Principal
Scarlatine

Qu'est-ce que la perte d'audition neurosensorielle: symptômes et traitement

La perte auditive neurosensorielle est une perte auditive générale résultant d'un dysfonctionnement de la perception du son, qui est possible avec les maladies du centre auditif du cerveau, des lésions du nerf auditif ou de l'oreille interne. Selon les statistiques médicales, plus de 500 millions de personnes dans le monde souffrent de déficience auditive. Près de 80% d’entre eux souffrent précisément de déficience auditive neurosensorielle.

Dans le même temps, on assiste actuellement à une tendance à la hausse de l'incidence de cette maladie, notamment une perte auditive neurosensorielle bilatérale et unilatérale.

Les principales causes de la maladie

La perte auditive neurosensorielle est une maladie polyétiologique. En d'autres termes, les causes de cette maladie peuvent être très diverses. Tout d’abord, ce sont des agents infectieux, surtout viraux. Par exemple, la grippe, dont le virus peut affecter les nerfs et les vaisseaux sanguins, la syphilis, la brucellose, l’infection à adénovirus, etc.

Une autre cause importante de l’apparition de la maladie est la pathologie vasculaire, qui entraîne une altération de la circulation sanguine dans les veines et les artères cérébrales, en particulier celles alimentant l’analyseur auditif. Cela se produit avec les anévrismes, la dystonie vasculaire, l'hypertension, etc.

Une perte auditive neurosensorielle bilatérale peut survenir sous l'effet toxique de poisons industriels et domestiques, de l'alcool ou de médicaments. Ces derniers comprennent principalement des antibiotiques aminosides (Kanamycine, Monomitsin, etc.) ainsi que de la streptomycine, qui ont un effet pathologique sur la partie hélicoïdale de l'oreille.

Dans le développement de la perte auditive, son rôle est attribué aux cas traumatiques, qui peuvent être obtenus:

  • avec une forte fluctuation de la pression atmosphérique;
  • lorsqu'il est exposé à un son puissant;
  • avec des lésions cérébrales traumatiques;
  • lors d'opérations sur l'oreille moyenne.

Chez les enfants, la déficience auditive neurosensorielle peut résulter de maladies héréditaires ou de malformations congénitales. Dans la vieillesse chez les adultes, cette pathologie apparaît en raison de changements involutifs dans l'analyseur auditif.

Les maladies auto-immunes et allergiques peuvent causer une perte auditive auto-immune neuro-sensorielle, au cours de laquelle le processus est limité par la barrière d'hématolabirinte.

La maladie peut provoquer des risques professionnels, ainsi que des néoplasmes du cerveau et de l'oreille moyenne. Et, à la fin, il peut y avoir une combinaison de tous les facteurs ci-dessus.

Types de perte auditive neurosensorielle chronique bilatérale

À ce jour, quatre types de perte auditive neuro-sensorielle et plusieurs sous-espèces de cette maladie sont connus: ils produisent un degré de perte auditive acquis et congénital. Ce dernier est divisé en non syndromique et syndromique.

Le type de maladie non syndromique, à l'exception de la perte d'audition, n'est accompagné d'aucun autre symptôme ou pathologie d'autres systèmes hérités. Ce type de maladie représente environ 75 à 85% de tous les cas de perte auditive congénitale ou précoce.

Les 15-25% restants sont occupés par la forme syndromique de cette maladie, dans laquelle se manifestent divers symptômes ou d’autres maladies. Par exemple, le syndrome de Pendred comprend une déficience auditive ainsi qu'un dysfonctionnement de la thyroïde.

La surdité neuro-sensorielle bilatérale acquise acquise survient à la suite de formes chroniques d'otite ou pour d'autres raisons décrites ci-dessus.

En plus de ces types de maladies, on distingue également les formes post-ingestion de l’état pathologique décrit. Forme Postlingval se développe après la formation de la parole, et preingvalnaya forme - to.

Degrés de perte auditive neurosensorielle

Dans la première étape, la perte auditive neurosensorielle est exprimée par un niveau auditif de 25-40 dB et constitue le stade le plus simple de la maladie. De plus, une personne malade entend clairement les paroles à une distance de moins de 6 mètres et ne peut que murmurer, ne faisant que 3 mètres près de sa source. La présence de bruits parasites réduira considérablement le processus de perception.

Si la parole du patient peut être désassemblée à une distance maximale de 4 mètres et si le murmure peut être perçu une fois enlevé par un mètre au maximum, une perte auditive neurosensorielle au second degré est alors constatée. Des difficultés de perception avec cette variante de la maladie peuvent apparaître chez un patient, même dans des conditions normales. Vous pouvez souvent le remarquer en fonction des demandes du patient de répéter certaines phrases ou certains mots mal entendus. Le seuil de perception du son à ce stade de la maladie est situé à 40-55 dB.

Si le patient ne parvient même pas à discerner la parole à voix basse et comprend la conversation à une distance d'un mètre seulement, alors une perte auditive du son du capteur de 3 degrés est prise en compte et le seuil sonore est de 55 à 70 dB. Ce type de maladie crée un obstacle important à la communication et constitue une étape difficile.

Avec la progression ultérieure de la maladie, la fonction auditive diminue tellement qu'une personne ne peut percevoir le langage normalement qu'à une distance inférieure à 20 cm de la source. De plus, le seuil de perception du son est de 70-90 dB, il correspond presque à la surdité, quand il n'y a pas de réponse au son supérieure à 90 dB.

En d'autres termes, la perte d'audition neurosensorielle au quatrième stade est le plus dur de tous les stades de cette maladie.

Symptômes de la maladie

En règle générale, chez les patients présentant une perte auditive neurosensorielle, les symptômes sont réduits à une déficience de l'aide auditive et à l'émergence d'un acouphène qui s'atténue sans cause, puis augmente. La première est exprimée par une fréquence élevée et une présence constante et est donc comparée principalement avec un sifflement, une sonnerie ou un grincement. Au cours de la progression de la maladie, les manifestations ci-dessus sont complétées par des vertiges et des troubles vestibulaires.

En pratique médicale, il existe trois options pour le développement de cette maladie:

  1. Dans le cas d'une forme soudaine de la maladie, le processus de la pathologie se forme sur une période de 12 à 16 heures et provoque une perte d'audition en volume total ou partiel. Mais pendant le traitement en temps opportun, le pronostic de cette perte d'audition est plutôt positif.
  2. Contrairement à une maladie soudaine, la perte auditive neurosensorielle aiguë n'augmente pas aussi rapidement. La maladie sous cette forme survient généralement pendant 10 jours. Et la maladie commence par une légère sensation de congestion dans les oreilles, qui passe de temps en temps mais qui réapparaît rapidement. À l’avenir, l’acouphène entraîne une diminution persistante de l’audition dans le processus de développement de la maladie. Dans ce cas, la plupart des patients exacerbent leur position, négligeant jusqu'à tout récemment une visite chez le médecin ORL. Étant donné que la majorité des gens croient que toutes les manifestations qui les dérangent, il s’agit très probablement de symptômes d’accumulation de soufre dans les oreilles, ou de certains autres facteurs sans grand danger. Compte tenu du fait que la maladie évolue assez rapidement, ces actions peuvent avoir des conséquences très déplorables, alors que le traitement commencé à temps permet d'atteindre un rétablissement complet de l'audition.
  3. Contrairement à la forme antérieure de la maladie, la perte auditive chronique neurosensorielle est caractérisée non seulement par une période de développement très lente, mais même par une longue période de développement. La déficience auditive apparaît progressivement et les acouphènes sont permanents et constituent le principal symptôme qui tourmente une personne. Dans ce type de maladie, les médecins distinguent un stade stable et progressif.

L’une des conséquences de cette maladie est l’invalidité due à la perte auditive. Compte tenu de ce fait, vous devez faire très attention au diagnostic et au traitement rapide de cette maladie.

Diagnostic de la maladie

Le diagnostic comprend une approche intégrée qui nécessite l'examen de tous les départements de l'audition à l'aide de différentes méthodes instrumentales. Pour commencer, le patient examine l'ENT pour exclure diverses maladies de l'oreille externe, notamment l'inflammation, la présence d'un corps étranger, le bouchon de soufre, etc.

Ensuite, bien sûr, une audiométrie à seuil de tonalité et un test de diapason sont effectués. Pour déterminer le type de perte auditive d'un patient, ils diagnostiquent l'état de l'oreille moyenne et les réflexes acoustiques. Le diagnostic est effectué par impédancemétrie. À partir de ces données, on détermine ce qui est perturbé exactement dans le mécanisme auditif: l'état de la perception du son, l'état de la conduction du son, le nerf auditif est évalué.

Pour clarifier les domaines de dommages des analyseurs auditifs effectuer l'enregistrement des potentiels évoqués auditifs. Cet examen offre l’occasion d’évaluer l’état du nerf auditif.

Ainsi, la perte auditive bilatérale ou unilatérale est déterminée sur la base des données suivantes:

  • diapason données;
  • les résultats d'un examen ORL;
  • données d'émission otoacoustique;
  • résultats de l'audiométrie à tonalité de seuil.

Perte auditive neurosensorielle: traitement de la maladie

La tâche principale, qui implique le traitement de la perte d'audition neuro-sensorielle, consiste à réduire le manque d'oxygène dans les tissus et à améliorer la circulation sanguine dans les organes de l'audition.

Cela peut être réalisé grâce à l'utilisation de "nootropiques", qui ont un effet neuroprotecteur prononcé. Ce sont des médicaments tels que la cinnarizine et le piracétam. Ces médicaments ont des effets antihypoxiques, améliorent les propriétés protectrices des cellules nerveuses et augmentent le flux sanguin dans le cerveau et les organes de l'audition.

Étant donné qu’au cours de cette maladie, le taux d’initiation du traitement est important, ces médicaments commencent généralement à être utilisés par voie intraveineuse et, dès les premiers jours du traitement, ils augmentent rapidement les doses.

Lorsqu'un patient a des vomissements, des nausées et des vertiges parmi les symptômes, cela indique des dommages au labyrinthe - la structure qui est responsable de sa position dans l'espace corporel. Dans ce cas, il est conseillé d'utiliser des antihistaminiques (par exemple, Betaserc). Ces fonds améliorent la microcirculation de l'oreille interne et réduisent la pression de l'endolymphe.

Méthodes de traitement de la forme aiguë de la maladie

Outre le traitement médicamenteux, le traitement inclut toujours, chez les patients présentant un déficit auditif neuro-sensoriel aigu, des méthodes non médicamenteuses pouvant améliorer l'efficacité du traitement médicamenteux. En particulier, la réflexothérapie, pratiquée sous forme de ponction au laser ou d’acupuncture, s’est très bien révélée. Ces procédures sont prescrites le plus souvent après des soins intensifs avec les moyens susmentionnés.

L'oxygénation hyperbare a montré un excellent effet, une procédure dans laquelle le patient inhale un mélange d'air avec une grande quantité d'oxygène. Ce mélange est donné à une personne sous pression. Dans ces conditions, l'oxygène qui pénètre dans le sang en relation avec la microcirculation crée un effet curatif supplémentaire.

Otochirurgie et aide auditive dans le traitement de la maladie

Les méthodes d'aide ci-dessus ne sont pas efficaces tout le temps. Si une personne est diagnostiquée avec cette maladie au premier degré, un traitement avec des méthodes physiothérapeutiques et des médicaments peut être administré avec succès, puis avec l’évolution du degré de la maladie, le pronostic de son traitement s’aggrave considérablement.

Par exemple, la surdité bilatérale chronique neuro-auditive est difficile à traiter avec des médicaments et la rééducation de l'audition est possible chez ces patients grâce à l'utilisation de prothèses auditives. Les appareils modernes des dernières générations ont une sensibilité suffisante et une taille réduite, ce qui réduit la contrainte et l'anxiété des patients quant à leur utilisation.

Parfois, en raison des progrès récents en oto-chirurgie, les prothèses auditives peuvent être jetées. Au lieu de ces dispositifs, une implantation cochléaire peut être réalisée. Mais cela ne sera efficace que pour les personnes perturbées par le travail de l'organe de Corti. Lorsque, simultanément, le nerf auditif n'est pas rompu, il est possible d'implanter des électrodes spéciales directement dans l'oreille interne. De ce fait, l'audience peut être largement rétablie.

Pour éliminer la progression de la maladie due à la perte de temps, la perte d'audition doit être traitée le plus tôt possible et uniquement sous la surveillance d'un spécialiste expérimenté. Si tout est fait correctement, l'audience sera rétablie avec le temps, ou du moins son déclin ultérieur sera ralenti.

Causes et méthodes de traitement de la déficience auditive neurosensorielle

Dans 74% des cas, la cause de la perte auditive est une perte auditive neurosensorielle. La maladie survient à la suite de dommages à tout niveau de l’analyseur auditif. Il existe plusieurs variétés et degrés de pathologie. Auparavant, la maladie s'appelait la "névrite acoustique".

La perte d'audition est l'une des causes d'invalidité et d'invalidité. Environ 400 millions de personnes dans le monde souffrent de déficience auditive neurosensorielle.

Causes de la pathologie

La perte auditive sensoneurale survient pour diverses raisons - lésions infectieuses, intoxication, troubles circulatoires.

Parmi les causes infectieuses de la maladie, notons:

  • virus de la grippe, rougeole, herpès, rubéole, oreillons;
  • bactéries - tréponème pâle, staphylocoque, méningocoque, bacille typhoïde.

Les cellules de l'oreille interne et du nerf auditif sont endommagées.

Les troubles circulatoires des vaisseaux vertébrés basilaires peuvent provoquer la maladie. Ils sont spasmés ou bloqués par un caillot sanguin en raison d'une maladie cardiaque, d'une pathologie du système de coagulation du sang.

L'intoxication de la maladie est observée chez 20% des patients. L'intoxication peut être causée par:

  • antibiotiques - streptomycine, kanamycine, amikacine;
  • cytostatiques;
  • médicaments antipaludiques;
  • diurétiques - lasix, acide éthacrynique;
  • poisons domestiques et industriels - alcool, essence, mercure, arsenic.

Dans cette situation, les enfants et les personnes âgées sont plus susceptibles de souffrir.

Des blessures de nature différente entraînent également une perte auditive:

Il existe également une perte auditive liée à l'âge associée à des processus atrophiques. Les premières manifestations commencent à l'âge de 30 ans, la progression est notée après 50 ans.

La surdité congénitale se développe si une femme a la rubéole pendant la grossesse. Également un risque élevé d'avoir un enfant sourd si une femme consomme de l'alcool, fume.

Tableau clinique

Plaintes des patients pour une perte auditive neurosensorielle:

  • perte auditive - unilatérale ou bilatérale;
  • acouphènes - a un caractère différent (couinement, sifflement, sonnerie);
  • des vertiges;
  • déséquilibre.

Les vertiges sont souvent à l’origine de nausées et de vomissements - ce sont les seuls symptômes objectifs de la maladie.

Si une perte auditive survient soudainement, ils parlent d'une perte auditive neurosensorielle immédiate. Il se développe dans les 12 heures et est généralement associé à une infection virale. La prévision de cette forme est la plus favorable.

La forme aiguë de la maladie se développe en un mois. Au début, la personne s'inquiète de l'obstruction de l'oreille, qui apparaît et disparaît. Ensuite, les acouphènes se rejoignent et enfin, une perte auditive se développe.

La forme chronique de la maladie se caractérise par l'apparition d'une perte auditive sur plusieurs années. Une personne est constamment perturbée par le bruit et les bourdonnements dans les oreilles.

Le degré de perte auditive est déterminé par audiométrie tonale - cette méthode révèle le niveau de perception des fréquences de la parole. Pendant la recherche, un résultat graphique est enregistré - un audiogramme.

Tableau Degrés de perte auditive neurosensorielle.

Si le niveau de perception du son est augmenté de 91 décibels ou plus, la surdité totale est considérée.

En plus de la perception sonore, la perception de la douleur en souffre. En cas de perte auditive neurosensorielle, une personne ressent des douleurs dues à des sons dépassant légèrement le seuil de perception existant.

Traitement

Les patients atteints d'une perte d'audition neuro-sensorielle foudre ou aiguë sont soumis à une hospitalisation d'urgence et à un traitement complexe. Cela est dû au fait qu’à ces stades de changement, les changements sont réversibles et qu’il est très probable que l’audience sera complètement rétablie.

L'objectif principal du traitement est d'éliminer la cause de la maladie et d'arrêter les modifications du tissu nerveux.

Des médicaments

Lorsque la nature infectieuse de la maladie est prescrite des antibiotiques (pénicilline, clarithromycine) ou des agents antiviraux.

Si la perte d'audition est une conséquence d'un empoisonnement, un traitement de désintoxication doit être mis en place:

  • reopoliglyukin ou gemodez;
  • solution de chlorure de sodium avec de l'acide ascorbique.

Les médicaments sont administrés par voie intraveineuse dans les 10 jours.

Si la cause apparente de la perte d'audition n'est pas observée, suggérez une origine vasculaire de la maladie. Dans le but du traitement prescrit goutte à goutte avec Trental, Cavinton, aminophylline, antispasmodiques. Les médicaments sont administrés par voie intramusculaire ou intraveineuse.

Éliminer l'inflammation à l'aide de corticostéroïdes. Ils sont prescrits pour administration orale ou injectés directement dans l'oreille moyenne. Pour ce faire, le tympan est contourné ou le tube auditif est cathétérisé.

Afin de restaurer les cellules nerveuses, une série d'injections de Cerebrolysin et de Mildronate est prescrite. Pour améliorer la circulation sanguine et la nutrition du nerf auditif, des médicaments nootropes sont indiqués - Cinnarizine, Piracetam. Les vitamines du groupe B - neuromultivite, Pentovit, Kombilipen, Milgamma ont un effet bénéfique sur les cellules nerveuses.

Physiothérapie

En plus des médicaments, la physiothérapie est appliquée:

  1. Acupuncture La méthode est simple et abordable, presque pas de contre-indications. Son essence réside dans l'impact sur les points biologiquement actifs. Il stimule la régénération des tissus nerveux.
  2. Oxygénation hyperbare. Une personne est autorisée à respirer de l'air contenant beaucoup d'oxygène. En conséquence, la microcirculation des tissus, y compris de l'oreille interne, est améliorée.
  3. Courants d'impulsion. La stimulation électrique augmente la vitesse des impulsions dans le tissu nerveux.
  4. Électrophorèse avec novocaïne, hydrocortisone. Grâce aux électrodes, la substance médicamenteuse pénètre plus profondément dans le tissu et a un effet plus prononcé.

Autres méthodes

Une perte auditive neurosensorielle chronique est une indication pour le choix d'un appareil auditif. Cet appareil contribue à l’amplification des sons et permet à une personne d’entendre un langage parlé ordinaire.

Si l'organe de Corti situé dans l'oreille interne est endommagé, il ne peut pas être reconstitué avec des médicaments. Dans ce cas, l'implantation cochléaire est utilisée. Dans l'os temporal, où se trouve la cavité de l'oreille interne, des électrodes sont implantées. Ils perçoivent les signaux sonores du microphone monté derrière l'oreille. Ensuite, ces signaux sont transmis au nerf, qui les dirige vers la région correspondante du cortex cérébral.

Conclusion

La surdité neurosensorielle est une pathologie du système conducteur de l'analyseur auditif. Il existe différentes formes et degrés de la maladie. En fonction de cela, il y a une diminution de l'audition ou une perte totale de l'audition.

Le traitement restaure efficacement l'audition aux premiers stades de la maladie. Si la perte auditive progresse, il faut choisir des appareils auditifs ou effectuer une intervention chirurgicale avec implant cochléaire.

Qu'est-ce qu'une perte auditive neurosensorielle et quel traitement est efficace?

La perte d'audition neuronale sensorielle est considérée comme une maladie dangereuse avec tendance à surdonner complètement en l'absence de traitement approprié. Lorsqu'elle détecte les premiers signes de pathologie, une personne doit changer son mode de vie et éventuellement s'efforcer d'éliminer un tel risque. La maladie est susceptible d'évoluer et toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour éliminer à la fois les facteurs provocants et l'efficacité des traitements faisant appel aux technologies modernes.

Essence de pathologie

La surdité sensorineurale ou la névrite cochléaire est une pathologie de l'oreille non infectieuse associée à des lésions du nerf auditif, entraînant une altération de la perception sonore. Dans cette maladie, les éléments de l'oreille interne, le nerf pré-cochléaire et l'aide auditive centrale dans le cerveau sont affectés. La maladie peut toucher une personne à tout âge, mais le facteur de l'âge est le plus perceptible. La pathologie devient souvent la principale cause de surdité partielle ou complète.

La surdité neuronale sensorielle peut être congénitale ou acquise. Dans le même temps, la surdité peut survenir sans signes de maladie d’autres organes (type non syndromique) ou être associée à d’autres pathologies (type syndromique). Un exemple typique d'une variante syndromique est le syndrome de Pendred, lorsque le développement d'une perturbation auditive est associé à un dysfonctionnement de la thyroïde.

En général, les problèmes d’audition sont généralement évalués sur une échelle auditive, c.-à-d. le niveau de son que l'oreille peut normalement percevoir:

  1. 1 degré (forme légère): le niveau sonore perçu est de 20 à 40 dB, ce qui correspond à la capacité de l’oreille à capter des murmures à une distance maximale de 3,2 m et à une conversation jusqu’à 6,5 m.
  2. 2 degrés (forme moyenne): niveau - 40-57 dB, c'est-à-dire chuchotement - à une distance de 0,6 m, conversation - jusqu'à 3,2 m.
  3. 3 degrés (forme sévère): niveau sonore - 58-70 dB, c.-à-d. un murmure, distribué directement au-dessus de l'oreille, et la conversation - à une distance d'au plus 0,6 m.
  4. Niveau 4 (surdité): un son de plus de 70 dB (jusqu'à 90 dB) est capturé, tandis qu'aucun chuchotement n'est entendu, et que des mots forts doivent être prononcés près de l'oreille.
  5. La surdité totale est enregistrée avec la puissance sonore nécessaire supérieure à 90 dB, lorsque la voix n'est pas audible du tout et que vous n'entendez qu'un son extérieur très fort.

Unité de perte d'audition

Dans le développement de la maladie, il existe 3 types principaux: perte auditive aiguë, subaiguë et chronique. Les plus répandues sont les variétés aiguës et subaiguës, mais avec l’âge, le type chronique de la maladie devient prédominant. Ces types de pathologie diffèrent par les critères de prescription:

  1. Type aigu: se développe jusqu'à 30 jours. A ce stade, le taux de guérison atteint 90%.
  2. Type subaigu: la durée est de 30 à 100 jours et le pronostic de guérison est estimé à 40 à 75%, en fonction de la forme de la maladie et des technologies de traitement.
  3. Forme chronique: se développe plus de 100 jours plus tard - une récupération complète est improbable.

La localisation la plus commune des lésions peut être identifiée:

  1. Le dysfonctionnement des cellules de Kortiyev sensorielles épithéliales ou poilues situées dans la cochlée de l'oreille interne est la variante la plus courante de la pathologie et peut revêtir un caractère à la fois congénital et acquis. Dans le même temps, des causes externes (effets acoustiques, maladies infectieuses) et internes (prédispositions génétiques) sont notées dans l'étiologie.
  2. La défaite du nerf auditif et du nerf cochléaire pré-porte est considérée comme la deuxième pathologie la plus courante.
  3. La perte d'audition de la genèse centrale est due à la défaite des sections centrales de l'aide auditive et est assez rare - une caractéristique de cette localisation est que le niveau de son perçu n'est presque pas perturbé, mais l'intelligibilité de la parole disparaît.

Étiologie de la maladie

La surdité neuronale sensorielle peut être congénitale ou acquise. La forme congénitale peut être due à des caractéristiques héréditaires génétiques ou au développement inapproprié de l'aide auditive dans l'utérus. Assez souvent, le type de pathologie syndromique, qui se caractérise par une combinaison de surdité progressive et de maladies d’autres organes (système cardiovasculaire, thyroïde, foie, etc.), est génétiquement défini. Il convient de noter que toutes les manifestations syndromiques de la pathologie ont une nature génétique héréditaire.

Une maladie congénitale associée au développement prénatal est le plus souvent caractérisée par une aplasie de la cochlée de l'oreille interne (aplasie de Scheibe, Michael, Mondini) ou par une hyperplasie de l'épithélium squameux de l'oreille moyenne. Les causes d'un développement anormal peuvent être: l'alcoolisme des parents; chlamydia et autres maladies sexuellement transmissibles chez la mère; infection par le virus de la rubéole intra-utérine; accouchement prématuré; hypoxie fœtale; traumatisme à la naissance.

Les pathologies acquises peuvent se développer à la fois avant et après la formation de la parole chez l'enfant et pendant la période postlinguale. Les principales causes de la maladie sont les suivantes:

  1. Les effets acoustiques peuvent causer des blessures dites acoustiques. Dans un tel impact sont les facteurs suivants: la durée d'exposition, le niveau et la fréquence du bruit. Donc, une durée dangereuse de bruit supérieur à 92 dB n’est que de 2 heures et il est considéré que le bruit prolongé ne devrait pas dépasser 65-68 dB. En même temps, sa fréquence est importante. Un son dont la fréquence est supérieure à 4000 Hz peut avoir un effet dangereux et réduire considérablement la durée de sécurité du bruit.
  2. Blessure mécanique à l'oreille ou à la tête.
  3. Médicaments ayant un effet d’ototoxicité: antibiotiques de la classe des aminoglycosides (tobramycine, gentamicine, streptomycine, monomitsine, amikatsine), en particulier en association avec des diurétiques; les diurétiques en boucle (sildénafil, furosémide); agents anti-métaboliques (méthotrexate); salicylés (aspirine).
  4. Intoxication de la production associée à des émissions nocives, ainsi que des conditions de production nocives - vibrations, radiations, etc.
  5. Maladies infectieuses de nature virale: oreillons, rougeole, rubéole, herpès, grippe et quelques autres.
  6. Maladies de type bactérien: scarlatine, syphilis.
  7. Processus inflammatoires aigus et chroniques: labyrinthite, méningite, végétations adénoïdes.
  8. Maladies de nature auto-immune et allergique: la granulomatose de Wegener est très dangereuse, le rôle des otites séreuses chroniques de nature allergique, ainsi que des maladies systémiques, des pathologies du système cardiovasculaire et endocrinien, du diabète sucré est noté.
  9. Formations tumorales.
  10. L'otosclérose.
  11. Facteur d'âge

Symptômes principaux

Les principaux symptômes de la perte auditive neurosensorielle sont associés à une détérioration progressive de l'audition, au bruit dans les oreilles et à une distorsion de la perception sonore. Il existe des signes tels qu'une perte auditive avec un bruit de fond général, une difficulté à déterminer la source sonore et son emplacement, une détérioration de la tolérance au bruit. De telles manifestations de la maladie entraînent l'apparition de symptômes caractéristiques: nécessité de surveiller les lèvres d'une personne qui parle, problèmes de conversations, cinémas et théâtres, sentiment que tout le monde parle dans un murmure, augmentation du volume des programmes de télévision, difficultés de communication téléphonique, interrogations fréquentes, promiscuité des mots prononcés par derrière.

Méthodes de traitement

Le traitement de la perte d'audition neurosensorielle aux stades aigus et subaigus est assuré par les méthodes modernes de traitement intensif Il est important de commencer le traitement le plus tôt possible. Ralentit considérablement et arrête le développement de la pathologie du médicament Idébénone, en particulier en association avec la vitamine E. Le traitement par les préparations de stéroïdes est considéré comme le plus efficace. Un effet positif est observé lors de la prise de doses plus élevées de vitamines A, C, E en association avec des médicaments à base de magnésium. La réflexothérapie par micro-courant est utilisée en physiothérapie.

Le traitement le plus efficace, en particulier dans les cas compliqués et négligés, est réalisé à l'aide de technologies d'implantation.

La méthode la plus courante consiste à installer des implants cochléaires. Si nécessaire, implantation de la tige dans le cerveau. L'audition est réalisée lorsque la forme chronique de la maladie se développe..

Perte auditive sensoneurale: symptômes et traitement

La déficience auditive est une pathologie courante; environ 450 millions de personnes en souffrent et, dans 70% des cas, la déficience auditive neuro-sensorielle est la cause du dysfonctionnement de l'audition.

La pathologie peut survenir dans presque n'importe quelle partie de l'organe de l'audition, provoquant le développement de cette affection par diverses maladies de l'oreille interne, la pathologie du nerf auditif ou des parties du cerveau.

La méthode de traitement de cette maladie repose sur son stade d’avancement et sur les causes immédiates qui ont provoqué la perturbation persistante de la perception sonore du patient.

Les symptômes

La forme sensorielle de la perte auditive, comme son nom l’indique, se caractérise par un dysfonctionnement des zones conductrices nerveuses. Pour diverses raisons, les villosités qui tapissent la cochlée dans l'oreille interne, les nerfs auditifs qui transmettent leur signal au cerveau, ou le point final du traitement de l'information, le centre de vérification GM, peuvent cesser de fonctionner correctement.

Il est possible de déterminer l'évolution de cette maladie en fonction d'un certain spectre de symptômes. Donc, il est caractérisé par:

  • Détérioration de l'audition, associée à une distorsion significative des sons - le patient demande de nouveau constamment ou n'entend pas toujours ce qu'on lui dit;
  • dans un environnement bruyant avec le développement d'une perte auditive neurosensorielle, il est difficile pour les patients d'isoler le discours d'une personne du flux sonore général;
  • il semble aux patients que leur interlocuteur parle doucement, ils montent le ton quand ils parlent et montent le volume sur les appareils;
  • Il est beaucoup plus difficile de communiquer par téléphone avec des patients souffrant de troubles auditifs neurosensoriels - les patients entendent à peine l’interlocuteur et le forcent à parler plus fort;
  • plaintes de patients concernant l’apparition d’un bruit subjectif, c’est-à-dire un bruit que lui seul entend;
  • si la pathologie localisée dans l'oreille interne et la destruction de ses structures affecte l'appareil vestibulaire, le patient remarquera l'apparition de vertiges, de nausées et d'altérations de coordination mineures.

Ces dernières années, le nombre de déficiences auditives neurosensorielles est de plus en plus diagnostiqué et touche la population en âge de travailler.

Un taux de détection élevé de la maladie est dû au fait que les patients, ayant remarqué l’apparition de symptômes alarmants, se tournent immédiatement vers un oto-rhino-laryngologiste. Si la pathologie est identifiée à temps, son développement peut être interrompu et la fonctionnalité des organes auditifs peut être maintenue autant que possible.

Causes de la pathologie

Plusieurs facteurs peuvent affecter le développement de la maladie:

  1. Les personnes qui ont des antécédents familiaux avec une telle maladie sont à risque de développer une perte auditive neurosensorielle.
  2. Les malformations congénitales du service responsable de la transmission nerveuse des sons au cerveau sont également une cause fréquente de perte auditive neurosensorielle.
  3. La cause de la perte d'audition neurosensorielle peut être un processus inflammatoire qui «pénètre» dans l'oreille interne à partir de la cavité tympanique. L'otite suppurée chronique entraîne souvent une perte auditive.
  4. Une variété de blessures à la tête peut entraîner un dysfonctionnement des fibres nerveuses de l'oreille interne.
  5. Une exposition prolongée au bruit et aux vibrations peut provoquer une sorte de "fatigue" des fibres nerveuses. Lorsque vous travaillez dans la production et que vous utilisez fréquemment des écouteurs, les utilisateurs constatent progressivement une perte auditive importante.
  6. Les effets toxiques de certaines substances, ainsi que de nombreux médicaments antibactériens, peuvent avoir un effet néfaste sur la viabilité des cils qui tapissent la cochlée de l'oreille interne. Les fibres nerveuses mourantes ne peuvent plus transmettre de signaux au nerf auditif.
  7. Les leçons de plongée, les ascensions en hauteur et les vols fréquents sont associés à de fortes chutes de pression, dont toutes les parties de nos oreilles, y compris les oreilles internes, souffrent énormément. Le tympan et la trompe d'Eustache sont les premiers à souffrir de telles charges, mais des gouttes régulières peuvent également affecter la viabilité des fibres nerveuses transmettant le son.
  8. Les pathologies du système circulatoire et les maladies affectant la qualité du sang et l'élasticité vasculaire peuvent également conduire au développement d'une perte auditive neurosensorielle. Athérosclérose, diabète sucré, hypotension, thrombose - toutes ces maladies conduisent au fait que la nutrition des fibres nerveuses de l'oreille interne est perturbée et que leur travail échoue.

Lorsque vous consulterez un oto-rhino-laryngologiste, votre médecin et vous-même découvrirez la raison du développement d'une perte auditive neurosensorielle. En effet, outre la thérapie principale, il est important de supprimer le facteur qui a provoqué le dysfonctionnement de l'oreille interne.

Classification de la perte auditive neurosensorielle

La surdité neuronale sensorielle est l’appellation courante de déficience auditive dans les pathologies de l’oreille interne, du nerf auditif et des parties du cerveau qui reçoivent des informations sonores. Les spécialistes classent les maladies de ce spectre en groupes en fonction des causes du développement, de la nature du cours et du degré.

Selon la forme de la pathologie peut être:

  1. Syndromique. En plus de la perte d'audition, cette forme s'accompagne d'autres symptômes et de maladies systémiques entraînant une détérioration de l'oreille.
  2. Non syndromique. Une telle perte auditive neurosensorielle est diagnostiquée chez 70% des patients et se caractérise par l'absence d'autres pathologies et symptômes d'autres maladies.

Par distribution, on distingue les types suivants:

  1. Perte auditive neurosensorielle unilatérale. Cette pathologie n'affecte qu'un seul organe de l'audition - l'oreille gauche ou droite. En règle générale, ce type de déficience fonctionnelle se développe après avoir souffert de processus inflammatoires de l'oreille interne ou d'une blessure.
  2. La perte d'audition neurosensorielle bilatérale s'étend aux deux oreilles. Une maladie similaire affecte les organes de l'audition dans les pathologies systémiques du corps, les maladies infectieuses, l'exposition prolongée au bruit ou les pertes de charge.

Selon la nature du développement, les experts distinguent les formes suivantes de la maladie:

  • Type soudain, se développant rapidement, littéralement en quelques heures;
  • perte auditive neurosensorielle aiguë, évoluant progressivement au cours du mois;
  • forme subaiguë, qui est formée dans une plus longue période, ce qui complique son diagnostic en temps opportun et son traitement;
  • forme chronique, qui se caractérise par la lenteur, mais persistante, pratiquement impossible à traiter, détérioration de la fonctionnalité des organes de l'audition.

Degré de perte auditive

Quelle que soit la forme de l'évolution de la maladie, la nature des causes qui l'ont provoquée et la présence de maladies systémiques concomitantes, tout type de perte d'audition neuro-sensorielle dans son développement dépasse nécessairement certains niveaux. Les experts distinguent quatre étapes d’un état pathologique:

  1. Perte auditive sensoneurale 1 degré.

À ce stade, les patients n'attachent pas d'importance à la déficience auditive qui en résulte. Les gens continuent à distinguer la parole, ils entendent des chuchotements jusqu'à une distance de 6 mètres. Dans les études audiométriques, le seuil d’audition est défini entre 25 et 40 dB.

  1. Perte auditive sensorielle 2 degrés.

La condition pathologique se développe progressivement et le seuil d'audition avec le second degré de perte auditive augmente considérablement - jusqu'à 55 dB. Les patients commencent à discerner le discours de leur interlocuteur, en particulier dans un environnement bruyant, mais même dans des conditions confortables, ils ont tendance à se rapprocher, ce qui réduit la distance entre le locuteur et son interlocuteur à 1-4 mètres. Une personne demande souvent, il devient un peu inconfortable de parler au téléphone.

Malheureusement, peu de patients sont attentifs aux problèmes auditifs à ce stade, considérant que l'environnement bruyant, les difficultés d'élocution de l'interlocuteur et le manque de communication sont à blâmer. Mais la thérapie commencée au cours de cette période aiderait à arrêter le développement du processus pathologique et à préserver la fonctionnalité des organes auditifs.

  1. Perte auditive sensoneurale 3 degrés.

À cette phase de développement de la pathologie, des troubles graves des conducteurs nerveux commencent. En raison du fait que presque tous les villosités qui acceptent les aigus meurent, les patients n'entendent pas cette gamme de sons et de chuchotements. Pour comprendre les mots de l'interlocuteur, souffrant de ce stade de la maladie, il est nécessaire de raccourcir le plus possible la distance parcourue au cours de la conversation. Le seuil d'audience au troisième degré est de 70 dB.

Le traitement de la déficience auditive neurosensorielle à ce stade permet rarement de suspendre le processus pathologique, les médicaments ne permettant presque pas de ralentir le rythme de la déficience auditive. Assez rapidement, la maladie passe à sa prochaine étape irréversible.

  1. Perte auditive sensoneurale 4 degrés.

Les patients à ce stade n’entendent pratiquement pas, les études audiométriques indiquent un seuil d’audience de 90 dB. La surdité persistante nuit considérablement à la qualité de la vie humaine, surtout si elle est bilatérale. La progression de la maladie nécessite l'utilisation de moyens spéciaux pour assurer la capacité d'entendre. Les patients présentant une perte auditive du quatrième degré reçoivent des aides auditives, il est déjà impossible de récupérer votre propre audition.

Diagnostic de la maladie

Avant de traiter une maladie, un spécialiste doit commencer par un diagnostic complexe. À ce stade de la collecte d'informations, l'oto-rhino-laryngologiste déterminera la liste des maladies associées, si possible, déterminera la cause du développement de la pathologie et classera la perte auditive par nature et par degré. Tous ces facteurs sont déterminants dans le choix des tactiques de traitement.

La liste des mesures de diagnostic comprend:

  • Inspection initiale;
  • tests sanguins cliniques et biochimiques;
  • l'audiométrie, qui permet de déterminer le seuil d'audition, nécessaire pour diagnostiquer le degré de perte auditive;
  • un test de diapason permettant d’évaluer la conduction du son et des vibrations par l’air et les os;
  • le test de l'appareil vestibulaire détermine si les processus pathologiques ont affecté le site;
  • La sonographie Doppler visualise l'état et la conductivité des vaisseaux cérébraux.
  • La TDM et l'IRM sont prescrites si vous pensez que la perte d'audition est causée par des tumeurs dans les tissus mous.
  • La radiographie aide à évaluer l'état du tissu osseux et à éliminer le caractère conducteur de la perte auditive.

Après avoir effectué ce large éventail de procédures de diagnostic, l’otolaryngologiste déterminera le diagnostic final et sera en mesure d’élaborer un programme de thérapie visant à lutter contre la perte auditive et de sélectionner les fonds nécessaires.

Traitement de la maladie

La méthode de traitement de la perte auditive neurosensorielle dépend du stade de la maladie. Donc, à 1-2 degrés, la thérapie médicamenteuse est indiquée, à ces stades, une telle thérapie est encore capable d'arrêter la pathologie. Dans la troisième phase de la perte auditive neurosensorielle, un traitement conservateur est prescrit, mais les médicaments aident rarement à retarder les processus irréversibles.

Le traitement de la perte auditive neurosensorielle est complexe et affecte tous les tissus de l'oreille interne et les zones adjacentes: les diurétiques soulagent le gonflement excessif et améliorent les processus métaboliques dans les tissus, les nootropiques stimulent les processus métaboliques dans les fibres nerveuses. Le spécialiste vous prescrira également des médicaments qui améliorent la numération sanguine et la circulation sanguine, vous recommandera des toxines et vous prescrira un cours de prise de vitamines.

La physiothérapie est prescrite pour améliorer les processus métaboliques dans les tissus et accélérer le rythme de l'arrêt du processus pathologique: électrostimulation, phonophorèse, hyperfréquences et réflexothérapie par microcourants ont démontré leur efficacité dans le traitement de la perte auditive neuro-sensorielle.

Aide auditive

Une perte auditive neurosensorielle sévère de 3 à 4 degrés, dont le traitement est jugé inapproprié, nécessite des mesures radicales. Lors du diagnostic de ces stades de la maladie, les médecins recommandent des appareils auditifs pour restaurer la fonctionnalité des organes.

En fonction de la gravité de la pathologie, les patients présentant une perte auditive neuro-sensorielle sont présentés:

  • Prothèses auditives externes qui amplifient certaines ondes sonores et les transmettent du canal auditif plus loin dans les sections auriculaires suivantes;
  • implants d'oreille moyenne insérés chirurgicalement dans la cavité tympanique;
  • les implants de l'oreille interne, qui aident avec les stades sévères et la perte complète de l'audition;
  • implants du tronc cérébral implantés dans le tissu cérébral et stimulant directement les noyaux cochléaires.

Perte auditive neurosensorielle

La perte auditive neurosensorielle est une perte auditive de nature générale, qui est due à un certain nombre de maladies de l'oreille interne, à des lésions du nerf auditif ou à l'une des zones situées dans le cerveau. Selon les statistiques médicales, on observe chaque année une détérioration de l'audition chez un nombre croissant de patients.

Les chiffres indiquent que de tels diagnostics ont déjà été faits à plus de 450 millions de personnes. Environ 70% des pertes auditives neuro-sensorielles sont attribuées. La catégorie dominante de patients atteints de cette pathologie sont les personnes en âge de travailler.

L'augmentation du nombre de cas de diagnostic enregistrés est associée à une forte augmentation des pathologies du système cardiovasculaire, à des infections grippales et virales fréquentes, à des situations de stress et de conflit ainsi qu'au travail dans des industries dangereuses.

Causes de la pathologie

Dans la plupart des cas, l'apparition d'une perte auditive neurosensorielle est due à la défaite de l'épithélium sensoriel, c'est-à-dire des cellules ciliées, qui tapissent la cochlée de l'oreille interne, on l'appelle l'organe hélicoïdal (Corti). Les cas de maladie dus à des lésions du nerf crânien ou des centres du cerveau auditifs ne sont pas fréquents; dans des situations exceptionnelles, les médecins sont obligés d'indiquer des dommages à l'analyseur auditif central.

La surdité sensorielle peut être congénitale ou acquise et de nombreux facteurs jouent un rôle dans le développement de la maladie - il s'agit de causes externes (traumatismes acoustiques, infections précédentes) et d'anomalies internes, par exemple des gènes défectueux conduisant à la surdité.

Si la perte auditive s'accompagne de dommages aux parties centrales de l'analyseur auditif, cela peut entraîner une écoute prolongée de la musique, un séjour fréquent dans une pièce bruyante ou des conditions de travail dangereuses.

Facteurs de maladie congénitale

Les causes de la perte auditive congénitale résident dans le développement anormal du fœtus pendant la gestation:

  • sous-développement de la cochlée de l'oreille interne;
  • perte auditive accompagnée d'autres symptômes pathologiques, y compris des défauts chromosomiques;
  • hyperplasie de l'épithélium squameux du service de l'oreille moyenne - se manifestant par un processus tumoral qui, s'il n'est pas traité rapidement, détruit la structure du tissu de l'oreille;
  • syndrome d'alcool - se manifeste chez les nouveau-nés dont les mères ont consommé de l'alcool pendant la grossesse (en raison d'effets ototoxiques de l'alcool éthylique et d'un apport insuffisant de vitamines et d'oligo-éléments à travers le placenta);
  • accouchement prématuré;
  • infection à chlamydia transmise au fœtus par le placenta;
  • la syphilis;
  • Syndrome de rubéole de type congénital - il combine une surdité neurosensorielle, une maladie cardiaque et des lésions oculaires.

En outre, des scientifiques et des médecins ont prouvé au cours de nombreuses études que la déficience auditive neurosensorielle et la surdité peuvent être héréditaires. Si l'un des parents possède un gène autosomal, la probabilité de développer une pathologie de l'audition chez la progéniture atteint 50%.

Étiologie acquise

Le syndrome de perte auditive neurosensorielle peut également être contracté au cours de la vie et être causé par diverses blessures, maladies et effets indésirables des médicaments, ainsi que par l’environnement dans les environnements de vie et de travail. Les principaux facteurs contribuant au développement de la déficience auditive neuro-sensorielle acquise:

  • Blessures acoustiques et mécaniques. Les dommages acoustiques de l'aide auditive sont provoqués par l'exposition à une musique ou à un bruit trop fort, dont le niveau dépasse 90 dB. Des blessures mécaniques se produisent pendant un choc, une fracture du crâne et d'autres accidents.
  • Effet ototoxique des médicaments. Les plus dangereux sont les médicaments du groupe des antibiotiques aminosides, par exemple la gentamicine. Les troubles réversibles entraînent des diurétiques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens, des antibiotiques macrolides ainsi que des salicylates (aspirine).
  • Infections virales. Une perte auditive neurosensorielle aiguë peut être provoquée par une rougeole, une rubéole, un herpès, une grippe ou des oreillons graves. Les patients diagnostiqués séropositifs ou atteints du sida souffrent souvent de déficience auditive grave, car ces infections affectent directement la cochlée et l’analyseur auditif central.
  • Infections et maladies bactériennes. Ceux-ci comprennent l'inflammation de l'oreille interne (labyrinthite sous forme purulente), les excroissances adénoïdes qui réduisent la perméabilité du tube auditif et la méningite (inflammation des méninges).
  • Maladies immunitaires et allergiques. Une des raisons du développement d'une perte auditive peut être une rhinite allergique chronique, provoquant de fréquentes otites. Parmi les pathologies auto-immunes qui entraînent des modifications pathologiques dans la structure de la cochlée, on peut citer la granulomatose de Wegener (inflammation des vaisseaux situés à l'intérieur des organes ORL).
  • Tumeurs pathologiques. Les tumeurs situées dans la région des nerfs pré-cochléaires et faciaux, le névrome du nerf auditif et le méningiome (tumeur de la paroi du cerveau) sont les causes directes du développement d'une perte auditive neuro-sensorielle chez un patient.
  • L'otosclérose. Lorsque cette maladie survient, la croissance du tissu osseux autour de l’étrier-os, situé dans la cavité de l’oreille moyenne, et le développement de son immobilité, entraînant une perte auditive neurosensorielle.

Formes de la maladie

Comme déjà mentionné, une perte auditive neurosensorielle peut être acquise et congénitale. La forme congénitale de la maladie est divisée en deux variétés. Type non syndromique - la pathologie est isolée et ne s'accompagne d'aucun symptôme ni aucune maladie héréditaire. La plupart des cas de perte auditive (75 à 80%) surviennent dans ce type de maladie.

Type syndromique - la perte auditive s'accompagne d'autres signes et pathologies, par exemple le syndrome de Pendred (comprenant une déficience auditive et un dysfonctionnement de la thyroïde). Cette variété représente les 25-30% restants de tous les cas déclarés de la maladie.

En outre, la maladie est généralement classée en fonction des options de développement et de localisation. Si une déficience auditive n'est observée que du côté droit, une perte auditive neuro-sensorielle du côté droit est provoquée, alors que la lésion est située du côté opposé, une pathologie du côté gauche est diagnostiquée.

La forme soudaine de la maladie se manifeste par une augmentation des signes du processus pathologique en 12 heures - un tel développement d'événements peut entraîner une perte partielle ou totale de la fonction auditive. Cependant, si le problème est diagnostiqué à temps, les prévisions de perte auditive sont considérées comme favorables.

La forme aiguë de la perte auditive neurosensorielle diffère de la forme subite en ce que son développement ne se produit pas aussi rapidement - les symptômes se manifestent pendant 10 jours. En même temps, le patient constate d’abord une douleur dans l’oreille, une sensation de congestion, qui apparaît périodiquement, puis le bruit dans l’oreillette se joint aux signes, entraînant une perte auditive persistante.

Cette forme de la maladie est insidieuse et dangereuse dans la mesure où de nombreux patients tentent de retarder le plus possible une visite chez le médecin. Même si la maladie est bilatérale, ils font référence à une accumulation de cérumen ou à d’autres facteurs non dangereux. Ces actions conduisent souvent à un résultat déplorable, car le succès du traitement de la perte auditive neurosensorielle dépend directement du diagnostic opportun de la pathologie.

La forme chronique de la maladie peut se développer au fil des années. Le patient présente périodiquement des acouphènes et constate une perte auditive inexprimée. Peu à peu, les symptômes tourmentent le patient, le rendent permanent et le poussent à se faire soigner.

Degré de perte auditive

La pathologie a quatre diplômes:

  • Perte auditive sensoneurale 1 degré - est considérée comme la forme la plus légère et pouvant être traitée rapidement. Le premier degré est caractérisé par un seuil d'audition de 26 à 40 dB. Une personne peut clairement entendre un discours, si la source sonore se trouve à moins de 6 mètres de celle-ci. Les mots prononcés dans un murmure, le patient entend à une distance de 3 mètres. Si, en plus de la parole humaine, il existe d'autres sources sonores, le processus de perception peut être considérablement dégradé.
  • Perte auditive sensoneurale 2 degrés - diagnostiquée chez les patients qui peuvent démonter la parole, étant à une distance de 4 mètres de la source sonore et un murmure - à partir de 1 mètre. Dans ce cas, le seuil de perception est compris entre 41 et 55 dB et des problèmes de perception du son chez un patient peuvent également survenir dans des conditions de bruit normales. La deuxième phase de la maladie est diagnostiquée chez les personnes qui demandent constamment des phrases qu’elles peuvent difficilement distinguer à l’oreille.
  • Perte auditive neurosensorielle 3 degrés - caractérisée par la capacité du patient à démonter le discours qui lui est adressé, uniquement si l'adversaire est à 1 mètre de lui et si le murmure n'est pas du tout perçu. Le seuil de perception du troisième degré de la maladie est fixé à 56–70 dB et est considéré comme difficile, car il crée de grandes difficultés pour la communication du patient avec d'autres personnes.
  • Perte auditive neurosensorielle 4 degrés - la fonction auditive est presque complètement perdue, ce qui conduit au fait que le patient ne peut pas distinguer les sons sans s'approcher de la source à moins de 25 centimètres. Le seuil de perception au quatrième degré est compris entre 71 et 90 dB, ce qui est pratiquement considéré comme une surdité complète.

Comme vous pouvez le constater, le quatrième degré de perte auditive est le stade le plus grave de cette maladie. Pour prévenir le passage de la pathologie à un niveau aussi avancé, il est nécessaire de traiter rapidement la question du traitement possible.

Symptômes et diagnostic

Afin de prévenir les conséquences désastreuses d'une perte auditive neuro-sensorielle acquise, il est nécessaire de connaître ses principaux symptômes, après avoir constaté qu'il faut immédiatement contacter un médecin ORL: perte auditive d'un ou des deux côtés, qui augmente progressivement ou se développe soudainement, acouphènes, jusqu’au réflexe nauséeux, une coordination et une orientation altérées dans l’espace.

Une visite urgente à l'hôpital est recommandée pour les patients qui souffrent d'acouphènes régulièrement, remarquez qu'ils demandent souvent à leur interlocuteur, qui estime que le discours des gens qui les entourent est illisible et silencieux, et qui regarde également la télévision ou écoute de la musique à un volume accru. La situation est exacerbée si une personne observe l'écoulement du conduit auditif externe ou prend des médicaments ayant un effet toxique sur l'aide auditive.

En se référant à un oto-rhino-laryngologiste, le médecin commence l’examen par un examen détaillé du patient, vérifie la nature des violations, s’il existe un acouphène, une douleur, des vomissements, des vertiges. Le médecin découvre ensuite si le patient a récemment souffert d'une pathologie infectieuse, a pris des médicaments toxiques ou s'est blessé à l'oreille. Toutes ces données peuvent établir avec plus de précision un tableau clinique préliminaire.

Ensuite, un examen primaire est réalisé, qui peut ne pas détecter de modifications visibles de la membrane ou du canal auditif. Pour des diagnostics plus précis, on effectue une audiométrie (parole, ordinateur, tonalité), un diapason, une IRM utilisant un agent de contraste, une étude du cerveau et des vaisseaux du cou. D'autres méthodes d'examen sont indiquées selon les indications.

Traitement de la toxicomanie

La perte d'audition sensorielle, survenant sous forme aiguë, nécessite l'hospitalisation immédiate du patient et la sélection rapide de la tactique de traitement appropriée. Pendant le traitement, les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

  • réduire la pression dans l'oreille interne;
  • améliore la circulation sanguine;
  • éliminer la stase veineuse;
  • améliorer les processus métaboliques dans les cellules nerveuses.

La deuxième étape de la thérapie implique l’utilisation de médicaments améliorant la circulation sanguine dans les tissus, de médicaments du groupe vasculaire, de stimulants métaboliques et de complexes de vitamines. En outre, des procédures physiothérapeutiques sont présentées au patient.

Si le traitement médicamenteux de la déficience auditive sensoroneurale donne des résultats positifs et que les améliorations dynamiques sont confirmées par la recherche sur le matériel, le médecin prescrit un traitement complet destiné à prévenir la récurrence et la progression de la maladie.

En outre, il est conseillé au patient d'éviter les facteurs susceptibles de provoquer une exacerbation de la maladie: rejet de médicaments toxiques, prévention des infections, traitement rapide des pathologies chroniques. La thérapie d'entretien pour les patients après le traitement est prescrite tous les six mois. Elle consiste en des traitements de physiothérapie, d'acupuncture et de traitement préventif.

Aide auditive

L'utilisation d'appareils auditifs ou d'autres appareils facilitant la perception du son par le patient est utilisée en cas de perte d'audition neuro-sensorielle, qui ne peut pas être traitée par des méthodes de traitement conservatrices (médicales).

Les contre-indications pour les appareils auditifs sont des troubles de l'appareil vestibulaire, des processus inflammatoires aigus survenant dans l'une des sections de l'oreille, ainsi que la période de rééducation après une méningite ou une intervention chirurgicale améliorant l'audition.

Une aide auditive est un appareil électroacoustique portable qui amplifie le signal audio reçu et converti et se compose de plusieurs parties. C'est un microphone qui reçoit et convertit le son, un amplificateur électronique, une alimentation et un téléphone.

Ce dernier peut être un os, c’est-à-dire transmettre des informations sonores à travers les os du crâne directement dans l’oreille interne et dans l’air - pour transmettre un signal par le conduit auditif externe. Le choix du modèle dépend du témoignage et des préférences du patient - le dispositif peut être intra-auriculaire, auriculaire ou en poche.

Implantation cochléaire

L'implant cochléaire est un dispositif spécial à usage médical, qui permet de compenser la perte complète de la fonction auditive chez les patients présentant une perte auditive neurosensorielle sévère. L’indication principale de l’implantation de l’implant est considérée comme une surdité neurosensorielle bilatérale, accompagnée de l’impossibilité de reconnaître la parole adressée, même en présence de prothèses auditives sélectionnées.

L'implantation cochléaire ne sera pas efficace si la perte d'audition n'est pas due à la mort des cellules ciliées cochléaires, mais à une lésion du nerf auditif ou de l'analyseur situé dans le tronc et la région temporale du cerveau. En outre, l'implant sera inutile si un dépôt de sel s'est produit sur la cochlée ou qu'une croissance osseuse s'est produite.

Les cas les plus efficaces d'établissement d'un implant cochléaire chez les patients qui utilisaient auparavant activement un appareil auditif, qui avaient la possibilité de parler et qui étaient relativement adaptés sur le plan social.

Recettes de médecine traditionnelle

Il convient de noter que le traitement avec des remèdes populaires ne peut pas être perçu comme le seul moyen correct et efficace de se débarrasser de la perte auditive. Mais pour la prévention et pendant les périodes de rémission stable de la maladie, vous pouvez utiliser avec succès les recettes suivantes:

  • La teinture de propolis doit être mélangée à de l’huile végétale (une partie de la teinture en trois parties de l’huile), puis une gaze turunda est humidifiée dans la composition obtenue, qui est placée dans l’oreille pendant 10 heures. Le cours devrait comporter 15 procédures.
  • Humectez la turunda dans le jus de fruits fraîchement pressé du fruit du viorne ou du cendre de montagne, placez-la dans l'oreille douloureuse et maintenez-la au moins 6 heures d'affilée (vous pouvez le faire du jour au lendemain). Le cours comporte au moins 15 procédures.
  • Turunda trempé dans du jus de betterave fraîchement pressé doit être placé dans l'oreille pendant 4 heures; 15 à 20 telles procédures seront nécessaires pour améliorer l'audition.
  • Mélanger à parts égales d'huile de noix et d'amande. La gaze turunda trempée dans la composition est placée dans le conduit auditif externe pendant au moins 6 heures ou toute la nuit. Pour traiter une perte auditive de cette manière, il vous faut au moins un mois.
  • Placez une feuille d'origan, mélisse ou menthe dans l'oreille, un peu préalablement écrasé à l'état où le jus commence à se démarquer. Une fois la feuille sèche, vous devez l’enlever et la remplacer par une nouvelle. La durée du traitement est d’au moins 14 jours.

Le succès d'une telle thérapie dépend directement du degré de lésion des organes de l'audition et de la nature de son développement - il est peu probable que même les remèdes populaires les plus efficaces aident à éliminer une surdité quasi complète et bilatérale.

Les principales mesures visant à prévenir le développement d'une perte auditive neurosensorielle sont le maintien d'un mode de vie sain (promenades fréquentes, repos adéquat, cesser de fumer et boire de l'alcool), éviter les facteurs de risque pouvant déclencher l'apparition de la maladie et adopter une attitude prudente à l'égard de l'appareil auditif.

Il faut se rappeler que la maladie acquise est dans la plupart des cas provoquée par le patient lui-même - avec une écoute prolongée de la musique forte, des stress fréquents et des pathologies catarrhales, la prise de médicaments ototoxiques.

Même si une personne n'a pas de problèmes d'audition, il est recommandé de se soumettre à un examen régulier par un oto-rhino-laryngologiste - en particulier pour les travailleurs des ateliers de production bruyants, les patients présentant des rechutes fréquentes de grippe ou la présence de maladies chroniques des organes ORL.