec un rhume, un traitement inadéquat est prescrit et après un certain temps, il apparaît que le patient présente une forme progressive de cancer du nez.

Afin de pouvoir diagnostiquer en temps utile la nature oncologique de la maladie d'un organe respiratoire donné, il convient de se rappeler les premiers signes de pathologie, qui se présentent comme suit:

  • il y a une congestion constante des canaux nasaux sans raison apparente, ce qui bloque la circulation normale de l'air;
  • de temps en temps, une petite quantité de pus ou de liquide semblable au sang sort du nez et des sinus paranasaux, qui dégagent une odeur désagréable et putride;
  • de l'intérieur du nez, une ou plusieurs formations ulcéreuses apparaissent sur la muqueuse, qui se distinguent par leur douleur et ne guérissent pas malgré l'utilisation de puissants médicaments anti-inflammatoires et antibactériens;
  • il y a des saignements de nez quand une personne est dans un état de calme et ne montre pas d'effort physique;
  • l'oreille moyenne et le conduit auditif sont enflammés et une sensation de congestion de l'oreille se développe en raison du dérangement de la pression interne dans la structure interconnectée de l'oreille, de la gorge et du nez.

Tous ces signes sont présents pratiquement dès les premiers jours de l'origine et du développement de la formation de tumeurs dans les tissus du nez, en tant qu'organe indépendant de la respiration. À mesure que le nombre de cellules cancéreuses augmente, les symptômes progressent et deviennent plus prononcés.

Symptômes de cancer du nez aux stades moyen et avancé

Une fois que la maladie oncologique a dépassé le stade initial de son développement, la pathologie maligne passe à un niveau d'activité pathogène complètement différent et les symptômes de la maladie sont également aggravés. Malheureusement, mais dans la plupart des cas, les médecins ne suspectent le cancer du nez que lorsque la maladie présente déjà un tableau clinique évident et que les symptômes ne ressemblent pas aux lésions des organes respiratoires lors d’un rhume banal. Les symptômes du cancer du nez dans les derniers stades de son développement sont les suivants:

  • des douleurs dans le nez et les sinus sont présentes tout au long de la journée, et pour son soulagement, l'utilisation d'analgésiques est indispensable;
  • il y a une douleur vive ou douloureuse aux racines des dents situées dans la mâchoire supérieure;
  • sensation de douleur à l'intérieur de la tête, migraines chroniques et lourdeur dans la région frontale;
  • déformation du nez sous la forme d'une courbure sur un côté (en règle générale, le revêtement cutané perd son élasticité et la forme du nez tombe sur le côté dans lequel la tumeur maligne est présente);
  • problèmes auditifs importants, se manifestant par des attaques d'hallucinations auditives et par la présence dans les oreilles de bruits parasites de fréquences diverses.

En règle générale, ces symptômes sont observés chez les patients atteints d'un cancer du nez aux stades 3-4. Cet état du système respiratoire est négligé et difficile au traitement médicamenteux.

Le pronostic de récupération, voire de survie dans certains cas, dépend de la complexité des circonstances et des caractéristiques individuelles du patient.

Causes de la formation de tumeurs dans la cavité nasale

Les causes exactes de l'apparition d'une tumeur maligne sur la muqueuse nasale et dans les sinus paranasaux n'ont pas encore été établies. Il n'y a que des causes communes pouvant directement ou indirectement affecter le développement de l'oncologie du nez. Ce sont les circonstances et les processus pathologiques suivants dans la surface épithéliale du nez.

La présence de formations bénignes

Les polypes, les verrues, les papillomes et les autres excroissances cutanées sont au départ des tumeurs bénignes, mais sous l'influence de nombreux facteurs pathogènes, ils ont la capacité de dégénérer en un corps tumoral à part entière, qui détruit les tissus épidermiques du nez et des sinus paranasaux.

Inflammation chronique

L'état de stress de la membrane muqueuse des canaux nasaux, résultant du processus inflammatoire chronique d'étiologie infectieuse ou virale, peut entraîner une modification de la structure qualitative des cellules muqueuses lors de leur transformation ultérieure en cancer.

Conditions de travail nuisibles

Les travaux sur les objets de l'industrie du bois, de la chimie, de la minoterie ou de la métallurgie ont des effets néfastes sur la santé des organes de l'appareil respiratoire. La membrane muqueuse de la cavité nasale ne fait pas exception. Les particules de poussière, les toxines, les métaux lourds se déposent sur la membrane muqueuse des canaux nasaux et irritent la couche épithéliale. Si cette maladie devient chronique, le risque de cancer au nez est élevé.

Mauvaises habitudes

L’abus d’alcool et en particulier le tabagisme comptent parmi les principaux facteurs qui deviennent un catalyseur du développement de l’oncologie dans cet organe des voies respiratoires supérieures. Les personnes qui préfèrent fumer le narguilé sont également à risque. Selon l’âge de la personne, son mode de vie, sa nutrition, sa tendance héréditaire au cancer, il peut y avoir d’autres facteurs de causalité qui affectent directement l’apparition d’une nature maligne dans les voies nasales d’une tumeur.

Méthodes modernes de traitement

L'oncologie a une grande variété d'effets thérapeutiques sur le cancer de la cavité nasale, quel que soit le stade de son développement qui soit un néoplasme malin. Selon le tableau clinique de la maladie, les méthodes suivantes de traitement de la maladie sont utilisées.

La chirurgie

C'est une intervention chirurgicale complète en salle d'opération. La formation de tumeur est excisée au scalpel. Si la maladie est devenue endémique, c'est au stade 3-4 de son développement et si les métastases se sont propagées aux tissus circonférentiels, puis une réorganisation complète de l'épithélium affecté est réalisée.

Très souvent, les patients doivent couper tout ou partie du nez. En cas de pénétration de cellules cancéreuses dans les organes de vision, l'œil est enlevé. La défaite des couches profondes du tissu osseux facial implique la découpe de fragments du disque facial avec un tissu osseux prothétique supplémentaire. Le traitement chirurgical est très traumatisant et prévoit une longue période de rééducation du patient. Malgré la gravité des conséquences, il s’agit parfois du seul moyen de sauver la vie d’une personne.

Radiothérapie

Cet effet sur la surface de la tumeur avec un rayonnement haute fréquence. Le faisceau ionisant est dirigé directement sur le site de l'épithélium, où il existe un néoplasme malin et des foyers possibles de ses métastases. Cette méthode thérapeutique agit comme un analogue de la chirurgie lorsque la taille de la tumeur n’est pas trop grande et qu’il est possible de la retirer sans compromettre l’intégrité de la peau.

Au cours de la radiothérapie, le médecin traitant, l’oncologue, surveille l’état de santé du patient et les résultats de ses tests. Cela est essentiel pour évaluer la réponse des cellules tumorales cancéreuses aux rayonnements ionisants. Si la méthode de traitement ne se justifie pas ou ne fait qu'aggraver le tableau clinique global de l'évolution de la maladie, elle est alors retirée du protocole thérapeutique.

Chimiothérapie

Il s’agit d’une étape indépendante dans le traitement du cancer du nez et consiste dans le fait que le patient reçoit des compte-gouttes intraveineux de médicaments fabriqués à base de composés chimiques lourds. Ce type de médicament a pour objet une lésion toxique de cellules malignes d’un cancer situé dans la cavité nasale. La méthode de traitement de l’oncologie des canaux nasaux avec des préparations chimiques est considérée comme très efficace, mais dans le même temps, les propriétés toxiques des médicaments affectent non seulement la tumeur, mais également les cellules saines de tous types de tissus.

Le type de thérapie à privilégier est déterminé uniquement par le médecin oncologue traitant. Le médecin choisit et développe de manière indépendante le déroulement du traitement qui aidera le patient à vaincre la maladie dans les plus brefs délais. Dans ce cas, la tâche principale de tout spécialiste impliqué dans le traitement du cancer du nez est de sauver le patient et de préserver le nez en tant qu'organe indépendant du système respiratoire.

Autres options - que pourrait-il être s'il y a une boule dans le nez?

Si une bosse apparaît dans le nez d'origine inconnue, vous devez immédiatement consulter un dermatologue ou un oto-rhino-laryngologiste. L'apparition d'une formation étrangère dans le canal nasal ne signifie pas nécessairement qu'une lésion cancéreuse du nez s'est produite. Une bosse dans le nez peut être un polype, un adénome, une verrue ou un compactage du tissu adipeux. Ce sont des néoplasmes bénins qui nécessitent un contrôle systémique et, dans certains cas, un traitement médical ou chirurgical. Le diagnostic final et le plus précis ne peut être posé qu’après un examen complet.

Tumeur au nez - causes, signes, traitement, pronostic

Gonflement dans le nez

Une tumeur au nez est un cancer qui résulte de la transition des cellules qui tapissent le nasopharynx, de l’arrière du nez et de la région située juste au-dessus de l’arrière de la gorge en une forme maligne.

Les cancers du nez sont le plus souvent rares à l'ouest, le cancer du nez étant plus répandu principalement dans des pays tels que le Japon, Singapour et l'Afrique du Sud. En outre, environ 400 nouveaux cas de lésions du nez et des sinus paranasaux causés par des cellules cancéreuses sont diagnostiqués chaque année au Royaume-Uni.

En outre, une tumeur au nez peut se développer quel que soit l'âge, mais malgré cela, la maladie est très rare chez les personnes de moins de 40 ans. La plupart du temps, l'oncologie du nez est affectée par les hommes.

Causes de gonflement des sinus

Comme pour les autres types de cancer, les causes exactes du cancer du nez et des sinus sont inconnues.

Il est certain que les personnes qui fument beaucoup ou travaillent dans l’industrie du traitement du bois et de l’ameublement et qui sont exposées aux effets nocifs de la poussière de bois risquent chaque jour de contracter une tumeur maligne plus que d’autres. L'abus d'alcool et la pollution de l'air ne sont pas non plus des facteurs de risque sans importance.

Le cancer des sinus paranasaux n'est pas une maladie infectieuse et ne peut donc pas être déclenché par une infection ou un virus.

Facteurs pouvant augmenter le risque de développer une tumeur dans le nez:

  • Exposition à certains produits chimiques
  • Papillomavirus Humain (VPH)
  • La présence d'un cancer de l'oeil (rétinoblastome ou autres.)
  • Prédisposition héréditaire
  • Exposition à la radiothérapie pour le traitement du rétinoblastome héréditaire

Exposition à certains produits chimiques:

De nombreuses études médicales montrent que le fait de travailler dans certaines conditions de travail peut augmenter considérablement le risque et constituer la principale cause d'apparition de tumeurs malignes du nez et des sinus paranasaux (résultant de lésions chimiques des organes respiratoires):

  • Poussière de bois (travail dans la menuiserie, l'ameublement, l'industrie du bois);
  • La poussière, qui se forme lors du traitement de la peau d'un animal (industrie de la chaussure);
  • Travailler dans des entreprises où l'on utilise le traitement du chrome, du formaldéhyde et du nickel (production d'acier inoxydable, de textiles, de plastiques, de matériaux de construction et d'articles ménagers).

Papillomavirus Humain (VPH):

Le VPH est un virus commun pouvant causer de petites excroissances ou des verrues dans la cavité nasale. Il existe de nombreuses souches de HPV, dont certaines présentent un risque élevé de développement d'autres types de cancer (cancer du col de l'utérus, cancer de la langue, etc.).

Fumer augmente le risque de cancer de la cavité nasale à plusieurs reprises, car les cigarettes contiennent des nitrosamines et d'autres produits chimiques responsables de la croissance tumorale du nez. Si vous abandonnez cette activité néfaste, le risque de développer une oncologie du nez commencera progressivement à diminuer.

Radiothérapie du rétinoblastome héréditaire:

La recherche à long terme a montré que les personnes ayant déjà utilisé une radiothérapie pour traiter un rétinoblastome héréditaire courent un risque accru de cancer du nez.

Symptômes du cancer nasal

Les symptômes de la maladie peuvent varier en fonction des sinus affectés par les cellules cancéreuses.

Les signes les plus courants de cancer du nez incluent:

  • Congestion des sinus paranasaux, qui n'affecte généralement qu'un seul côté;
  • Douleur au nez;
  • Sceau de nez;
  • Œdème autour des yeux;
  • Engourdissement des joues, de la lèvre supérieure ou des gencives;
  • Saignements de nez réguliers;
  • Maux de tête graves;
  • Changements de discours;
  • Perte partielle de la vision ou vision double;
  • Ganglions lymphatiques enflés dans le cou;
  • Déchirure constante;
  • Douleur d'oreille;
  • La formation de bosses ou un gonflement sur le visage dans la zone du nez.

Si au moins un des symptômes ci-dessus est présent, il est conseillé à la personne de consulter immédiatement un oncologue ou un ORL pour procéder à un examen approfondi, connaître les raisons de la présence de ces signes, ainsi que pour confirmer ou infirmer la présence d'une tumeur. Rappelez-vous que le cancer nasal, comme la plupart des autres cancers, est plus facile à traiter s’il est diagnostiqué à un stade précoce. Par conséquent, il est préférable d’informer le médecin de la présence de l’un des symptômes susmentionnés dès que possible.

Diagnostic d'oncologie du nez

Lors de la consultation, le médecin est tenu de procéder à une inspection visuelle complète de l'oropharynx et des sinus nasaux, ainsi que de prescrire les tests nécessaires. Afin de déterminer l'état de santé général et les raisons exactes de l'apparition de certains symptômes, les examens suivants seront effectués:

  • Radiographie
  • Tomographie
  • Test sanguin général
  • Numération globulaire complète
  • Imagerie par résonance magnétique (scan)

Tumeur au nez - traitement

Le type de traitement dépend d'un certain nombre de facteurs dont le principal sera le stade du cancer, le type et l'état de santé général du patient. Les procédures suivantes peuvent être appliquées à la fois séparément et dans le complexe. Pour chaque patient, la méthode de traitement est choisie individuellement.

Traitement chirurgical (chirurgie)

La chirurgie peut être appliquée en fonction de l'emplacement de la tumeur, ainsi que du point de savoir si le processus de cancer s'est propagé aux ganglions lymphatiques et aux organes vitaux immédiats.

Après l'excision chirurgicale de la tumeur, la chirurgie esthétique peut être prescrite à l'aide de prothèses modernes, utilisées pour améliorer l'apparence et la correction des anomalies cosmétiques du nez, qui peuvent se former après le retrait de la tumeur.

La radiothérapie traite le cancer du nez avec des rayons de haute énergie capables de reconnaître et de détruire les cellules cancéreuses sans endommager les tissus sains.

Le plus souvent, la radiothérapie est utilisée après une intervention chirurgicale pour réduire le risque de retour en oncologie et de métastases.

La chimiothérapie consiste à utiliser des médicaments anticancéreux (cytotoxiques) pour tuer les cellules cancéreuses.

Prévisions

En général, entre 35 et 60% des personnes chez qui une tumeur au nez a été diagnostiquée à temps peuvent être traitées avec succès. Cependant, les perspectives et la survie de ce type d’oncologie peuvent varier en fonction de la localisation du cancer, ainsi que de la profondeur de sa propagation.

Selon les statistiques, presque tous les patients dont la maladie a été diagnostiquée à un stade précoce ont une chance de vivre au moins cinq ans après le traitement.

Si le cancer a déjà été diagnostiqué à un stade avancé, les chances de survie ne seront positives que pour 20 à 30% des patients cancéreux.

Mais malgré les tristes statistiques, beaucoup dépend des facteurs individuels et du type de cancer.

Gonflement du nez: symptômes

Les tumeurs dans la cavité nasale peuvent être détectées au cours du processus de diagnostic et de traitement du rhume ou lors des examens de routine. Combien de gonflement dans le nez peut menacer la santé humaine? Il peut se manifester avec divers symptômes ou ne donner aucune manifestation clinique.

Classification

Les tumeurs peuvent avoir une origine différente: bénigne et maligne. Déterminer avec précision le type de néoplasme n'est possible qu'avec l'aide d'une biopsie - une étude en laboratoire.

Les tumeurs bénignes de la cavité nasale ne menacent pas la vie du patient. Il peut se développer à partir de différents types de tissus, les déformant ainsi et comprimant les vaisseaux et les nerfs à proximité. Cela conduit à la douleur et à l'inconfort.

On distingue ces types de tumeurs bénignes, en fonction du tissu:

  • La croissance du tissu cartilagineux - chondrome, est caractérisée par une croissance rapide.
  • Angiogranulome - se compose de tissu conjonctif et d'un grand nombre de vaisseaux, se développe lentement, mais saigne constamment.
  • Le papillome est une tumeur qui se produit chez les personnes ayant une faible immunité, puisque 95% de la population est porteuse du virus du papillome humain.
  • La croissance constituée de tissu osseux est l'ostéome.

La particularité des cellules cancéreuses est qu’elles sont fondamentalement différentes de leurs cellules progénitrices et qu’elles sont capables d’une division incontrôlée sans fin. Cela provoque la croissance extrêmement rapide de telles tumeurs.

Autre différence entre croissance cancéreuse et croissance bénigne: dans le premier cas, les tissus altérés germent dans les tissus voisins, capturant ainsi toutes les grandes surfaces.

Les cellules des tumeurs bénignes n'ont pas cette capacité, car elles ne peuvent pas métastaser - «jeter» des particules dans le sang et le lit lymphatique.

Métastases enracinées dans les tissus d'autres organes, ce qui entraîne l'apparition de nombreux autres néoplasmes.

Le cancer se développe en 4 étapes. À la dernière étape, la tumeur métastase. Les tumeurs malignes du nez sont le plus souvent diagnostiquées aux stades précoces, car leurs symptômes sont suffisamment prononcés et obligent les patients à contacter le médecin plus rapidement.

Une hernie crânienne chez les enfants peut être confondue avec un gonflement du nez. Dans ce cas, le sac hernial est constitué de la paroi du cerveau et la capacité herniaire est le tissu nerveux. Cette affection congénitale est observée chez les enfants présentant des anomalies dans le développement de l'ethmoïde.

Une croissance maligne est observée en présence d'une irritation prolongée, d'un traumatisme ou d'une inflammation des tissus.

Raisons

Divers facteurs nous affectant peuvent provoquer la croissance de la tumeur. Pour les néoplasmes, il existe un certain nombre de raisons provoquant la croissance des tissus. L'épithélium est la source la plus courante de croissance tumorale. L'enrobage de la membrane muqueuse, en bordure de l'environnement extérieur, est le plus susceptible aux effets néfastes.

L'apparition de néoplasmes bénins au nez est principalement due à des processus inflammatoires fréquents. Les personnes souffrant de maladies respiratoires plus d'une fois tous les deux mois ont davantage tendance à développer des tumeurs bénignes.

Circonstances qui augmentent le risque de cancer

  • Tendance à la rhinite allergique.
  • La présence de maladies chroniques des voies respiratoires supérieures (antrite, amygdalite, pharyngite).
  • Tabagisme, toxicomanie.
  • Infection par des souches cancérogènes du papillomavirus humain.
  • Pollution de l'air.
  • Inhalation régulière de vapeurs toxiques de produits chimiques.

Aucun de ces facteurs ne provoque de cancer dans 100% des cas. Ils augmentent le risque de tomber malade. En conséquence, la combinaison de ces causes entraîne une augmentation multiple du risque de développer une tumeur maligne. La susceptibilité génétique a le cancer du nez.

Groupe de risque

Pour les personnes pour lesquelles la probabilité d'une tumeur au nez est élevée, incluez:

  • Travailleurs de l'industrie chimique, du génie et du charbon.
  • Personnes fréquemment en contact avec des substances riches en substances cancérigènes - teintureries, imprimantes, charpentiers, fabricants de meubles, etc.
  • Fumeurs et toxicomanes.

Les mères qui consomment de l'alcool, du tabac, des drogues et certains médicaments pendant la grossesse augmentent également le risque d'avoir un bébé atteint de néoplasmes congénitaux.

Les symptômes

Une tumeur dans le nez peut donner différents symptômes, selon son origine et son taux de croissance. Souvent, les symptômes d'une tumeur nasale sont complètement absents jusqu'à ce que le néoplasme bloque le passage nasal et que la personne commence à avoir des difficultés à respirer. Les signes de gonflement dans le nez peuvent être:

  • Sensation fréquente de congestion sans symptômes d'un rhume de cerveau.
  • Douleur au nez - peut irradier les tissus environnants.
  • Maux de tête fréquents.
  • Gonflement du nez sans raison apparente.
  • Gonflement des tissus mous autour du nez.
  • De plus, les paupières, les joues et les lèvres peuvent gonfler.
  • Un écoulement de liquide clair ou de pus par les narines.
  • Saignements de nez fréquents.
  • Déficience visuelle aiguë.
  • Ganglions lymphatiques régionaux élargis.
  • Maladies inflammatoires fréquentes des oreilles (otite).
  • Croissance visuellement croissante, bosses sur le nez, courbure.

La localisation de la douleur dépend de l'emplacement de la tumeur. Avec la croissance des tissus dans le sinus maxillaire (maxillaire), le patient ressent un fort mal de dents. Dans ce cas, il y a même une perte de dents saines. Les tumeurs des sinus frontaux ou sphénoïdaux provoquent de graves maux de tête.

Avec l'apparition de tels symptômes chez l'homme devrait consulter un médecin pour un examen détaillé.

Diagnostics

Un nez enflé n'est pas une raison pour paniquer. Un gonflement peut survenir à la suite d'une blessure ou d'allergies. Mais si vous remarquez une modification de la forme du nez et que celle-ci est enflée ou autour du nez, et qu'aucune blessure ne pourrait en résulter, vous devez passer un examen radiographique et consulter un oto-rhino-laryngologiste pour connaître votre état de santé.

En plus de l'examen aux rayons X, le diagnostic endoscopique est prescrit aux patients présentant une néoplasie suspectée dans le nez - une investigation matérielle de la cavité (une microcamère est insérée dans les voies nasales).

Pour évaluer l'état des tissus mous et des vaisseaux sanguins aidera CT et IRM. Ces deux méthodes donnent une image en couches de tissus et d'organes dans différentes projections. Le scanner et l'IRM permettent au médecin d'évaluer la taille, l'emplacement et la forme de la tumeur.

  • Test sanguin général.
  • Analyse d'urine.
  • Test sanguin pour les marqueurs du cancer.
  • Biopsie - analyse microscopique d'un morceau de tissu tumoral.

Le cancer est diagnostiqué par un oncologue, et non par un ORL ou un thérapeute.

Traitement

Les tumeurs bénignes du nez et des sinus paranasaux sont susceptibles d'un retrait chirurgical. L’industrie pharmaceutique ne nous offre pas encore de médicaments capables d’arrêter complètement une croissance bénigne.

Le niveau de la chirurgie moderne, y compris la chirurgie plastique, permet de réaliser de telles opérations rapidement et sans conséquences dangereuses. Le retrait endoscopique permet d'opérer un patient avec un nombre minimum d'incisions qui se trouvent sur la muqueuse. Les cicatrices postopératoires ne sont pas visibles.

Les chirurgiens ne rencontrent des difficultés qu'avec les grosses tumeurs, qui déforment considérablement le nez et les tissus voisins. Dans ce cas, vous aurez peut-être besoin d'une chirurgie plastique supplémentaire pour éliminer les défauts d'aspect.

Le succès d'un traitement pour une tumeur maligne dépend du stade auquel la maladie a été diagnostiquée. Au début, l'ablation chirurgicale de la tumeur donne presque 100% de chances de guérison complète sans récidive.

Ces patients auront besoin de l'aide d'un chirurgien plasticien, car le retrait d'une tumeur cancéreuse implique de couper des sections de tissu sain autour de celle-ci. Ceci est fait pour protéger le patient de la réémergence de la tumeur - si au moins une cellule cancéreuse reste, cela se produira certainement. Dans certains cas, l'élimination des défauts peut être effectuée au cours de la même opération.

Les patients après le retrait du cancer reçoivent une prescription de radiothérapie et de chimiothérapie. Si le cancer est détecté aux stades 1 et 2, il s'agit d'un traitement de courte durée destiné à prévenir le développement de tumeurs à partir de cellules qui ne pourraient pas être isolées ou pénétrer dans le sang pendant la chirurgie. Les patients aux stades 3 à 4 du cancer des tissus nasaux se voient prescrire ces procédures en grands volumes et en plusieurs traitements pour éliminer les métastases.

Cancer du nez et des sinus

Cancer de la cavité nasale et des sinus - lésion maligne des cellules tissulaires, caractérisée par la prolifération incontrôlée de tissus pathologiques pénétrant dans les métastases des structures voisines.

Un cancer du nez est souvent diagnostiqué chez les hommes adultes.

Parmi les facteurs provoquant une lésion maligne du tissu nasal:

  • les tumeurs bénignes qui renaissent dans les inflammations du cancer;
  • travailler dans un environnement cancérogène;
  • polypes, sinusite, processus inflammatoires chroniques dans la cavité nasale et les sinus maxillaires;
  • dommages aigus aux os du visage à la suite d'une blessure;
  • tabagisme et abus d'alcool.

Symptômes du cancer nasal

Comme dans le cas d'autres maladies oncologiques, le cancer du sinus nasal au stade initial est asymptomatique, la maladie étant détectée par hasard. Pendant les sinus maxillaires, en cas de suspicion de sinusite ou de polypose du sinus nasal.

Vous devez faire attention aux symptômes, comme l'essoufflement et les saignements des sinus. La rhinoscopie antérieure permettra de détecter une tumeur dans la partie correspondante du nez.

Si le cancer des cellules de l’éthmoïde se développe, les principaux symptômes seront les suivants: sensation de lourdeur, écoulement purulent du nez.

Avec l'évolution de la maladie, le squelette facial est déformé. Si le cancer se développe dans la région du sinus maxillaire, le gonflement est localisé sur sa paroi frontale.

Si une tumeur maligne infecte les cellules du labyrinthe d'ethmoïde, le gonflement sera localisé dans la partie supérieure du nez.

Lorsque le processus est en cours, il n'est pas difficile de poser un diagnostic, les médecins notent les symptômes chez les patients tels que: saignements de nez, croissance des ganglions lymphatiques cervicaux, maux de tête sévères, expansion de la racine du nez. Lors du diagnostic, il est important de déterminer la direction de la croissance tumorale dans le sinus maxillaire. Ceci est important dans la formulation d'un diagnostic précis, dans le choix du traitement, dans le pronostic.

Formes de cancer dans le nez

Les symptômes des tumeurs malignes sont similaires aux signes d'autres maladies. Les patients ne consultent donc pas immédiatement un médecin. La symptomatologie dépend en outre de la taille de la tumeur, du sens de sa croissance.

Si la tumeur est dirigée vers l'avant, elle dépasse le nez en déformant la forme du visage. Si la tumeur est dirigée vers l'intérieur, le cancer du nez se développe dans le nasopharynx, la base du crâne, en orbite.

Le chondrome est une lésion du septum nasal. Il se propage lentement, mais peut remplir l'espace de la cavité nasale. L'antigranulome est diagnostiqué chez les femmes enceintes et allaitantes, il ressemble à un polype saignant du nez.

L'ostéome est diagnostiqué chez les jeunes de 15 à 25 ans. Cancer localisé du nez dans les sinus frontaux ou les cellules ethmoïdes. Pour une telle tumeur devrait être un long temps à observer, et en présence de tous les symptômes, opérer immédiatement.

En ce qui concerne les tumeurs malignes, leurs symptômes dépendent du développement et de la localisation, mais le symptôme le plus courant sera un saignement nasal, commençant spontanément. La tumeur peut se développer dans la direction des yeux, des sinus maxillaires, du nasopharynx. Selon l’emplacement, la tumeur peut gonfler le globe oculaire, provoquer des maux de dents et un gonflement des joues.

Le carcinome épidermoïde nasal est diagnostiqué dans 70% des cas de tumeurs nasales. L'adénocarcinome survient dans environ 10% des cas, le cancer des cellules en transition est moins souvent diagnostiqué, suivi du diagnostic dans un ordre décroissant - neuroblastome par estimation, sarcome et mélanome malin.

Diagnostic du cancer nasal

Pour le diagnostic du cancer de la cavité nasale nécessite un diagnostic complet en utilisant l'IRM, le CT, d'autres méthodes. En premier lieu, le médecin étudie l’histoire, clarifie la nature des plaintes, la séquence des symptômes, le moment où la maladie se développe. Puis une inspection visuelle, une palpation du cou et du visage, une rhinoscopie, un examen du nasopharynx.

La fibroscopie est une procédure utilisant un équipement médical spécial. Un fibroscope flexible est introduit dans le nez pour étudier les départements, évaluer la nature de la tumeur et des tissus qui l’entourent. L'appareil est compact, mais fonctionnel. Merci à lui, vous pouvez évaluer visuellement le problème, mais aussi prendre le matériel pour l'analyse. L'informativité des diagnostics à l'aide d'un fibroscope est de 93%.

Traitement du cancer nasal

Les nouvelles méthodes de traitement des tumeurs malignes du nez et des sinus sont différentes de celles utilisées précédemment. La chirurgie, utilisée séparément depuis plus de 100 ans, n’est efficace que pour des lésions limitées.

Si le processus s'est suffisamment étendu, l'opération chirurgicale ne donnera pas un effet satisfaisant, le taux de survie avec ce traitement ne dépassera pas 15%.

Grâce à l’introduction de la radiothérapie et à l’utilisation d’installations de rayons gamma à distance, il a été possible d’améliorer les résultats du traitement et d’augmenter la survie des patients de 25%. Mais en tant que traitement indépendant, la radiothérapie n’a pas montré une efficacité suffisante. Lorsqu'elle est appliquée, on ne prévoit pas plus de 18% de survie pendant 5 ans.

La meilleure option est considérée comme la méthode combinée de traitement du cancer du nez. La première étape implique la radiothérapie avant la chirurgie. Les zones touchées sont irradiées tous les jours 5 jours par semaine, en une dose unique de 2 Gy. Si vous augmentez la dose, le taux de survie à cinq ans passe à 20%.

Afin d'améliorer les résultats du traitement, la chimiothérapie a commencé à être utilisée en association avec la radiothérapie préopératoire. Les médicaments impliqués fluorouracile et platine. Les schémas thérapeutiques sont variés, mais une variante approximative des tumeurs dans les sinus sera:

  • 1-2-3 jours, le patient prend du fluorouracile à une dose spécifique par voie intraveineuse;
  • au jour 4, le platine est pris par voie intraveineuse.

Ondansétron, antiémétiques, tropisétron, granisétron sont prescrits pour minimiser les effets secondaires sous forme de nausées et de vomissements. Une chimiothérapie doit être répétée après 3 semaines, suivie d'une radiothérapie. Afin d'augmenter l'efficacité de l'irradiation, le cisplatine est administré par voie intraveineuse en parallèle conformément au schéma standard. Trois semaines après la chimiothérapie et la radiothérapie, une intervention chirurgicale est effectuée.

Si le cancer du nez est localisé dans l'espace confiné du plancher et du septum nasaux, la dissection de la muqueuse antérieure est appliquée à la veille de la bouche entre les petites molaires. Cette méthode s'appelle la méthode Rouget.

Les tissus mous sont séparés du bord du sinus et coupent la membrane muqueuse de la cavité nasale. Disséquer le tissu cartilagineux du septum, obtenant ainsi la possibilité de retirer la lèvre supérieure et le nez externe vers le haut, exposant la région du fond de la cavité nasale. Les médecins peuvent exciser une tumeur au fond de la cavité nasale dans un tissu sain.

La muqueuse est découpée le long du pli du vestibule dans la cavité buccale depuis le côté de la lésion, en passant légèrement par la ligne médiane et en séparant les tissus mous jusqu'au bord inférieur de l'orbite.

L'opération vous permet de mettre à nu le mur avant de la mâchoire supérieure ainsi que le bord du trou en forme de poire. Les médecins enlèvent les parois antérieure et médiale du sinus maxillaire, en réséquant le bas. Selon le témoignage excisé du sinus moyen.

La zone d'opération dans le nez dépend de la zone de la tumeur.

Si le cancer est traité dans les cellules du labyrinthe de l'ethmoïde, l'opération est effectuée à l'aide d'un accès de Moore. Les tissus sont coupés le long du bord de l'orbite, puis du côté du nez, en longeant l'aile et en déplaçant le cartilage sur le côté. Après cela, le processus frontal sur la mâchoire supérieure avec une partie de l'os nasal est supprimé.

S'il est nécessaire d'élargir la zone d'intervention, le médecin peut procéder à une excision de la paroi latérale du nez, après quoi le sinus maxillaire est ouvert et le sinus frontal examiné.

Pronostic pour le cancer du nez et des sinus

Si les sinus nasaux et les cavités nasales sont diagnostiqués, le pronostic est largement défavorable. Le traitement combiné électro résection associant chimiothérapie et radiothérapie permet de compter sur 5 ans de vie 77,5% du nombre total de patients.

Si la méthode chirurgicale conventionnelle est utilisée, le traitement combiné donne une chance de survie à 5 ans à seulement 30% des patients.

Aux fins de la prophylaxie, les patients à risque doivent être soumis à des examens réguliers afin de ne pas passer à côté des premiers symptômes de la maladie. L'adhésion à un mode de vie sain est nécessaire non seulement pour ceux qui ont peur du cancer, mais aussi pour tous ceux qui souhaitent améliorer la qualité et la longévité.

Cancer de la cavité nasale et des sinus paranasaux

Cancer de la cavité nasale et des sinus paranasaux - Tumeurs malignes touchant les fosses nasales, maxillaires, frontales, ethmoïdes ou sphénoïdes. Se manifeste par une sensation de pression, une difficulté à respirer par le nez, des écoulements nasaux et des saignements nasaux.

Dans certains cas, on note un engourdissement et une chair de poule sur le visage, une exophtalmie, des difformités faciales et une perte des dents. Le diagnostic de cancer des sinus paranasaux et de la cavité nasale est établi en tenant compte de l'anamnèse, des données de l'examen externe, de la rhinoscopie, des rayons X, du scanner, de l'IRM et de la biopsie.

Le traitement chirurgical est associé à la radiothérapie préopératoire et à la chimiothérapie.

Cancer de la cavité nasale et des sinus paranasaux - néoplasmes d'origine épithéliale, localisés dans la cavité nasale et les sinus paranasaux. Représentent 1,5% du nombre total de maladies oncologiques. Affectent généralement les personnes âgées de 40 ans. Les hommes tombent plus souvent malades que les femmes.

Le cancer des sinus paranasaux survient dans 75% des cas dans la zone du sinus maxillaire, dans 10-15% des fosses nasales et du sinus principal (ethmoïde), dans 1-2% des cas dans la zone des sinus sphénoïdes et frontaux. Le cancer de la cavité nasale et des sinus accessoires se propage aux tissus voisins, y compris aux structures osseuses, métastase aux ganglions lymphatiques régionaux, mais donne très rarement des métastases à distance.

Le traitement est réalisé par des spécialistes en oncologie, oto-rhino-laryngologie et chirurgie maxillo-faciale.

Causes de cancer de la cavité nasale et des sinus paranasaux

La cause du cancer de la cavité nasale n'a pas encore été élucidée, mais trois groupes de facteurs contribuant au développement de cette pathologie ont été identifiés: risques professionnels, processus inflammatoires chroniques et habitudes néfastes. Le risque de développer un cancer des sinus paranasaux et de la cavité nasale est accru par le contact permanent avec des substances nocives inhalées lors de l'exercice de fonctions professionnelles.

La plus grande probabilité de lésions oncologiques est observée chez les patients impliqués dans le travail du bois, le traitement du cuir et la production de nickel. Le contact avec les composés chimiques utilisés dans la fabrication des meubles est particulièrement important. Selon les statistiques, chez les ébénistes, le cancer de la cavité nasale et des sinus paranasaux provoque la mort 6,6 fois plus souvent que la moyenne de la population.

Le tabagisme joue un rôle majeur dans le développement du cancer des sinus paranasaux et de la cavité nasale. Certains experts parmi les facteurs de risque indiquent la consommation d’alcool.

La probabilité de développer ce groupe de maladies augmente avec la rhinite chronique, la rhinosinusite, la sinusite (inflammation des sinus maxillaires), la sinusite frontale (inflammation des sinus frontaux), la sphénoïdite (inflammation du sinus sphénoïde) et l'ethmoïdite (inflammation de la labyrinthie ethmoïde).

La nationalité des patients est importante - le cancer des sinus paranasaux et de la cavité nasale est plus souvent détecté chez les résidents de Chine et d'Asie centrale.

En relation avec les caractéristiques de localisation, on distingue cinq types de cette pathologie: cancer de la cavité nasale et quatre types de cancer des sinus paranasaux: maxillaire, frontal, primaire et réseau.

Compte tenu des caractéristiques de la structure histologique, il existe sept types de tumeurs: cancer épidermoïde, cancer transitionnel, mucoépidermoïde, cancer adénocystique et indifférencié, adénocarcinome et autres types de cancer.

Pour déterminer le pronostic et la tactique de traitement, on utilise une classification complexe du TNM, qui reflète les caractéristiques de chaque stade du cancer des sinus paranasaux (germination des tissus, niveau de dommage causé à certains organes voisins), en tenant compte de la localisation. En pratique clinique, ils utilisent souvent une classification simplifiée:

  • Stade 1 - le cancer de la cavité nasale et des sinus paranasaux ne s'étend pas aux structures osseuses, les ganglions lymphatiques régionaux ne sont pas impliqués.
  • Stade 2 - le néoplasme s'étend jusqu'aux parois osseuses, mais ne dépasse pas le sinus, les ganglions lymphatiques sont intacts.
  • Stade 3 - le cancer des sinus paranasaux et de la cavité nasale détruit l'os et se développe dans les cavités adjacentes; il existe des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux.
  • Stade 4 - la tumeur envahit les os zygomatiques, la mâchoire inférieure et la peau du visage. Les ganglions lymphatiques régionaux perdent leur mobilité, sont soudés aux tissus environnants avec formation d'infiltrats ou désintégration.

En raison de rares métastases à distance, cette classification ne reflète pas l'option du cancer des sinus paranasaux avec métastases hématogènes.

Symptômes de cancer de la cavité nasale et des sinus paranasaux

Les symptômes de ce groupe de maladies sont très divers. L'image de la maladie est déterminée par l'emplacement, la taille et le type de néoplasme.

Aux stades initiaux, on observe généralement une évolution asymptomatique ou de rares manifestations ressemblant à une rhinite ou une sinusite chronique. Les patients atteints d'un cancer des sinus paranasaux se plaignent de douleurs dans la région des sinus paranasaux, de maux de tête, de congestion nasale et d'écoulements nasaux.

Certains patients notent une diminution de l'odeur. Parfois, le premier signe de la maladie est une augmentation du nombre de ganglions lymphatiques régionaux.

Les manifestations restantes sont dues à la localisation du cancer de la cavité nasale et des sinus paranasaux et à la détérioration des structures anatomiques à proximité.

Avec les tumeurs des parties internes du sinus maxillaire, on observe une douleur dans la mâchoire supérieure, s'étendant dans l'oreille ou la tempe, de graves maux de tête, des écoulements et des saignements de la moitié du nez correspondante.

Lorsque les tumeurs de la partie externe postérieure du sinus maxillaire peuvent avoir des difficultés à manger, provoquées par la germination d'un cancer du sinus paranasal dans les muscles masticateurs.

Les tumeurs de la partie antérieure du sinus maxillaire peuvent se propager à la mâchoire supérieure et au palais dur, provoquant des maux de dents intenses, une perte des dents et une ulcération des gencives. Avec la germination de telles tumeurs dans les muscles masticateurs et l'articulation temporo-mandibulaire, il est difficile d'essayer d'ouvrir la bouche.

Avec la défaite des tissus mous du visage, des déformations faciales sont notées. L'œdème des paupières, le larmoiement, le rétrécissement de l'œil ou l'exophtalmie sont caractéristiques du cancer du sinus paranasal, situé dans la partie supérieure de la zone postéro-intérieure du sinus maxillaire.

Le cancer des sinus frontaux se manifeste par une douleur prononcée au front, un œdème des paupières, un déplacement des yeux et une déformation du visage.

Le diagnostic de cancer des sinus paranasaux et de la cavité nasale repose sur des plaintes, des antécédents médicaux, des résultats d'examens et des recherches supplémentaires.

En recueillant l'anamnèse, l'oto-rhino-laryngologiste découvre la présence d'habitudes néfastes, de risques professionnels et de maladies inflammatoires chroniques.

Lors d'un examen externe, le médecin attire l'attention sur la déformation du visage, l'état des paupières, la présence d'exophtalmie unilatérale, la possibilité de mouvements libres de la mâchoire inférieure, etc.

Le cancer de la cavité nasale est détecté au cours de la rhinoscopie. La pharyngoscopie vous permet d'identifier les modifications secondaires causées par la germination d'un cancer des sinus paranasaux dans la cavité buccale et la cavité nasopharyngée.

En plus de la pharyngoscopie, une fibroscopie est réalisée au cours de laquelle un spécialiste examine la surface du nasopharynx et prélève un échantillon de tissu prélevé dans une zone modifiée pour un examen histologique.

Lorsque la tumeur est située dans le sinus paranasal, le médecin procède à une ponction avec un apport matériel.

Tous les patients suspects de cancer de la cavité nasale et des sinus paranasaux doivent consulter une radiographie de la région concernée. Si possible, les rayons X sont réalisés à l'aide d'un agent de contraste, CT et IRM.

Si vous suspectez la germination d'un cancer des sinus paranasaux dans la cavité crânienne, une radiographie du crâne est prescrite. Dans certains cas, une sinusotomie diagnostique est effectuée.

Pour détecter les métastases hématogènes, des radiographies thoraciques et une échographie de la cavité abdominale sont effectuées.

Traitement et pronostic du cancer de la cavité nasale et des sinus paranasaux

Les tactiques thérapeutiques pour le cancer des sinus paranasaux et de la cavité nasale sont déterminées individuellement, en tenant compte de la localisation, de la taille, du type histologique et de la prévalence de la tumeur.

En règle générale, l'utilisation de thérapies combinées, y compris la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. En période préopératoire, les patients atteints de cancer de la cavité nasale et des sinus paranasaux se voient prescrire un télégramme de télégramme et une chimiothérapie à distance.

L'opération est réalisée 3 semaines après la fin de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

Le volume de la chirurgie dépend de la participation de divers organes et structures anatomiques. Dans certains cas, dans le cancer des sinus paranasaux, il est nécessaire de procéder à une exentération de l'orbite, à un retrait de la mâchoire supérieure et à d'autres opérations traumatiques.

Avec la germination de tumeurs dans la cavité crânienne, un neurochirurgien est amené à participer à un traitement chirurgical. En postopératoire, des antibiotiques et des agents vasoconstricteurs sont prescrits, une radio et une chimiothérapie sont effectuées. En cas de défauts esthétiques graves, la chirurgie plastique est effectuée à distance.

Avec le cancer répandu et récurrent de la cavité nasale et des sinus, le traitement est conservateur.

Le pronostic du cancer des sinus paranasaux et de la cavité nasale dépend principalement du stade de la maladie. Aux stades 1-2, le taux moyen de survie à cinq ans après l'ablation chirurgicale de la tumeur est de 75%. L'utilisation de la thérapie combinée peut augmenter ce chiffre à 83-84%. À 3-4 stades de survie, diminue fortement.

Avec des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux jusqu'à 5 ans après le diagnostic, seulement 37% des patients recevant un traitement combiné peuvent survivre. En cas d’utilisation exclusive de la radiothérapie ou de la chirurgie, le taux de survie à cinq ans à ce stade, selon diverses sources, varie de 18 à 35%.

La survie à trois ans au stade 4 est légèrement supérieure à 30%.

Tumeurs au nez et aux sinus paranasaux: symptômes, photo et ce que cela peut être

Malheureusement, aujourd'hui, de plus en plus de personnes sont confrontées au diagnostic de «tumeur maligne». Il peut être détecté dans n'importe quel organe. Ces formations apparaissent dans le corps humain avec des violations de la division cellulaire et de la croissance.

Les tumeurs malignes du nez et des sinus paranasaux sont plus courantes dans la moitié masculine de la population. Les hommes sont touchés par cette maladie après 40 ans.

Très souvent, le gonflement du nez chez une personne se développe à la suite d'une activité professionnelle.

Cette maladie dans les premiers stades peut être confondue avec une maladie commune de l'organe du parfum. C’est pourquoi la plupart des patients font déjà appel assez tard. Dans ce cas, le traitement est très difficile. Par conséquent, il est important de reconnaître les premiers symptômes d’une tumeur dans le nez pour un traitement rapide.

Types et causes du développement de la tumeur

Toutes les tumeurs du nez et des sinus paranasaux sont divisées en deux types: malignes (cancer du nez) et bénignes (fibromes, kystes, etc.).

Pour le moment, les raisons exactes du développement de ces formations n'ont pas été étudiées avec précision.

Il y a des suggestions que les fumeurs sont susceptibles. Les personnes dont les activités sont liées à une production dangereuse (chimistes, travail du bois, métallurgie, etc.) sont également à risque.

La grande majorité sont des hommes. Les femmes peuvent obtenir ce diagnostic pendant la grossesse.

Dans ce cas, l'enfant peut également développer une tumeur au nez. Cette maladie n'est pas héréditaire, elle est plutôt classée comme acquise.

Les croissances bénignes se caractérisent par une croissance lente et une expression affaiblie. Une personne peut ne pas savoir très longtemps qu'elle a une tumeur. Au cours des derniers stades de développement, ils peuvent provoquer une perte partielle de la vision et des modifications du squelette facial.

On peut l'identifier en passant l'examen endoscopique du nez et en passant les tests au laboratoire d'histologie. Ce type de néoplasme dans le nez est enlevé par chirurgie, il est donc très important de procéder à l'opération à temps pour empêcher la transformation en une forme maligne.

Des néoplasmes peuvent se développer dans différentes parties du nez: le septum, les parties inférieure et supérieure du nez, les sinus paranasaux.

Les principaux signes de la maladie

Les signes caractéristiques du développement d'une tumeur dans le nez incluent:

  • défaut cosmétique externe sous la forme de joints sur le nez;
  • difficulté à respirer;
  • écoulement muqueux;
  • œdème sévère des paupières;
  • saignement.

Les symptômes des tumeurs des sinus paranasaux incluent:

  • maux de tête graves;
  • écoulement nasal sous forme de pus;
  • déficience visuelle partielle;
  • mélange du globe oculaire;
  • troubles du sommeil et détérioration générale
  • saignement grave qui se produit et s'en va tout seul;
  • l'apparition de plaies ulcéreuses au nez;
  • troubles de la parole;
  • inflammation dans l'oreille moyenne.

Lors de la propagation de cellules cancéreuses dans les sinus maxillaires, les pertes purulentes peuvent se produire avec du sang et avoir une odeur très forte. Dans les stades ultérieurs, quand ils atteignent le cerveau, le sarcome se développe. Dans ce cas, la personne devient difficile à respirer et même à manger.

Au début

Les symptômes très fréquents dans les cancers précoces du nez et des sinus incluent des migraines sévères, une sensation de lourdeur à la tête et divers troubles neurologiques des nerfs faciaux.

Aux premiers stades du développement des formations, les symptômes n'apparaissent pratiquement pas, ils peuvent être confondus avec une rhinite banale ou une sinusite.

À mesure que le nombre de cellules cancéreuses augmente, les symptômes s'aggravent.

Au tout début, une personne peut ressentir une douleur intense et constante à la tête. Le nez présente un écoulement de couleur verdâtre ou jaune. À ce stade, le médecin peut poser un diagnostic erroné sans envisager la possibilité de développer une tumeur. Très souvent, les ganglions lymphatiques élargis dans le cou sont considérés comme le premier signe du développement du cancer.

En outre, les symptômes du cancer du nez et des sinus paranasaux dépendent de la localisation de la maladie et de l’ampleur des dommages. Les symptômes suivants sont distingués:

  1. Douleur dans la partie supérieure de la tête, qui irradie partiellement vers la tempe depuis le côté où la tumeur s'est formée. Dans le même temps, il devient difficile pour une personne de respirer, elle est tourmentée par une forte décharge de type purulent avec des taches de sang.
  2. Si les cellules cancéreuses se propagent dans la cavité buccale, les fonctions de mastication se détérioreront. Il devient difficile d'ouvrir la bouche.
  3. Avec la localisation de la tumeur dans la partie inférieure du nez peut apparaître de petits ulcères au palais, maux de dents graves, perte de dents. Si les muscles du visage sont touchés, le visage se déforme chez la personne.
  4. Avec la propagation des cellules cancéreuses aux organes de la vision, sa détérioration se produit, le patient a plus de larmoiement et de gonflement des yeux. Dans certains cas, le globe oculaire peut se déplacer et la tumeur elle-même se développe en orbite. Le patient peut avoir les yeux doubles.
  5. Très souvent, une personne peut avoir une déficience auditive et de graves maux d’oreille du côté où l’éducation est localisée.

Bon nombre des symptômes ci-dessus peuvent être des signes de cancer dans d'autres organes.

Diagnostic et traitement

Il est possible de diagnostiquer l’apparition de la maladie à un stade précoce lorsqu’il est examiné par un médecin. Il procédera à une rhinoscopie de la cavité nasale, ce qui vous permettra d'identifier une éventuelle éducation dans le nez.

L'endoscopie est une méthode instrumentale efficace. En utilisant son médecin, peut déterminer avec précision la nature et le lieu de l’éducation.

Sur les ressources électroniques peuvent être trouvés avec des photos de tumeurs du nez et des sinus à différents stades.

Après avoir identifié la tumeur du patient, celui-ci est soumis à une biopsie au cours de laquelle la nature de la maladie est déterminée (bénigne ou maligne).

Il existe actuellement de nombreuses méthodes instrumentales précises qui permettent d’établir la localisation de la tumeur, sa taille, ses stades et sa répartition possible dans d’autres organes et systèmes.

Ceux-ci comprennent: l'imagerie par résonance magnétique et la tomographie par ordinateur.

Une fois les résultats obtenus, le patient est envoyé en consultation chez un oncologue, qui détermine le schéma thérapeutique. En règle générale, une opération chirurgicale est réalisée pour retirer la tumeur, puis un traitement médicamenteux (en cas de tumeurs malignes, le patient subit une chimiothérapie obligatoire).

La radiothérapie est également pratiquée lorsque la tumeur est exposée à des radiations. Aujourd'hui, cette méthode devient de plus en plus populaire, mais coûte très cher en même temps.

En règle générale, après la chirurgie et le traitement postopératoire de la tumeur disparaissent. Le patient est inscrit auprès d'un oncologue afin d'éviter les cas de récidive de tumeurs.

Prévention

Pour la prévention de la maladie il faut:

  • le temps d'aller à l'hôpital pour un traitement efficace;
  • se débarrasser des mauvaises habitudes (tabagisme, alcool);
  • lorsque vous travaillez dans des conditions dangereuses, vous devez utiliser un respirateur ou un masque pour empêcher les substances indésirables de pénétrer dans le corps;
  • exercice modéré;
  • bon sommeil régulier et une alimentation saine;
  • Si vous identifiez le premier soupçon - consultation urgente de l'ENT.

Nous avons donc examiné en détail ce qui pourrait être un gonflement du nez, quelles en sont les causes. Il est important de se rappeler qu’il est nécessaire d’identifier la tumeur à un stade précoce afin de prévenir sa dégénérescence maligne. Depuis ces tumeurs se développent très rapidement et se propagent à d'autres organes et systèmes.

Dans tous les cas, le pronostic de l'évolution de la maladie est individuel pour chacun. Après l'opération pour enlever les formations dans le nez, il est impératif de vous soumettre à des examens réguliers et de suivre toutes les recommandations du médecin.

En aucun cas, il n'est pas nécessaire de traiter la tumeur avec des remèdes populaires, cela ne fera qu'aggraver la situation et compliquer le travail des médecins.