Principal
Scarlatine

Pneumonie chez un enfant - symptômes, traitement, causes


La pneumonie ou pneumonie est l’une des maladies infectieuses et inflammatoires aiguës les plus courantes chez une personne. En outre, le concept de pneumonie n'inclut pas diverses maladies allergiques et vasculaires des poumons, la bronchite, ni les dysfonctionnements des poumons, provoqués par des facteurs chimiques ou physiques (blessures, brûlures chimiques).

La pneumonie survient particulièrement souvent chez les enfants. Les symptômes et les signes ne sont déterminés de manière fiable que sur la base des données radiographiques et d'un test sanguin général. La pneumonie chez toutes les pathologies pulmonaires chez les jeunes enfants est près de 80%. Même avec l'introduction de technologies de pointe en médecine - la découverte d'antibiotiques, l'amélioration des méthodes de diagnostic et de traitement - cette maladie reste l'une des dix causes de décès les plus courantes. Selon les statistiques de diverses régions de notre pays, l'incidence de la pneumonie chez les enfants est comprise entre 0,4 et 1,7%.

Quand et pourquoi une pneumonie peut-elle survenir chez un enfant?

Les poumons du corps humain remplissent plusieurs fonctions importantes. La fonction principale des poumons est l'échange gazeux entre les alvéoles et les capillaires, qui les enveloppent. En termes simples, l'oxygène de l'air dans les alvéoles est transporté dans le sang et du dioxyde de carbone du sang pénètre dans les alvéoles. Ils régulent également la température corporelle, régulent la coagulation du sang, sont l'un des filtres de l'organisme, contribuent au nettoyage, à l'élimination des toxines, aux produits de dégradation résultant de diverses blessures, aux processus inflammatoires infectieux.

Et en cas d'intoxication alimentaire, de brûlures, de fractures, d'interventions chirurgicales, de blessures graves ou de maladies graves, il y a une diminution générale de l'immunité, les poumons étant plus difficiles à supporter la charge de filtration des toxines. C’est pourquoi très souvent, après avoir souffert ou sur le fond d’une blessure ou d’une intoxication, l’enfant développe une pneumonie.

Les agents pathogènes les plus courants sont les bactéries pathogènes - pneumocoques, streptocoques et staphylocoques. De plus, des cas de pneumonie se sont récemment développés à partir d'agents pathogènes tels que les champignons pathogènes, Legionella (généralement après avoir séjourné dans des aéroports avec ventilation artificielle), de mycoplasme, de chlamydia rarement mélangé, associé.

La pneumonie chez un enfant, en tant que maladie indépendante qui survient après une hypothermie grave, grave et prolongée, est extrêmement rare, car les parents tentent d'éviter de telles situations. En règle générale, chez la plupart des enfants, la pneumonie apparaît non pas comme une maladie primaire, mais comme une complication après le SRAS ou la grippe, moins souvent que d’autres maladies. Pourquoi est-ce que cela se passe?

Beaucoup d'entre nous pensent que les maladies respiratoires aiguës des virus au cours des dernières décennies sont devenues plus agressives et dangereuses avec leurs complications. Cela est peut-être dû au fait que les virus et les infections sont devenus plus résistants aux antibiotiques et aux antiviraux, de sorte qu'ils sont si difficiles à provoquer et à causer pour les enfants.

L'un des facteurs d'augmentation de l'incidence de la pneumonie chez les enfants ces dernières années a été la mauvaise santé générale de la jeune génération - combien d'enfants sont nés aujourd'hui avec des anomalies congénitales, des troubles du développement et des lésions du système nerveux central. Une pneumonie particulièrement grave survient chez les prématurés ou les nouveau-nés, lorsque la maladie se développe sur le fond d'une infection intra-utérine avec un système respiratoire insuffisamment formé et non mature.

En cas de pneumonie congénitale, le virus de l'herpès simplex, le cytomégalovirus, les mycoplasmes ne sont que rarement des agents causatifs, et la chlamydia, le streptocoque du groupe B, des champignons pathologiquement pathogènes, Escherichia coli, Klebsiella, la flore anaérobie, l'infection par des infections hospitalières, la pneumonie, 6 mois 2 semaines après la naissance.

Naturellement, la pneumonie survient le plus souvent par temps froid, lorsque le corps subit une restructuration saisonnière allant du chaud au froid, et inversement, des surcharges immunitaires surviennent, ce qui entraîne un manque de vitamines naturelles dans les aliments, une baisse de la température, des précipitations humides, glaciales et venteuses. hypothermie enfants et leur infection.

En outre, si un enfant souffre de maladies chroniques - amygdalite, végétations adénoïdes, sinusite, dystrophie, rachitisme (voir rachitisme chez le nourrisson), maladie cardiovasculaire, toute pathologie chronique grave, telle que lésions congénitales du système nerveux central, les malformations, les états d’immunodéficience - augmentent considérablement le risque de pneumonie, l’aggravent.

La gravité de la maladie dépend de:

  • L'ampleur du processus (pneumonie focale, focale-confluente, segmentale, lobaire, interstitielle).
  • L’âge de l’enfant, plus le bébé est jeune, plus les voies respiratoires sont étroites et fines, moins les échanges gazeux dans le corps de l’enfant sont intenses et plus la pneumonie est lourde.
  • Lieux où et pour quelle raison une pneumonie est survenue:
    - acquis par la communauté: le plus souvent un parcours plus léger
    - hôpital: plus grave, en raison du risque d'infection par une bactérie résistante aux antibiotiques
    - aspiration: lorsque des corps étrangers, des mélanges ou du lait sont inhalés.
  • Le rôle le plus important est celui de la santé globale de l’enfant, à savoir son immunité.

Un traitement inapproprié de la grippe et des ARVI peut entraîner une pneumonie chez un enfant.

Lorsqu'un enfant est atteint d'un rhume, d'un ARVI, d'une grippe, le processus inflammatoire n'est localisé que dans le nasopharynx, la trachée et le larynx. Avec une réponse immunitaire faible, ainsi que si l'agent pathogène est très actif et agressif et que l'enfant est traité incorrectement, le processus de reproduction de la bactérie tombe des voies respiratoires supérieures jusqu'aux bronches, ce qui peut provoquer une bronchite. En outre, l'inflammation peut également affecter le tissu pulmonaire, provoquant une pneumonie.

Que se passe-t-il dans le corps d'un enfant atteint d'une maladie virale? La plupart des adultes et des enfants du nasopharynx ont toujours divers microorganismes opportunistes - streptocoques, staphylocoques, sans nuire à la santé, car l’immunité locale inhibe leur croissance.

Cependant, toute maladie respiratoire aiguë conduit à leur reproduction active et avec l'action correcte des parents lors de la maladie de l'enfant, l'immunité ne permet pas leur croissance intensive.

Qu'est-ce qui ne devrait pas être fait pendant l'ARVI d'un enfant pour éviter les complications:

  • Ne pas utiliser d'antitussifs. La toux est un réflexe naturel qui aide le corps à éliminer la muqueuse, les bactéries et les toxines de la trachée, des bronches et des poumons. Si pour le traitement d'un enfant, afin de réduire l'intensité de la toux sèche, utiliser des agents antitussifs qui affectent le centre de la toux dans le cerveau, tels que Stoptusin, Bronholitin, Libeksin, Paksaladin, des expectorations et des bactéries peuvent s'accumuler dans les voies respiratoires inférieures conduit à la pneumonie.
  • Absence d'antibiothérapie prophylactique contre le rhume, contre les infections virales (voir Antibiotiques contre le rhume). Les antibiotiques sont impuissants contre le virus et l'immunité doit faire face aux bactéries opportunistes. Son utilisation est indiquée uniquement lorsque des complications surviennent conformément à la prescription d'un médecin.
  • Il en va de même pour l'utilisation de divers agents vasoconstricteurs nasaux. Leur utilisation contribue à une pénétration plus rapide du virus dans les voies respiratoires inférieures. Par conséquent, Galazolin, Naphthyzin et Sanorin ne sont pas sûrs lors d'une infection virale.
  • Boire beaucoup de liquides est l’un des moyens les plus efficaces de soulager l’intoxication, de diluer les expectorations et de dégager rapidement les voies respiratoires. Boire beaucoup de liquides, même si l’enfant refuse de boire, les parents doivent être très persistants. Si vous n'insistez pas pour que l'enfant boive une quantité suffisante de liquide, il y aura également de l'air sec dans la pièce - cela contribuera au dessèchement de la membrane muqueuse, ce qui peut prolonger l'évolution de la maladie ou des complications - bronchite ou pneumonie.
  • L'aération constante, le manque de tapis et moquettes, le nettoyage quotidien et humide de la pièce dans laquelle l'enfant se trouve, l'humidification et la purification de l'air à l'aide d'un humidificateur et d'un filtre à air aideront à faire face plus rapidement au virus et à prévenir le développement de pneumonies. Étant donné que l'air propre, frais et humide contribue à la dilution des expectorations, à l'élimination rapide des toxines par la transpiration, la toux et la respiration humide, ce qui permet à l'enfant de récupérer plus rapidement.

Bronchite aiguë et bronchiolite - différences par rapport à la pneumonie

Lorsque ARVI est généralement les symptômes suivants:

  • Température élevée dans les 2-3 premiers jours de la maladie (voir Antipyrétiques pour enfants)
  • Mal de tête, frissons, intoxication, faiblesse
  • Qatar voies respiratoires supérieures, nez qui coule, toux, éternuements, mal de gorge (ce n'est pas toujours le cas).

En cas de bronchite aiguë dans le contexte de la maladie, les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • Une légère augmentation de la température corporelle, généralement jusqu'à 38 ° C.
  • Tout d'abord, la toux est sèche, puis elle devient humide, il n'y a pas d'essoufflement, contrairement à la pneumonie.
  • La respiration devient dure, des sifflements épars apparaissent des deux côtés, qui changent ou disparaissent après avoir toussé.
  • Sur la radiographie est déterminé par le renforcement du modèle pulmonaire, la structure des racines des poumons est réduite.
  • Les changements locaux dans les poumons sont absents.

La bronchiolite est plus fréquente chez les enfants de moins d'un an:

  • La différence entre bronchiolite et pneumonie ne peut être déterminée que par examen aux rayons X, sur la base de l'absence de modifications locales dans les poumons. Selon le tableau clinique, les symptômes aigus d'intoxication et l'augmentation de l'insuffisance respiratoire, l'apparition de l'essoufflement - ressemblent beaucoup à la pneumonie.
  • Avec la bronchiolite, la respiration de l'enfant est affaiblie, un essoufflement avec la participation de muscles auxiliaires, le triangle nasogénien devient bleu, une cyanose générale est possible et une maladie cardiaque pulmonaire grave. Lors de l'écoute, le son encadré est déterminé, la masse de fines bulles dispersées résonne.

Signes de pneumonie chez un enfant

Lorsque les agents thérapeutiques préventifs les plus efficaces n’arrêtent pas le processus inflammatoire et que l’état de l’enfant s’aggrave, les parents peuvent deviner, à partir de certains symptômes, que l’enfant a besoin d’un traitement plus sévère et d’un examen urgent par un médecin. Dans le même temps, aucun traitement ne doit commencer avec une méthode populaire. S'il s'agit vraiment d'une pneumonie, non seulement cela n'aide pas, mais la situation peut s'aggraver et le temps sera perdu pour un examen et un traitement adéquats.

Symptômes de pneumonie chez un enfant de 2 à 3 ans et plus

Comment identifier les parents attentifs atteints d'un rhume ou d'une maladie virale qu'il est urgent d'appeler un médecin et de suspecter une pneumonie chez un enfant? Symptômes nécessitant un diagnostic par rayons X:

Les symptômes de la pneumonie chez les nourrissons, un enfant de moins d'un an

Maman peut remarquer l'apparition de la maladie en modifiant le comportement du bébé. Si un enfant veut constamment dormir, devenir lent, apathique ou vice-versa, il est très méchant, pleure, refuse de manger et la température peut monter légèrement - la mère devrait immédiatement contacter un pédiatre.

La température du corps

Au cours de la première année de vie, la pneumonie chez un enfant, symptôme considéré comme élevé, n'abaissant pas la température, diffère en ce que, à cet âge, elle n'est pas élevée, elle n'atteint pas 37,5 ni même 37,1-37,3. La température n'est pas un indicateur de la gravité de la maladie.

Les premiers symptômes de pneumonie chez un nourrisson

Ceci est une anxiété gratuite, une léthargie, une perte d'appétit, le bébé refuse de téter, le sommeil devient agité, des selles molles et courtes, des vomissements ou une régurgitation, un nez qui coule et une toux paroxystique, aggravés lors des pleurs ou de l'alimentation d'un enfant.

Le souffle de bébé

Douleur thoracique à la respiration et à la toux.
Flegme - avec toux grasse, expectorations purulentes ou mucopuruleuses (jaunes ou vertes).
Un essoufflement ou une augmentation du nombre de mouvements respiratoires chez les jeunes enfants est un signe lumineux de pneumonie chez un enfant. La dyspnée chez les nourrissons peut s'accompagner d'un mouvement de la tête au rythme de la respiration, tandis que le bébé gonfle les joues et tire les lèvres, parfois des écoulements mousseux de la bouche et du nez. On considère que le symptôme de pneumonie dépasse la norme du nombre de respirations par minute:

  • Chez les enfants de moins de 2 mois - plus de 60 respirations par minute sont considérées comme une fréquence élevée.
  • Chez les enfants de 2 mois à un an, le taux est de 25 à 40 respirations, si 50 ou plus, il s'agit d'un excès de la norme.
  • Chez les enfants âgés de plus d'un an, le nombre de respirations supérieures à 40 est considéré comme étant à bout de souffle.

Le soulagement de la peau change avec la respiration. Les parents attentifs peuvent également remarquer que la peau est aspirée lors de la respiration, le plus souvent d'un côté du poumon du patient. Pour le remarquer, vous devriez déshabiller le bébé et regarder la peau entre les côtes, elle se rétracte en respirant.

En cas de lésions étendues, un côté du poumon peut être à la traîne avec une respiration profonde. Parfois, vous remarquerez des arrêts périodiques de la respiration, des troubles du rythme, de la profondeur, du rythme respiratoire et la tendance de l’enfant à s’allonger d’un côté.

Cyanose du triangle nasolabial

C'est le symptôme le plus important de la pneumonie, quand il y a une peau bleue entre les lèvres et le nez du bébé. Cette caractéristique est particulièrement prononcée lorsque le bébé tète le sein. En cas d'insuffisance respiratoire grave, un léger bleu sur le visage peut apparaître non seulement sur le visage, mais aussi sur le corps.

Chlamydia, pneumonie à mycoplasmes chez un enfant

Parmi les pneumonies dont les agents responsables ne sont pas des bactéries banales, mais divers représentants atypiques sécrètent des mycoplasmes et des pneumonies à chlamydia. Chez les enfants, les symptômes d’une telle pneumonie diffèrent quelque peu de la survenue d’une pneumonie ordinaire. Parfois, ils se caractérisent par un écoulement lent latent. Les symptômes de pneumonie atypique chez un enfant peuvent être les suivants:

  • Le début de la maladie se caractérise par une forte augmentation de la température corporelle à 39,5 ° C, puis une température persistante de bas grade se forme -37,2-37,5, voire une normalisation de la température.
  • Il est également possible que la maladie apparaisse avec les signes habituels du SRAS - éternuements, maux de gorge, écoulement nasal important.
  • Une toux sèche persistante et débilitante, un essoufflement peuvent ne pas être constants. Une telle toux survient généralement dans la bronchite aiguë plutôt que dans la pneumonie, ce qui complique le diagnostic.
  • Lorsque vous écoutez, le médecin présente le plus souvent des données rares: râles mixtes rares, son de percussion pulmonaire. Par conséquent, selon la nature de la respiration sifflante, il est difficile au médecin de déterminer une pneumonie atypique, car il n’existe aucun signe traditionnel, ce qui complique grandement le diagnostic.
  • Il ne peut y avoir de changement significatif dans le test sanguin pour la pneumonie atypique. Mais généralement, il y a une augmentation de la RSE, une leucocytose neutrophilique, une combinaison avec l'anémie, la leucopénie et l'éosinophilie.
  • La radiographie thoracique a révélé une augmentation marquée du profil pulmonaire, une infiltration focale hétérogène des champs pulmonaires.
  • La chlamydia et les mycoplasmes ont tous la particularité d'exister longtemps dans les cellules épithéliales des bronches et des poumons. Par conséquent, le plus souvent, la pneumonie a un caractère récurrent prolongé.
  • Le traitement de la pneumonie atypique chez l’enfant se fait par macrolides (azithromycine, josamycine, clarithromycine), car les agents responsables sont les plus sensibles (tétracyclines et fluoroquinolones également, mais ils sont contre-indiqués chez l’enfant).

Indications d'hospitalisation

Le médecin décide de l’endroit où traiter un enfant souffrant de pneumonie - à l’hôpital ou à la maison - et il tient compte de plusieurs facteurs:

  • La gravité de la maladie et la présence de complications - insuffisance respiratoire, pleurésie, insuffisance aiguë de conscience, insuffisance cardiaque, chute de la pression artérielle, abcès pulmonaire, empyème, choc toxique infectieux, sepsie.
  • La défaite de plusieurs lobes du poumon. Le traitement de la pneumonie focale chez un enfant à la maison est tout à fait possible, mais avec une pneumonie lobaire, le traitement est mieux effectué en milieu hospitalier.
  • Témoignage social - mauvaises conditions de vie, incapacité à effectuer les soins et ordonnances du médecin.
  • L'âge de l'enfant - si le nourrisson est malade, c'est la raison de son hospitalisation, car la pneumonie chez les nourrissons constitue une menace sérieuse pour la vie. Si la pneumonie se développe chez un enfant de moins de 3 ans, le traitement dépend de la gravité de la maladie et, le plus souvent, les médecins insistent sur l'hospitalisation. Les enfants plus âgés peuvent être traités à la maison, à condition que la pneumonie ne soit pas grave.
  • État de santé général - en présence de maladies chroniques, qui affaiblissent la santé générale de l’enfant, quel que soit son âge, le médecin peut exiger l’hospitalisation.

Traitement de la pneumonie chez un enfant

Comment traiter la pneumonie chez les enfants? Les antibiotiques sont à la base du traitement de la pneumonie. À une époque où il n'y avait pas d'antibiotiques dans l'arsenal des médecins pour le traitement de la bronchite et de la pneumonie, la pneumonie étant une cause de décès très fréquente chez les adultes et les enfants, vous ne devriez donc jamais refuser de les utiliser. Aucun remède traditionnel n'est efficace contre la pneumonie. Les parents sont tenus de suivre scrupuleusement toutes les recommandations du médecin, de mettre en œuvre des soins appropriés pour l’enfant, de respecter le régime de consommation d’alcool, de nourrir:

  • La prise d'antibiotiques doit être strictement effectuée strictement selon le temps; si le médicament est prescrit 2 fois par jour, cela signifie qu'il doit y avoir une pause de 12 heures entre les doses, 3 fois par jour, puis de 8 heures (voir les règles sur la prise correcte des antibiotiques).. Les antibiotiques sont prescrits - pénicillines, céphalosporines pendant 7 jours, macrolides (azithromycine, josamycine, clarithromycine) - 5 jours. L'efficacité du médicament est estimée à 72 heures - amélioration de l'appétit, diminution de la température, essoufflement.
  • Les antipyrétiques sont utilisés si la température est supérieure à 39 ° C, chez les nourrissons supérieurs à 38 ° C. Premièrement, l'antipyrétique n'est pas prescrit à l'antibiothérapie car il est difficile d'évaluer l'efficacité de la thérapie. Il faut se rappeler que pendant une température élevée, le corps produit le maximum d’anticorps dirigés contre l’agent causal. Par conséquent, si un enfant peut tolérer une température de 38 ° C, il est préférable de ne pas le retourner. Ainsi, le corps résiste rapidement au germe qui a causé la pneumonie chez le bébé. Si l'enfant a au moins un épisode de convulsions fébriles, la température doit être abaissée à 37,5 ° C.
  • Manger un enfant atteint de pneumonie - le manque d’appétit chez les enfants pendant une maladie est considéré comme naturel et le refus de l’enfant de manger est dû à une charge accrue du foie lorsqu’il combat l’infection. Il n’est donc pas possible de forcer l’enfant à se nourrir. Si possible, préparez des aliments légers pour le patient, excluez tous les produits chimiques finis, frits et gras, essayez de nourrir l'enfant avec des aliments simples et faciles à digérer - céréales, soupes au bouillon faible, côtelettes à la vapeur de viande maigre, pommes de terre bouillies, divers légumes, fruits.
  • Hydratation orale - dans l'eau, jus dilués naturels fraîchement pressés - carotte, pomme, thé légèrement infusé avec framboises, infusion de dogrose est ajouté à des solutions eau-électrolyte (Regidron, etc.).
  • La ventilation, le nettoyage humide quotidien, l’utilisation d’humidificateurs d’air facilitent la condition du bébé, et l’amour et le soin des parents font des merveilles.
  • Aucun agent fortifiant (vitamines synthétiques), antihistaminiques, agents immunomodulateurs ne sont utilisés, car ils entraînent souvent des effets secondaires et n'améliorent pas l'évolution et l'issue de la pneumonie.

Les antibiotiques pour la pneumonie chez un enfant (sans complication) ne dépassent généralement pas 7 jours (macrolides pendant 5 jours), et si vous suivez le repos au lit, suivez toutes les recommandations du médecin. En l'absence de complications, l'enfant récupérera rapidement, mais au bout d'un mois, il y aura des effets résiduels toux, légère faiblesse. Avec une pneumonie atypique, le traitement peut être retardé.

Lorsque le traitement avec des antibiotiques dans le corps viole la microflore intestinale, le médecin prescrit donc des probiotiques - RioFlora Immuno, Atsipol, Bifiform, Bifidumbakterin, Normobakt, Lactobacterin (voir Analogues de Linex - une liste de toutes les préparations probiotiques). Pour éliminer les toxines à la fin du traitement, le médecin peut vous prescrire des sorbants, tels que Polysorb, Enterosgel, Filtrum.

Avec l'efficacité du traitement, l'enfant peut être transféré au régime général et marche du 6 au 10ème jour de maladie, le durcissement doit être repris dans 2-3 semaines. En cas de pneumonie légère, un effort physique important (sport) est autorisé après 6 semaines, avec un parcours compliqué après 12 semaines.

Comment reconnaître les premiers signes de pneumonie chez les enfants?

La pneumonie est une maladie grave et dangereuse chez les enfants, à commencer par les nouveau-nés. Les complications menaçant l'invalidité et la mort sont les plus dangereuses. Actuellement, la mortalité par pneumonie infantile atteint 20% et est en premier lieu.

La définition

La pneumonie est une maladie inflammatoire infectieuse aiguë du tissu pulmonaire (inflammation du poumon). Les lobes pulmonaires, ses segments, les groupes d’alvéoles et l’espace interalvéolaire sont touchés. Il s’agit d’une infection qui touche les parties les plus basses du système respiratoire.

Avec une pneumonie au lieu d’air, les alvéoles sont remplies de pus et de liquide. En conséquence, la partie affectée du poumon cesse d'absorber l'oxygène et libère du dioxyde de carbone et la respiration devient douloureuse. En conséquence, le corps développe rapidement une privation d'oxygène.

La pneumonie se développe généralement dans le contexte d'une infection virale.

Modes de transmission:

  • pénétration dans les poumons de virus et de bactéries présentes dans le nez et la gorge d'un enfant
  • trajet aérien - du malade au sain en cas de toux et d'éternuement
  • par le sang - pendant la grossesse, l'accouchement et immédiatement après.

Le risque de pneumonie augmente chez les enfants immunodéprimés et il est d'autant plus élevé que l'enfant est jeune.

Raisons

  • Bactéries - pneumocoques, staphylocoques, streptocoques, bacilles intestinaux et hémophiles;
  • virus - grippe, adénovirus, entérovirus, cytomégalovirus, etc.
  • mycoplasme;
  • champignons pathogènes (genre Candida).

Facteurs de risque

  • Maladies infectieuses d'une femme enceinte. Le plus souvent, les poumons des enfants infectent le virus de l'herpès et la chlamydia;
  • maladies inflammatoires fréquentes (otite, infections respiratoires aiguës, bronchite);
  • malformations congénitales, en particulier du cœur et des poumons, rachitisme, diathèse;
  • affaiblissement de l'immunité dû à une alimentation insuffisante ou inappropriée en alimentation artificielle;
  • oncologie et maladies du sang;
  • Infection par le VIH;
  • impact négatif sur l'environnement:
  • la vie dans des salles surpeuplées, humides et froides
  • air pollué dans les logements, mauvaise ventilation
  • parents fumeurs
  • rare séjour à l'air frais.

Signes de pneumonie

La maladie peut être aiguë et chronique.

L'évolution aiguë est une inflammation se développant rapidement avec des symptômes prononcés. Caractérisé par la propagation de la maladie dans tout le corps.

  • La température monte à près de 38 ° C et dure plus de 3 jours;
  • essoufflement - la respiration est rapide;
  • toux - sèche au début de la maladie, puis devient humide. Les expectorations apparaissent;
  • cyanose (cyanose) des lèvres et de la peau due à un manque d'oxygène;
  • intoxication corporelle - manque d'appétit, léthargie, fatigue, transpiration excessive;
  • troubles du système nerveux - larmoiement, irritabilité, maux de tête, troubles du sommeil, délire, convulsions, perte de conscience;
  • insuffisance cardiovasculaire - pouls faible et rapide, membres froids, diminution de la pression.

L'évolution chronique n'est pas un processus inflammatoire spécifique. Le plus souvent, il s'agit d'une conséquence d'une pneumonie aiguë, compliquée ou acceptée d'un traitement prolongé. Accompagné de changements irréversibles et de déformations des poumons et des bronches. Développe chez les enfants jusqu'à 3 ans (généralement jusqu'à 1 an), a un parcours en forme de vague avec exacerbations et rémission. Selon la gravité, on distingue les petites formes de la maladie et la bronchectasie.

Signes (symptômes) de petites formes:

  • Exacerbations - pas plus de 1 - 2 fois par an;
  • température - reste longtemps entre 37 et 38 ° C;
  • la toux est humide, avec des écoulements allant jusqu'à 30 ml d'expectorations purulentes ou mucopuruleuses par jour. Le flegme peut être absent;
  • état général - pas cassé, les signes d'intoxication sont absents.

Signes (symptômes) de la variante bronchiectatique:

  • Exacerbations - 3 à 5 fois ou plus par an;
  • température - pendant l'exacerbation monte à 38 ° C et plus;
  • toux humide, constamment avec des expectorations. Pendant les périodes d'exacerbation, la quantité de crachats atteint 100 ml;
  • état général - les enfants peuvent prendre du retard dans leur développement physique et présenter des signes d'intoxication chronique.
  • Vous pouvez contracter une pneumonie. Par conséquent, si vous ressentez une aggravation de votre état, vous devrez certainement vous familiariser avec les signes de pneumonie chez les adultes.
  • Avoir une voix enrouée? Ceci est un symptôme de la laryngite, comment reconnaître les signes de cette maladie, lisez ici.

Types et leurs caractéristiques

  • Focal (bronchopneumonie). Manifesté les 5e - 7e jours d'une maladie respiratoire aiguë chez les enfants âgés de 1 à 2 ans. Avec le traitement, les manifestations disparaissent sans laisser de trace au bout de 7 à 12 jours.
  • Segmentaire. Distribué chez les enfants de 3 à 7 ans, mais survient à tout âge. Il se caractérise par une lésion d'un segment. Avec le traitement, les symptômes disparaissent après 2 à 3 semaines. En cas de maladie avancée, la formation de bronchiectasies est possible.
  • Croupous (lobaire). Pneumocoque appelé, se produit rarement. Inflammation du lobe du poumon ou de la plèvre. Actuellement procède plus souvent sous forme atypique. Récupération après 1 à 2 semaines. Avec le traitement irrationnel va dans une pathologie prolongée.
  • Interstitiel Causée par des virus, mycoplasmes, pneumocystes, rarement par des champignons et des staphylocoques. Il est caractéristique chez les prématurés et les nouveau-nés, chez les plus âgés - dans le contexte de la dystrophie, de la diathèse et de l’infection par le VIH. Une des espèces les plus dangereuses, accompagnée de lésions vasculaires. Pendant longtemps, il peut se développer en pneumofibrose et bronchiectasie. Une intoxication élevée rend l'issue fatale possible.
  • Destructeur. Caractérisé par des enfants de moins d'un an, souvent prématurés ou après une antibiothérapie. Elle se déroule très rapidement et se caractérise par une grave intoxication. Va souvent dans une forme chronique ou est fatale.
  • Atypique. Pathogènes - le plus souvent des souches de microbes "hospitalières": Pus pyocyanite, Klebsiella, Staphylococcus, Proteus. Ils sont très résistants aux antibiotiques et nécessitent un traitement spécifique.

Une complication de la pneumonie peut être une pleurésie, pour en prévenir l’apparition, découvrez-la dans cet article.

Avez-vous remarqué un essoufflement, une faiblesse, une perte d'appétit, une toux sèche? Lisez un article sur la sarcoïdose pulmonaire, aidant éventuellement à prévenir l'apparition de la maladie.

Diagnostics

  • Collection d'anamnèse (informations sur l'évolution de la maladie);
  • examen externe du patient, percussion et auscultation du thorax. Tenez compte de la pâleur et de la cyanose de la peau, de l’essoufflement, de la transpiration et des autres symptômes caractéristiques;
  • Test sanguin au doigt - pour la pneumonie, caractérisé par une augmentation du nombre de leucocytes (d’origine bactérienne du pathogène) ou de lymphocytes (d’origine virale) et d’ESR;
  • radiographie. La méthode de diagnostic principale et la plus précise. Après un examen aux rayons X, nous pouvons parler avec confiance de la pneumonie et de sa forme spécifique.
  • analyse des paramètres biochimiques du sang. Il est nécessaire d'identifier l'effet de l'inflammation sur d'autres organes (reins, foie).

Diagnostic différentiel

La pneumonie aiguë doit être différenciée d'un certain nombre de maladies similaires.

  • Le critère le plus précis pour différencier la pneumonie de la bronchite et de la bronchiolite est une radiographie, avec des modifications focales ou infiltrantes;
  • avec la laryngotrachéite - il n'y a pas de respiration sifflante ni d'essoufflement, la toux sèche, le test sanguin et la radiographie sont normaux et la différence la plus caractéristique est l'aphonie (perte de voix);
  • la différenciation la plus précise de la tuberculose est la réaction de Mantoux;
  • la muscoviscidose se caractérise par un début graduel de la maladie, une température corporelle normale et des taux élevés de chlorure de sueur;
  • en présence d'un corps étranger dans l'intoxication des bronches est absente, la température est normale, la différenciation finale est faite en fonction de l'historique et des résultats de la bronchoscopie;
  • L'insuffisance cardiaque est caractérisée par un début graduel, un manque d'intoxication et de la fièvre, un test sanguin révèle une anémie ou une polycythémie; un ECG doit être effectué;
  • la coqueluche est différenciée par des tests sanguins pour des anticorps spécifiques;
  • la rougeole se distingue par une toux sèche, des analyses de sang normales et la présence de blépharospasme.

La pneumonie est une maladie grave et dangereuse. Il est possible de réduire sa nocivité et sa mortalité grâce à la prévention et à une attitude attentive au bien-être des enfants. Quand le premier signe de hara
[/ warning]

Types et leurs caractéristiques

  • Focal (bronchopneumonie). Manifesté les 5e - 7e jours d'une maladie respiratoire aiguë chez les enfants âgés de 1 à 2 ans. Avec le traitement, les manifestations disparaissent sans laisser de trace au bout de 7 à 12 jours.
  • Segmentaire. Distribué chez les enfants de 3 à 7 ans, mais survient à tout âge. Il se caractérise par une lésion d'un segment. Avec le traitement, les symptômes disparaissent après 2 à 3 semaines. En cas de maladie avancée, la formation de bronchiectasies est possible.
  • Croupous (lobaire). Pneumocoque appelé, se produit rarement. Inflammation du lobe du poumon ou de la plèvre. Actuellement procède plus souvent sous forme atypique. Récupération après 1 à 2 semaines. Avec le traitement irrationnel va dans une pathologie prolongée.
  • Interstitiel Causée par des virus, mycoplasmes, pneumocystes, rarement par des champignons et des staphylocoques. Il est caractéristique chez les prématurés et les nouveau-nés, chez les plus âgés - dans le contexte de la dystrophie, de la diathèse et de l’infection par le VIH. Une des espèces les plus dangereuses, accompagnée de lésions vasculaires. Pendant longtemps, il peut se développer en pneumofibrose et bronchiectasie. Une intoxication élevée rend l'issue fatale possible.
  • Destructeur. Caractérisé par des enfants de moins d'un an, souvent prématurés ou après une antibiothérapie. Elle se déroule très rapidement et se caractérise par une grave intoxication. Va souvent dans une forme chronique ou est fatale.
  • Atypique. Pathogènes - le plus souvent des souches de microbes "hospitalières": Pus pyocyanite, Klebsiella, Staphylococcus, Proteus. Ils sont très résistants aux antibiotiques et nécessitent un traitement spécifique.

Une complication de la pneumonie peut être une pleurésie, pour en prévenir l’apparition, découvrez-la dans cet article.

Avez-vous remarqué un essoufflement, une faiblesse, une perte d'appétit, une toux sèche? Lisez un article sur la sarcoïdose pulmonaire, aidant éventuellement à prévenir l'apparition de la maladie.

Diagnostics

  • Collection d'anamnèse (informations sur l'évolution de la maladie);
  • examen externe du patient, percussion et auscultation du thorax. Tenez compte de la pâleur et de la cyanose de la peau, de l’essoufflement, de la transpiration et des autres symptômes caractéristiques;
  • Test sanguin au doigt - pour la pneumonie, caractérisé par une augmentation du nombre de leucocytes (d’origine bactérienne du pathogène) ou de lymphocytes (d’origine virale) et d’ESR;
  • radiographie. La méthode de diagnostic principale et la plus précise. Après un examen aux rayons X, nous pouvons parler avec confiance de la pneumonie et de sa forme spécifique.
  • analyse des paramètres biochimiques du sang. Il est nécessaire d'identifier l'effet de l'inflammation sur d'autres organes (reins, foie).

Diagnostic différentiel

La pneumonie aiguë doit être différenciée d'un certain nombre de maladies similaires.

  • Le critère le plus précis pour différencier la pneumonie de la bronchite et de la bronchiolite est une radiographie, avec des modifications focales ou infiltrantes;
  • avec la laryngotrachéite - il n'y a pas de respiration sifflante ni d'essoufflement, la toux sèche, le test sanguin et la radiographie sont normaux et la différence la plus caractéristique est l'aphonie (perte de voix);
  • la différenciation la plus précise de la tuberculose est la réaction de Mantoux;
  • la muscoviscidose se caractérise par un début graduel de la maladie, une température corporelle normale et des taux élevés de chlorure de sueur;
  • en présence d'un corps étranger dans l'intoxication des bronches est absente, la température est normale, la différenciation finale est faite en fonction de l'historique et des résultats de la bronchoscopie;
  • L'insuffisance cardiaque est caractérisée par un début graduel, un manque d'intoxication et de la fièvre, un test sanguin révèle une anémie ou une polycythémie; un ECG doit être effectué;
  • la coqueluche est différenciée par des tests sanguins pour des anticorps spécifiques;
  • la rougeole se distingue par une toux sèche, des analyses de sang normales et la présence de blépharospasme.
La pneumonie est une maladie grave et dangereuse. Il est possible de réduire sa nocivité et sa mortalité grâce à la prévention et à une attitude attentive au bien-être des enfants.

Lorsque le premier signe de caractéristique de la pneumonie, contactez immédiatement votre pédiatre. Lui seul pourra prescrire un traitement rapide et rationnel.

Inflammation des poumons chez l'enfant symptômes

La pneumonie ou pneumonie fait encore partie des maladies potentiellement mortelles, malgré l’introduction de nouveaux médicaments dans le schéma thérapeutique. La maladie est dangereuse pour ses complications, qui se développent en cas de diagnostic et de traitement tardif. La pneumonie est le plus souvent décelée chez les enfants - selon les statistiques, la pneumonie représente environ 75% de toutes les pathologies pulmonaires en pédiatrie.

Voies d'infection et groupe à risque

La pneumonie peut se développer chez un enfant pour diverses raisons, dont les plus fréquentes sont les virus et les bactéries:

  • gram positif;
  • Gram négatif;
  • virus de la grippe, adénovirus, parainfluenza.

En outre, le développement du processus inflammatoire dans le tissu pulmonaire peut contribuer aux mycoplasmes, aux champignons, aux lésions thoraciques, aux réactions allergiques et aux brûlures des voies respiratoires.

Groupe de risque

La pneumonie se développe rarement en tant que maladie indépendante. Il s'agit le plus souvent d'une complication d'infections virales respiratoires aiguës non traitées ou d'autres infections de nature virale et bactérienne. Dans la plupart des cas, les enfants souffrent de pneumonie car le système immunitaire n'est pas complètement formé et que le corps ne peut pas résister aux agents pathogènes. Les facteurs prédisposant au développement de la pneumonie sont des conditions chroniques ou des conditions de vie défavorables, à savoir:

  • bronchite et bronchiolite avancées;
  • obstruction des voies respiratoires;
  • réactions allergiques;
  • inhalation de vapeurs chimiques, de détergents, de lessive en poudre, de poussière domestique et de moisissure;
  • tabagisme passif - lorsque les parents fument dans la pièce où vit l'enfant, obligé de respirer constamment;
  • promenades rares, air chaud intérieur poussiéreux, la défaite des murs de l'appartement avec les moisissures;
  • l'avitaminose, l'épuisement général du corps dans le contexte de rhumes fréquents, l'utilisation prolongée d'antibiotiques ou une alimentation monotone déséquilibrée;
  • maladies chroniques du nasopharynx et du larynx - rhinite, sinusite, sinusite, adénoïdite, amygdalite, laryngite.

Types de pneumonie chez les enfants

Selon l'endroit où et pour quelle raison l'enfant a été infecté, il existe plusieurs types de pneumonie en pédiatrie:

  • acquis par la communauté - l'agent causal de l'infection est transmis le plus souvent par des gouttelettes en suspension dans l'air. L'infection peut survenir n'importe où, lors de la communication ou du contact avec un patient ou un porteur. En règle générale, l'évolution de la pneumonie acquise en communauté n'est pas très compliquée, les pronostics de dépistage et de traitement rapides sont bons.
  • Hôpital - L'infection de l'enfant survient en milieu hospitalier pour le traitement de toute maladie des voies respiratoires. La pneumonie hospitalière est caractérisée par une évolution sévère. En outre, le corps de l'enfant est affaibli par la prise d'un antibiotique ou d'autres médicaments. Les agents responsables de la pneumonie hospitalière étant dans la plupart des cas résistants aux antibiotiques, la maladie est difficile à traiter et le risque de complications augmente.
  • Aspiration - se produit lorsque des objets étrangers (petites parties de jouets, particules d'aliments, lait de mère ou mélange de masse vomissante) sont inhalés dans les voies respiratoires. La pneumonie par aspiration est le plus souvent touchée par les nouveau-nés ou les nourrissons de la première année de vie, sujets à la régurgitation et caractérisés par l'immaturité des organes du système respiratoire.

Selon l'étendue du processus pathologique, la pneumonie chez l'enfant peut être:

  • focal - l'option la plus fréquente;
  • segmental;
  • interstitiel.

Causes de pneumonie

Le plus souvent, la pneumonie chez les enfants se développe dans le contexte de complications de la grippe ou d'une infection respiratoire aiguë. De nombreux virus ont subi une série de mutations et sont devenus très résistants aux médicaments. La maladie est donc difficile et n'est pas rarement compliquée par des lésions des voies respiratoires inférieures.

L'un des facteurs de l'augmentation des cas de pneumonie chez les enfants est la mauvaise santé générale de la génération moderne - maintenant malade, prématurée, avec des pathologies chroniques des bébés, beaucoup plus est né que ceux qui sont absolument en bonne santé. L'évolution de la pneumonie chez les nouveau-nés prématurés est particulièrement grave, lorsque la maladie se développe sur le fond d'une infection intra-utérine avec un système respiratoire immature ou pas encore formé. La pneumonie congénitale causée par les virus de l'herpès simplex, le cytomégalovirus, les mycoplasmes, les champignons, Klebsiella, survient chez un enfant 7 à 14 jours après la naissance.

Le plus souvent, la pneumonie chez les enfants survient pendant la saison froide, lorsque la saison des rhumes et des infections commence et que la charge du système immunitaire augmente. Les facteurs suivants contribuent à cela:

  • l'hypothermie;
  • infections nasopharyngées chroniques;
  • dystrophie ou rachitisme;
  • l'avitaminose;
  • épuisement total du corps;
  • maladies congénitales du système nerveux;
  • anomalies et malformations.

Toutes ces conditions augmentent le risque de développement d'un processus inflammatoire dans les poumons et aggravent considérablement l'évolution de la pneumonie.

Les ARVI peuvent-ils conduire au développement d'une pneumonie et quand survient-il?

En cas de rhume ou de grippe, le processus pathologique est localisé dans le nasopharynx ou le larynx. Si le pathogène est excessivement actif, le traitement est mal effectué ou le corps de l’enfant ne peut pas résister à l’infection, l’inflammation descend en dessous, saisissant les voies respiratoires inférieures, en particulier les petites bronches et les poumons - dans ce cas, l’enfant développe une bronchiolite ou une pneumonie.

Souvent, les parents eux-mêmes contribuent au développement de complications chez l’enfant, qui atteignent la pneumonie. Cela se produit généralement lors de l'automédication ou en ignorant les recommandations du médecin traitant, par exemple:

  • antitussif et combinaison inadéquate de groupes de médicaments - lors de l’utilisation de médicaments antitussifs et expectorants chez un enfant, des expectorations sont activement produites et retenues dans les voies respiratoires en raison de l’inhibition du centre de la toux. La congestion se produit dans les bronches, le mucus pathologique descend dans les bronchioles et une pneumonie se développe;
  • l'utilisation d'antibiotiques sans ordonnance médicale - de nombreux parents commencent volontairement à traiter l'enfant avec des antibiotiques au moindre signe de rhume, ce qui est souvent non seulement injustifié, mais également dangereux. Le rhume et la grippe sont causés par une infection virale contre laquelle les médicaments antibactériens ne sont pas efficaces. En outre, l’utilisation fréquente et incontrôlée d’antibiotiques inhibe considérablement le fonctionnement du système immunitaire, de sorte qu’il est de plus en plus difficile pour le corps de l’enfant de lutter contre l’infection;
  • surdosage de gouttes vasoconstricteurs dans le nez - les gouttes nasales vasoconstricteurs ne peuvent pas être utilisées pendant plus de 3 jours. Si après cette période, aucune amélioration n'est constatée, les parents doivent montrer à nouveau l'enfant au médecin pour qu'il trouve un autre médicament. Les gouttes nasales à effet vasoconstricteur assèchent la muqueuse nasale, provoquent des fissures microscopiques dans les parois lorsqu’elles sont utilisées pendant une longue période et créent ainsi des conditions favorables à la pénétration de la flore pathogène et des virus dans les voies respiratoires;
  • régime de consommation d'alcool et température de l'air dans la pièce inadéquats - si l'enfant refuse de boire beaucoup de liquide alcalin et qu'il se trouve dans une pièce chaude et mal ventilée, le mucus du nez et des voies respiratoires se dessèche, tousse très fort - ceci provoque la stagnation des poumons. C'est pourquoi tous les médecins recommandent aux patients d'observer le régime de consommation d'alcool, de ne pas surchauffer l'enfant et d'aérer souvent la pièce.

Symptômes de pneumonie chez les enfants

L'intensité des symptômes de la maladie et la sévérité de la pneumonie dépendent en grande partie de l'âge de l'enfant. Plus il est jeune, plus la maladie est grave et plus le risque de développer des complications est élevé.

Signes de pneumonie chez les enfants de plus d'un an

  • le début de la maladie peut être à la fois aigu et progressif - il commence par une augmentation de la température corporelle à 38,0-39,0 degrés, des frissons, de la fièvre;
  • écoulement nasal - d'abord transparent, abondant, puis remplacé par jaune ou verdâtre (3 à 4 jours après le début de la maladie);
  • toux - le premier jour, sec, paroxystique avec séparation de crachats maigres de couleur rouillée. Au fur et à mesure que le processus pathologique progresse, la toux devient humide, au cours de laquelle des expectorations à caractère muqueux ou mucopurulent sont libérées;
  • essoufflement - progresse progressivement et augmente avec tousser et pleurer l'enfant;
  • décoloration de la peau - l'enfant est pâle, la peau est marbrée ou légèrement bleutée; pendant les pleurs ou la toux, le triangle nasolabial peut virer au bleu;
  • perturbation du sommeil - l'enfant peut refuser de dormir, pleurer et s'inquiéter, ou au contraire devenir fortement apathique, léthargique, dort longtemps, il est difficile de le réveiller.

Signes de pneumonie chez les nouveau-nés et les bébés de moins d'un an

Les manifestations de la pneumonie chez les nourrissons ne diffèrent pas beaucoup des symptômes de la pneumonie chez les enfants plus âgés:

  • l'enfant est léthargique, dort beaucoup;
  • succion lente du sein ou du biberon avec le mélange;
  • régurgitations fréquentes;
  • la diarrhée;
  • pâleur de la peau, cyanose du triangle naso-génien, aggravée par la toux et les pleurs;
  • signes croissants d'intoxication;
  • toux et essoufflement.

C'est important! En l'absence de diagnostic et de soins médicaux opportuns dans le contexte d'une pneumonie progressive, l'enfant développe une insuffisance respiratoire puis cardiaque, ce qui entraîne un œdème pulmonaire et la mort.

La pneumonie peut-elle être sans température?

La pneumonie ne survient généralement pas sans une augmentation de la température corporelle. En règle générale, cela se produit chez les nourrissons et les nouveau-nés - contrairement aux enfants plus âgés, la pneumonie chez eux est accompagnée d'hypothermie, c'est-à-dire d'une légère diminution de la température, alors que les bébés deviennent faibles et faibles, ils sont difficiles à réveiller, ils refusent de manger et réagissent lentement sur les irritants.

Souffle d'un enfant avec pneumonie

Lors d'une inflammation des poumons, même si la maladie évolue sans intoxication grave et fièvre élevée, l'enfant aura toujours un essoufflement et une respiration rapide. À mesure que le processus pathologique progresse dans les voies respiratoires inférieures pendant l'inhalation, les espaces intercostaux et la rétraction de la fosse jugulaire seront clairement visibles - ces signes indiquent le développement d'une insuffisance respiratoire.

Avec la défaite d'une grande partie du poumon ou une pneumonie bilatérale lors de l'acte respiratoire, une moitié du retard thoracique peut survenir, des crises d'arrêt respiratoire à court terme (apnée), une violation de la profondeur et du rythme respiratoire. Au fur et à mesure que le processus inflammatoire progresse, non seulement le triangle nasolabial devient cyanotique, mais le corps entier de l'enfant.

Mycoplasme et pneumonie à Chlamydia chez un enfant

Parmi les formes atypiques de pneumonie pédiatrique, on distingue la forme mycoplasmique de la maladie et la chlamydia. Cette inflammation des poumons est provoquée par des micro-organismes unicellulaires - chlamydia et mycoplasmes, chez lesquels l’enfant est le plus souvent infecté, même in utero. Dans une certaine mesure, les agents pathogènes peuvent ne pas se manifester, mais sous l'influence de facteurs favorables à leur croissance et à leur reproduction, ils affectent les voies respiratoires, provoquant ainsi un processus inflammatoire.

Les signes cliniques de pneumonie à Chlamydia et à mycoplasme sont les symptômes suivants:

  • augmentation de la température corporelle à 38,5-39,0 degrés sur le fond de la santé relative - la température dure 2-3 jours, après quoi elle tombe à des paramètres subfébriles ou normaux;
  • nez qui coule, congestion nasale, écoulement de mucus clair du nez;
  • éternuements, maux de gorge et toux - secs au début, progressivement remplacés par des humides, avec écoulement muqueux de crachats;
  • pendant l'auscultation, on entend une respiration sifflante de taille unique.

Le caractère insidieux des mycoplasmes et de la pneumonie à chlamydia chez un enfant réside dans le fait qu’il n’ya pas de symptômes caractéristiques, tels que essoufflement et cyanose du triangle nasolabial - cela complique grandement le diagnostic et retarde le traitement correct.

Traitement de la pneumonie chez les enfants

Pour une issue favorable de la maladie, il est important de traiter une pneumonie complexe. Le traitement repose sur des antibiotiques à large spectre, auxquels les bactéries gram-positives et gram-négatives sont sensibles. Si l'agent pathogène n'est pas installé, plusieurs médicaments antibactériens peuvent être prescrits à l'enfant à la fois, en observant l'efficacité du traitement au cours du processus de traitement. Ci-dessous, le traitement de la pneumonie chez un enfant, qui est utilisé le plus souvent:

  • antibiotiques - généralement de type pénicilline avec de l'acide clavulanique (Flemoxin Observant, Amoxiclav, Amoxicilline), des céphalosporines (Ceftriaxone, Cefazolin, Cefix), des macrolides (Azithromycine, Spiromycine, Summammed). En fonction de la gravité de la maladie, le médicament est administré sous forme d’injections, de comprimés ou de suspensions pour administration orale. La durée du traitement antibiotique n’est pas inférieure à 7 jours et jusqu’à 14 jours pour les cas compliqués.
  • Les préparations contre la toux consistent généralement en des bronchodilatateurs et des expectorants sous forme de sirops, de solutions pour inhalation (Lasolvan, Prospan, Fluditec, Gerbion). Ces médicaments fluidifient les expectorations et augmentent la capacité d'évacuation des cils de l'épithélium cilié à expulser l'exsudat pathologique par la toux.
  • Médicaments antipyrétiques - lorsque la température dépasse 38,0 degrés et que des signes d’intoxication du corps de l’enfant sont administrés, des médicaments à base de paracétamol (suppositoires rectaux Panadol, Efferalgan, Cefecon D) ou d’ibuprofène (Nurofen, Nise). Ces médicaments peuvent être alternés les uns avec les autres, mais l'intervalle entre les doses doit être d'au moins 4 heures. Si un enfant souffre d'épilepsie ou d'autres maladies du système nerveux, la température doit être abaissée à 37,5 degrés Celsius, sinon le risque de développer une crise convulsive augmente.
  • Immunostimulants - pour maintenir l'immunité et stimuler les défenses de l'organisme, on lui prescrit des médicaments à base d'interféron. Ce sont généralement des suppositoires rectaux - Laferobion, Viferon, Interferon.
  • Hydratation orale - ou régime d’alcool amélioré. Pour accélérer l'élimination des toxines du corps, une meilleure expectoration des expectorations et une récupération rapide, donnez à l'enfant un thé chaud, une compote, une décoction de dogrose, de l'eau minérale sans gaz. Le sein de la mère devrait être offert plus souvent aux nourrissons.
  • Repos au lit - dans les premiers jours de la maladie, lorsque la température corporelle est maintenue et que l'enfant est lent et affaibli, il est nécessaire de rester au lit - cela aidera à prévenir le développement de complications. Dès que la température redevient normale et que l'enfant se sentira mieux, vous pourrez vous lever.
  • Régime alimentaire - avec une pneumonie, l'enfant peut refuser de manger en raison d'une intoxication du corps et d'une faiblesse. En aucun cas, ne peut le forcer à se nourrir - les enfants plus âgés offrent le bouillon de poulet avec la poitrine râpée, et les bébés dans la première année du lait maternel.

Afin d'éviter les effets secondaires liés à la prise d'antibiotiques, des probiotiques doivent être administrés en parallèle à l'enfant dès le premier jour de traitement - Linex, Biogaya, Bifi-form, Lactofiltrum. Ces médicaments éliminent les effets négatifs de la prise d'antibiotiques (ballonnements, diarrhée, flatulences, coliques) et colonisent les intestins avec une microflore bénéfique.

N'oubliez pas d'aérer régulièrement la pièce où se trouve le patient et d'effectuer un nettoyage humide. Il est conseillé de ne pas utiliser de détergents synthétiques ni d'antiseptiques contenant du chlore - cela crée une charge supplémentaire pour le système respiratoire et augmente le risque de complications.

Les promenades d’un enfant peuvent être retirées une semaine après le début du traitement, à condition que le traitement soit efficace et que la température corporelle soit dans les limites de la normale. Habituellement, l’enfant récupère complètement et rétablit la fonction respiratoire du corps dans un mois et demi et, en cas de pneumopathie compliquée, dans trois mois.

Est-il possible de traiter une pneumonie chez un enfant à la maison?

Le médecin décide du lieu et de la manière de traiter la pneumonie chez l’enfant en tenant compte de plusieurs facteurs:

  • la gravité de l'état du patient - la présence d'une insuffisance respiratoire, des complications;
  • degré de lésion pulmonaire - si le traitement de la pneumonie focale chez un enfant est encore possible à la maison, le traitement interstitiel ou bilatéral n'est effectué que dans un hôpital;
  • conditions sociales dans lesquelles le patient est gardé - le médecin évalue dans quelle mesure l'enfant sera à la maison et si toutes les ordonnances seront pleinement exécutées;
  • État de santé général - L’immunité de l’enfant affaibli, les rhumes fréquents ou la présence de maladies chroniques concomitantes sont des conditions obligatoires pour l’hospitalisation.

Les enfants jusqu'à l'âge d'un an, quelle que soit la gravité de la pneumonie, doivent être hospitalisés à l'hôpital en raison du risque élevé de complications.

Prévention de la pneumonie chez les enfants

Afin d'éviter le développement de pneumonie chez un enfant, les parents devraient penser à améliorer leur santé dès le moment de la planification de la grossesse. Une gynécologue doit subir tous les examens et tests nécessaires à une femme, ce qui aidera à prévenir les mycoplasmes et les pneumonies à chlamydia chez le nouveau-né. Il est important de bien gérer la grossesse et d'éviter des complications telles que la prééclampsie, le muguet, la naissance prématurée - toutes ces conditions créent des conditions préalables au développement de la pneumonie chez le nouveau-né.

Il est recommandé de nourrir les bébés de la première année de vie avec du lait maternel, car les anticorps de la mère sont transmis au bébé avec celui-ci et une immunité se forme. Il est important de faire attention au durcissement - bains d’air, promenades, baignades, gymnastique.

Tous les rhumes doivent être traités rapidement et uniquement avec le pédiatre - l'auto-traitement est l'une des principales causes du développement de la pneumonie chez les enfants. Il est interdit aux parents catégoriques de fumer dans la pièce où se trouve le bébé. Les parents fumeurs ou les membres de la famille fumeurs préfèrent ne pas s'approcher de l'enfant afin qu'il ne respire pas l'odeur du tabac.